Tag Archive | "Voiron"

Voiron: ouverture d’une agence Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes


L’ouverture dune agence du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes est toujours un évènement! Cela c’est encore vérifié à Voiron ou la banque verte a ouvert une agence en plein coeur de la zone commerciale des Blanchisseries.

Julien Polat maire de Voiron a souligné  » cette ouverture est un signe de vitalité tant du côté de la commune que du crédit Agricole, une banque qui montre qu’elle est bien un acteur actif sur notre territoire. Trop de structures le revendiques et ne le sont pas.. »  Et de poursuivre:  » vous avez eu une excellente idée de vous installer dans cette zone commerciale , très vivante qui génère des centaines d’emplois et draine des milliers de visiteurs par jour. Il a enfin remarqué:  » la particularité de cette agence, sa modernité, sa fonctionnalité.. »

Nathalie Peyrachon, vice présidente de la caisse du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes a appuyé sur  » la proximité qui est au centre de nos préoccupations. Nous souhaitons aussi que nos clients trouvent au sein de leur agence toutes les composantes de nos métiers, ceci dans un climat de confiance.

Christian Rouchon directeur général:  » nous sommes une banque coopérative avec son fonctionnement propre, un modèle différent des autres.. L’humain, le relationnel, le climat de confiance, le travail d’équipe, sont au coeur de nos préoccupations. Notre mission première est de satisfaire nos clients, de l’accueillir dans les meilleures conditions possibles, pour ce nous avons tout étudié: même la luminosité.. c’est dire »

En un mot entrer dans l’agence c’est entrer dans une nouvelle relation bancaire grâce à une organisation innovante.

l agence est en effet organisée autour :

- d’un espace  » les rencontres du Crédit agricole »

- d’ espaces thématiques orientés vers vos besoins spécifiques

- de salons conseils accueillants et confidentiels

- d’un client parcours interactif

Que vous soyez particulier, professionnel, agriculteur, toute l’équipe de l’agence de Voiron est à Votre écoute.

Agence de Voiron Blanchisseries rue Jean-Monnet à Voiron (38500).

Quelques images prises lors de l’inauguration


Catégorie la vie des communesCommentaires fermés

Merci téléthon, merci les bénévoles


C’est une tradition en sud Isère, les bénévoles qui ont oeuvré pour le téléthon sont remerciés au cours d’une soirée très conviviale..Cette année celle ci s’est déroulée à Voiron.

Il faut être clair: sans bénévoles, pas de téléthon.. Voilà pourquoi ceux ci, mais aussi les partenaires sont honorés l’espace d’une soirée très  » sympa « . »

« Vous êtes des gens ordinaires qui faites des choses extraordinaires  » a indiqué Marie Jo coordinatrice intérimaire, membre de l’équipe régionale..

PO

Voiron et son maire Julien Polat a donc accueilli les centaines de convives dans la salle des fêtes de la commune.  Un maire tout fier d’annoncer que  » pendant quelques années Voiron a boudé le téléthon mais c’est de l’histoire ancienne, plusieurs associations voironnaises se sont mobilisées et oui Voiron est une ville de téléthon.. »

Evelyne Desgranges, ancienne coordinatrice pour le sud Isère, responsable du secteur et responsable de COM,  après avoir chaleureusement remercier et félicité les bénévoles a souhaité mettre en avant les partenaires parmi lesquels le groupe Provencia et sillon38..

 » Votre soutien est précieux, vous avez répondu à nos attente, nos appels, votre soutien est précieux, indispensable .. » précisera Evelyne Desgranges.

Sebastien Férand, directeur de Carrefour Voiron, groupe Provencia:  » Provencia est un partenaire de longue date du téléthon et les personnels des magasins  de Voiron mais aussi de Tullins ne pouvaient rester insensibles aux défis que vous mettez en place, que vous relevez, en particulier ceux de Tullins, qui sont de plus en plus fou..  » Sachant que celui de 2017 serait de fabriquer la plus longue écharpe en laine du monde, il a lancé:  » On va tenter de relier les magasins de Voiron et de Tullins » Soit à peu près 14 km.. fera

Il a également tenu à remercier spécialement Claire, directrice adjointe du magasin de Tullins qui s’est beaucoup investie, surtout au niveau personnel pour que le défi de Tullins soit une réussite. Pour info , plus de 30 000 euros ont été récoltés..

