Tag Archive | "St Michel les Portes"

Trièves: importante rencontre sur la filière bois


Une importante rencontre qui a réuni une quarantaine de personnes s’est déroulée au pôle bois de St Michel Les Portes, répondant à l’invitation de Guy Charron, Président des communes forestières de l’Isère.

charron

Parmi les présents: André AUBANEL, vice-président du Parc Naturel régional du Vercors, Denis PELISSIER, représentant du Parc Naturel Régional du Vercors et du  CRPF, 3 représentants de ONF dont Rémi LECOMTE, chargé du secteur Trièves, Patrick CHION, président de l’AFTBM et Jean BERNARD (Bois des Alpes).

L’animation a été réalisée par Tristan MERRIEN, URACOFRA (Union Régionale des Communes Forestières  Rhône-Alpes).

Denis Pelissier a indiqué que les prix de vente actuellement pratiqués sur le marché local des bois sont de:

- 42 à 45 €  pour les feuillus dont le rendement est assez faible

- et de 25 à 30 € pour les résineux selon qu’il s’agisse de bois-énergie (bûches) ou bois énergie- plaquettes ou encore des sous-produits forestiers destinés à la fabrication de la pâte à papier.

« La marge du propriétaire est quasiment nulle (de 2 à 3 €) et que l’intérêt pour ce dernier consiste uniquement en l’amélioration de la gestion de ses  espaces forestiers.

Pour la fabrication d’emballage c’est essentiellement le pin et le mélèze qui sont demandés.

Lorsque le classement des bois se fait de façon visuelle, une grande partie des bois est déclassée alors que ces derniers  possèdent  d’excellentes qualités mécaniques, ce qui désavantage encore le propriétaire. »

chion 2

En conclusion, le marché du bois cette année subit un ralentissement mais toutes proportions gardées, ce dernier semble moins fort que dans d’autres secteurs tels que la construction  ou autres.

Bien qu’un certain nombre de structures aient été mises en place en forêt privée : coopératives, groupements de sylviculteurs, association de propriétaires, de la même façon qu’en forêt publique, de nombreuses zones peu accessibles rendent l’exploitation difficile, compte tenu du manque de dessertes.

Des études conduites sur les territoires montrent l’excellente qualité mécanique des bois (Vercors, Trièves, massif drômois).

En ce qui concerne la transformation, dans ces secteurs  on constate que les unités de transformation (scieries) sont localisées dans les vallées de ces massifs, ce qui oblige à prendre en considération le coût du transport (les bois en grumes sont facilement transportables alors qu’il faut un équipement spécial pour transporter d’autres types de  conditionnement (plaquettes ou autres).

André Aubanel a relaté son expérience pour le secteur drômois où historiquement les ventes de coupes de la commune ne trouvaient jamais acquéreurs, en raison  notamment du  classement visuel des bois qui semblait peu objectif. Or, d’après les études du CTB, un billon noueux peut quand même disposer de bonnes qualités mécaniques.

A propos des prélèvements effectués en forêt, pour le massif drômois, le prélèvement correspond à l’accroissement alors pour le Trièves,  ce dernier est supérieur à l’accroissement (sapinières âgées). Pour la  Drôme, de nouvelles opérations de desserte sont à réaliser (y compris par câbles).

« Il est nécessaire de se mobiliser pour  obtenir un prix raisonnable en rappelant que les propriétaires forestiers ne vendent pas de l’énergie fossile mais de l’énergie renouvelable ! » a t-il conclu…

Bernard PERRIN, de l’ONF  a rappelé que lors de la tempête de 1999 les bois communaux ont fait l’objet de vente « à la Tribune », ce qui a conduit à près de  40 % d’invendus. « Désormais l’Office des forêts souhaite participer aux ventes groupées (système gagnant-gagnant : l’objectif étant de rémunérer au mieux  les communes) »

De nouvelles méthodes de vente ont été mises en place (en application de la loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux). Il s’agit notamment des contrats d’approvisionnement ou le volume de bois façonné (le lot de bois vendu abattu est  mesuré par l’ONF).

