Tag Archive | "UGDFI"

UGDFI: Henri Gras président


L’union des groupements de développement forestier de l’Isère a réélu Henri Gras à sa présidence.

Henri Gras qui a déjà fait deux mandats successifs de 2 ans chacun repart donc pour deux années supplémentaires.GRAS PR

A noter qu’il a été élu à l’unanimité des voix.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

UGDFI: bilan de 4 ans de présidence


Lors de l’assemblée générale de l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère, Henri Gras a fait un bilan des quatre années d’activité de l’UGDFI pendant lesquelles il a tenu le rôle de président.

GRAS BIL 1

Il a tout d’abord tenu à remercier Gérard Arnaud

 » Je voudrais remercier tout particulièrement le premier vice-président Gérard ARNAUD pour son soutien et son aide précieuse.
Il est vrai que nous faisons route commune depuis 2001 dans le Groupement de BELLEDONNE.
Dès la fin de 2009 ou il a quitté le Conseil Général et sa fonction de vice-président en charge de la forêt, Il a accepté de venir me seconder pour la durée d’un premier mandat de 2 ans, puis il a poursuivi encore pour 2 nouvelles années et il termine ce soir, jour de l’assemblée générale de l’UGDFI.
Les fonctions qu’il a accomplies ; je pourrais dire que nous les avons remplies en tandem et dans un bon esprit.
Il prendra dès demain 1er Février un autre poste, celui de représentant du Groupement de BELLEDONNE auprès de l’UFP38 (Syndicat).
D’un collègue forestier, il est devenu un ami, un compagnon dévoué et avec lui, nous avons dû faire face à de nombreuses critiques et remises en cause, mais je ne veux retenir que le positif.

il a ensuite énuméré l’activité en tant que telle

Le travail accompli est colossal, à savoir :
-2011 notre comptabilité est assurée par le Cabinet d’experts La fiduciaire représente par Madame BENONE.
-La mise en chantier des statuts et du règlement intérieur en 2011 et le vote à l’unanimité début 2012, des dits statuts sur les conseils de Maître Sophie LAHEURTE qui nous a utilement assisté.
Nous avons aussi entamé la mise en chantier du rapprochement avec le Syndicat, avec la création d’une commission ad ’hoc dirigée de main de maître par François COTTIN et Fernand MICHALLAT . Cette tâche ne sera pas couronnée de succès dans un premier temps, mais elle aura eu le mérite d’en faire la trace.

De ce rapprochement Bruno de Quinsonas-Oudinot (président du syndicat depuis janvier 2011) en avait fait une priorité reprenant celle déjà envisagée par Charles MILLIAT son prédécesseur.
En Octobre 2012 à IZEAUX les propositions de la commission COTTIN / MICHALLAT que je présente n’ont pas donnés une suite favorable par le président du SYNDICAT.
En Juin 2013 le Syndicat a change d’appellation et est devenu (UFP38)
.
GRAS BIL 2N’ayant pas reçu le feu vert de notre Conseil d’Administration pour voter les nouveaux statuts je me suis abstenu (j’avais adressé un message à tous les présidents de nos groupements ainsi qu’au président du Syndicat demandant l’établissement d’un calendrier nécessaire pour arriver à nous compléter). Ce calendrier devait avoir comme objectif final, l’A.G annuelle..

Du point de vue de la représentation concrète de nos groupements au sein de l’UFP38 nous sommes au point; Gérard ARNAUD du G.S.B est le dernier collègue désigné pour y siéger.

Je voudrais associer également les autres membres du bureau : Patrick CHION second vice-président et notre trésorier Jean Louis REBUFFET assisté de Paul Plançon qui, tout au long de ces quatre années ont été d’un appui sans faille.

Nous avons réglé quantité de questions, quasiment au quotidien, par téléphone et courriels..

Nous avions dès 2010 devant la carence de bénévoles pour tenir le poste de secrétaire, fait appel à une personne extérieure, en la personne de Madame LEGOFF. Un contrat en CDI avait été mis en place. Elle a mis fin à cette fonction au 31 décembre 2013, fonction qu’elle a remplie dans un bon esprit..

Bilan positif

Nous pouvons, je pense tirer un bilan positif sur l’ensemble de l’action menée même si tout n’est pas parfait.