Gilbert Precz a également été remercié pour son aide et son investissement ..  » J ai horreur de l’injustice et quoi de plus injuste qu’un enfant qui nait malade… » ..

Des enfants qui trouvent espoir dans la guérison grâce à l’AFM, au téléthon..



Catégorie zoomCommentaire (1)

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes: nouvelle agence à Voiron !


Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a ouvert une nouvelle agence à Voiron, au sein de la zone commerciale du Carré des Blanchisseries.

Un emplacement idéal où les clients peuvent aisément, au détour d’une séance de shopping, pousser la porte de l’Agence pour rencontrer l’équipe prête à les accueillir et à les conseiller.

Là où certaines banques font le choix de fermer des agences bancaires, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes réaffirme sa volonté d’offrir à ses clients un nouveau modèle de banque qui associe des agences dotées de spécialistes et une large gamme de produits et de services accessibles 100 % en ligne.

Entièrement pensée et bâtie selon son nouveau modèle caractérisé par un aménagement pensé pour le client, l‘Agence de Voiron les Blanchisseries est composée de spécialistes présents également sur Voiron centre-ville et Coublevie : deux responsables de clientèle professionnelle, une responsable de clientèle agricole, un responsable de clientèle particuliers, une spécialiste habitat, un spécialiste épargne, deux spécialistes assurances et une spécialiste en services bancaires.

Catherine Durand, directrice des agences des pays de Chartreuse et Stéphane Barale, directeur d’agence délégué sont ravis d’accueillir leurs 1.500 clients particuliers et 500 clients professionnels et agriculteurs dans ces nouveaux espaces, destinés à accueillir de nombreux nouveaux clients.

1

L‘Agence du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes n’est pas un simple concept, mais un nouveau modèle d’organisation. La banque a choisi la relation collective avec ses clients ; les conseillers travaillent désormais en équipe, avec un responsable de clientèle qui coordonne des spécialistes par métiers (épargne, crédit, assurance et services bancaires).

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes propose un nouveau modèle bancaire avec des agences au design repensé. L’Agence, nom de baptême des points de vente, est ouverte avec des « espaces thématiques » en accès libre qui matérialisent les savoir-faire et des salons pour des rendez-vous en « côte à côte ». L’humain reste au cœur des agences.

Le dispositif place l’agence bancaire en lieu d’émotions, mais aussi en espace d’écoute, de conseil, d’expertise et de confiance. La marque du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, c’est de proposer la puissance du digital, et des outils à distance pour faciliter les opérations, mais également un réseau d’agences dans lesquelles le client trouve les spécialistes dans les grands domaines de la banque et de l’assurance.

L‘Agence permet de placer l’excellence relationnelle en agence au cœur du lien que les conseillers bancaires entretiennent avec la diversité des clientèles. Les experts n’ont pas été concentrés dans les plus importants points de vente, mais bien répartis sur tout le territoire grâce à une refonte en profondeur du modèle relationnel et des espaces de chalandise.

Pour que ce modèle de proximité confirme sa puissance, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a ainsi repensé le système de distribution bancaire en s’inspirant des meilleures pratiques d’autres secteurs d’activité.

Banque coopérative forte de 300.000 sociétaires, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes affirme ainsi sa volonté de construire une banque qui valorise l’humain et préserve la proximité. Une proximité qui se transforme et devient multicanale.

L’Agence devient l’alliance de l’accueil chaleureux et de la compétence affirmée. La proximité contemporaine préserve un modèle bancaire humain et reste la signature du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Catégorie aménagement, grand angleCommentaires fermés

Voiron: l’agriculture à l’honneur..


La foire de la St Martin organisée, les 10 et 11 novembre, à Voiron a été copieusement arrosée.. c’est le moins que l’on puisse dire. Cette pluie n’a pas terni les ardeurs de 460 exposants et des 200 000 visiteurs. Il faut dire que cette foire est ancestrale car organisée depuis 1356..

si tous les corps de métiers sont représentés, on notera une fois de plus le dynamisme de l’agriculture du pays voironnais représentée en particulier par l’association  » Terre d’ici ».

