Tag Archive | "tourisme"

Convention pour le développement du tourisme entre le département et la région


Ce jeudi 1er Juin, Nicolas Daragon, vice-président de la région Auvergne Rhône-Alpes, délégué au tourisme et au thermalisme et Chantal Carlioz, vice-présidente du département de l’Isère, déléguée au tourisme, ont signé une convention bilatérale dans l’objectif de développer le tourisme en Isère et par extension, dans la région.

Comme promulgué par la loi NOTRe, la compétence touristique est partagée entre la région et le département. Cette convention permettra donc la convergence des politiques touristiques des deux collectivités ainsi que l’association de leur budget dans divers grands travaux de développement du tourisme et des revenus et emplois qui y sont associés.

- L’Isère, 10ème département touristique national -

Pour cette signature, ayant eu lieu dans le palais du parlement Grenoblois, Chantal Carlioz a tenu à évoquer les résultats de l’activité touristique Iséroise, aujourd’hui dixième département au rang national. Générant actuellement 168 000 emplois, le tourisme Isérois représente 10% de la totalité des emplois touristiques en Auvergne Rhône-Alpes, ainsi qu’un investissement de 184 M€ pour un revenu de 451 M€ générés.

Au delà de cette convention, il y a une réelle volonté de la part du département de développer le tourisme local, notamment par une hausse du budget alloué de 15%, et par la mise en place depuis cet hiver d’une politique d’attractivité. En effet, le département a lancé la marque Alpes IsHere, avec le lancement d’un spot diffusé le soir sur France 2.

Ainsi, avec l’appui de la région, l’Isère se focalisera sur le développement autour des grands thèmes touristiques:

  • Le thermalisme et le tourisme lié au bien-être, avec 2 stations balnéaires déjà existantes qui recevront une aide financière conjointe des deux collectivités.
  • La diversification du tourisme montagnard. Avec une trentaine de stations de ski présentes sur le territoire, les stations génèrent à elles seules 70% du revenu touristique départemental.
  • Le tourisme itinérant, déjà doté de 9000 km de sentiers balisés, notamment avec la finalisation du projet ViaRhôna,
  • La gastronomie et l’œnotourisme, présentant déjà l’existence de 94 maîtres restaurateurs sur le département, avec l’objectif d’attirer toujours davantage le tourisme de la vallée du Rhône en Isère.

Au delà de ces thèmes majeurs, le département et la région travailleront aussi sur deux thèmes transversaux, l’hébergement touristique (comptant déjà une capacité totale de plus de 300 000 lits) et l’accompagnement des grands sites (comme les parcs régionaux du Vercors et de la Chartreuse) et des projets comme la remise en service du train de La Mure.

Cette séance s’est terminée par les félicitations du vice-président de la région pour les résultats et la campagne attractive de notre département.

Paul Savary

P

Catégorie A la une, Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-Alpes, tourismeCommentaires fermés

Tourisme : « co-construire une marque territoriale unique »


« Chasser collectivement » sous « une bannière unique ». Tels sont les mots prononcés par Christophe Ferrari, président de la Métropole, lors des 11e rencontres du tourisme d’affaires qui se sont tenues à Alpexpo.

La Métropole « chef de file local »

En compagnie d’Eric Piolle, maire de Grenoble, des présidents des chambres consulaires Jean Vaylet (CCI) et Georges Burba (CMA) et devant un parterre de professionnels de la filière, le président Ferrari a rappelé que la Métropole grenobloise était devenue « le chef de file local » pour ce qui concerne « les questions de tourisme et d’attractivité du territoire », depuis le passage de la communauté d’agglomération en Métropole au 1er janvier 2015 et sa prise de compétence du développement économique.

« Forger sa marque et créer sa signature »

Après avoir évoqué les atouts et les spécificités du territoire métropolitain, soit « un écosystème économique dynamique avec des filières phares« , une « excellence académique et scientifique« , « une bonne qualité de vie et un environnement montagnard« , Christophe Ferrari a exhorté tous les acteurs concernés à « co-construire une stratégie commune en matière d’attractivité du territoire » car « il est indispensable d’améliorer la visibilité grenobloise, d’en forger sa marque et de créer sa signature« , a-t-il dit.