Ces contrats conclus avec une quarantaine  d’entreprises de travaux forestiers( ETF) dans le cadre le la Région Rhône-Alpes ont une durée de 3 ans.

Cette pratique de vente de bois façonné est inutile pour les très belles coupes mais nécessaire pour les coupes dites « hétérogènes »

Rémi LECOMTE a rajouté que sous l’impulsion nationale, dans le secteur du Trièves, « c’est à peu près 30 à 40 % du volume d’environ 20 à 25 000 m3 qui a été commercialisé en bois façonné  ce qui, au final, a permis d’approvisionner le pôle bois de Saint Michel-les-portes. Environ 8 à 10 % de ce volume a été transformé en bois-énergie. »

L’avantage essentiel de cette pratique est  la maîtrise du calendrier avec les ETF  et l’inconvénient est celui du temps de stockage du bois sur la plate-forme et le pôle bois.

D’où la nécessité du tri en forêt, ce qui permettrait notamment pour le bois-énergie de maîtriser le coût du transport.

chion 4

Après la présentation suivie d’une démonstration de la triomatic mobile par le président de Bois des Alpes, Jean Bernard, Patrick Chion a insisté sur une évidence: les avantages de la traçabilité pour la valorisation des bois locaux, tant pour les scieurs (amélioration de 20 % de la gestion de la scierie) que pour les architectes qui, désormais, prendront en compte plus exactement la résistance nécessaire à l’édification des constructions et assumeront mieux leur responsabilité.

Au final, cela  devrait se traduire par une amélioration des prix de vente du bois au bénéfice des propriétaires forestiers.

Un accord de principe est actuellement réalisé avec 8 des 12 scieurs  du secteur pour la mise en place de ce projet, en lien avec le FBCA.

chion 3

Le pot de l’amitié offert par l’AFTBM a ensuite permis à chacun  de poursuivre la discussion avec les différents intervenants.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Structurer la filière bois Alpes sud Isère


Dans le cadre de la préparation du prochain contrat de développement durable d’Alpes Sud Isère, les élus, professionnels et représentants institutionnels se sont réunis, à Vizille, afin de proposer des pistes d’actions prioritaires pour développer la filière bois sur le territoire.
st michel

A l’issue d’une plénière présentant des expériences menées dans différents territoires sur les thèmes du bois construction, du bois énergie, dont la plate forme de St Michel les Portes ( notre photo) et de la relation entre territoire et collectivités, trois ateliers thématiques ont permis au différents acteurs de ce forum de réaliser des propositions concrètes pour le contrat 2011-2017.
Ces échanges riches et dynamiques font ressortir des axes de travail importants pour la valorisation des compétences locales et des ressources forestières du territoire.

Pour l’atelier forêt et territoire 4 grands axes de travail sont proposés :
- Rendre accessible les massifs forestiers
- soutenir les entrepreneurs
- Communiquer sur l’exploitation et les bonnes pratiques
- Favoriser l’exemplarité des projets bois des territoires

Pour l’atelier bois construction et ressource locale 7 axes :
- Sensibiliser et former les élus et les bureaux d’études
- Communiquer auprès du jeune public
- Informer et former les bureaux d’étude généraliste, formation professionnelle et reconversion
- développer la capacité d’ingénierie pour la construction BBC
- Identifier les freins à l’utilisation du bois dans les PLU et POS
- Développer les bilans carbone pour les projets
- Aider les professionnels à se certifier Bois des Alpes, PEFC, marquage CE


Pour l’atelier bois énergie:

- Agir sur le différentiel de prix, critère développement durable
- Dépasser la problématique des subventions classique, taxe carbone (hors échelle territoire)
- Mieux mobiliser la ressource, organiser les chantiers, limiter les contraintes de prix sur les entrepreneurs de travaux forestiers
- Développer les places de stockage intermédiaire dans une logique d’approvisionnement continue
- Développement de la commande publique durable pour les collectivités

Gilles Strappazzon, chef de projet du Contrat de Développement Rhône-Alpes, très satisfait du déroulement de ce forum qui a réuni près de 60 participants, a demandé à ces derniers de prendre en compte ces propositions et de poursuivre la réflexion sur ces sujets afin de démultiplier le travail de la journée dans l’élaboration du prochain contrat. De poursuive notamment le travail en réseaux, de développer la qualité des produits et la certification ainsi que le développement des compétences humaines sur notre territoire.