Pendant deux jours les visiteurs ont pu découvrir la diversité et surtout la qualité des produits: noix, produits laitiers, escargots, fruits et légumes, volailles… et même des lamas..

Lamas qui ont fait fureur, surtout le 11 novembre au pied du podium de France bleu Isère. Ils ont attiré la foule qui a pu déguster la tomme de St Blaise du Buis, le Bleu du Vercors sassenage et la noix de Grenoble. Une foule qui a pu participer à des jeux et gagner des paniers garnis de produits locaux..

Inutile de préciser que cette initiative a été appréciée… Voir nos photos..


Catégorie A la une, agriculture, foires et fêtesCommentaires fermés

Lignes express Transisère de la région grenobloise


A l’échéance du contrat qui le liait à l’entreprise gestionnaire des 3 lignes express de la région grenobloise, le Conseil général a lancé une nouvelle consultation sur la base d’un cahier des charges dont les objectifs étaient d’améliorer les temps de parcours, de résorber les saturations constatées entre Voiron et Grenoble, et de réduire le coût à la charge des contribuables.

La nouvelle organisation, fruit d’une négociation avec le candidat lauréat, permet globalement d’atteindre ces objectifs : elle diminue les temps de parcours dans des proportions pouvant atteindre 30 % sur certains trajets ; elle augmente le nombre de places de 26 % en heure de pointe du matin entre Voiron et Grenoble ; et elle est plus économique de 16 % (1,5 millions d’euros économisés par an, qui permettent au Conseil général de ne pas augmenter les impôts des Isérois pour la 9ème année consécutive malgré la hausse des dépenses de solidarité).

Mais elle a suscité une vive réaction d’une partie des usagers qui n’y trouvent pas leur compte.

Sous l’impulsion de Didier Rambaud, vice-président du Conseil général en charge des transports, le Conseil général s’est donc rapproché du Pays du Grésivaudan pour examiner les améliorations qui pourraient être apportées à la nouvelle offre, sans en perdre les principaux gains.

A l’issue de leurs échanges, les deux autorités organisatrices sont convenues d’apporter 3 améliorations aux lignes express, qui seront effectives dès la mise en place de la nouvelle desserte, le 5 janvier :

- un prolongement de la desserte de Revel et Saint-Jean le vieux jusqu’à  l’arrêt « Domène les Arnaud », pour assurer une correspondance avec la ligne express ;

- un renforcement de la desserte de Villard-Bonnot aux arrêts « Lycée », « Madone » et « Eglise » ;

- le prolongement de 4 services express jusqu’à Tencin.

Le Pays du Grésivaudan adaptera sa desserte entre Tencin et Montbonnot Pré de l’Eau, via Domène, pour tenir compte des nouvelles conditions d’organisation de la ligne express.

Une enquête sera menée durant le mois de février pour évaluer la satisfaction des différents usagers et examiner les éventuels ajustements qui seraient encore nécessaires.

Enfin, le Conseil général et le Pays du Grésivaudan conviennent d’intensifier leur partenariat pour mieux coordonner les réseaux de transport dont ils ont chacun la responsabilité.

Ils conviennent également de la nécessité d’intensifier le partenariat entre les autorités organisatrices de transport de la Région Grenobloise.

Catégorie transportCommentaires fermés

Voiron: foire de la St-Martin


Aux dates immuables des 10 et 11 novembre,
la Foire attire quelque 200 000 visiteurs
de tous horizons dans le cœur de Voiron.

Son ampleur et la convivialité de son installation en centre-ville
en font un évènement qui contribue à la renommée
de la ville au-delà des frontières du département,
depuis des siècles et par tous les temps.


Parmi les animations :

Du terroir à l’assiette…

…il n’y a qu’un pas ! Le quartier des saveurs s’étend jusque derrière l’église Saint-Bruno où agriculteurs et producteurs proposent une mini-ferme, un déjeuner 100% dauphinois, des jeux d’autrefois et autour de la noix.