Enfin, il a de nouveau insisté sur l’importance et l’intérêt pour le développement de la métropole, « de travailler ensemble à la création d’une bannière unique valorisant le territoire et la totalité de ses acteurs. »

Catégorie La Métro, tourismeCommentaires fermés

La France demeure le pays le plus visité au monde


En 2013, la France est restée le pays le plus visité au monde avec 84,7 millions de touristes étrangers.

La croissance des arrivées s’établit à + 2,0 %. La hausse des nuitées est plus dynamique : elle atteint + 4,6 %. Ce surcroît résulte d’un allongement de la durée des séjours des touristes étrangers en France, une tendance longue dans un pays parfois qualifié « de transit ».

Les touristes européens sont les principaux contributeurs à la hausse des arrivées et, plus encore, des nuitées.

Les touristes asiatiques sont à nouveau venus massivement (+ 12,9 % d’arrivées) mais leurs séjours sont plus courts qu’en 2012. La lente érosion de la part de l’hébergement marchand, engagée en 2009 avec la crise économique, a repris après un rebond en 2012.

Catégorie tourismeCommentaires fermés

En Rhône-Alpes, le tourisme dégage une richesse importante


Rhône-Alpes produit près de 12 % de la richesse dégagée par le tourisme en France, derrière l’Île-de-France (32 %). 3,4 % de la richesse dégagée par l’économie régionale est imputable au tourisme contre 3 % au niveau national.

Restauration et hébergement en produisent la plus grande part : 51 % en Rhône-Alpes. Les remontées mécaniques y contribuent pour 13 %. La Savoie est le département le plus touristique de France par la richesse produite : le tourisme représente ainsi 14 % de l’activité économique savoyarde et 27 % de l’économie touristique régionale, devant le Rhône, plus diversifié économiquement.

Le tourisme de plein air caractérise le sud de la région. Les campings de l’Ardèche contribuent pour moitié à la valeur ajoutée régionale provenant de cette activité.

L’activité rhônalpine est plus orientée vers le tourisme que la moyenne nationale

Rhône-Alpes est une région touristique très attractive aussi bien en hiver qu’en été. Le tourisme d’affaires tient aussi une place importante. La richesse dégagée par le tourisme s’élève à 4,1 milliards d’euros dans la région.

Cela représente 11,7 % du total métropolitain (derrière l’Île-de-France 32 %) ; Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) suit avec 11,6 % de la richesse dégagée française. 3,4 % de la richesse totale dégagée en Rhône-Alpes est imputable au tourisme.

Cette part est au-dessus des 3 % du niveau national, mais bien en dessous cependant des 10 % de la Corse et des 5 % de PACA. L’attractivité de ses stations de ski explique pour beaucoup l’orientation touristique de Rhône-Alpes.

La richesse touristique de la région peut également être appréciée par le nombre d’emplois générés : près de 120 000, soit 4,6 % de l’emploi salarié total rhônalpin. Un bon nombre d’activités concernées (restauration, cours de sports, etc.) nécessitent une main d’œuvre importante par rapport à la richesse dégagée.

Rhône-Alpes compte 30 100 entreprises touristiques majoritairement régionales, regroupant un peu plus de la moitié de l’emploi rhônalpin touristique.

Restauration et hébergement dégagent la plus grande part de la richesse, en Rhône-Alpes comme ailleurs

La restauration et l’hébergement sont les activités qui dégagent le plus de richesse touristique : 51 % du total du tourisme rhônalpin, contre 56 % en moyenne dans les autres régions françaises et 66 % en PACA.

Cette différence s’explique par le poids du secteur des « sports et loisirs », plus spécifique à Rhône-Alpes, qui vient compléter ces activités traditionnelles. Avec 21 % de la richesse touristique dégagée, les « sports et loisirs » rassemblent essentiellement les remontées mécaniques, la location d’articles de sport et l’enseignement sportif.

Un dynamisme économique certain de l’hôtellerie régionale

Pour le secteur de l’hébergement, ce sont principalement les hôtels qui contribuent à la richesse touristique générée sur le territoire : 23 % en Rhône-Alpes ; 2 % sont à attribuer aux campings, 5 % aux autres hébergements. Le poids des tourismes d’hiver et d’affaires explique ce résultat.

En 2011, dix millions de visiteurs ont séjourné dans un hôtel rhônalpin contre 1,7 million dans un camping. Par rapport aux autres régions de province, l’hôtellerie est surreprésentée en Rhône-Alpes (85 % des arrivées dans les hébergements marchands observés, contre 79 % dans les autres régions). Ce secteur représente en moyenne 30 000 emplois sur l’année.

