Archive | 06 mai 2013

Corabio accueille son nouveau président


Ludovic Desbrus, producteur et transformateur de châtaignes bio en Ardèche a été élu président de Corabio lors du dernier conseil d’administration de l’association qui a eu lieu le 25 avril.

Françoise Reiller, après 4 années de présidence tenues à la Coordination Rhône-Alpes de l’agriculture biologique, passe ainsi le relai à son confrère ardéchois.

cora

Catégorie bioCommentaires fermés

Filière agroalimentaire: la Commission Européenne met le « paquet »

La Commission européenne a adopté aujourd’hui un «paquet» de mesures visant à un meilleur respect des normes de santé et de sécurité sanitaire dans l’ensemble de la filière agroalimentaire. La sécurité sanitaire des denrées alimentaires est une condition essentielle de la confiance des consommateurs et de la pérennité de la production alimentaire.

En matière de protection de la santé, ce train de mesures définit une stratégie modernisée, plus simple et davantage axée sur les risques. Des outils de contrôle plus efficaces garantiront une bonne application des règles qui régissent le fonctionnement de la chaîne de production des denrées alimentaires.

Eu égard à la nécessité d’une législation moins complexe et d’une réglementation plus intelligente, le paquet législatif réduit la charge administrative des opérateurs et simplifie l’environnement réglementaire. Une attention particulière a été accordée aux incidences de la législation sur les PME et les micro-entreprises, qui sont dispensées des éléments les plus coûteux et les plus pesants de la législation.

Actuellement, la législation de l’Union relative à la chaîne de production des denrées alimentaires compte près de 70 textes. Les réformes présentées aujourd’hui permettront de réduire ce corpus à 5 textes législatifs mais aussi d’alléger les formalités entourant les processus et procédures qu’appliquent les agriculteurs, les éleveurs et les opérateurs du secteur alimentaire (producteurs, transformateurs et distributeurs) afin que ceux-ci puissent exercer plus facilement leur métier.

Le commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs, M. Tonio Borg, a déclaré: «Avec plus de 48 millions de travailleurs et une production totale avoisinant 750 milliards d’EUR par an, l’agroalimentaire constitue le deuxième secteur économique de l’Union. L’Europe applique les normes de sécurité sanitaire des aliments les plus strictes au monde.

Bien qu’il n’ait pas entraîné de risques sanitaires, le récent scandale de la viande de cheval a révélé des marges de progrès possible. Le train de réformes présenté aujourd’hui arrive au moment opportun, puisqu’il montre que le système est capable de faire face aux difficultés qui se présentent; il tient compte en outre de certains enseignements du passé. En un mot, ce paquet législatif vise à fournir des règles plus intelligentes pour des denrées alimentaires plus sûres.»

Cette réglementation plus simple, fondée sur des données scientifiques et sur les risques, sera profitable aux entreprises au vu de la charge administrative réduite, des processus plus efficaces et des mesures visant à financer et à renforcer la lutte contre les maladies animales et les parasites végétaux ainsi que leur éradication. Quant aux consommateurs, ils bénéficieront de produits plus sûrs et d’un système de contrôles plus efficace et plus transparent tout au long de la chaîne.

Éléments principaux de la proposition

Contrôles officiels

  1. La Commission a reconnu la nécessité de renforcer les instruments dont disposaient les autorités compétentes dans les États membres pour vérifier le respect de la législation de l’Union sur le terrain (au moyen de contrôles, d’inspections et d’essais).
  2. Les scandales alimentaires récents ont une nouvelle fois démontré la nécessité d’une action plus efficace de la part des autorités chargées de faire respecter la réglementation, afin de protéger tant les consommateurs que les opérateurs honnêtes contre les risques (y compris économiques) pouvant survenir du fait d’infractions commises tout au long de la chaîne.
  3. Les nouvelles dispositions, davantage fondées sur les risques, permettent aux autorités compétentes de concentrer leurs ressources sur les domaines prioritaires.
  4. Le système actuel de redevances, qui sert à financer la réalisation de ces contrôles au sein d’un système viable sur toute la chaîne, sera étendu à d’autres parties de la filière qui ne sont actuellement pas soumises à de telles redevances.
  5. Les microentreprises seront exonérées de ces redevances, mais ne seront pas dispensées des contrôles, car cela pourrait nuire à leur compétitivité.
  6. Il sera également demandé aux États membres d’intégrer pleinement les contrôles antifraude dans leurs plans de contrôle nationaux et de veiller à ce que les sanctions financières en la matière représentent des montants réellement dissuasifs.