Catégorie foireCommentaires fermés

Voironnais : un territoire structuré autour de Voiron…


Le Voironnais s’articule autour de sa ville-centre, Voiron. La croissance démographique du territoire s’est ralentie dans les années 2000, tandis que l’accroissement naturel est devenu plus important que l’apport migratoire. La population est relativement âgée.

Le Voironnais est attractif pour les cadres, mais il y existe aussi des zones de précarité. Les migrations résidentielles et les navettes domicile-travail marquent la forte influence grenobloise sur le territoire. L’accès des habitants aux services et aux équipements est très satisfaisant.

Le territoire voit la périurbanisation se poursuivre, et mise sur le développement de l’économie présentielle, tout en préservant ses atouts industriels. L’économie du Voironnais se caractérise également par un fort emploi public.

Situé au nord de l’agglomération grenobloise, dans le département de l’Isère, le Pays Voironnais se divise géographiquement en deux sous-ensembles.

Le sud, adossé à la rivière Isère, est composé de plaines traversées par d’importants axes de communication routiers et ferroviaires ; cette partie abrite les villes les plus peuplées, l’essentiel de la population et de l’activité économique et industrielle. Le nord est un territoire de moyennes montagnes, enclavé et faiblement peuplé.

En 2010, le territoire compte 91 200 habitants, contre 83 700 en 1999. Avec ses trente-quatre communes, le Pays Voironnais est sous une forte influence grenobloise, notamment en raison de l’intensité des déplacements domicile-travail. En dehors de deux communes multipolarisées situées au nord du territoire (Charancieu et La Bâtie-Divisin), toutes les communes appartiennent en effet à l’aire urbaine de Grenoble.
Cette aire se divise globalement en deux composantes : le pôle urbain (portion de l’unité urbaine de Grenoble incluse dans le Voironnais) comprend 15 communes (dont Voiron) et regroupe 71 % de la population du territoire pour 46 % de sa superficie. Les couronnes périurbaines, situées surtout dans la partie nord du Voironnais, concentrent quant à elles 27 % de la population et la moitié de la superficie.


Relief et voies de communication

Relief et voies de communication

Dans les années 2000, l’étalement urbain a rattaché Voiron à l’unité urbaine de Grenoble.

Le Voironnais est un territoire plus urbanisé que l’ensemble des territoires périurbains rhônalpins. 81 % de la population vit dans une commune urbaine, contre 73 % dans la zone de référence*. Cette situation tient au poids démographique de Voiron : avec 19 900 habitants en 2010, cette commune abrite 22 % de la population du territoire, alors que dans la zone de référence, les communes de plus de 10 000 habitants ne regroupent que 15 % des habitants.

La présence d’une ville-centre dynamique est l’un des points forts du territoire. Le Voironnais dispose par ailleurs d’un réseau équilibré de communes de taille intermédiaire, qui se situent toutes au sud du territoire : Voreppe (9 200 habitants), Moirans, Tullins et Rives.

Le nord a une physionomie beaucoup plus rurale. Au total, le Pays Voironnais, qui est l’un des sept grands territoires de la Région urbaine grenobloise, est le seul à disposer d’une grande autonomie vis-à-vis de Grenoble, de par la présence de sa ville-centre et de l’équilibre entre les fonctions économiques et résidentielles

*Le territoire étudié est comparé à un territoire dit « de référence », englobant à la fois le territoire étudié et des territoires ayant des caractéristiques similaires. Les territoires de Rhône-Alpes appartiennent ainsi à l’un des cinq territoires de références suivants : « les grandes agglomérations », « les villes moyennes », « le périurbain », « le rural », « les stations de montagne ».
Ainsi, le Voironnais est comparé au territoire de type « périurbain ». Cette zone de référence est constituée du pays du Grésivaudan, de l’Isère-Porte des Alpes, de la Boucle du Rhône en Dauphiné, de la Dombes-Val de Saône sud, de l’Ouest Lyonnais, des Usses-et-Bornes, de l’Albanais, de la Plaine de l’Ain-Cotière et du Voironnais.



Une croissance démographique qui reste soutenue

Pendant les dix dernières années, la croissance démographique du territoire s’est ralentie très légèrement (+ 0,8 % par an) par rapport aux années 1990 (+ 1,0 %). Ceci tient au fait que la périurbanisation dans le Voironnais est relativement ancienne.

