Tag Archive | "Varces"

Guillaumme Vallon: après les céréales , les oeufs..


Le parcours de Guillaume Vallon peut être qualifié d’atypique..   » Mes grands parents étaient agriculteurs, tout petit j’ai donc baigné dans cette atmosphère et j’ai toujours embrasser ce métier fabuleux d’agriculteur, je peux même parler de  » lubie ».. Ses grands parents à la retraite, son père continuera à entretenir les terres mais  » mes parents m’ont fortement poussé vers d’autres métiers. » Je suis donc rentré à la MFR de Vif ou j’ai passé un CCTAR basé sur l’aménagement paysager afin d’exercer le métier de paysagiste. Ayant appris qu’un agriculteur de Varces arrêtait, j’ai repris ces terres et poursuivi l’exploitation céréalière.

Aujourd’hui sur  36 hectares, 35 en location et 1 qui lui appartient, le jeune agriculteur, 24 ans produit essentiellement du blé, orge, tournesol. Récoltes vendues à la coopérative La Dauphinoise.

Sans titre

Mais Guillaume, en passionné veut aller plus loin, jouer la carte de la diversification. Il  a  donc décidé de se lancer dans l’élevage de poules pondeuses.  » Je suis persuadé qu’il y a des débouchés pour le marché de l’oeuf, si on fait de la qualité ». Il a prévu dans un premier temps d’avoir une centaine de poules, élevées de façon traditionnelle, en plein air.. Elles se régaleront bien entendu des céréales produites sur l’exploitation..

Logiquement la production démarrera en fin du prochain hiver. Aujourd’hui, outre la construction du poulailler Guillaume travaille sur le dossier  » commercialisation.  » Elle se fera sans doute via les marchés, les magasins de vente directe ou spécialisés dans les produits locaux..

Bientôt nous pourrons donc nous régaler d’oeufs issus de Varces…

Bien entendu nous avons abordé les problèmes liés à l’agriculture périurbaine.  » Elle a des atouts car un potentiel de consommateurs important mais il est certain que nous subissons la pression foncière. A ce niveau j’ai de la chance car la majorité de mes terres sont situé dans le périmètre des eaux de Grenoble. Cela nous oblige à faire attention au niveau des pratiques culturales mais sur ce périmètre la pression foncière est inexistante. On souffre davantage des reproches et plaintes faits par les gens qui viennent s’installer près de la ferme. Ils se plaignent en particulier du bruit.. Mais comment faire autrement.. quand c’est le moment de moissonner, il faut bien moissonner..! » Problème récurrent hélas..

En attendant,on le confirme,  nous sommes impatients de déguster des oeufs coque en provenance de Varces..

Gilbert PRECZ

Catégorie La Métro, agricultureCommentaires fermés

 » Dites le avec des fleurs locales! »


Anouchka Rault est installée à Varces en production de fleurs..

 » Issue d’une famille d’agriculteurs, de maraichers, depuis toute petite je gambadais dans les champs de salades et je me suis très rapidement passionnée pour les fleurs..  » Depuis cette passion ne c’est jamais tarie.. » toute la chaine ma plait, de la production à la vente. »

C’est donc tout naturellement au lycée horticole de St Ismier qu’elle fait ses études. Diplômes en poche, elle s’installe hors cadre familial à Varces, sur des terres louées à son oncle. Nous sommes en janvier 2015.

Il a bien entendu acheter le matériel nécessaire afin de démarrer l’exploitation: serres, petit matériel, mettre en place le système d’irrigation: ‘ » l’eau est un facteur très important, essentiel pour les fleurs.. ». 1

La production se fait de mi mars à mi octobre avec une gamme assez large de fleurs afin de satisfaire la clientèle, narcisses, tulipes, pivoines, lys.. trouvent preneur dans un magasin de producteurs  » un bout de campagne à Claix, dans une superette à Grenoble. Les fleurs sont coupées, livrées et vendues très rapidement grâce à ce circuit court.

 » La promotion de mes fleurs, de leur tenue se fait par le bouche à oreilles. Les clients sont satisfaits.. La  clientèle correspond à ce que je recherche: locale. En un mot, je produit local , à échelle humaine pour les locaux.. Nous sommes loin des productions industrielles comme en Hollande par exemple. « 

Anouchka veut aller plus loin dans sa démarche:  « je veux aller vers une production bio. C’est très important afin de ne pas polluer la zone de captage de l’eau de Grenoble qui est proche Nous devons penser à l’environnement mais aussi à la santé des grenoblois.  » Et de poursuivre:  » je lance la cueillette à la ferme, en vente directe. » L’idée est très originale: constituer soi même son bouquet. Cela est possible les lundi, jeudi et vendredi de 16 à 19 heures..

Plusieurs exploitations agricoles sont installées sur la plaine de Varces:  » nous avons peu, voire pas de problèmes liés au foncier. Nos productions sont complémentaires et nous travaillons en bonne intelligence. Nous sommes heureux que la Métro souhaite garder une agriculture dynamique, variée sur son territoire. Développer les circuits courts est une bonne idée.. « 

Le projet d’Anouchka a séduit, plait, la clientèle est au rendez vous , elle se donne 5 ans pour réussir..Elle réussira car elle est soutenue, courageuse , l’hiver elle  » bosse » en station de ski  » et les idées ne manquent pas..