Nous pouvons dire que les groupements sont assez bien fédérés au sein de l’UGDFI et sans doute grâce aux réunions des présidents dès 2010. Un peu décriée au départ, mais maintenant presque demandées..
Ces réunions nous ont permis de mieux nous connaître et de pouvoir nous exprimer en toute sincérité sur nos projets communs c’est-à-dire la forêt, et la diversité de ses questions. La aussi je voudrais remercier nos collègues et les encourager à poursuivre dans l’avenir…. Beaucoup reste encore à faire.

Je voudrais revenir sur la fête de Forêt de Montagne ou notre participation pendant ces 3 journées a été appréciée.
Au  Colloque du samedi l’ UGDFI était le seul organisme présent et intervenant pour représenter les propriétaires forestiers privés.
Le CRPF et le Syndicat ne s’y étaient pas joints faute de crédits et de techniciens disponibles.

J’ajouterai le rôle du Conseil Général, son Président André VALLINI et tout particulièrement Charles GALVIN son vice-président en charge la forêt, qui d’année en année nous aide à concrétiser nos projets (créations des ASLGF- Des dessertes – des routes forestières- etc.). Elus et personnel du conseil Général ont toujours été à notre écoute..ce qui nous a bien facilité notre tâche au niveau administratif.. »

Suite à cette intervention très applaudie, s’est poursuivie l’assemblée générale de l’UGDFI.

Vous en lirez le compte rendu mis en ligne sur sillon38 ici:

Assemblée générale de l’UGDFI

Précisions..

A la lecture de ce bilan, Pascal Guillet technicien au CRPF a tenu à apporter la précision suivante à propos de la fête de la forêt de montagne: « Je m’étonne de voir ces propos puisque je représentais ce jour le CRPF, et que je suis notamment intervenu à la tribune pour présenter le chantier que j’avais organisé sur St Martin d’Hères avec la Métro: »


Catégorie UGDFICommentaires fermés

Assemblée générale de l’UGDFI


L’ assemblée générale du Groupement forestier de l’Isère a permis à Henri Gras, son président de rendre un vibrant hommage à Gérard Arnaud, en particulier pour « son travail colossal. »

Gérard Arnaud, élu conseiller général, en 1976 a de suite oeuvré pour la reconnaissance de la forêt et de la filière bois en Isère. Longtemps vice président en charge de la forêt il a aidé au développement de ces dernières. Son successeur Charles Galvin poursuivant ces actions..

Gérard Arnaud: "Il a dynamisé la forêt et la filière bois de notre département" . A ses côtés son Charles Galvin qui a pris le relais au conseil Général

Gérard Arnaud: "Il a dynamisé la forêt et la filière bois de notre département" . A ses côtés son Charles Galvin qui a pris le relais au conseil Général

Si aujourd’hui la forêt et la filière bois de notre département sont reconnues, dynamiques, elle le doivent à Gérard Arnaud. Ce dernier a également participé au développement de la forêt de Belledonne à travers ses travaux au sein du groupement des sylviculteurs de Belledonne.

 » Il a travaillé au quotidien, apportant à notre groupement un appui sans failles, donnant des avis modérés mais très écoutés car pertinents..  » a précisé Henri Gras, avec une pointe d’émotion. Gérard Arnaud souhaitant prendre du recul, bien mérité vis à vis de son engagement..

Henri Gras présente l'activité de l'UGDFI. A ses côtés Bruno De Jerphanion, président du CRPF Rhône-Alpes

Henri Gras présente l'activité de l'UGDFI. A ses côtés Bruno De Jerphanion, président du CRPF Rhône-Alpes

Bruno de Jerphanion , président du CRPF Rhône-Alpes a tenu à assister à cette importante rencontre pour la filière bois de notre département..

.Il a confirmé que le CRPF subi lui aussi de plein fouet la crise,  » avec des subventions en baisse de 10%.. Cela ne nous empêchera pas de travailler mais nous oblige de travailler mieux avec moins de moyens..: non le CRPF n’a pas perdu de son efficacité.. oui les techniciens présents sur le terrain continueront à aider, conseiller les propriétaires forestiers.. »

Le rapprochement entre les groupements et l’union des propriétaires forestiers de l’Isère est toujours d’actualité..  » Je soutiens ce travail de cet indispensable rapprochement. Les deux structures ont des missions différentes, cela n’empêche pas de se rapprocher et de travailler sur des objectifs communs.. Il est essentiel que les membres des groupements adhèrent aussi au syndicat départemental qui lui, cotise à la Fédération nationale. » a t-il précisé.