Depuis la fin des années 1960, la population du territoire augmente moins rapidement que celle de la zone de référence. Si, dans les années 1960, la croissance démographique était de 2 % par an, contre 1,5 % pour la zone de référence, elle n’est que de 1,4 % par an entre 1968 et 1975, contre 2 % (un écart similaire sépare les deux zones dans les périodes ultérieures). Dans les années 2000, le ralentissement est également notable par rapport à la région Rhône-Alpes.

Dans le même temps, la dynamique démographique a profondément changé de nature : traditionnellement, l’arrivée de nouveaux habitants sur le territoire constituait le moteur principal de la croissance démographique.

Or, durant les dix dernières années, le solde naturel est devenu prépondérant. Pendant la même période (1999-2010), le nombre d’habitants dans les communes les moins urbanisées a augmenté de + 15 %, alors que dans le pôle urbain, la population n’a crû que de + 6,6 %.

La population de Voiron est restée globalement stable sur dix ans, mais la commune perd des habitants depuis 2006 (à un rythme de 1 % par an entre 2006 et 2011) ; les communes du sud urbanisé (Voreppe, Moirans) ont connu une croissance faible ; au nord, en revanche, dans les communes rurales autour du lac de Paladru (Paladru, Montferrat, Bilieu, Le Pin), la population augmente à un rythme rapide (+ 2,1 % par an pour Paladru et même + 2,9 % pour Bilieu). Ces communes du nord sont devenues périurbaines.

Évolution de la population depuis 1962

Evolution de la population depuis 1962


Un territoire attractif, attirant surtout des Isérois et des Grenoblois

Entre 2003 et 2008, ce sont près de 3 000 habitants qui s’installent chaque année dans le Voironnais.

Ces nouveaux arrivants sont attirés par le cadre de vie et par un coût du logement moins élevé que dans les grandes agglomérations. Ils viennent très majoritairement du reste du département de l’Isère (63 % des arrivées), le Rhône (4 %) et la Savoie (3 %) ne représentant qu’un poids marginal parmi les départements d’origine.

Quatre nouveaux habitants sur dix proviennent de la seule unité urbaine de Grenoble. Inversement, 2 600 personnes quittent le territoire pour aller habiter ailleurs en France. Les partants se dirigent, pour 60 % d’entre eux, vers d’autres communes iséroises.

Mais seul un quart des partants s’installent dans l’unité urbaine de Grenoble, tandis qu’un nombre non négligeable d’entre eux vont vers des destinations proches (les unités urbaines d’Apprieu et du Grand-Lemps par exemple).

Sur la période (2003-2008), la logique des migrations est typiquement périurbaine : l’apport est avant tout constitué d’adultes de plus de 25 ans (particulièrement de trentenaires) et de jeunes enfants (moins de 15 ans). À l’inverse, la population des 15-19 ans diminue de – 4 %, tandis que celle des 20-24 ans diminue de - 13 %.

Les catégories socioprofessionnelles dominantes chez les nouveaux arrivants sont les professions intermédiaires (22 %), les employés (19 %) et les cadres (18 %).

Mais la part des cadres est beaucoup plus forte que dans la population des partants. Le territoire est donc très attractif pour les cadres, qui représentent la catégorie sociale dont l’effectif augmente le plus du fait des migrations (+ 13 %).

La proportion de cadres parmi les nouveaux arrivants (18 %) est beaucoup plus élevée que dans la population stable (8 %).

Voiron, pôle d’équipement supérieur

Le Pays Voironnais bénéficie d’un bon niveau d’équipements et de services. On y trouve en effet les infrastructures et équipements propres à un territoire disposant d’une ville de moyenne importance. La situation est très favorable comparée à celle de la zone de référence, et ce pour les trois gammes d’équipements (proximité, intermédiaire et supérieure).

Cet avantage est particulièrement net dans le domaine de la santé (cardiologues, sages-femmes, pédiatres, etc…).

Ceci tient en grande partie à la présence d’un hôpital à Voiron. D’autres équipements sont notablement plus présents sur le territoire qu’en zone de référence, si l’on mesure la proportion de la population qui dispose de l’équipement au sein de sa commune : les magasins d’articles de sport et de loisirs et les bassins de natation, les collèges (gamme intermédiaire) ; certains services très rares dans le périurbain sont beaucoup plus présents dans le Voironnais, comme les magasins de produits surgelés ou les poissonneries.

