Tag Archive | "Strasbourg"

Moncef Marzouki: » les menaces contre la démocratie en Tunisie ne sont pas recevables »


Les révolutions arabes sont « d’abord et avant tout des révolutions sociales » et « démocratiques » et non pas « nationalistes et xénophobes, » a dit le Président de la Tunisie Moncef Marzouki aux députés européens ce mercredi à Strasbourg.

Il a condamné l’assassinat, ce matin à Tunis, d’un « ami de longue date » Chokri Belaïd, une figure de l’opposition laïque. Cet « odieux attentat » est une « menace, une lettre qui nous a été envoyée, mais qui ne sera pas reçue » a-t-il assuré.

« Nous continuerons à démasquer les ennemis de la révolution », a exhorté le Président Marzouki. Il a concédé que les révolutions arabes pouvaient conduire à  des risques de désordres, d’immigration vers l’Europe et d’extrémisme islamiste armé. Il a toutefois insisté:

« ce n’est pas l’islamisme qui triomphe dans le sillage du printemps arabe, » mais « bel et bien la démocratie. »

« Nous sommes absolument déterminés à continuer notre stratégie d’absorption de la fraction modéré de l’islamisme, » a dit M. Marzouki, tout en avouant que le processus de démocratisation « se révèle être plus difficile, plus complexe et surtout plus long que prévu.

Mais il avance. » La nouvelle constitution devrait être finalisée dans « deux ou trois mois » et les acquis de la femme seront protégés, a-t-il assuré.

Le Président du Parlement européen Martin Schulz a condamné « sans réserve » « l’assassinat brutal » de Chokri Belaïd et a exprimé les condoléances du Parlement à sa famille et au peuple tunisien.

Les parlementaires ont respecté une minute de silence à la mémoire de celles et ceux qui ont perdu leurs vies « pour la liberté de la Tunisie. »

Catégorie coopération internationale, questions d'actualitéCommentaires fermés

François Hollande « booste » l’Europe..


Le discours de François Hollande à Strasbourg, au parlement européen était attendu… Et pour cause, le chef de l’Etat devait exposait ce qu’était sa vision de la construction européenne.

On peut dire qu’il l’a fait sans détours, sans concessions, n’hésitant pas d’agiter le spectre d’un échec dont elle ne se relèverait, si elle se montrait incapable de dompter certains défis..

Il a tout d’abord rappelé à la salle, bondée pour la circonstance qu’il s’adresse à elle  » comme un homme politique dont la conviction européenne a guidé son engagement,  comme un chef d’Etat qui a placé la réorientation de l’Europe au cœur de son action et qui se consacre depuis 9 mois à cette tâche. « 

Pour le chef de l’Etat  » L’Europe est une  une immense aventure, une construction politique exceptionnelle, qui est enviée mais qui  » depuis trop longtemps doute d’elle même et qui ne sait pas défendre ses intérêts… protéger l’Euro… »

François Hollande estime que: «   la crise de la zone euro est désormais largement derrière nous, nous sommes loin d’en avoir tiré toutes les conséquences….Il faut à présent relever  le défi de la stabilité financière et de la croissance économique ? »  Il reconnait cependant des avancées mais  » l’Europe ne peut en rester là! »

hollande 2

25 millions d’Européens  au chômage

François Hollande estime qu«  il n’y aura pas de répit tant que 25 millions d’Européens seront au chômage, que dans certains pays de l’Union un jeune sur deux cherche un emploi, que des millions de personnes resteront jetées dans la précarité… »

Comme solutions il prône bien entendu la croissance, le désendettement et l’amélioration de la compétitivité…  la coordination des politiques économiques nationales pour résorber les déséquilibres entre états.. Sans oublier bien entendu le soutien à l’Euro.

François Hollande pense que  » le moment est venu de lancer le grand chantier de l’approfondissement de l’Union économique et monétaire à travers deux principes l’intégration et la solidarité. Cela passe par l’harmonisation des politiques fiscales,  des réformes structurelles pour rendre nos économies plus fortes,  des politiques communes en matière d’infrastructures, de recherche, lancer des projets innovants, en matière de nouvelles technologies, d’énergies renouvelables, de transition énergétique et écologique.

C’est aussi garantir à chaque jeune européen un emploi ou une formation, lutter contre le chômage, accompagner les salariés tout au long de leur parcours, afin de leur permettre de garder leurs droits à la retraite, à l’assurance chômage, à la Sécurité Sociale, ouvrir le chantier du salaire minimum…

François Hollande sait que la discussion sur le cadre financier européen sera ardue mais il est clair dans ses propos: « faire des économies, oui, affaiblir l’économie, non car je me refuse à condamner l’Europe à une austérité sans fin…hollande 3

Il souhaite une politique commune harmonieuse:  » La politique commune, c’est la politique agricole, qui permet de renforcer une industrie agroalimentaire, précieuse, pour l’Union européenne, mais qui doit aussi respecter l’environnement. C’ est pourquoi les aides directes et le développement rural sont complémentaires.

Mais je n’oppose pas les deux politiques, comme il est commode de le faire, politique de la cohésion contre politique agricole. Nous devons garder le socle des politiques européennes, sinon comment construire ?

Il souhaite que soit prolongé le pacte de croissance adopté en juin dernier, augmenter les moyens prévus pour l’innovation, les infrastructures, les nouvelles énergies, « le budget doit soutenir les Européens les plus fragiles, et les plus exposés à la crise, aider les plus démunis, l’enjeu de l’emploi des jeunes  doit devenir un véritable programme européen, avec une véritable priorité… »

Le Chef de l’Etat pense qu’un compromis est possible, que » nous sommes capables de décider ensemble, chefs d’Etat et de gouvernement, parlementaires européens. »

François Hollande a enfin donner les raisons pour lesquelles la France a décidé d’intervenir au Mali..  » Au nom de la France mais aussi de l’Europe, de la Communauté  internationale »

Un Mali qui avait perdu son intégrité territoriale, qui risquait d’être totalement livré aux mains des terroristes… » Il fallait agir vite, avant qu’il ne soit trop tard… »

François Hollande a confirmé que la France, l’Europe participeront le moment venue à la reconstruction de ce pays. Il pense que l’Europe doit parler d »une seule voix afin de résoudre certains conflits: Syrie, Iran, Palestine… »

L’Europe doit également prendre sa part dans l’enjeu climatique, et la France est prête à organiser la « Conférence climat » en 2015, » mais nous ne réussirons pas seul. L’Europe  doit être exemplaire en matière d’énergies renouvelables, et d’efficacité énergétique. » estime le Président de la République Française.

Il a conclu son intervention  par « je crois à l’Europe, parce que je pense qu’elle est utile, non seulement aux Européens, mais au monde tout entier, et la meilleure manière pour l’Europe de protéger ses intérêts c’est de défendre son modèle, ses valeurs, à l’échelle du monde…. »

S’en suivi un débat dont en voici les principales interventions

Pour José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, « la crise n’est pas encore passée. Le taux de chômage est intolérable. La réforme de la compétitivité est indispensable. Pour garantir une croissance soutenable, nous avons besoin d’investissement; et l’instrument pour ça c’est le budget de l’Union européenne.« 

Joseph Daul, chef des démocrates chrétiens, a rejeté les propositions actuelles du Conseil pour le prochain cadre financier multiannuel de l’Union européenne. « Ces propositions vont dans la mauvaise direction. Au lieu d’investir dans l’avenir, on s’attaque à l’un de nos meilleurs instruments pour générer de la croissance: le budget européen, dont 94% retourne vers les Etats membres sous forme d’investissements. La proposition actuelle est un renoncement politique, et nous allons la rejeter.« 

Pour Hannes Swoboda, chef des démocrates socialistes, « le coût du chômage est extraordinaire. Nous avons un pacte pour la croissance, mais il est impératif de le dynamiser pour créer des emplois. L’Europe a besoin d’une approche équilibrée et tournée vers l’avenir.« 

Le leader des démocrates libéraux Guy Verhofstadt a estimé que « l’Europe n’a qu’un avenir possible: faire un saut vers une grande fédération. » En ces temps d’austérité, il a présenté comme possible solution une mise en commun plus efficace des ressources pour la défense ou l’innovation.