Dans la salle il a été indiqué que le premier travail à faire est de « vendre les bois à leur prix.. il n’est pas normal que le prix du bois ait été divisé par 3… »

Il a été remarqué que les bois de notre département sont globalement de très bonne qualité mais qu’ils souffrent de la difficulté de les sortir. L’Isère est un département au relief montagnard.. Une spécificité pas prise en compte dans la récente loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la forêt. La mobilisation est forte pour que ce particularisme soit intégré dans cette loi..

Cela n’empêche, des actions, initiatives sont prises afin de mieux valoriser notre forêt.. On peut citer par exemple le Plan Pluriannuel de développement forestier mis en place afin d’améliorer la production et la valorisation économique du bois, tout en respectant les conditions d’une gestion durable des forêts.

Les ASLGF, associations syndicales libres de gestion forestière, qui peuvent assurer tout ou partie de la gestion des propriétés qu’elle réunit et prendre en charge l’exploitation et la mise en marché des produits forestiers.. Elles se développent bien en Rhône alpes, 7 fonctionnent déjà en Rhône-Alpes et 7 sont en préparation..

Chacun a compris l’intérêt d’avoir des propriétaires concernés, structurés, car la demande de bois va être multipliée par trois dans les années 2050… c’est à dire demain..

Guy Charron, représentant Charles Galvin, vice président du Conseil Général en charge de la forêt a précisé que le département était conscient de ces enjeux..  » Le Conseil Général a lancé une aide spécifique à la modernisation des entreprises de 1ère et 2ème transformation. 5 d’entre elles, des petites structures ont déjà bénéficié de ces aides,  d’autres suivront.. Il est en effet important que ces entreprises soient performantes et bien réparties sur l’ensemble de notre territoire…  » Il a aussi rajouté l’importance d’utiliser du bois local certifié PEFC. ».

A ce niveau le Conseil général sert de locomotive. Il a édité un document intitulé  » le conseil Général de l’Isère construit des collèges en bois.. qui recense l’ensemble des collèges construits ou modernisés ou le bois est très présent..


.



Catégorie UGDFICommentaires fermés

Sylve38 de janvier est paru..


Une SYLVE...81

Le magazine des propriétaires forestiers de l’Isère, Sylve38, daté du mois de janvier 2014 est paru..

Au sommaire:

- les voeux du Président de l’ Union des groupements de développement forestier de l’Isère, Henri Gras

- La construction bois, une démarche volontaire du conseil général de l’Isère

- Parc naturel de Belledonne: ça se précise…

- Compte rendu de la journée de l’innovation à Clelles

- l’installation d’un marteloscope en Chartreuse

- cubage des bois d’oeuvre abattus

- invitation au salon Bois énergie à St Etienne du 13 au 16 mars..

- sans oublier le dessin de Biassu…

Vous souhaitez vous abonner à Sylve38 ( 4 numéros par an )

envoyer un chèque de 10 euros à l’ordre de l’UGDFI:

40, av. Marcelin Berthelot
38100 Grenoble

Contacts:
Tél. : 04 76 20 68 27
ugdfi38@orange.fr

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Appel urgent aux 92.000 propriétaires forestiers privés de l’Isère


Le Président de l’Union Des Groupements pour le Développement Forestiers en Isère, Henri Gras, lance un appel urgent aux 92.000 propriétaires forestiers privés de l’Isère.

h.gras 25 11 2011

Les Années bonheur simple où l’on prenait le temps de vivre et de faire, paraissent terminées, tout au moins à l’échelle de notre vie.

Aujourd’hui, nous sommes poursuivis et souvent  rattrapés par le rythme stressant de la vie dite moderne.

On peut s’en réjouir ou le déplorer, mais c’est la réalité d’aujourd’hui à laquelle nous sommes confrontés, celle du toujours plus dans un grand nombre de domaines …

François de CLOSETS l’avait bien  pressenti et en avait fait un livre prémonitoire.

Les aspects fatigants de cette cadence accélèrent et se doublent de caractéristiques contradictoires, quant aux projets que les Pouvoirs Publics nous appellent à conduire.

Prenons deux exemples pour illustrer brièvement notre propos

Le bois énergie

Des réalisations et projets (parfois démesurés en taille) se multiplient à l’envie…. Et on transporte la matière première sur des centaines de kilomètres ….. L’impact  écologique vous en remercie !

