Tag Archive | "Unesco"

La Grotte ornée du Pont-d’Arc inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO


Le Comité du patrimoine mondial, réuni actuellement à Doha (Qatar) lors de la 38ème session de l’Unesco,
vient d’inscrire la Grotte ornée du Pont-d’Arc dite Grotte Chauvet sur la liste des biens culturels du patrimoine
mondial. Actuellement, la Caverne du Pont-d’Arc, réplique de grotte, est en cours de réalisation à Vallon
Pont d’Arc en Ardèche. Plus grande restitution au monde réalisée à ce jour, elle ouvrira au printemps 2015.
Daté de 36 000 ans et situé à Vallon Pont d’Arc à l’entrée des gorges de l’Ardèche, le bien inscrit englobe
la totalité de la cavité mais également l’écrin paysager naturel et le bassin hydrogéologique dont l’arche
naturelle du Pont d’Arc et ses 54 m de haut.

Il s’agit du plus ancien bien culturel jamais classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Cette inscription est une formidable nouvelle pour cette candidature portée par la Région Rhône-Alpes et
le Conseil général de l’Ardèche, en lien avec l’État français et l’Association pour la mise en valeur de La
Grotte ornée du Pont-d’Arc.

« L’inscription de la Grotte au patrimoine mondial est un merveilleux hommage rendu aux premiers artistes
de l’histoire et récompense l’engagement et la mobilisation des territoires ardéchois et rhônalpins. »
se félicite Pascal Terrasse, député de l’Ardèche et Président du Grand Projet de la Caverne du Pont-d’Arc.

Être inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco garanti aujourd’hui la conservation de la grotte et permet
de comprendre et expliquer son intérêt patrimonial. Cela permet aussi de valoriser la grotte, son environnement
et son contexte culturel ; de participer au rayonnement national et international du projet et de favoriser
la mobilisation de la communauté scientifique internationale autour de l’étude des milieux souterrains
et de l’art pariétal à l’échelle mondiale.

« Tel le trésor de l’Atlantide, la grotte ornée du Pont-d’Arc restera à jamais fermée et enfouie dans l’imaginaire
collectif. Ce trésor unique au fondement du premier acte culturel se devait néanmoins d’être connu du
plus grand nombre avec la réalisation d’une réplique unique : la Caverne du Pont-d’Arc » poursuit Pascal
Terrasse.

Née de la volonté de faire partager au plus grand nombre ce trésor de l’humanité légué par nos ancêtres
aurignaciens, la Caverne du Pont-d’Arc ouvrira ses portes au public au printemps 2015 à proximité de la
Grotte ornée, sur les hauteurs de Vallon Pont d’Arc en Ardèche.

Elle offre au plus grand nombre un singulier et émouvant voyage dans le temps. Peintures, gravures et vestiges
archéologiques sont ici restitués à l’échelle 1 dans un environnement identique à celui de la grotte :
un paysage souterrain dont la richesse même est elle aussi remarquable.

cha

LA GROTTE ORNÉE DU PONT-D’ARC, JOYAU DE L’HUMANITÉ

Il y a 36 000 ans, des hommes et des femmes créaient sur les parois de calcaire de la Grotte ornée du Pont-d’Arc dite Grotte Chauvet, des oeuvres uniques et bouleversantes figées pour l’éternité dans leur écrin de calcite et d’argile.
Cette immense cathédrale naturelle, inviolée depuis plusieurs dizaines de millénaires, a été découverte le 18 décembre 1994 en Ardèche, à Vallon Pont d’Arc par trois spéléologues amateurs Jean-Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hilaire.
Ce joyau présente trois caractéristiques très rarement réunies : l’ancienneté, la qualité de la conservation et la richesse et l’abondance des représentations artistiques : 1 000 dessins dont 425 figures animales. Le bestiaire de la grotte avec 14 espèces différentes représentées, dont une majorité d’animaux dangereux (ours des cavernes, rhinocéros laineux, mammouths, félins…) est inédit avec certaines représentations uniques dans l’art pariétal paléolithique (panthère, hibou, partie inférieure du corps féminin).
La Grotte ornée du Pont-d’Arc dite Grotte Chauvet est un trésor remarquablement conservé, objet de recherche inestimable pour les scientifiques du monde entier.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Rhône-Alpes se mobilise pour l’inscription de la grotte ornée du Pont-d’Arc au Patrimoine mondial de l’UNESCO


Entre le 20 et le 23 juin prochains, le Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO, réuni au
Qatar, se prononcera sur la candidature de la Grotte ornée du Pont-d’Arc, dite Grotte Chauvet.

