Archive | La Métro

La remise en eau du Drac, un projet essentiel au territoire qui se concrétise enfin

Le projet est en test depuis 2014 mais c’est aujourd’hui qu’il est officiellement lancé : Le Drac est enfin remis en eau.

Responsables et élus se sont réunis Lundi 10 Juillet au barrage EDF de Notre Dame de Commiers pour assister à la remise en eau symbolique. Parmi eux se retrouvaient Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère et présidente de la commission locale de l’eau et Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. En effet, une nouvelle vanne a été construite permettant à 4 mètres cube d’eau supplémentaires d’être turbinés (soit utilisé pour entraîner une turbine générant de l’électricité) par seconde. Le total du débit est désormais quasiment 4 fois plus important qu’avant.

Ces travaux étaient essentiels, le Drac s’avérait être asséché sur 4km de long plus de 300 jours par an depuis la construction du barrage en 1960. Ainsi ça n’est pas seulement une production accrue pour EDF qui est en jeu, mais également un fort impact sur la biodiversité locale, comme l’expliquait Laurent Perotin, directeur de la production hydro-électrique des Alpes pour EDF.

Après qu’ils aient assisté à l’ouverture de la vanne, les élus ont été guidés jusqu’au site de la Rivoire par Jessica Bruggeman, conservatrice de la réserve naturelle régionale des Isles du Drac et Guy Genet, président du SIGREDA. Ceux ci ont alors pu présenter un vaste projet de réaménagement de la réserve, grande de plus de 800 hectares sur 15 Km de long, aux portes de la métropole. En effet, depuis le tragique accident de 1995, le site est interdit d’accès. L’augmentation du débit au niveau du barrage de Notre Dame de Commiers permet aujourd’hui de pouvoir réaménager certains espaces en sécurité. L’objectif est d’en faire des lieux d’éducation ou des observatoires de la biodiversité. La création de sentiers de promenade est également prévu, mais la baignade demeurera interdite pour préserver la sécurité de tous. Dans un même objectif, de nombreux outils de sécurisation du public vont accompagner ces aménagements.

Enfin, tout le monde s’est réuni sur le site de captage de Rochefort pour la cérémonie publique. Christophe Ferrari y a rappelé que Grenoble était avec Mulhouse la seule ville française qui bénéficiait dune eau naturelle non traitée, et la seule métropole avec Nice à posséder une réserve naturelle régionale sur son territoire. Marie-Noëlle Battistel, elle, a salué ce magnifique projet qui ne présentait aucun impact négatif.

Paul Savary

Catégorie A la une, La Métro, La Métro, eau, hydraulique, questions d'actualitéCommentaires fermés

La saison des espaces naturels metropolitains est lancée !

Ce jeudi 15 Juin, Christophe Ferrari, président de la métropole et Jérôme Dutroncy, vice-président délégué à l’environnement, l’air, le climat et la biodiversité se sont rendus au parc de l’ïle d’amour de Meylan afin d’officialiser le lancement de la saison des espaces naturels métropolitains.

Le parc compte parmi les 6 espaces naturels présents sur le territoire de la Métropole et accueille de nombreuses classes dans le but de leur amener une éducation et une sensibilisation au naturel.

Christophe Ferrari a exprimé son plaisir d’y être présent et a tenu à affirmer l’appui fort de la Métropole envers ces véritables éléments d’attractivité du territoire, déclarant qu’à ses yeux, la biodiversité faisait partie intégrante de l’ADN métropolitain.

En effet, les jardins du parc sont aujourd’hui gérés par les agents de la métropole avec le soutien de nombreuses associations comme la LPO ou la FRAPNA, mais également du fort engagement des communes du territoire qui travaillent toujours au développement des voies vertes et bleues.

Ce parc qui existe depuis des décennies a toujours été un lieu de privilège de la biodiversité, labellisé refuge LPO en 2013. Il présente quelques lieux particuliers comme un hôtel à abeilles (domestiques donc présentant un risque de piqûre extrêmement faible) ou un jardin où la culture est complètement naturelle.