Le territoire garde une vocation industrielle, mais l’emploi présentiel se développe

La structure de l’emploi dans le Pays Voironnais est à l’image de celle de la zone de référence. 7 900 actifs travaillent dans l’industrie en 2010, ce qui fait du Voironnais un territoire qui garde une vocation industrielle notable (ce sont 23 % des effectifs, qui contrastent avec les 17 % d’emplois industriels dans la région Rhône-Alpes).

D’importantes entreprises industrielles sont présentes dans le territoire. La métallurgie et la fabrication de produits métallurgiques est le secteur industriel le plus important par ses effectifs. Mais si l’on examine les domaines industriels les plus spécifiques par rapport à la zone de référence périurbaine, le Voironnais est particulièrement bien positionné dans la fabrication d’équipements électriques d’une part, dans les industries du bois, du papier et de l’imprimerie d’autre part.

Par rapport à la région, le secteur de l’électrique et de l’électronique est le point fort du territoire. L’industrie reste donc forte dans le territoire. Elle est inégalement répartie géographiquement. Les plus gros établissements se trouvent au sud de Voiron, dans la cluse de Voreppe : Saint-Jean-de-Moirans, Moirans et Voreppe sont les communes qui comportent le plus d’établissements industriels, centrés, principalement, sur le parc d’activités de Centr’Alp. Au nord, la présence industrielle est beaucoup plus éparse.

La construction représente un poids similaire à la zone de référence et en Rhône-Alpes. Le tertiaire, qui occupe 22 900 personnes et 67 % de l’effectif, est le secteur économique principal. Au total, si le Voironnais entend garder une vocation industrielle, il compte également fonder son développement futur sur l’économie des services et les activités présentielles.

Le territoire se distingue fortement de la zone de référence par un fort taux d’emploi public (21 % de l’emploi contre 16 %). Fait caractéristique, l’hôpital de Voiron est le plus gros employeur (800 personnes y travaillent). De manière générale, les activités présentielles sont plus développées que dans la zone de référence (59 % contre 56 %).

En plus des activités liées à l’hôpital, le Pays Voironnais se caractérise par un pôle touristique important (autour du lac de Paladru et des caves de la Chartreuse), et dispose d’infrastructures culturelles notables (comme la salle de spectacle « Le Grand Angle », plusieurs cinémas, une médiathèque de qualité). La stratégie de développement choisie vise à capter les richesses sur le territoire, en accroissant son attractivité résidentielle et touristique comme ses activités tertiaires.

Une agriculture à dominance bovine, mais qui reste diversifiée

Si l’agriculture n’occupe que 2 % de l’emploi du Voironnais, elle représente, avec 505 exploitations, 58 % de la surface totale du territoire.

Ce secteur n’échappe pas aux évolutions qui affectent l’ensemble des terroirs agricoles. En dix ans, le nombre d’exploitations a chuté d’un tiers, davantage que dans la zone de référence. Les plus petites, particulièrement, ont vu leur effectif baisser de 44 %.

Conséquence de cette tendance, les exploitations restantes voient leur taille moyenne augmenter sensiblement (passant de 21 à 30 hectares en moyenne entre 2000 et 2010). Le vieillissement des chefs d’exploitation affecte l’ensemble des territoires, mais le Voironnais se singularise : en effet, un quart des exploitants ont 60 ans ou plus, contre 21 % dans la zone de référence.

L’élevage de bovins pour la viande reste plus modeste. Si le nombre d’exploitations spécialisées en viande bovine se maintient en vingt ans, les exploitations de bovins pour le lait sont deux fois moins nombreuses, concentration oblige.

Les premières sont souvent de plus petite taille, le nombre de vaches allaitantes étant plus faible que le nombre de vaches laitières sur le territoire. En dehors de ces deux domaines (viande, lait), l’agriculture du territoire est diversifiée de par l’importance de la production maraîchère.
La surface agricole utilisée pour ces cultures augmente fortement entre 2000 et 2010, passant de 58 à 89 hectares.