A cette occasion, la Région Rhône-Alpes se mobilise et organise pour le grand public une soirée
dédiée à la grotte.

Au programme, une conférence de Jean CLOTTES, préhistorien, les interventions de BARTABAS,
artiste, Gilbert COUDENE, peintre muraliste, André VELTER, poète, Alain RAYNAUD, circassien,
François LIGNIER et Susann SEIDER, réalisateurs, et Marie BARDISA, conservatrice, qui
relateront leur expérience dans la grotte.

Cette soirée sera aussi l’occasion de présenter le futur espace de restitution de la Caverne du
Pont-d’Arc, qui ouvrira ses portes au printemps 2015 : des artistes faussaires présenteront leur
travail, illustré par des panneaux et des modules de reconstitution de la grotte dans l’atrium.
A l’issue, des rencontres et interviews seront possibles lors d’un cocktail.

Soirée « grotte ornée du Pont d’Arc »
Mercredi 11 juin à partir de 18h
A l’Hôtel de Région Rhône-Alpes ( 1, esplanade François Mitterrand, Lyon 2ème)

Plus d’informations sur http://www.rhonealpes.fr/1108-soiree-grotte-ornee-du-pont-d-arc.htm

Catégorie environnement, natureCommentaires fermés

Lancement du réseau des Cités de la Gastronomie


Ce réseau d’équipements culturels à destination du grand public fait suite à l’inscription en 2010 par l’UNESCO du « repas gastronomique des Français » au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, figurant ainsi comme une des toutes premières traditions culinaires au monde à entrer sur cette liste. Cette distinction marquait la reconnaissance à travers notre patrimoine alimentaire de l’importance pour les Français du bien être ensemble, du plaisir du goût, et de l’harmonie entre l’être humain et les productions de la nature.

Pour marquer l’importance accordée à ce patrimoine immatériel et lui donner toute la vitalité et l’accessibilité attendues, la France a décidé de fédérer un réseau de villes toutes mobilisées pour faire vivre la gastronomie autour de cette belle idée des cités de la gastronomie.

L’émergence de ces nouveaux lieux de culture, entièrement et pleinement dédiés aux patrimoines alimentaires, illustrent l’attachement de la France à la promotion d’une dimension essentielle de son identité culturelle.

Intégrée dans un réseau complémentaire, chaque ville sélectionnée contribuera à la dynamique du projet de la manière suivante :

- La Cité de la gastronomie de Dijon, en liaison étroite avec l’Institut de la vigne et la chaire UNESCO « culture et traditions du vin » constituera le pôle de référence en matière de valorisation et de promotion de la culture de la vigne et du vin.

- La thématique associant « nutrition et santé » prendra une place prépondérante dans les politiques de développement engagées par la Cité de la gastronomie de Lyon, au sein de l’Hôtel dieu.

- La Cité de la Gastronomie de Paris – Rungis sera pilote pour ce qui relève du développement et de l’animation des marchés – à travers entre autres les halles des trésors gastronomiques -, des produits et des enjeux liés à l’approvisionnement des centres urbains.

- Le site de Tours sera un pôle moteur dans le domaine des sciences humaines et sociales avec la constitution d’une Université des sciences et des cultures de l’alimentation.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Vers un réseau des cités de la gastronomie


©Xavier.Remongin/Min.­Agri.Fr

La ministre de la culture et de la communication, le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt et le ministre délégué chargé de l’agroalimentaire ont reçu vendredi 11 janvier la mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA).

Le Président de celle-ci a présenté et remis aux ministres son rapport d’évaluation des projets déposés en réponse à l’appel à candidature « Cité de la Gastronomie » lancé en avril 2012.

La mission préconise « l’instauration d’un dispositif original et fédérateur, un réseau de Cités de la Gastronomie, dont le socle serait constitué par les projets de Tours, Paris-Rungis et Dijon ».

