Tag Archive | "truffe"

La truffe, venez y mettre votre nez !


Champignon souterrain au parfum envoûtant, la quête du diamant noir est un chemin de persévérance, d’humilité et de passion. Alors que l’Isère compte bien des sols propices à sa culture, la production de truffe reste largement inférieure à son potentiel historique.

Pourtant, la plantation d’une truffière intéresse autant les gastronomes curieux que les actifs agricoles en vue de créer un complément de revenus ou simplement de valoriser savoureusement des terres peu fertiles.

Pour vous guider dans l’univers de la truffe, ou plutôt des truffes, la Maison Familiale de Vif dispense depuis 2008, la formation « truffes et trufficulture », ouverte à tous.  Elle inclut l’identification de terrains propices, la récolte et la préparation culinaire des truffes en passant par tous les aspects techniques et réglementaires liés aux truffières.

mfr VIFStage du 23 au 27 février 2015, 35h de formation incluant cours théoriques et visites de truffières. Inscriptions avant le 5 février. Programme détaillé, tarifs et financements, contacter la MFR Vif au 04 76 72 51 48 et veronik.leblay@mfr.asso.fr

Catégorie enseignement-formation, trufficultureCommentaires fermés

Mieux connaître la truffe pour mieux la cultiver


Depuis une vingtaine d’années, la production française de truffe ne suffit plus à répondre à la demande, ce qui nécessite une importation accrue de ce champignon.

Afin de pallier ce problème, des chercheurs de l’Inra, de l’IRD, du CNRS, du Cirad et de l’Université Montpellier 2, en collaboration avec la Fédération Française des Trufficulteurs, ont étudié la truffe noire du Périgord sous toutes les coutures.

En voici les résultats.

La culture de la truffe connaît depuis les années 1990 en France une stagnation de sa production qui s’établit autour de 30 tonnes par an, alors qu’il y a 50 ans elle était d’environ 100 tonnes par an et beaucoup plus à la fin du 19e siècle.

Afin de comprendre les raisons de ce recul important et de trouver des solutions pour améliorer la situation, les chercheurs étudient la truffe sous tous ses aspects : génome, écologie, nutrition, développement, reproduction et interactions avec les plantes, les autres champignons et les bactéries.

Les connaissances avancent, mais des questions importantes restent encore ouvertes : Quels facteurs influent sur la croissance et les qualités aromatiques de la truffe ? Quelles sont les techniques de culture les plus indiquées ? Comment améliorer la productivité des truffières plantées ?

Pour répondre à ces questions, six laboratoires et deux organisations professionnelles se sont regroupées autour du projet « Bases d’une intensification écologique durable des écosystèmes truffiers », Systruf1. Voici quelques résultats présentés lors du colloque de clôture du projet.

La croissance des truffes dépend de la photosynthèse de l’arbre hôte, et non de la matière organique venue du sol

Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’alors, la truffe se nourrit des sucres produits par les feuilles de l’arbre hôte et transférés aux racines auxquelles elle s’associe.

Par conséquent, plus l’arbre hôte se portera bien, plus il aura tendance à produire des truffes. Il faut donc éviter les tailles d’été qui freinent la croissance de l’arbre.

Par ailleurs, le manque d’eau est l’un des facteurs qui limitent le plus la productivité de la truffière puisqu’il agit directement sur la croissance des arbres.

TRUFFES INRA

La truffe peut être associée à de nombreuses espèces végétales

Si le chêne ou le noisetier sont les espèces les plus préconisées pour la plantation d’une truffière, elles ne sont pas les seules que la truffe peut coloniser. En effet, dans les truffières naturelles du Sud-Est de la France, on trouve souvent du mycélium de truffes associé aux racines de plantes herbacées comme les orchidées.

Conserver une certaine diversité d’espèces végétales pourrait donc permettre une meilleure productivité des truffières.

Le travail du sol doit se faire en dehors de la période de production des truffes

Le travail du sol est important pour limiter la concurrence d’autres espèces et favoriser la fécondation (la truffe ayant une reproduction sexuée). Cependant, il est à limiter pendant la période de croissance de l’ascocarpe (la partie comestible de la truffe) pour ne pas détruire le lien qui relie arbre et truffe.

Les bactéries du sol pourraient participer au développement de la truffe, voire à la formation de son arôme

Plusieurs espèces de bactéries parmi celles présentes dans le sol ont été retrouvées à l’intérieur de la truffe noire du Périgord.

Les études suggèrent que ces bactéries pourraient jouer un rôle dans la nutrition, le développement et la reproduction de la truffe. Elles pourraient entre autres participer à la formation de l’arôme si caractéristique de la truffe.