Comment est impossible de faire preuve d’autant de non-sens ? Il suffirait pour remédier à une telle incohérence.

Qu’une étude d’approvisionnement en bois  de proximité soit exigée par une loi et conduite en même temps que l’étude du projet chaufferie. Pourquoi ne le fait-on pas ?

Autre point : en 2006 les Pouvoirs Publics font savoir qu’à partir de 2012 ils n’utiliseront que du bois P E F C pour la nouvelle construction.

L’éco certification  P E F C

Une campagne intensive est menée auprès des propriétaires pour l’adhésion à P E F C depuis 2006 .

Le passage par l’écocertification  est inévitable, d’autant plus qu’il s’agit dans son principe d’un excellent concept …

C’est ce que nous répétons avec force à nos  adhérents, comme  aux non encore adhérents et aux amis de la propriété forestière  privée.

Pourtant, là encore les éléments d’une politique forestière que nous souhaiterions intelligente et audacieuse ne s’imbriquent  pas les uns dans les autres.

Pour me faire bien comprendre : Un engagement pour un  propriétaire forestier certifié P E F C consiste à prélever régulièrement du bois dans ses  parcelles pour, entre autre, éviter le stockage excédentaire de la croissance naturelle.

Comment tenir cet engagement quand le seul accès quand il existe ! est une piste forestière chaotique et pentue à l’excès ?

Nous pourrions multiplier les exemples au risque de nous lasser.

L’utilisation optimum de nos bois d’œuvre  tarde aussi à être reconnue à sa juste hauteur par les bureaux d’études, les architectes, les concepteurs ainsi que les maîtres d’œuvre.

Les causes  importantes en sont la non-connaissance de sa résistance mécanique (mesurée précisément) et dans de trop nombreux cas une insuffisance de bois sec (manque d’unités de séchage).

Résultat :

Les architectes et les bureaux d’étude préfèrent préconiser les bois du Nord, d’Autriche, d’Allemagne ou de Russie.

Face à cette situation défaillante, nos groupements prennent l’initiative pour lancer comme maître d’ouvrage des études à but opérationnel pour mesurer de façon fiable cette résistance mécanique, le but visé étant de pouvoir négocier favorablement les prix de nos bois sur une base objective.

Ce que nous appelons la caractérisation, mécanique des bois serait de surcroît une étape essentielle sur le chemin de la traçabilité réclamée aujourd’hui par l’aval (notamment par les gros négociants et par les grandes surfaces fournisseuses).

Bien entendu, là encore  une politique cohérente reste à construire entre  les successifs et différents  maillons de la chaîne.

Notre travail consiste à faire au  mieux, ce que nous pouvons à notre niveau de propriétaires forestiers.

Pour que le mot  < filière > ne soit pas usurpé, il faut que les Pouvoirs Publics jouent le rôle indispensable de chef d’orchestre ou en créent un.

AUTRES SUJETS PREOCCUPANTS

Plus grave, le déficit de la balance commerciale  engendré par la filière bois serait de plus de 6 milliards d’euros, alors que nous sommes la quatrième forêt d’Europe.

Au global nous sommes incapables de prélever le volume d’accroissement naturel de la forêt nationale !! !

Nous importons du bois en particulier des résineux ! Ce simple constat témoigne, si besoin est, les carences préjudiciables de la dite filière en terme économique, écologique et d’emploi.

Ce qui freine, ce ne sont pas les P.F/P. mais la 1ière et 2 ième. transformations qui ne sont pas ou ne peuvent pas s’équiper. Les petites scieries au vu du coût ne peuvent y prétendre.

Les ventes groupées de 2012 à ST. BALDOPH bien que préparées avec un certain soin, ont été un véritable fiasco (pourtant tous les bois proposés étaient P E F C.)

En première lecture (le jour de la vente) : des résultats calamiteux.

Nous pensons pourtant qu’à défaut d’autres solutions pour le moment, ce type de vente est à continuer.

Ce tableau général largement insatisfaisant, nous conduit à estimer qu’en matière d’économie forestière (de l’amont à l’aval) nous sommes au bout d’un système.

Les méthodes au <papa > et les transactions de marchands de tapis ont vécu !

Notre conviction de ce point de vue est totale.

Deuxième sujet très important l’assurance de nos, de vos forêts.

2012 a été une année de fort coup de vent et le résultat ne sait pas fait attendre.

D’innombrables arbres déracinés, jetés à terre, sur les routes, chemins etc.  Provoquant  des dégâts matériels à des tiers, d’un montant important.