Santé animale

  1. Le paquet contient une seule proposition de texte législatif réglementant la santé animale dans l’Union; ce texte se fonde sur le principe voulant que «mieux vaut prévenir que guérir».
  2. L’objectif est de renforcer les normes actuelles et de mettre en place un système commun permettant d’améliorer la détection des maladies et la lutte contre celles-ci, mais aussi de coordonner le traitement des risques relatifs à la santé ainsi qu’à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires et des aliments pour animaux.
  3. Grâce à ce système optimisé et à des règles plus performantes en matière d’identification et d’enregistrement, ceux qui œuvrent à la protection de la chaîne de production des denrées alimentaires (exploitants et vétérinaires, par exemple) seront à même de réagir rapidement, de limiter la propagation des maladies et de réduire au maximum leurs effets sur les animaux d’élevage et les consommateurs.
  4. En outre, le texte instaure une classification et un ordre de priorité pour les maladies nécessitant une intervention à l’échelon de l’Union. Il permet ainsi une meilleure prise en compte des risques et une utilisation adaptée des ressources.
  5. Ce nouveau cadre présente la souplesse nécessaire pour permettre une modulation des mesures zoosanitaires en fonction des dimensions et de la nature des établissements (par exemple les petites et moyennes entreprises, les élevages de loisirs, etc.), mais aussi des situations locales, notamment en ce qui concerne les obligations en matière d’enregistrement et d’agrément applicables aux établissements et à la détention d’animaux et de produits.
  6. À plus grande échelle, la législation doit être suffisamment souple et solide pour permettre une réaction efficace de toute l’Union en cas de variations climatiques importantes. Ainsi armés pour faire face aux risques émergents nouveaux et inconnus, nous pourrons nous adapter rapidement aux évolutions de la science et des normes internationales.

Santé des végétaux

  1. La valeur des produits cultivés dans l’Union s’élève à 205 milliards d’EUR par an. Faute d’une protection par la réglementation phytosanitaire, ce secteur subirait un grave préjudice économique.
  2. L’agriculture, les forêts et le patrimoine naturel européens sont en effet menacés par des parasites et des maladies touchant les végétaux. L’introduction de nouveaux organismes nuisibles a progressé en raison de la mondialisation du commerce et du changement climatique.
  3. Pour éviter que de nouveaux parasites ne s’installent durablement dans l’Union et pour protéger les cultivateurs et le secteur forestier, la Commission propose de moderniser le régime phytosanitaire actuel.
  4. Une plus grande attention sera accordée aux échanges commerciaux à haut risque en provenance des pays tiers et au renforcement de la traçabilité des plants sur le marché intérieur.
  5. La législation instaure également une meilleure surveillance et une éradication plus précoce des foyers de nouveaux organismes nuisibles, ainsi qu’une compensation financière pour les cultivateurs touchés par de tels organismes nuisibles soumis à quarantaine.

Matériel de reproduction des végétaux (y compris les semences)

  1. Dans le monde, 60 % de la valeur des exportations de semences sont issus de l’Union.
  2. Le train de mesures instaure des règles de commercialisation simplifiées et assouplies pour les semences et les autres matériels de reproduction des végétaux, le but étant de garantir la productivité, l’adaptabilité et la diversité de la production végétale et forestière de l’Europe, et de faciliter les échanges commerciaux en la matière.
  3. Le vaste choix de matériels et les exigences renforcées en matière d’essais contribueront à la protection de la biodiversité et à une pratique de la sélection végétale axée sur l’agriculture durable.
  4. L’emploi de semences dans les jardins privés ne relève pas de la législation de l’Union et les particuliers peuvent continuer à acquérir tout type de matériel végétal et à vendre des semences en petites quantités. En outre, il sera précisé que tout non-professionnel (jardinier amateur, par exemple) peut procéder à des échanges de semences avec d’autres particuliers sans être concerné par les dispositions du règlement proposé.
  5. La législation vise à élargir le choix qui s’offre aux utilisateurs, avec de nouvelles variétés améliorées et testées, des matériels ne correspondant pas à la définition d’une variété (matériel hétérogène), des variétés traditionnelles et des matériels de niche.
  6. Conformément au programme «Mieux légiférer» de la Commission, les nouvelles dispositions prennent toutefois en considération la nature du matériel, les conditions de sa production et la taille de l’entreprise concernée. Ainsi, les anciennes variétés traditionnelles et les matériels hétérogènes sont soumis à des règles d’enregistrement allégées. Ces catégories sont dispensées d’essais et de certaines obligations inscrites dans la législation.
  7. En outre, la charge administrative est réduite pour les microentreprises, qui peuvent commercialiser tout type de matériel en tant que «matériel de niche» sans procéder à l’enregistrement des variétés.
  8. Enfin, les microentreprises sont globalement exonérées du paiement des redevances d’enregistrement.

