Tag Archive | "UFS"

Apiculture: charte de bonnes pratiques en pollinisation


La contribution du service de pollinisation par les abeilles mellifères est l’un des facteurs clés de la réussite de nombreuses productions agricoles, et particulièrement des semences oléagineuses.

Plus que jamais, la disponibilité et la qualité des colonies d’abeilles sont des enjeux majeurs de la pollinisation des productions.

C’est pourquoi les professionnels de l’apiculture et du secteur français des semences oléagineuses s’engagent dans une démarche de transparence et de qualité, en signant la Charte de bonnes pratiques agricoles et apicoles en pollinisation.

Cette charte est le résultat d’un travail commun des apiculteurs, agriculteurs-multiplicateurs et semenciers, pour renforcer le dialogue et leur collaboration historique.

Elle formalise leurs engagements réciproques pour une pollinisation de qualité, dans le respect des bonnes pratiques agricoles et apicoles, au bénéfice de tous.

Cette initiative GNIS, ANAMSO, UFS, ITSAP-Institut de l’abeille a été remarquée par le Comité Apicole de FranceAgriMer, chargé par le ministère de l’Agriculture de la mise en œuvre du Plan de développement durable de l’apiculture (PDDA). En effet, la mesure 8.1 du PDDA invite les cultivateurs et les apiculteurs à se rencontrer pour « la rédaction d’une charte du service de pollinisation ».

Le GNIS, l’ANAMSO, l’UFS, l’ITSAP-Institut de l’abeille, et ADA France se félicitent que le ministère de l’Agriculture reconnaisse le caractère exemplaire de leur initiative dans le cadre du PDDA et espèrent pouvoir proposer cette Charte aux différentes filières de production, pour un meilleur service de pollinisation en France.

Cette charte s’inscrit dans l’action www.beewapi.com initiée par le GNIS, l’ANAMSO et l’UFS en partenariat avec l’ITSAP-Institut de l’abeille.

L’Association nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences oléagineuses (ANAMSO) est la structure dédiée à la production de semences oléagineuses. Depuis 50 ans elle défend les intérêts techniques et économiques des producteurs qu’elle accompagne dans l’exercice de leur métier.

Elle est également chargée de proposer aux pouvoirs publics toutes les mesures utiles qui intéressent la production de semences oléagineuses, de promouvoir et favoriser tous les progrès techniques dans le domaine qui lui est propre.

Le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, 249 entreprises de production, 17 800 agriculteurs multiplicateurs, 23 000 points de vente ainsi que les utilisateurs, agriculteurs et transformateurs.

L’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation (ITSAP-Institut de l’abeille) a pour objectif de concourir au développement de l’apiculture à travers l’expérimentation, la recherche appliquée, l’assistance technique et économique, l’animation, la diffusion et la formation. Il fédère et accompagne les professionnels et les groupements de la filière apicole tout en mettant à leur service son expérience et ses compétences.

ADA France, fédération nationale du réseau du développement apicole, a pour objectif de concourir au développement de l’apiculture, à travers l’appui à l’installation et accompagnement administratif et technique des apiculteurs (actifs, nouveaux installés et porteurs de projets), diffusion de documents et d’informations techniques et économiques, formation continue et de regrouper et animer au plan national, les groupements de développement apicole à vocation professionnelle (ADA).

L’Union française des semenciers (UFS) est l’organisation professionnelle qui représente 130 entreprises semencières implantées en France et qui ont pour activités la création de variétés végétales, la production et la mise en marché de semences pour l’agriculture, les jardins et les paysages.

Interlocuteur de référence pour l’industrie des semences, elle porte la voix de ses adhérents dans une interprofession forte. Au sein des filières, les semenciers participent à la construction d’une activité économique structurée, dynamique, responsable et pérenne.

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Interdiction du maïs OGM : le double aveu du gouvernement


Les organisations professionnelles de la filière maïs (AGPM, UFS, FNPSMS) ont réagi suite au vote de la loi interdisant la culture du maïs OGM.

« Le gouvernement, à l’origine d’une proposition de loi interdisant la culture du maïs OGM en France
et adoptée hier en 1ère lecture par l’Assemblée Nationale, formule ainsi un double aveu :
-  L’aveu d’une position doctrinale et politique en interdisant, non pas un maïs OGM, mais tous
les maïs OGM actuels ou futurs, et quel que soit leur intérêt.
-  L’aveu d’une grande approximation juridique puisque ce projet de loi, qui s’ajoute à l’arrêté
d’interdiction du Ministère de l’Agriculture du 15 mars 2014 et déjà contesté devant le
Conseil d’Etat pour absence de fondements, ne devrait pas résister à un recours devant le
Conseil Constitutionnel à la seule raison de la primauté du droit communautaire sur la loi
française.

Les organisations professionnelles de la filière maïs rappellent leur objectif qui est de permettre
l’accès aux innovations biotechnologiques comme en bénéficient tous les grands pays agricoles du
monde.

Elles considèrent qu’il est urgent de mettre un terme à cette incohérence qui consiste à interdire de
produire des variétés OGM en France eu égard aux risques prétendus pour l’environnement et la
santé, et parallèlement ouvrir massivement ses frontières aux importations de matières premières
issues de cultures OGM.

Enfin, elles regrettent que le Gouvernement n’ait pas donné suite à leurs propositions de dialogue
pour remettre en perspective les biotechnologies, dont les OGM, au regard des enjeux et défis
auxquels doit répondre l’agriculture française. »

Catégorie OGMCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+