Vous pouvez, ou plutôt  « vous devez »  vous couvrir  afin de vous éviter  des débours plus qu’importants.

L’U G D F I a contracté une Police d’Assurance couvrant l’ensemble de ses risques pour une cotisation annuelle de 0,18 ct l’hectare.

Pour y souscrire, contacter les groupements de forestiers privés et vous aurez, une tranquillité d’esprit ainsi que la tranquillité pécuniaire.

Le Président du Syndicat des propriétaires forestiers privés déclarait samedi dernier en CHARTREUSE qu’un contrat au niveau national serait à l’étude.

En ce qui nous concerne, avant de changer d’assureur, nous étudierons les clauses, les franchises, les capitaux pour plaidoiries, franchises de futur contrat si celui-ci voit le jour.

AUTRE SUJET IMPORTANT

Se faire représenter et défendre.

Comme vous le savez, les groupements de Sylviculteurs forestiers privés sont soumis aux règles de la « Loi 1901 association », et à ce titre, nous ne pouvons ni nous représenter, ni nous défendre devant les Pouvoirs Publics, l’Etat, l’Europe.

Nous devons faire appel à un organisme du type loi 1884 (syndicat). Il agit pour nous comme un avocat et évidemment il ne vit pas d’amour ni d’eau fraîche, et pour le missionner, nous devons  lui verser  des cotisations.

Dans les temps actuels ou tout est polémique il est important d’avoir un syndicat, et là aussi vous pouvez y souscrire à partir des Groupements de Sylviculteurs.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Propriétaires forestiers: le rôle important de l’UGDFI


L’assemblée générale 2013 de l’union des groupements de développement forestier, présidée par Henri Gras fera date!  Il a en effet été demandé, par les élus, aux propriétaires forestiers de s’engager davantage dans les démarches qui vont être mises en place pour mieux développer les activités liées à la forêt et à la filière bois.

Henri Gras entouré de Gérard Arnaud vice président de l'UGDFI et François Brottes, député présente l'activité du groupement d&partemental

Henri Gras entouré de Gérard Arnaud vice président de l'UGDFI et François Brottes, député présente l'activité du groupement départemental

Dans un premier temps le président de l’UGDFI a indiqué que  » l’année 2012 a vu espoirs, illusions désillusions se succéder… On retiendra surtout les restructurations faites au niveau des techniciens du CRPPF… Nous en avons subi les conséquences qui sont allées jusqu’à la perte d’adhérents…La vente groupée de bois à St Badolph a été loin d’être satisfaisante, le projet un rapprochement entre les groupements et le syndicat des propriétaires forestiers n’a pas abouti… » A ce propos, le président Henri Gras pense que » l’on a sans doute voulu aller trop vite en besogne, il faut laisser le temps à la réflexion et réétudier un plan de rapprochement… « 

René Sabatier, ingénieur au CRPF a reconnu que les « changements de techniciens peuvent créer des craintes mais on doit reconnaître leurs mérites. » il a rappelé les différentes missions confiées au Centre Régional des propriétaires forestiers: former, informer, valoriser…Il a regretté que « sur l’Isère on n’arrive pas à mettre en place un cycle de formation FOGEFOR. Formation qui permet de mieux entretenir, gérer sa forêt…

UG 2

Au niveau des discussions, elles ont été nombreuses en 2012, en particulier avec le nouveau directeur de Coforêt Lionel Piet, celui de la communauté de communes du Grésivaudan Françis Gimbert,  » et celles conviviales et constructives que nous avons régulièrement avec le député François Brottes et le vice président du Conseil Général en charge de la forêt Charles Galvin. Ils sont à nos côtés, nous donnent de « bons tuyaux »Il a également été mis en avant une initiative originale: une rencontre organisée entre les trésoriers des différents groupements répartis sur le département. « Elle a permis de mieux se connaître et d’échanger des idées, des façons de travailler…

Jean Charles Thiévenaz a exposé quels sont les axes d’intervention des experts forestiers,  » notre rôle essentiel est de gérer la forêt et de mobiliser les ressources. »

Gérard Arnaud, vice président de l’UGDFI a informé les propriétaires forestiers que la prochaine coupe de bois aura lieu le 18 septembre à Rumilly. Il a rappelé à la salle que le succès de cette vente passe par une qualité irréprochable des bois présentés.  » Ils doivent être attractifs, homogènes.. »