L’occasion pour Mrs. Ferrari et Dutroncy d’évoquer un besoin toujours croissant et de plus en plus généralisé de pouvoir certifier une origine responsable aux produits que nous trouvons dans nos assiettes.

Ce fut également l’occasion d’évoquer les enjeux majeurs pour l’avenir de nos espaces naturels au sein de la métropole, d’anticiper les dangers nuisibles à leur biodiversité, comme le réchauffement climatique ayant beaucoup plus d’impact en territoire montagnard.

C’est la raison de la création d’un observatoire de la biodiversité intégrant bon nombre de services de la Métropole. Comme l’a affirmé Christophe Ferrari, la santé environnementale est directement liée à la santé publique.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, environnementCommentaires fermés

La métropole inaugure Chronovélo, son nouveau réseau cycliste

Ce Vendredi 9 Juin, Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole était présent à l’Aiglon à Grenoble en compagnie de Yann Mongabaru, vice-président délégué aux déplacements pour présenter la nouvelle identité du réseau express vélo.

Baptisé Chronovélo, en écho aux Chronobus, ce réseau d’ « autoroutes à vélo » devrait être doté de 40km de voies d’ici 2020. 4 grands axes ont été tracés à travers la métropole :

  • Eybens – Grenoble centre
  • Saint Egrève – Grenoble Centre – Campus Universitaire
  • Grenoble – Echirolles – Vizille
  • Fontaine – Grenoble centre – La Tronche – Meylan

L’objectif majeur est de tripler la part modal du vélo en métropole, soit l’amener à peu près à égalité avec celle du tramway. Aujourd’hui, 15 % des actifs de la métropole se déplacent sur leur lieu de travail à vélo, ce qui fait de l’agglomération la première de France dans ce domaine.

Ce projet a été doté d’une identité visuelle rompant avec les classiques lignes blanches. Mêlant le turquoise et le jaune, l’apparence de ces nouvelles voies a été testée et approuvée par les utilisateurs lors de tests préalables. Ceux ci ont également eu le loisir de proposer des améliorations à intégrer.

Ainsi ont vu le jour des « stations » le long des pistes, intégrant chacune un plan des alentours et une pompe à vélo. Et malgré quelques points qui, de leur avis, pourraient être améliorés, la majorité d’entre eux se disent heureux, trouvant les nouveaux équipements ludiques et plus sécurisants.

La nouvelle signalétique intègre en effet des bandes de bordures, un tracé central pour séparer les deux sens de circulation, mais aussi toutes sortes d’indications, comme la direction de la piste, le nombre de kilomètres restants, et un marquage particulier lorsque les voies croisent les routes pour mieux avertir les automobilistes.

Au delà de ces nouvelles voies, la métropole maintient sa volonté de développer son réseau cyclable, elle espère faire croître son réseau jusqu’à 320km de voies d’ici 2020, et a d’ores et déjà installé 1000 places de stationnement supplémentaires à la gare de Grenoble, et 100 de plus à celle de Gières.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, transportCommentaires fermés

L’accompagnement des entreprises par la métropole

Ce mardi 30 Mai,  Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole s’est rendu à l’hôtel d’activité Cemoi pour une conférence sur l’accompagnement foncier-immobilier de la métropole envers de nombreuses entreprises.

En effet, l’hôtel d’activités Cemoi, ancienne usine historique du premier fabriquant de chocolat français, vient tout juste de finir d’être rénové. Acquis par la métropole en 1979 suite à la fermeture des usines, ce bâtiment regroupe aujourd’hui de nombreuses activités de pointes grenobloises. La métropole porte aujourd’hui des appels d’offre d’accueil d’entreprises au niveau européen.

La compétence immobilière d’entreprise étant du ressort de la métropole, Christophe Ferrari a tenu à souligner sa volonté d’appuyer la dynamique économique à travers cette compétence. Il souhaite inciter à la sanctuarisation des zones foncières économiques, l’exploitation de 14 hectares de zones en friche industrielle et l’accompagnement des startups dans des hybridations comme par exemple l’intégration à l’hôtel d’activités Cemoi, disposant de 11680 m² de locaux et accueillant aujourd’hui des entreprises comme Apple.

Pour permettre de mieux appréhender la dynamique collective de la métropole, