Tag Archive | "Tencin"

L’accueil de loisirs du Moyen Grésivaudan s’installe à Tencin


Dans le cadre de sa politique enfance-jeunesse, le Grésivaudan met en place en étroite
collaboration avec les communes, la Caisse d’Allocations Familiales et le Conseil général de
l’Isère, des actions et des services qui répondent aux besoins des familles et des professionnels
de son territoire. Neuf multi-accueils, sept Relais d’Assistantes Maternelles (RAM) et trois accueils
de loisirs intercommunaux ont ainsi vu le jour.

L’accueil de loisirs du Moyen Grésivaudan qui fonctionnait uniquement en période estivale à La
Pierre, vient de déménager pour s’installer à Tencin. Il a ouvert ses portes le 5 septembre dernier
dans les locaux de l’ancienne école maternelle. D’une capacité de 70 places, il accueille les
enfants de 3 à 13 ans, à la journée ou à la demi-journée.

Coupe symbolique du ruban, visite-guidée des lieux, et buffet convivial ont eu lieu vendredi 26
octobre dernier.

En présence de :
· François Stefani, maire de Tencin,
· Francis Gimbert, président de la communauté de communes Le Grésivaudan,
· François Brottes, député de l’Isère,
· Michèle Moros, présidente de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) de l’Isère,
· Charles Bich, vice-président du conseil général de l’Isère,
· Bernard Michon, vice-président de la communauté de communes Le Grésivaudan,
délégué aux services à la population.

L’accueil de loisirs intercommunal du Moyen Grésivaudan fonctionne de 8h à 18h, les mercredis
et tous les jours de la semaine pendant les vacances scolaires (hors vacances de Noel et hors
jour férié). Des navettes gratuites transportent les enfants jusqu’à l’accueil de loisirs depuis les
communes de Goncelin, Theys, Tencin, La Pierre, La Terrasse, Lumbin et Champ-près-Froges.

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Tencin: le mondage passe à l’automatique


La mondée à l’ancienne avec le maillet et la tuile, a vécu. Même si, sentimentalement, dans l’histoire de l’AOC Noix de Grenoble, cette image conserve une grande valeur. Mais le cerneau de noix,  qui a une clientèle professionnelle bien identifiée (la chaîne de l’agroalimentaire), exigeait une optimisation de sa production. C’est fait. Le casse-noix automatique se fait sa place. En Isère du moins.

Avec le soutien des collectivités locales et territoriales, cette nouvelle étape dans l’automatisation du mondage permet de nourrir de nouveaux espoirs quant à la commercialisation des cerneaux. Des produits qui ont un fort potentiel de développement, en tant que tels ou comme matière première de  l’huile de noix.

machine-a-noix3.jpg

La nouvelle unité de transformation noix-cerneaux installée à Tencin: un outil à la disposition des producteurs du Grésivaudan

Christian Sommard et Dominique Cartier Million, producteurs de noix, installés dans le Grésivaudan, ont inauguré hier soir à Tencin l’unité de transformation « noix cerneaux », réalisée avec le soutien du Conseil général de l’Isère dans le cadre du contrat de développement du Grésivaudan. Les élus de la Communauté de communes du Grésivaudan, les maires du canton, l’ADAYG, l’ADABEL, étaient là pour assister à la démonstration.

machine-a-noix1.jpg

Les cerneaux arrivent entiers au terme de leur parcours dans ce casse-noix de dernière génération. Un dernier tri manuel est indispensable.

Christian Sommard et son fils Fabien, l’un des rares jeunes agriculteurs présents, ont présenté ce nouvel outil installé sur leur exploitation. Un outil sorti des ateliers d’un fabricant de Brive-la-Gaillarde (Corrèze) et dont le brevet est assez récent. Chacun a pu suivre le parcours des noix dans les méandres de ce casse-noix industriel dont Christian Sommard n’a pas révélé toute la mécanique. Il y a du secret industriel dans l’air!

Mais chacun a pu voir que les cerneaux sortaient intacts, entiers,  du dernier tuyau. Une dernière étape de tri manuel est indispensable, notamment pour évacuer les morceaux de coquille. Une petite salle est prévue à cet effet.

« Cet outil, explique Christian Sommard, servira à l’ensemble des producteurs de la vallée. Ils viendront avec leurs sacs de noix et repartiront avec leurs cerneaux et leurs coquilles. C’est en quelque sorte du travail à façon. Nous avons de la marge: la capacité de traitement de cette unité est de 120t. Il nous faut maintenant la rentabiliser. Nous avons marqué l’essai du cassage, il faut maintenant le transformer! Messieurs les élus, nous comptons sur vous pour acheter des terres. Nous vous les louerons ».

Le foncier agricole, c’est un fait, est un problème majeur en zone périurbaine. Et l’installation d’une unité de transformation comme celle-ci nécessite une production stable, voire accrue en quantité.

Cette initiative n’est pas unique en Isère. Dans le Sud-Grésivaudan, la CUMA de Notre-Dame de l’Osier exploite depuis deux ans une « chaîne de dénoisage »  fabriquée par les Ets Rousset à Beaulieu (Isère) qui donne toute satisfaction et ouvre de nouveaux débouchés pour les producteurs: cerneaux, huile, coquilles (pour le chauffage ou le paillage).

Par curiosité nous sommes allés visiter un site isérois de vente de produits régionaux: un sachet de 150g cerneaux de noix entiers  est vendu  4€.

Un autre site propose un sac de 10k de cerneaux extra pour 150€. Donc, 15€/k. Le litre d’huile de noix vierge, première pression est à 16,50€

Un sac de 125l de coquilles de noix (pour paillage ou chauffage): 10€

Catégorie nucicultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2020
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+