Bertrand De Germiny a pour sa part abordé un problème récurrent: les dégâts de gibier.  » Ils sont de plus en plus importants en forêt. Sur certains secteurs, comme le Vercors ils sont insupportables… Cela vient essentiellement du fait qu’il y a de moins en moins de chasseurs, donc de plus en plus de gibier..  » Le problème est que les dégâts de gibier ne sont pas indemnisés.  » Par contre la fédération départementale des chasseurs nous apporte une aide au niveau de la protection de nos forêts… En cas de dégâts, il faut absolument contacter le président de l’ACCA locale, le président du Groupement forestier concerné..  »

Michel Cochet, président de Créabois a sensibilisé la salle sur la démarche PEFC.. Elle s’essouffle au niveau des adhésions à cette certification et pourtant elle devient indispensable pour vendre son bois d’autant plus que la demande en bois locale ne cesse de progresser…

Une présentation de l’Association syndicale libre de gestion forestière du Bas Dauphiné a été faite par Paul Rostaing. Sur le secteur une restructuration foncière a été menée a bien. 400 hectares ont été restructurés et l’on est passé au niveau des parcelles de 0,4 à 0,9 hectare donc plus faciles à exploiter, gérer. L’ASLGF permet de mutualiser cette gestion, cette exploitation.

Restait à entendre les propos des élus.

François Brottes député a de suite planté le décor: « pensez plus à vous unir qu’à vous désunir. Il y a trop de structures « bois » qui nuisent à la lisibilité de vos actions. Vous devez trouver les solutions adaptées pour mieux vous entendre… François Brottes a conseillé aux propriétaires forestiers d’aller au devant des futurs candidats aux élections municipales de 2014.  » Vaut mieux les rencontrer avant qu’après… » Il croit beaucoup à une gestion de la forêt qui fait la part belle à la régénération naturelle et a donné une idée aux propriétaires forestiers concernant la sensibilisation des jeunes vis à vis de la forêt.  » On parle beaucoup des nouveaux rythmes scolaires. Des idées nouvelles doivent émerger pour gérer le temps hors les cours classiques. On peut imaginer des ballades avec animations ende la forêt..  »

Une nouvelle loi forêt est en préparation, François Brottes pense prendre appui sur les groupements afin que ceux ci lui donnent des idées…ug3

Charles Galvin, vice président du Conseil Général en charge de la forêt a rappelé que le département a une politique volontariste vis à vis de sa forêt.  » Certes les budgets sont en baisse, reste à être imaginatifs afin de faire aussi bien, même mieux avec moins…Cela nous obligera à faire des choix utiles.  » Lui aussi demande que les structures de la filière se rapprochent afin de gagner en efficacité… Il a enfin rappelé que le Conseil Général a débloqué une somme de 300 000 euros afin de soutenir, de moderniser les scieries, les entreprises de seconde transformation de proximité.  » 300 000 euros, ça peut paraître peu mais ils seront complétés par des fonds en provenance de la région, de la Datar… »

L’ensemble des intervenants donnant rendez vous à tous les forestiers au salon du bois qui se tiendra à Alpexpo Grenoble du 11 au 14 avril 2013

Catégorie UGDFICommentaires fermés

AG du Groupement de développement forestier en Isère


L’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère tiendra son assemblée générale le samedi 23 février à Grenoble.

Les travaux débuteront à 9 heures dans la salle Fréjus Michon dans les locaux de la chambre d’agriculture de l’Isère.

Outre les différents rapports: moral, financer… plusieurs thèmes seront abordés tels que les dégâts de gibier, les coupes et éclaircies groupées, la présentation d’une association libre de gestion forestière, les différents systèmes d’assurance, la présentation et le rôle du syndicat des propriétaires forestiers… sans oublier les diverses interventions des élus.

L’UGDFI regroupe l’ensemble des groupements forestiers répartis sur le département de l’Isère.

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Propriétaires forestiers, pensez à vous assurer…


APPEL URGENT aux 92.000 Propriétaires Forestiers Privés de l’ISERE..

L’année 2012 a vu une recrudescence des tornades sur nos forêts avec des conséquences et des pertes financières importantes.
Plusieurs sapins ou autres arbres se sont abattus sur les voies de communications ou sur des véhicules ou pire encore sur des lignes électriques endommageant et détruisant des pylônes (sur les Adrets par exemple).