Les remontées mécaniques font des sports et loisirs une spécificité rhônalpine

Le secteur des sports et loisirs comptabilise 21 % de la richesse touristique totale dégagée en Rhône-Alpes, autant que les restaurants et presque autant que les hôtels. Cette activité pèse en moyenne deux fois plus dans le tourisme rhônalpin que dans les autres régions françaises (9 %).

Il s’agit d’une spécificité rhônalpine, grâce notamment aux téléphériques et remontées mécaniques (13,4 %). Dans ce dernier secteur, les entreprises rhônalpines sont très bien positionnées. Elles produisent 80 % de la valeur ajoutée française de ce secteur.

Environ 6 500 salariés travaillent dans le secteur des téléphériques et remontées mécaniques, lequel se caractérise par la meilleure productivité apparente de France (105 000 euros par salarié, deux fois plus que pour Midi-Pyrénées qui se place au 2e rang).

Cela s’explique d’une part, par une meilleure et plus ancienne mécanisation des installations (intensité capitalistique égale à 524 000 euros par salarié contre 280 000 pour Midi-Pyrénées). D’autre part, l’informatisation de l’achat des forfaits des remontées mécaniques est beaucoup plus développée que dans d’autres régions.

D’autres secteurs des sports et loisirs (location d’articles de sport, enseignement sportif) emploient structurellement davantage de salariés comparativement à la richesse qu’ils dégagent : 2,5 fois plus (16 200 salariés) pour générer deux fois moins de richesse.

Comparé aux autres régions, les entreprises des remontées mécaniques dégagent de meilleurs taux de marge, 47 %, contre 32 % pour PACA et 15 % pour Midi-Pyrénées, et le meilleur taux de valeur ajoutée (65 % contre 59 % pour Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Le taux d’investissement est aujourd’hui inférieur à celui des entreprises de Midi-Pyrénées et d’Auvergne. Ces dernières années, ces régions ont en effet modernisé les équipements de leurs stations de montagne, afin de rattraper un certain retard sur les matériels.

Le secteur du patrimoine et de la culture est légèrement sous-représenté en Rhône-Alpes avec 3,5 % de la richesse touristique dégagée. L’Île-de-France, capitale culturelle, affiche un niveau bien supérieur (9 %), alors que la moyenne des autres régions de France de province s’établit à 5 %.

De multiples secteurs contribuent secondairement à la richesse dégagée par le tourisme rhônalpin. C’est le cas, entre autres, du commerce non alimentaire, de l’artisanat, des soins corporels. Ils comptent, au total, pour 25 % de la richesse touristique dégagée.

Ce résultat est en lien avec l’importance des investissements réalisés. En effet, le taux d’investissement des hôtels régionaux est supérieur à celui des établissements des autres régions de France de province (35 % contre 26 % en moyenne). Au fil des ans, ces investissements ont mobilisé des capitaux importants, les plus importants de France rapportés au nombre de salariés du secteur, juste après l’Île-de-France.

De la bonne fréquentation touristique découle aussi une meilleure productivité apparente du travail : 57 000 euros de valeur ajoutée par salarié sont réalisés en Rhône-Alpes (soit 4 000 euros de plus, en moyenne, que les régions de France de province). C’est toutefois moins que la productivité apparente réalisée par les hôtels d’Île-de-France ou de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les restaurants et cafés contribuent pour 21 % à la richesse touristique régionale. Ils emploient 28 000 salariés, soit 24 % des emplois touristiques.

La Savoie, le département le plus touristique de France par la richesse produite

La Savoie est un département très touristique, le premier de Rhône-Alpes et même le premier de France au vu de la richesse touristique dégagée. Cette dernière représente 14 % de la richesse totale savoyarde (contre 13 % pour les Hautes-Alpes et 11,5 % pour la Corse du sud, respectivement aux 2e et 3e rangs). La Savoie est deux fois plus touristique que la Haute-Savoie et sept fois plus que le département du Rhône (la moyenne rhônalpine s’élevant à 3,4 %). Elle produit 27 % de la richesse touristique de la région.

La Tarentaise est la principale zone touristique du département. Elle dégage à elle seule 70 % de la richesse touristique savoyarde.