Selon Daniel Cohn-Bendit, co-président des verts, « puisque nous sommes en récession au niveau des Etats membres, il nous faut un budget européen fort pour revigorer ces économies.« 

Martin Callanan, chef des conservateurs et réformistes, a déclaré que « pour vous, le marché unique signifie des règles du travail, des taxes et des politiques économiques harmonisées. Pour moi, cela signifie entrer en concurrence les uns avec les autres pour devenir plus compétitif sur le marché international.« 

Philippe De Villiers, président du groupe Europe libertés démocratie, a quant à lui considéré que « votre rêve de la fusion européenne par l’intégration s’est évanoui dans le cœur des peuples, désintégré [...]; aujourd’hui, les peuples s’éloignent.« 

Pour Gabriele Zimmer, chef de groupe de la gauche unitaire européenne / gauche verte, « l’austérité mène à une perte de croissance. L’austérité et la limitation des salaires sont toxiques. » Par rapport au Mali, elle a estimé que l’intervention militaire était la mauvaise voie à suivre, dès lors que les conséquences à moyen et à long terme restent floues.

Catégorie A la une, Union européenneCommentaires fermés

Grande manifestation des agriculteurs européens à Strasbourg


Les producteurs de lait européens, regroupés sous la bannière de l’EMB, sont venus en masse à la rencontre de leurs députés à Strasbourg : ils étaient plus de 2 500, avec plus de 300 tracteurs.
Pour la coordination rurale:  » Ces chiffres prouvent que leur mobilisation ne faiblit pas pour s’opposer au libéralisme de la Commission, qui refuse toute idée de régulation de la production. C’est dans l’unité que les manifestants sont venus rappeler aux députés européens qu’ils ont le pouvoir et le devoir de s’opposer à cette dérive qui menace à terme tous les agriculteurs de l’Union, et avec elle la sécurité alimentaire de leurs concitoyens.
Les producteurs de lait européens demandent des conditions de concurrence équitables et une régulation de la production, qui seule peut permettre des prix rémunérateurs pour les producteurs et équitables pour les consommateurs.
Le don de lait organisé en parallèle a permis d’associer ces derniers aux revendications des agriculteurs car, comme l’a rappelé la CR lors de cette manifestation, « sans producteurs, pas de produits ».
La réforme libérale de la Politique Agricole Commune qui se profile sous l’égide de la Commission menace la totalité des agriculteurs européens, c’est pourquoi des collègues de nombreuses autres productions s’étaient joints aux producteurs de lait de l’EMB pour appuyer leurs revendications. »

Catégorie lait/produits laitiers, vie syndicaleCommentaires fermés

Manifestation à Strasbourg pour obtenir des prix justes et équitables


Ce mercredi 20 octobre 2010, les agriculteurs venus de toute l’Europe se donnent rendez-vous à Strasbourg, devant le Parlement européen, pour faire entendre leurs revendications.

Communiqué de la coordination rurale.

« Derrière les discours rassurants de façade, les pouvoirs politiques européens abandonnent le terrain au libéralisme de la Commission et enterrent progressivement toute idée de Politique Agricole Commune digne de ce nom et conforme aux objectifs du traité de Lisbonne.
Avec elle, ce sont les agriculteurs qu’ils enterrent.
Ces derniers ne se laisseront pas faire et se battront pour assurer la survie d’une agriculture européenne de qualité, qui ne peut exister qu’à travers une régulation intelligente des productions et des marchés agricoles.
Les agriculteurs européens en appellent donc à leurs parlementaires, qui ont la capacité de faire reculer la Commission.
C’est pourquoi, ce mercredi 20 octobre 2010, des milliers d’agriculteurs venus de toute l’Europe se donnent rendez-vous à Strasbourg, devant le Parlement européen, pour faire entendre leurs revendications.

Cortèges de tracteurs, rencontres avec les députés et don de lait sont au programme de cette action qui prouve que les agriculteurs n’entendent pas baisser les bras face au pouvoir dérégulateur de la Commission. »

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+