Les résultats acquis grâce au projet Systruf, tout en posant de nouvelles questions, permettent de revisiter les nombreuses pratiques empiriques de la trufficulture. Ils ouvrent les perspectives d’une amélioration de la production de la truffe noire du Périgord et, par extension, des autres espèces de truffe cultivées en Europe.

En dehors des retombées économiques directes résultant de l’augmentation de la production, les travaux de Systruf pourraient contribuer en région méditerranéenne au maintien ou au développement d’une activité agro-forestière.

De nouveaux projets sont en cours d’élaboration pour anticiper les effets possibles des changements climatiques et améliorer la gestion de l’eau dans les truffières.

1. Financé par l’Agence Nationale de la Recherche et la Région Languedoc-Roussillon sur la période 2009-2013, le projet a réuni le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CNRS, Inra, Universités Montpellier 1, 2 et 3, Montpellier SupAgro, EPHE, CIRAD, IRD), les laboratoires Interactions arbres/microorganismes (Inra, Université de Lorraine), Biogéochimie des écosystèmes forestiers de l’Inra, Agronomie-Environnement (Inra, Université de Lorraine), Ecologie et écophysiologie forestière (Inra, Université de Lorraine), Symbioses tropicales et méditerranéennes (CIRAD, IRD, Université Montpellier 2, SupAgro), ainsi que la Fédération Française des Trufficulteurs (FFT) et le Centre d’études techniques et économiques forestières (Cetef).

Catégorie A la une, trufficultureCommentaires fermés

Miel truffé..


Claude Schiari est un passionné de cuisine.. Dès qu’il a un moment de libre il élabore des recettes originales… Il a également rencontré un trufficulteur qui lui a transmis sa passion pour les truffes et les plats à base de truffes.

Claude Sciari était présent à la fête de la truffe de St Antoine l’Abbaye ou il a dévoilé sa recette de miel truffé…et la meilleure façon de le déguster..

L’ami Claude dès le retour dans sa cuisine s’est lancé dans la préparation de Chocolat à la Truffe Mélanosporum.  »

Pour la découvrir cliquer ici:

Miel à la truffe: un délice….

L’ami Claude dès le retour dans sa cuisine s’est lancé dans la préparation de Chocolat à la Truffe Mélanosporum.

«   Avec une truffe mélanosporum achetée au Marché de Saint-Antoine l’Abbaye, j’ai réalisé des truffes en chocolat en travaillant du chocolat pur beurre de cacao, de la truffe mélanosporum, de la crème fraiche, du beurre et de la liqueur de truffes afin de réaliser une ganache truffée..

Voici le résultat en image…

truffe..



Catégorie trufficultureCommentaires fermés

St Antoine l’Abbaye fête la truffe


L’association St Antoine Développement a pour objectif de soutenir l’économie et le tourisme de ce village médiéval en y organisant des manifestations populaires et festives, basées sur l’histoire, le patrimoine et le terroir. La truffe entre à merveille dans ces objectifs…

Voilà pourquoi ce dimanche 20 janvier vous avez rendrez vous à St Antoine l’Abbaye pour participer au Marché de la Truffe et des produits du terroir :

Cette manifestation est organisée en partenariat avec le Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère et la confrérie de la truffe noire de la Drôme des collines. Elle a lieu le dimanche qui suit la St Antoine (patron des rabasssiers) en mi-janvier.

L’objectif premier de cette fête est de vulgariser la truffe en établissant un dialogue entre public et trufficulteurs, ce qui est peu fréquent…

Le programme : Exposition, explication, recettes, livres et démonstrations sur la culture de la truffe et ses contraintes. Sont également au programme des démonstrations de le cavage faites par les membres du syndicat des trufficulteurs de l’Isère.

Truffes mais aussi beurre de truffe, arbres mycorhyzés seront également proposés à la vente.

L’entrée est gratuite pour le public, qui pourra trouver sur place nombre de produits du terroir dauphinois tels que vin, fromages des Hautes-Alpes, charcuterie de Savoie …

Une petit restauration sera proposée  sur place et les restaurants du village proposeront  également des menus truffés

Rendez vous donc dimanche 20 janvier, de 9h30 à 18h, salle des fêtes de St Antoine l’Abbaye.

fête truffes Bon

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

La truffe aphrodisiaque…


Article mis en ligne sur le site: www.truffes38.com

Une petite note d’humour!

Si la truffe de l’Isère a tout pour plaire et qu’en plus elle est aphrodisiaque alors…

Le président du syndicat des trufficulteurs de l’Isère, Paul Chamard-Bois, nous a fait part d’une information de plus haute importance: la truffe aurait des vertus aphrodisiaques.
Pour preuve, un article indiquant que le Roi Louis XV en personne en a avalé afin de l’exciter….La question est de savoir quelle quantité il faut en prendre avant qu’elle ne fasse effet….Si vous avez des éléments de réponse: nous sommes preneurs!

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

Lapin aux truffes….


Une enquête réalisée par le comité Interprofessionnelle du Lapin montre que le lapin est un produit de consommation courante, peu onéreux. Pourtant sa consommation est en baisse… et manger du lapin est loin d’être un réflexe hebdomadaire.

Pour les gourmets voici une recette de lapin au truffes.

La chair du lapin est tendre et les truffes en relèvent facilement le goût. Pour réaliser cette recette, de petites quantités de truffes suffisent. L’arôme des truffes se mélange harmonieusement aux saveurs des légumes et de la viande. Pour profiter au maximum du parfum des truffes, il faut les râper au dernier moment.

2 carottes moyennes,
2 oignons moyens,
2 clous de girofle,
quatre épices (noix de muscade, clous de girofle, gingembre et cannelle mélangés en proportions équivalentes),
1 branche de thym,
2 ou 3 feuilles de laurier,
1 lapin d’environ 1 kg 250,
4 à 5 cuillères à soupe de graisse de canard,
100 g de lard frais,
200 g de petits oignons blancs,
3 à 4 cuillères à soupe de beurre,
1 cuillère à soupe de farine,
70 cl de Pineau blanc,
15 g de truffes de l’Isère
sel, poivre.
(4 personnes)

Eplucher les carottes pour les couper en petits morceaux. Epluchez alors les oignons et piquez-les avec les clous de girofle. Placez les carottes et les oignons dans une casserole avec une bonne pincée de quatre épices, le thym, le laurier et 500 ml d’eau.

Portez lentement à ébullition et laisser cuire 1 heure sans couvrir pour laisser s’évaporer une partie du liquide. Passez le bouillon au chinois et réservez-le. Retirez les légumes. Découper le lapin (patte arrière, patte avant, poitrine, râble et tête). Veillez à bien nettoyer tous les morceaux.

Epongez-les ensuite à l’aide d’un torchon. Faites dorer le lapin de tous les côtés à petit feu dans une cocotte avec un petit peu de graisse de canard, sortez-le et maintenez-le au chaud.

Faites cuire le lard préalablement découpé en petits lardons dans la graisse de canard chaude. Ajoutez les lardons au lapin précuit.

Lavez la cocotte. Epluchez les petits oignons blancs et faites-les revenir dans la casserole avec le beurre. Ajoutez la farine et laissez prendre pendant environ une minute à petit feu. Versez le vin blanc, puis incorporez la viande, le lard et le bouillon de légumes.

Râpez les truffes sur le tout, salez et poivrez légèrement et laissez cuire à feu doux et sans couvrir pendant environ 45 minutes.

Servez… et régalez vous!

Catégorie terroirs/gastronomie, trufficultureCommentaires fermés

Croire en la truffe de l’Isère


« A toutes celles et ceux qui nous écoutent, nous aident et qui croient en la trufficulture, le Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère présente ses voeux les plus chaleureux pour cette année qui commence.
Pour tous les Elus, Agents de collectivités,Trufficulteurs professionnels ou amateurs, le Syndicat s’engage à tout mettre en oeuvre, avec les moyens dont il dispose, pour que la « Truffe en Isère » soit mieux connue et appréciée mais également accessible à tous.
De la patience, de la passion pour une valeur sûre de nos terroirs ».
Trufficalement votre…

Paul CHAMARD-BOIS Président du Syndicat des Trufficulteurs de I’Isère.
Syndicat des trufficulteurs de l’Isère
Siège social : Maison Familiale et Rurale
50, avenue de Rivalta – 38450 Vif

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

La truffe dans le Trièves…


Le syndicat d’aménagement du Trièves et la Maison du Mont aiguille Vercors Trièves ont organisé une rencontre afin de présenter une étude faite sur la  truffe en Isère et ses potentialités. Cette étude étant réalisée par le Centre régional de la propriété forestière en partenariat avec le syndicat des trufficulteurs de l’Isère.

L’objectif de cette étude étant de faire un état des lieux existants et de cartographier lez zones favorables à la production truffière.

Le Trièves est constitué d’anciennes zones agricoles laissées à l’abandon. Ces terrains peuvent être propices à l’installation de plants truffiers. A côté de ces zones on recense de nombreuses truffières naturelles réparties sur l’ensemble du territoire.

Selon l’étude menée 19810 semblent favorables à la production de truffe noire et 47280 sont susceptibles d’être valorisés en truffe de Bourgogne.  Ceci soit immédiatement soit après déboisement.

Au cours de la restitution de cette étude, il a été  analysé les différents avantages de la mise en place de plants truffiers. On retiendra qu’elle:

- favorise l’entretien du paysage

- lutte contre l’embroussaillement

- diminue les risques d’incendie

- limite l’érosion des sols

- apporte une plus value aux terrains.

L’unanimité s’est faite autour de l’ensemble de ces points avec cependant un bémol : la plus value. Certes elle est possible mais il ne faut pas penser qu’elle sera très importante et garantie ont souligné l’ensemble des participants à cette réunion.

Le Trièves est donc un territoire favorable à la production truffière. Reste à le faire savoir. Pour ce une plaquette vient d’être éditée. Elle sera disponible dans les mairies du territoire concerné. Patrick Chion, président du Groupement des sylviculteurs Trièves-Beaumont- Mathéysine, a proposé d’informer l’ensemble des adhérents de son groupement… D’autres plans de communications devraient également se mettre en place… tant au niveau local que départemental afin de mieux faire connaître la truffe de l’Isère qui a tout pour plaire….

Pour télécharger la plaquette: Plaquette Truffe Trièves

Si vous souhaitez réaliser une plantation truffière, le technicien du CRPF est à votre disposition pour effectuer gratuitement un diagnostic de vos parcelles.

Contact :

CRPF Rhône-Alpes
Stéphanie GEHIN
Maison du Parc
38380 St PIERRE DE CHARTREUSE
Tél. : 04.27.85.82.93
Port. : 06.16.70.28.49
e-mail : stephanie.gehin@crpf.fr

Le Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère peut également vous apporter une aide dans la mise en oeuvre de vos projets truffiers
(commandes de plants mycorhizés).

Contact :

Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère
Président : Paul CHAMARD-BOIS
MFR – 50 rue de Rivalta
38450 VIF
Tél : 06-03-47-43-68
e-mail : sti-truffes@wanadoo.fr

Association Forêts Trièves Beaumont Matheysine

Patrick CHION

Le Mas
38650 St GUILLAUME

Tel: 04-76-34-16-89

Patrick.chion@aftbm.org

Partenaire:

Maison familiale rurale de Vif

MFR vif

Catégorie A la une, Forêt Alpes Sud Isère, trufficultureCommentaires fermés

Formation truffe à la MFR de Vif: et après ?



Venus par simple curiosité,ils sont repartis convaincus et déterminés. Les participants à la formation sur la truffe qui s’est déroulée  à la MFR de Vif envisagent désormais sérieusement la trufficulture comme un complément de revenu à leur activité agricole.

L’enthousiasme a été grandissant tout au long de la semaine tant sur la qualité des apports théoriques que sur la richesse des échanges et la présentation d’outils concrets nécessaires à la gestion d’une truffière.

Les stagiaires ont ainsi pu affiner leur projet de plantation grâce aux conseils de Maximin Enjolras, remarquable professionnel de la filière truffe en Isère et avec la participation de Paul Chamard-Bois, président du Syndicat des Trufficulteurs de l’Isère.

Suite à ce bilan très encourageant, de nouvelles sessions de formations sont envisagées sur les diverses possibilités qu’offre la culture de la truffe: plaisirs culinaires et gastronomiques, intérêt économique pour des agriculteurs (-trices) et des particuliers, intérêts scientifiques pour les curieux de biologie végétale.

Si vous souhaitez être tenu(e) informé(e) du calendrier de ces formations à venir, faîtes-le savoir.

CONTACT

Veronik Leblay MFR de Vif, 04 76 72 51 48,

veronik.leblay@mfr.asso.fr

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

Stage truffe


Du 4 au 8 avril, la Maison Familiale Rurale de Vif propose à tous les curieux de la truffe 4 jours de découverte de ce champignon qui n’en finit pas de nous émerveiller.

La formation vise à acquérir les connaissances nécessaires avant d’envisager une plantation d’arbres truffiers en mettant toutes les conditions des récoltes satisfaisantes de son côté.

Pour cela, un premier temps sera consacré à la présentation du cycle biologique de la truffe et les particularités des différentes espèces de truffe (Tuber melanosporum, Tuber aestivum, Tuber mesentericum, Tuber Indicum, tuber Uncinatum,…). Par la suite, des professionnels dispenseront les conseils techniques de plantation (terrain, choix des arbres, préparation du sol..;), et d’entretien d’arbres truffiers.

Et l’on ne saurait penser un tel séjour sans aborder les aspects culinaires et gastronomiques par la pratique et la dégustation. On vous promet donc une semaine savoureuse concoctée avec Maximin Enjolras, trufficulteur isérois de renom.

Programme détaillé, tarifs et inscription à la MFR de Vif, Veronik Leblay 04 76 72 51 48 ou veronik.leblay@mfr.asso.fr »

Catégorie enseignement-formation, trufficultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2020
L Ma Me J V S D
« juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+