L’activité des téléphériques et des remontées mécaniques est la plus prolifique. Près de la moitié (47 %) de la richesse dégagée par ce secteur en Rhône-Alpes l’est en Tarentaise. C’est ici qu’on trouve la plus forte concentration de domaines skiables au monde avec notamment les Trois Vallées, Paradiski et l’Espace Killy.

Ce dynamisme impacte positivement tous les autres secteurs : les établissements de la Savoie dégagent à eux seuls 50 % de la richesse régionale du secteur des sports et loisirs, 20 % du secteur de la restauration et 29 % de la richesse du secteur de l’hébergement.

Ce constat touche particulièrement la zone touristique de la Tarentaise. Elle pèse fortement sur le secteur de l’hébergement. Ainsi, 20 % de la richesse régionale dégagée par les hôtels est produite en Tarentaise comme plus d’un tiers de la richesse dégagée par les autres hébergements (autres que les hôtels et les campings).

Diversité du tourisme en Haute-Savoie

Selon le même indicateur, la Haute-Savoie est classée dans les dix départements les plus touristiques de France. Elle représente 23 % de la richesse touristique dégagée en Rhône-Alpes : respectivement, 29 % du secteur régional des sports et loisirs, 23 % de celui des hôtels et 27 % du secteur de la restauration.

Si l’hiver est la principale saison touristique en Haute-Savoie, il existe également un tourisme d’été. Les entreprises du département produisent de la valeur ajoutée dans les transports fluviaux de passagers (traversée du lac Léman) et les terrains de camping du département enregistrent les meilleurs taux de marge de la région.

Les entreprises touristiques de Haute-Savoie sont celles qui, d’une manière générale, investissent le plus en Rhône-Alpes, tout particulièrement dans les activités de la location d’articles de loisirs, les hôtels, les cafétérias, la gestion des musées et les autres transports routiers de voyageurs.

Les zones touristiques du massif du Mont-Blanc et du Haut-Chablais dégagent respectivement 7 % et 5 % de la richesse touristique rhônalpine. Si l’on regroupe toutes les zones touristiques de montagne de la région (y compris celles de l’Isère), la contribution du tourisme de montagne à la richesse touristique régionale dégagée s’élève à plus de 50 %.

Le Rhône : entre tourisme d’affaires et tourisme culturel

Les établissements du Rhône dégagent 21 % de la richesse touristique de la région, 19 % du secteur de l’hébergement (essentiellement dans les hôtels) et 26 % de celui de la restauration.

Principale zone touristique du département, Lyon est la 2e zone touristique régionale après la Tarentaise. Elle contribue à hauteur de 13 % à la richesse dégagée en Rhône-Alpes. La restauration, à elle seule, pèse pour 4 % de la richesse dégagée par l’ensemble du tourisme dans la région. Ainsi, dans ce sous-secteur de la restauration, Lyon pèse pour 18 % de la richesse produite en Rhône-Alpes contre 13 % en Tarentaise.

Le tourisme de plein air caractérise l’Ardèche

Le département de l’Ardèche est caractérisé par son tourisme de plein air. L’activité des campings est le secteur le plus touristique du département. Ainsi, la moitié de la richesse touristique dégagée provient du secteur de l’hébergement. Si l’Ardèche est le département qui contribue le moins à la richesse touristique dégagée dans la région (3,4 % de la richesse régionale), ses campings contribuent en revanche pour moitié à la valeur ajoutée provenant des campings rhônalpins.

Les entreprises ardéchoises ayant d’autres activités associées au tourisme de plein air sont, économiquement, dans une situation favorable. C’est le cas des activités de location d’articles de sport, ou encore des autres hébergements (hors hôtels et campings) pour lesquels les investissements les plus importants à l’échelle régionale sont effectués actuellement par les entreprises du département.

L’Isère occupe une place intermédiaire avec 11 % de la richesse touristique régionale dégagée. Les téléphériques et remontées mécaniques sont surreprésentés en Oisans par rapport au poids des autres activités touristiques : 40 % de la richesse touristique produite sur le département l’est dans ce secteur.

Les trois autres départements de la région sont moins concernés par les activités touristiques. Ils dégagent, chacun, environ 5 % de la richesse touristique régionale et présentent des spécificités touristiques moins marquées.

L’Ain se caractérise par un nombre de locations de logements relativement important, pour une durée plus longue qu’ailleurs. Ce type d’hébergement se marie assez bien avec l’offre de loisirs de plein air et le tourisme récurrent de week-end.

Enfin, le secteur de l’organisation de jeux d’argent, dont 25 % de la richesse régionale est issue de ce département, représente 10 % des retombées économiques du tourisme dans l’Ain.

En matière de richesse dégagée, la Drôme a un profil touristique proche du Rhône. Les résidences secondaires y sont toutefois nombreuses comme en témoigne le poids relativement important des locations de biens et de terrains.

Si le secteur de l’hébergement dégage le plus de richesse touristique dans l’Ain et la Drôme, c’est le secteur de la restauration qui arrive en tête dans la Loire. Dans ce département, l’organisation de jeux d’argent apporte 7 % de la richesse touristique. Enfin, les investissements les plus conséquents réalisés par les entreprises de la Loire vont vers les terrains de camping.

Catégorie A la une, Pays de Savoie, tourismeCommentaires fermés

Quand tourisme rime avec innovation et écoconstruction


La Ministre Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement s’est rendue ce lundi 25 novembre en fin de matinée en Chartreuse, à Saint-Bernard du Touvet, afin de visiter le centre écotouristique l’Evasion au naturel.

Une manière originale d’illustrer les innovations faites en matière de logements touristiques et d’éco-construction.

Frédéric Desautel, gérant de l'évasion au naturel François Brottes, député Maire de Crolles Eliane Giraud, présidente du Parc Cécile Duflot, Ministre

Frédéric Desautel, gérant de l'évasion au naturel présente sa réalisation à François Brottes, député Maire de Crolles Eliane Giraud, présidente du Parc Régional de Chartreuse et Cécile Duflot, Ministre.

L’évasion au naturel est une véritable initiative verte qui n’a à ce jour, pas d’équivalence en Europe. Ce village a été pensé et intégré dans le plus grand respect du Parc naturel régional de Chartreuse, tant dans sa construction que dans la façon dont les visiteurs pourront y séjourner.

Un exemple grandeur nature d’un mode de vie durable parfaitement accessible à tous, et un projet fédérateur pour les habitants alentours, les artisans, et les acteurs économiques locaux.

Cet éco-village innovant accueille touristes, scolaires ou entreprises pour provoquer la rencontre avec une nature pleine de richesses et apprendre la consommation durable. Tout est réuni pour que de retour chez lui, chacun change naturellement ses habitudes sans renoncer à la modernité.

ECO TOURISME

L’Evasion au naturel c’est une histoire de création d’entreprise version développement durable.

Celle d’un ancien cadre dirigeant, Frédéric Desautel, qui un jour a pris la décision de faire rimer compétences et passion pour se lancer en solo dans la construction d’un complexe d’un genre nouveau, totalement orienté vers la nature.

Frédéric Desautel raconte : « Mon projet dès l’origine était d’associer toute la filière bois de Chartreuse mais aussi les habitants, commerçants, producteurs de la commune. Ca n’a pas été facile au début.

J’ai organisé des réunions pour exposer mon projet. Il a fallu quelque temps pour qu’il soit bien compris, que l’on ne me confonde pas avec un promoteur immobilier, mais aujourd’hui, je suis content de voir que j’ai gagné mon pari, puisque le village est perçu comme un modèle par les professionnels de l’éco-construction, que les visiteurs me posent des questions, et que mes partenaires associations, artisans et commerçants coopèrent activement. Ils réalisent que vivre vert, c’est du concret, et pas du tout une utopie. »

En savoir plus :

L’évasion au naturel
Col de Marcieu
38660 Saint Bernard du Touvet
Tél: 06 83 68 86 45
http://www.evasionaunaturel.com

Catégorie nature, tourismeCommentaires fermés

Capital: passer ces vacances à la ferme


Changer, passer des vacances différentes, loin des plages et des campings bondés, et découvrir de nouveaux paysages à la rencontre d’hôtes authentiques.

C’est ce que veulent de plus en plus de Français et c’est sur ce créneau qu’Hervé Vighier a fait fortune en créant Marmara, premier tour opérateur pour les séjours des Français à l’étranger, spécialiste de la Turquie.

D’autres ont profité de la crise et ils ont carrément acheté leur lieu de vacances : une maison à prix cassé sur une île en Grèce ! Pour tous, des vacances avec leur lot de découvertes… Étonnantes et pas toujours agréables !

Sans passer par un tour opérateur, certains vacanciers ont choisi eux de passer une semaine pas chère à la ferme, avec les poules et les vaches, un mode de vacance qui connaît un vrai boum !