Prochaines étapes

Les autres institutions de l’Union, notamment le Parlement européen et le Conseil, vont maintenant étudier le paquet législatif présenté par la Commission et se prononceront en temps voulu à son sujet. À ce stade, on estime que les mesures entreront en vigueur en 2016.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Salon des vins et vignobles oubliés de l’Arc Alpin

L’ association Vignes et Vignerons du Trièves organise sa deuxième édition du Salon des vins et vignobles oubliés de l’Arc Alpin.VVT-FLYER-A6

Cette manifestation aura lieu dans le centre historique de Mens sous la halle le dimanche 26 mai 2013 à partir de 9h30.

Des vignerons viendront vous présenter leurs vins dont certains sont issus de cépages rares. Cette dynamique accompagnée par le CAAPG (Centre d’Ampélographie Alpine Pierre Galet) a pour but de réimplanter la culture de cépages rares et oubliés. Certains de ces cépages sont déjà en production, d’autres sont en expérimentation, d’autres encore viennent seulement d’être repérés dans de vieilles vignes.

Un travail de recherches archéologiques dans les vignes est effectué régulièrement pour retrouver les cépages cultivés avant le phyloxéra. Dans ce cadre, la mise en place de conservatoires est prévue afin de sauvegarder l’ensemble des cépages de l’Arc Alpin, quelques 150 variétés différentes ont déjà été identifiées.

Le réseau des vignobles et cépages rares de la Région Rhône Alpes a la volonté également, à travers plusieurs structures associatives, de sauvegarder la surface viticole de leur territoire et de maintenir en culture les cépages autochtones d’une région.

C’est par exemple, les expériences de l’ARDVCG dans les coteaux du Gier à côté de Givors, mais également de l’association des vignes de Tarentaise à Aime, de l’office du tourisme de Dessaigne en Ardèche, de l’association SOLID’Art en Maurienne ou encore de notre association Vignes et Vignerons du Trièves en Sud-Isère …

Ce sera l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des vignerons qui les cultivent et peut-être de déguster et de découvrir un de ces cépages inconnus du grand public.

Programme

8h00 à 9h30: Accueil des vignerons

10h00 à 18h00: Salon des vins avec les producteurs et partenaires

10h00 à 11h00: Conférence présentation de la démarche de VVT

11h00 à 12h00: Film – Le raisin de la fleur à la baie

14h00 à 15h00: Film – Science et vin un nouveau pacte

15h00 à 16h30: Conférence cépages oubliés

10h00 à 18h00: Exposition (vins Isère – photos E Breteau – autres…)

Moments musicaux tout le long de la journée

Catégorie foires et fêtes, viticultureCommentaires fermés

Fête de la nature à…Grenoble

La Fête de la Nature se déroule de nouveau à la Caserne de Bonne cette année, samedi 25 mai, date de la journée internationale de la biodiversité. Thème de 2013 : cherchons les petites bêtes !

Pour sa 7e édition, la Fête de la Nature propose de porter le regard sur les petites bêtes en tous genres. Elles sautent, elles rampent, elles volent, elles se cachent dans les maisons, dans les herbes, dans le sol, dans les fissures… A vos loupes avec le LPO Isère pour partir à la recherche des plus petits animaux.

Tout au long de la journée, vous pourrez apprendre à accueillir la nature sur votre balcon en participant à l’installation d’un balcon favorable à la faune et à la flore locale. Vous aurez également la possibilité de parcourir une exposition « comment amener la nature chez soi ? » exemple des Refuges LPO du parc Hoche et du jardin des Vallons. Enfin, des stands vous présenteront les activités de LPO Isère et de ses partenaires et proposeront de nombreuses activités pour les enfants.

fête LPO

Catégorie environnement, natureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mai 2013
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+