Catégorie - filière bois, Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var découvre la filière bois du Trièves


Le Pays A3V (qui signifie Asses, Verdon, Vaïre, Var) est un territoire regroupant 39 communes du sud-est du département des Alpes-de-Haute-Provence (cantons de Saint-André-les-Alpes, Allos-Colmars, Castellane, d’Annot et Entrevaux), dans la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

assesC’est un secteur de moyenne et de haute montagne soumis aux influences climatiques méditerranéenne et alpine.

Ce territoire rural compte environ 10 000 habitants La principale agglomération est la Sous-préfecture Castellane, 1 700 habitants.

Sur ce territoire, l’Etat, la région et le département ont engagé des actions en faveur de l’activité forestière.

Le pays Asses, Verdon, Vaïre, Var dispose d’une ressource forestière non négligeable, sur 165000 hectares, 54% le sont en superficie boisée. Mais cette forêt est fragile. Une charte forestière de territoire a été signée.

Pour en prendre connaissance cliquer sur: www.pays-a3v

Le Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var a identifié le développement de la filière bois-énergie comme une de ses priorités.

Voila pourquoi des représentants du pays Asses, Verdon, Vaïre, Var se sont rendus dans le Trièves.

chion

Les personnes présentes étaient, de droite à gauche: Juliette GROSSMITH Directrice du Pays Asses, Verdon, Vaire, Var, Thiébaut BECOURT, Animateur Charte forestière du Trièves, Albert LECOURBE Chargé de mission forêt du Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var, Bernard MOLLING Directeur de la Communauté de communes du Moyen Verdon, Ludovic MILLE Chef de projet Leader Groupe d’actions local « Confluences autour du Verdon »

Thiébaud Becourt, animateur Charte forestière du Trièves,  leur a présenté les différentes actions qu’il anime : Le schéma de desserte forestière, le regroupement de parcelles forestières dans trois communes, les qualités mécaniques des billons de bois sortie de forêts et des bois secs sortis de séchoirs, et de la commercialisation de ces bois par un bureau d’étude.

Ils ont ensuite visité la plateforme Bois de St Michel les Portes.

Celle ci, d’une superficie de 15 000 m2 dont 800 m2 de hangar monte en puissance. Elle a traité la 1ère année 1 800 MAP, la 2° année 4 500 MAP, et pour sa troisième année de production de 10 à 12 000 MAP sont annoncés et déjà en commande.

Le Président de l’AFTBM( Association forestière Trièves-Beaumont-Mathéysine), Patrick Chion a présenté la partie Bois Énergie, ses particularités par le séchage des plaquettes avec un taux d’humidité inférieur à 25 %, l’approvisionnement : 30 % forêt Publique, 30 % forêt Privée, 30 % Scieurs et 10 % Agriculteurs.

L’intérêt de ce séchage a été remarqué par les visiteurs pour la fabrication de granulés. Découverte de la chaufferie de 2,5 MWH de fabrication française (Ets Conte).

La visite s’est poursuivie au niveau des séchoirs ACC et du séchoir sous vide, ceux ci pouvant sécher 15 000 m3 annuellement.
Valérie Nier, gérante de la SVBT, a servi de guide afin que chacun découvre les installations. Elle a donné toutes les explications concernant  le fonctionnement de la structure mais également les contraintes qui s’y attachent.

Une visite très enrichissante…

Catégorie - filière bois, Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Plateforme de St-Michel-les-Portes: passer à la vitesse supérieure


Importante pour ne pas dire primordiale après-midi pour l’avenir de la plateforme de St-Michel-les-Portes.

galvin-1.jpg

On reconnaît au premier rang, de gauche à droite: Charles Galvin, Erwann Binet, Patrick Chion et Jean Bernard Bellier

Avec le président de l’AFTBM, Patrick Chion comme guide, Erwann Binet, vice président du conseil Général en charge du développement  économique et son homologue Charles Galvin en charge de la forêt ont tenu à visiter cette fameuse  structure.