Elle souligne également que « Lyon ne doit pas être exclu du schéma proposé ». En revanche, le projet de Beaune jugé « très difficilement réalisable » par la mission a été écarté.

Les ministres ont salué le travail réalisé au cours des derniers mois et souligné la qualité des projets préparés par les villes candidates. Les Ministres ont souhaité que des éléments complémentaires soient apportés aux dossiers sélectionnés par la mission, en particulier le plan de financement (investissement et fonctionnement) des Cités candidates mais aussi le contenu de l’offre culturelle, la dimension pédagogique, éducative et scientifique de leur projet.

Les Ministres ont donné aux villes candidates jusqu’à mi avril pour rassembler les éléments nécessaires permettant d’annoncer leur décision définitive fin avril.

Les Ministres se sont dits favorables à la constitution d’un réseau de Cités de la gastronomie dès lors que le choix retenu permettra la meilleure valorisation du « repas gastronomique des Français », objet de l’inscription au patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Ce réseau pourra être ultérieurement ouvert à d’autres villes candidates, représentatives de la diversité des régions de France.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

2011, une année importante pour nos forêts


L’assemblée générale des Nations unies a déclarée 2011 « année internationale des forêts » afin de sensibiliser les opinions sur l’importance de la gestion durable et de la conservation des forêts.
A l’échelle de la planète, ce sont près de 300 millions de personnes qui vivent dans les forêts et plus de 1,8 milliard de personnes dont la subsistance dépend directement des forêts. Les forêts abritent, par ailleurs, 80% de la biodiversité mondiale. Cependant les forêts sont menacées ; chaque année 13 millions d’hectares sont déboisés, principalement en zone tropicale.

La forêt, un atout pour la France

En France, au contraire, la superficie forestière a augmenté de 50% depuis 1950. Aujourd’hui les forêts couvrent 30% de notre territoire.


année foret

Les forêts sont un atout majeur pour notre économie, en particulier dans les zones rurales. La filière forêt-bois française compte 425 000 emplois, soit deux fois plus que l’industrie automobile, et génère un chiffre d’affaire de 40 milliards d’euros.
Les forêts françaises rendent d’innombrables services à la société : régulation du régime des eaux, diminution des risques en montagne, biodiversité, etc.
Enfin, la France se distingue parmi les pays du Nord : c’est le seul pays à détenir des forêts tropicales avec près de 8 millions d’hectares en Guyane.

La France appuie l’année internationale des forêts

Le ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, en charge de la politique forestière, lance, avec tous les acteurs de la filière, une campagne pour faire connaître la forêt et ses enjeux économiques et environnementaux.
Durant toute l’année, tous les partenaires organiseront des manifestations pour faire découvrir la forêt à un large public. Retrouvez toutes les informations sur le site : http://agriculture.gouv.fr/forets2011.

Un label « année internationale des forêts »

Le ministère de l’agriculture sélectionne certaines de ces manifestations et leur délivre un label « année internationale des forêts ». Pour candidater, inscrivez-vous sur le site : http://agriculture.gouv.fr/labellisation-foret2011/. Ce label permet à ces événements de bénéficier d’une promotion nationale, notamment sur l’espace dédié du site Internet du ministère de l’agriculture.

Un concours pour élire le plus bel arbre de l’année

Le ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement est quant à lui garant des objectifs suivants : préserver les forêts et leur biodiversité ; valoriser les forêts en tant qu’outils de lutte contre le changement climatique ; protéger les forêts pour lutter contre les risques naturels.

Le ministère du développement durable est partenaire de l’opération « Elisez l’arbre de l’année 2011″ aux côtés de Terre sauvage et de l’Office national des Forêts. Tout le monde peut participer, il suffit d’envoyer une photo de son arbre préféré accompagnée d’un mot expliquant son importance aux yeux du candidat. Le lauréat sera désigné en novembre 2011 et les plus belles contributions feront l’objet d’une exposition sur les grilles de l’UNESCO en fin d’année.
Le dossier d’inscription est téléchargeable sur www.terresauvage.com

Retrouvez les informations du ministère du développement durable sur l’année internationale des forêts en ligne : http://developpement-durable.gouv.fr/

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+