Les circuits courts sont assez liés au maraîchage et à la proximité urbaine. Ainsi, 144 exploitations pratiquent aujourd’hui ces circuits (y compris pour le vin) sur un total de 505, soit 29 % d’entres elles. Enfin, l’agriculture du Pays Voironnais déploie une démarche environnementale.

En particulier, le nombre d’exploitations bio est passé récemment (entre 2010 et 2012) de 21 à 37 ; elles exploitent à cette date 4,3 % de la surface agricole totale.

Catégorie A la une, territoiresCommentaires fermés

Le P’tit Marché Provencia


Le groupe Provencia a mis en place une opération très originale appelée: le P’tit Marché Provencia.

Il s’agit de créer un ambiance de marché dans les allées du magasin avec diverses animations.

Prenons l’exemple de Carrefour Market à Tullins..

Une arche indiquait que nous entions dans l’espace p’tit marché ou nous avons été accueillis par un café accompagné d’une viennoiserie. Nous avons pu découvrir une vaste gamme de produits frais, les déguster..  Ceux ci ne sont pas obligatoirement de notre région mais ils sont de qualité..Parmi ceux ci: du pain, charcuterie, viande, poissons divers présentés dans une barque.., ravioles, fromages dont le St Marcellin IGP, légumes, fruits.. Largement de quoi constituer un bon repas..

On retiendra que même l’ambiance, conviviale, nous a rappelé l’ambiance marché..

Cette opération se déroule aux Carrefour de Tullins et à l’hyper de Voiron jusqu’à samedi 22 fermeture des magasins..

TULL

tul 0

tul 6

tul5

tull3

tul 4

TULL 1

Catégorie consommationCommentaires fermés

Voiron, foire de la St Martin


Aux dates immuables des 10 et 11 novembre,
la Foire attire quelque 200 000 chalands
de tous horizons dans le cœur de Voiron.
Son ampleur et la convivialité de son installation en centre-ville
en font un évènement qui contribue à la renommée
de la ville au-delà des frontières du département,
depuis des siècles et par tous les temps.

L’ampleur de cette foire et la convivialité de son installation en centre-ville en font un évènement qui contribue à la renommée de la ville
au-delà des frontières du département depuis des siècles et par tous les temps.
La population toute entière vit au rythme de la Foire deux jours durant.

Les espaces obligés…

L’espace agricole: les jeunes agriculteurs du canton de Voiron et de Rives ainsi que leurs homologues de Bassano del Grappa, ville italienne jumelée avec Voiron font découvrir, déguster et vendent leurs productions artisanales.

Le stand de la Ville accueille toutes les animations artistiques, sportives, culturelles et médiatiques sur la place de la République pendant les deux jours de la Foire.
Venez en prendre plein les yeux avec les diverses démonstrations et représentations en tout genre.

La fête foraine, installée quelques jours avant le 10, elle permet aux voironnais de se préparer pour la fête.
Elle bat son plein de 14 h à 20 h sur la place du Général De Gaulle.

Catégorie foires et fêtesCommentaires fermés

Discosoupe à Voiron !


Dans le cadre de la semaine européenne de réduction des
déchets, l’association le Pic Vert organise une grande
discosoupe le mercredi 20 novembre de 9h à 13h sur le
marché de Voiron.

diçscosoupeLes Disco Soupe sont des rassemblements ouverts à tous
pour éplucher puis cuisiner des fruits et légumes
disqualifiés, invendus ou de troisième main, dans une
ambiance musicale et festive !

L’intérêt est de sensibiliser le grand public aux enjeux du
gaspillage alimentaire et aux moyens d’agir contre, de
façon simple et participative, en créant de la convivialité
par la musique et la cuisine.

Tout le monde est donc inviter à venir éplucher des
légumes invendus le mercredi 20 novembre à partir de 9h
sous la tente mise en place à cet effet. La soupe
confectionnée sera distribué sur place.

Venez avec votre épluche légume et votre bonne humeur !

Renseignements auprès du Pic Vert par téléphone au 04 76
91 34 33 ou par mail à contact@lepicvert.asso.fr

Catégorie environnementCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

mai 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+