Le boum du tourisme à la ferme
Les vacances à la ferme séduisent de plus en plus de Français. Plus économiques, plus authentiques. Des gites aux fermes auberges en passant par le camping de luxe sur les terres du paysan, le choix pour les vacanciers est de plus en plus large. Du plus « routard » au plus haut de gamme, de nouveaux concepts voient le jour. Et s’il existait dans ces fermes un moyen de passer des vacances gratuites ? Comment s’y retrouver dans tous ces nouveaux labels ?


Ces thèmes seront abordés dans l’émission Capital diffusée ce dimanche 12 août sur M6 à 20H45


Catégorie loisirs/détente, nature, tourismeCommentaires fermés

Tourisme social et solidaire en Rhône-Alpes


Si l’accès aux vacances et aux loisirs est un droit, en France, les inégalités face au départ en vacances
se creusent : depuis 5 ans, le taux de départ moyen est passé de 46% à 32% pour les familles
modestes.

La Région Rhône-Alpes s’engage pour un Tourisme social et solidaire (TSS), qui incarne les valeurs
citoyennes et permet à tous d’accéder aux loisirs. Elle y consacre chaque année plus de 2M€.
Priorité du Schéma Régional de Développement du Tourisme et des Loisirs, adopté en 2008, le
tourisme social et solidaire connaît un nouveau souffle depuis la création, le 1er février dernier, de la
Maison commune du tourisme pour tous. Initiée par le Conseil régional et hébergée par Rhône-
Alpes Tourisme, cette commission extra-régionale regroupe l’ensemble des professionnels de ce
secteur : représentants des réseaux, associations et fédérations de tourisme social, de collectivités
locales, de l’Education nationale, de comités d’entreprises, d’organisations syndicales etc.

Organisée sous forme de groupes de travail thématiques, la commission a présenté à l’Hôtel de
Région ce lundi 25 juin les conclusions de ses premiers travaux : une première cartographie du
tourisme social et solidaire en Rhône-Alpes a ainsi été établie, ainsi que des solutions à développer
pour faire face aux mutations économiques, environnementales et sociales en cours.

« Le recul des aides de l’Etat et des collectivités rend nécessaire le regroupement des forces du
tourisme social et solidaire autour d’un réel projet de revalorisation et d’innovation dans ce secteur
qui favorise l’aménagement des territoires, la création d’emplois et la diffusion de valeurs communes
comme le vivre-ensemble, l’éducation populaire ou la mixité. C’est ce que nous voulons développer
pour Rhône-Alpes, avec cette Maison Commune » a déclaré Claude COMET, Conseillère déléguée au
tourisme et à la montagne de la Région.

Jean BESSON, Président de Rhône-Alpes Tourisme, a lui rappelé que « le tourisme social est une
composante essentielle du tourisme en Rhône- alpes ; le potentiel est important. C’est une excellente
décision de la Région Rhône-Alpes pour attirer la clientèle de proximité et plus particulièrement ceux
qui n’ont pas toujours les facilités de prendre des vacances. Rhône-Alpes Tourisme sera à disposition
pour aider la Région à faire vivre cette maison commune pour tous. »

Le tourisme social et solidaire en Rhône-Alpes :
+ 800 centres, soit 12% de l’hébergement marchand
+ 8,6 millions de nuitées dont 3,8 millions en centres de vacances
+ 2,3 milliards d’euros de PIB

Catégorie social, tourismeCommentaires fermés

Grenoble va accueillir le….


Le 7e congrès mondial du tourisme de neige et de montagne se déroulera à Grenoble, les 28 et 29 avril prochain. Ceci dans le cadre du Salon international de la montagne.

L’organisation Mondiale du Tourisme et la principauté d’Andorre, qui co-organisent cette importante rencontre pour le tourisme de montagne ont donc accepté l’invitation de la capitale des alpes. Ce sera la première fois qu’il se tiendra hors du principat d’Andorre. Il réunira bien entendu de nombreuses délégations étrangères qui viendront débattre sur le thème:

Urbanisme et architecture, développement durable

Véritable plate-forme d’échanges, d’information et surtout d’analyse économique, le Congrès Mondial du Tourisme de Neige et de Montagne réunit chaque édition plus de 150 experts mondiaux et près de 300 personnes venus d’une vingtaine de pays.
L’accueil de cet événement international, qui honore la France et les professionnels français de la montagne, vient conforter le positionnement stratégique de Grenoble sur la montagne, sur les enjeux économiques, environnementaux, sociétaux qui animent les territoires de montagne dans le monde entier.