Gilbert PRECZ

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Réinsertion des détenus par le travail au sein du bassin Rhônalpin


5 étudiantes à l’IUT 2 de Grenoble en « carrières juridiques » ont dû dans le cadre de leurs études réaliser une action autour d’une thématique.

Leur choix s’est porté sur « la réinsertion sociale des détenus par le travail ».

Elles ont effectué de nombreuses recherches sur ce sujet, rencontré de nombreux acteurs (AREPI, solid´action, aide relais solidarité….) et surtout ont visité deux centres pénitentiaires celui d’Aithon et celui de Varces.

Elles ont rédigé un article dont en voici la teneur…

Quels sont les acteurs participant à la réinsertion des détenus par le travail dans le bassin Rhônalpin ?

Dans le cadre de notre cursus universitaire nous avons à réaliser un projet autour d’une thématique de notre choix pour aboutir à une action ayant un impact plus ou moins direct au niveau régional.
Nous avons décidé d’aborder le sujet de la réinsertion des détenus par le travail, sujet qui soulève de nombreuses questions mais qui reste tabou dans notre société.

En effet, les médias ont parfois tendance à déformer la réalité du monde carcéral, et véhiculent une image très éloignée de la réalité.

Ainsi, nous avons contacté et rencontré de nombreux acteurs, participants à la réinsertion des détenus. Ceux si sont chargés de les aider à trouver une solution professionnelle qui permettra, par la suite, de les réintroduire socialement.

Parmi eux, on trouve tout d’abord, le service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) qui est une structure de l’Administration Pénitentiaire liée au Ministère de la Justice et des Libertés. Cet acteur travaille conjointement avec les centres pénitentiaires et le Juge d’application des peines afin d’accompagner les détenus pendant la durée de leur peine.

Cet accompagnement s’effectue aussi bien au sein de la prison, on parle alors de « SPIP en milieu fermé », qu’à l’extérieur de la prison « SPIP en milieu ouvert » dans le cas où les détenus bénéficieraient d’un aménagement de peine, une alternative à l’emprisonnement.

Ces aménagements ont pour but de palier à la récidive en offrant aux condamnés la possibilité d’un retour à la vie civile, favorisé par un emploi ou par la consolidation des liens sociaux. En effets, ces deux éléments ont parfois tendance à se perdre pendant l’incarcération.

Pôle Emploi est également une institution publique contribuant à la réinsertion des détenus. Une convention du 11 juin 2013 signée par Pôle Emploi et l’Administration pénitentiaire va désormais permettre aux personnes écrouées d’engager des démarches de recherche d’emploi avant leur sortie de prison.

Un conseiller Pôle emploi intervient directement au sein de l’établissement pénitentiaire lorsque la date de fin de détention est proche (moins de 6 mois). En effet, les condamnés bénéficient des mêmes droits que tout autre demandeur d’emploi, concernant l’inscription, indemnisation, l’aide au placement etc…

Le travail est un outil indispensable à l’intégration sociale des individus, il possède une réelle dimension psychologique, et permet de gagner une certaine reconnaissance vis à vis des autres. Sans travail, il n’y a pas de repos, ni d’interaction avec la société.

Aider les personnes éloignées du monde du travail, de l’entreprise et de la société représente un engagement d’utilité publique : ainsi les ex-détenus peuvent, en douceur, reprendre une vie sociale semblable à celle qu’ils vivaient leur incarcération et dont ils s’étaient exclus ; cela participe donc activement à la lutte contre la récidive.

Catégorie socialCommentaires fermés

Journée Intercommunale de l’environnement


Journée Intercommunale de l'Environnement 2010
Samedi 28 mai, les communes de Claix, Le Gua, Pont de Claix, Saint-Paul de Varces, Varces et Vif organisent la 6ème journée intercommunale de l’environnement sur le thème de la biodiversité.

De nombreuses animations seront proposées tout au long de cette journée placée sous le thème de la biodiversité. A cette occasion, le tichodrome, centre de sauvetage de la faune sauvage, ouvrira ses portes afin de présenter son activité au grand public.

Une exposition de rapaces et deux spectacles de fauconnerie seront également proposés.

Sans oublier le marché de produits locaux et d’artisanat, l’espace énergies renouvelables, la présence du syndicat apicole dauphinois, les présentations animalières…

Infos pratiques

Journée intercommunale de l’environnement
Samedi 28 mai de 10h à 18h
Stade de foot des Saillants – Le Gua
Renseignements sur http://journee-intercommunale-environnement.com/

Catégorie environnementCommentaires fermés

Varces: journée intercommunale de l’environnement


Evénement organisé par les communes de Claix, Le Gua, Pont de Claix, Saint-Paul de Varces, Varces et Vif.

Animations pour le jeune public, jeux et ateliers ludiques, conférences, expositions, balades et visites sur le thème de l’eau et plus largement sur l’environnement et le développement durable.

Stands sur les énergies renouvelables, artisanat, commerce équitable et solidaire, marché de produits locaux.

Remise des prix du concours photos « arbres creux, arbres de vie » de la LPO Isère.

Bar à eaux, buvette, repas sur réservation.

Entrée libre

Journée Intercommunale de l'Environnement 2010

Programme détaillé sur le site: journee-intercommunale-environnement.com

Catégorie environnementCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+