Il faut dire que cette plateforme, novatrice sur de nombreux points, est à la croisée des chemins. Elle fonctionne depuis près d’un an et cet outil, s’ il est performant, personne ne le conteste, doit passer à la vitesse supérieure.

galvin-2.jpg

Les deux conseillers généraux ont été impressionnés par la qualité de service rendue par le séchoir

Cela implique des investissements nouveaux, une autre dynamique afin de répondre favorablement aux attentes de l’ensemble de la filière. » On doit s’adapter aux besoins des utilisateurs » résumera le maire de St-Michel, Jean-Bernard Bellier. Ce dernier se dit prêt à se lancer dans la deuxième tranche de travaux, « à condition que tout soit organisé… »

Il a obtenu le soutien inconditionnel des deux conseillers généraux.

galvin-3.jpg

… ou rien n’est laissé au hasard, grâce à des machines de dernière génération

Charles Galvin: »Cette plateforme est un formidable atout pour notre filière locale. Comment accepter que la deuxième transformation ( maisons à ossature bois, menuisiers, menuiseries d’intérieur….)  s’approvisionne en bois en provenance d’Allemagne parce que l’on ne peut lui en fournir.

Si nous savons nous organiser, on peut répondre à leurs attentes et par delà créer des emplois non…délocalisables. Chacun doit garder en mémoire que 300 m3 travaillés correspondent à un emploi.

Je crois en l’avenir de cette plateforme mais il faut que tout le monde se mobilise. Voilà pourquoi je vais, sans tarder organiser une table ronde, avec tous les partenaires de la filière pour que chacun puisse s’exprimer et  que l’on définisse ensemble les objectifs à tenir. »

Charles Galvin croit dur comme…bois en ce concept: « Il devait se développer sur chaque massif de notre département ».

galvin-4.jpg

Erwann Binet, très attentif aux explications fournies par Patrick Chion…

Erwann  Binet, élu citadin découvre ce monde de la forêt.

Il a été impressionné par la structure, son fonctionnement et il est persuadé de sa réussite. « La crise touche tous les secteurs, sauf peut-être celui du tourisme ou de la nanotechnologie. Le Conseil Général s’est donné comme mission d’aider toutes les filières…dont celle du bois.

Cette réalisation entre parfaitement dans le cadre défini lors des dernières assises, à savoir celui de structurer la filière, de travailler l’amont mais également l’aval. Des réalisations comme celle-là apportent une vie dans des zones rurales ou les grosses entreprises ne viendront sans doute jamais. Utiliser le bois local, le valoriser, faire de la plus-value et la redistribuer sur place, voila les clés de la réussite »

gavin-5.jpg

Patrick Chion explique, à l’aide de plans, ce que sera l’extension de la plateforme

Patrick Chion a rappelé que la plateforme travaille en parfaite osmose avec celle de Noirétable. »Nous sommes complémentaires d’autant plus que l’on ne travaille pas les mêmes essences. Dans la Loire, ils travaillent essentiellement le Douglas, ici le mélèze, l’épicéa. »

Le problème de la tempête qui a secoué la forêt landaise a été abordé. Patrick Chion: »Michel Barnier a été clair envers les propriétaires forestiers: retournez vous vers vos compagnies d’assurances. Les propriétaires ont réagi de la façon suivante: on laisse les arbres en l’état et on verra!

Jean Bernard, président de l’UGDFI: « Cette tempête a eu des effets néfastes sur le marché du bois d’emballage qui est sinistré. On doit donc jouer sur la qualité, le marché étant dorénavant mondial, il faut respecter les normes, répondre aux attentes des acteurs de la filière, jouer gagnant-gagnant avec les charpentiers, scieurs… »

Quatre étudiants de L’IUP Pierre Mendès France de Grenoble, se sont penchés sur l’opportunité d’améliorer le service offert par la plateforme.

etudiants.jpg

Trois d’entre eux se sont déplacés pour exposer le fruit de leur travail. Ils ont même proposé un plan d’attaque très apprécié par les personnes présentes.

Celles-ci attendent avec impatience la table ronde que va organiser Charles Galvin.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires (3)


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2020
L Ma Me J V S D
« juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+