Catégorie A la une, montagne, tourismeCommentaires fermés

Center Parc de la forêt de Chambaran: pourquoi la Région investit 7M€


A l’invitation de Marcel Bachasson, maire de Roybon, Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, a visité  le site du futur village de loisirs « Center Parcs » à Roybon (Isère), qui sera le 5ème « Center Parcs » français. Il était accompagné par Bernard Soulage, 1er Vice-président délégué aux transports, déplacements et infrastructures, et Eliane Giraud, Conseillère régionale déléguée à l’agriculture, au développement rural et aux Parcs naturels régionaux.

A leurs côtés, se trouvaient Erwann Binet et Christian Nucci, vice présidents du Conseil général, et plusieurs maires des communes voisines.

CP2

Ceux-ci ont écouté les explications de Gérard Brémond, PDG de Pierre et Vacances, maître d’oeuvre dans ce projet.

Cliquer pour voir notre précédent article.

Jean Jacques Queyranne a souligné l’imprortance de ce projet et les différentes retombées positives qui vont en découler.

 » Ce n’est pas tous les jours que l’on trouve une entreprise qui souhaite investir près de 400 millions d’euros dans notre région. Une région qui est la deuxième destination touristique en France: 150 millions de nuitées. Center Parcs de la forêt de Chambaran en apportera 1, 5 million de plus.. Cette réalisation permettra de diversifier notre tourisme. celui-ci est très axé sur la montagne. On va donc élargir la gamme de nos possibilités avec un tourisme de quatre saisons. On retiendra également la forte demande de nos rhônalpins pour un tourisme de proximité. Nous allons donc là aussi leur offrir un créneau supplémentaire. »

Aubaine pour l’emploi

Le président de la région a abordé la « formidable aubaine de l’ouverture de ce centre de loisirs sur l’emploi. Dans un contexte de crise et de forte dégradation de l’emploi, ce projet constitue une véritable opportunité de développement économique et permettra la création de près de 700 emplois directs. Avec 97% des recrutements effectués dans notre région, ce projet sera un ballon d’oxygène pour l’emploi des Rhônalpins et notamment des jeunes qui veulent construire leur avenir en Rhône-Alpes. Il s’agira d’emplois durables, non délocalisables bien entendu. »

….pour la filière bois

Le domaine de la forêt de Chambaran va également donner un coup de fouet à notre filière bois. Seule « 1/3 de notre forêt régionale est valorisée. Nous avons une réserve naturelle, renouvelable importante. Center Parc nous permettra de travailler sur deux pistes: le bois de construction, pour les cottages en particulier et le bois énergie avec la mise en place d’une chaufferie bois. Celles ci auront obligatoirement un effet structurant sur la filière bois régionale. »

Jean Jack Queyranne se dit rassuré par le cahier des charges mis en place par la direction de Pierre et Vacances dans les domaines aussi variés que l’environnement, le maintien du milieu naturel, la gestion des déchets….

CPRA

Voila à quoi ressemblera le centre de vacances du domaine de la forêt de Chambaran. Ouverture prévue en 2013

Voici les 4 domaines relevant des compétences régionales sur lesquels il est prévu d’agir, à hauteur de 7 millions d’euros :

- L’insertion et la formation professionnelles de personnes peu qualifiées (1,5 M€) :
augmentation de l’offre de formation dans les domaines du service et de la cuisine, financement de 70 à 80 Contrats d’Aide et de Retour à l’Emploi Durable (CARED), action coordonnée avec le Service Public de l’Emploi, les organismes de formation et Center Parcs …
- La maîtrise des impacts  environnementaux (3,5 M€) : gestion des déchets, économie d’eau, actions de protection de la biodiversité, haute performance énergétique des cottages, matériaux de construction respectueux de l’environnement…
- Le soutien à la structuration de la filière bois (1 M€) : valorisation du bois de Rhône-Alpes tant pour la construction des cottages que pour l’énergie consommée (réalisation d’une chaufferie bois)
- La promotion du tourisme local et régional (1 M€) : mobilisation de Rhône-Alpes Tourisme dans ce projet qui représentera, à terme, près de 1,5 millions de nuitées.

Catégorie environnement, tourismeCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2018
L Ma Me J V S D
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+