Le montant est effarant: plusieurs centaines de milliers d’euros.
Vous pouvez vous couvrir de ces déconvenues en rejoignant les Groupements Forestiers et régler une cotisation au prix modique de 0,18 centime l’ HA .
Il est vrai que l’accident ne m’arrivera jamais mais nous sommes tous voisin du voisin…

Henri Gras

Président de l’ Union des  Groupements pour le Développement Forestier en Isère.

ug

42 avenue Marcelin Berthelot
BP 2608
38036 GRENOBLE CEDEX 02

Catégorie forêtCommentaires fermés

Voeux de l’UGDFI


L’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère, à travers son président Henri Gras et son conseil d’administration, vous présente ses meilleurs voeux pour 2013.

voeux ugdfi

L’UGDFI regroupe les associations de propriétaires forestiers de l’Isère:

Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine

Association Forêts Trièves Beaumont Matheysine

Association pour le développement des Bonnevaux-Chambarans

Groupement des sylviculteurs de Belledonne

Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 Montagnes

Association VALFOR

Groupement des Sylviculteurs de Chartreuse


Contact:

Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère.

40 avenue Marcelin Berthelot

BP 2608

38036 GRENOBLE CEDEX 

Mail: ugdfi-38@orange.fr


Catégorie UGDFICommentaires fermés

Avenir de la forêt: les candidats aux législatives s’expriment


Le département de l’Isère est un département forestier par excellence. Les 255 000 hectares de forêt  représentent 1/3 de la surface départementale. A noter que seulement 210 400 ha sont productifs.

Les régions forestières

  • le Bas-Dauphiné, faiblement boisé, a une forêt composée de feuillus,
  • les plateaux de Bonnevaux et Chambarans ont un boisement de taillis de châtaigniers, mélangés au chêne rouvre ou pédonculé sur environ 40 % du territoire,
  • le Grésivaudan : la forêt est un mélange de futaie et taillis de chêne sur les piémonds du Vercors et de la Chartreuse. Sur Belledonne, le taillis de châtaignier cède sa place en altitude à des peuplements de chênes et hêtres, puis plus haut, d’épicéas. Le taux de boisement est voisin de la moyenne départementale.
  • les plateaux du Vercors, de Chartreuse et les hauteurs de Belledonne sont occupés par la hêtraie sapinière, avec comme essences dominantes, le sapin et l’épicéa. La surface forestière avoisine les 60 %.
  • la Matheysine et le Trièves-Beaumont ont un taux de boisement de l’ordre de 40 % et des peuplements majoritaires de pins sylvestres ou de hêtres.

Les propriétés forestières

La forêt appartient à l’Etat (20 100 ha), aux communes (56 600 ha) ou aux propriétaires privés (177 500 ha).
Les forêts relevant du régime forestier représentent 40 % de la surface boisée et se répartissent sur 256 communes, essentiellement en montagne. La forêt domaniale est surtout vouée à la protection et non à la production de bois.
La forêt privée appartient à 92 400 propriétaires et la surface moyenne par propriétaire est inférieure à 2 ha. Seulement 39 propriétés ont une surface supérieure à 240 ha.
Le volume sur pied en forêt représente 42,3 millions de m3 et l’accroissement courant annuel est estimé à 1,5 millions de m3.

La filière bois de notre département est très dynamique. Aidée en cela par le conseil Général qui l’aide activement, sur plusieurs chapitres dont les principaux sont:

Aides pour une mobilisation accrue de bois d’œuvre


L’Union des Groupements de Développement forestiers de l’Isère (UGDFI) a pris une initiative originale. Elle a posé 12 questions bien précises aux candidats aux élections législatives.
Pour découvrir ces questions cliquer sur:

Elections législatives: 12 questions sur l’avenir de la forêt en Isère

Plusieurs candidats, qualifiés pour le deuxième tour ont tenu à répondre à ce questionnaire.

Pour lire leurs positions cliquer sur:

Jean Pierre Barbier:

barbier

barbier 2

Marie Noëlle Battistel

battisrel 2

Erwan Binet

Lettre réponse EB forêt - page 1-1Lettre réponse EB forêt - page 2Lettre réponse EB forêt - page 3

Didier Rambaud

lettre réponse_propriétaires forestiers

lettre réponse_propriétaires forestiers-1

lettre réponse_propriétaires forestiers-2

François Brottes

Questions forêt Brottes

Catégorie forêtCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2021
L Ma Me J V S D
« jan    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+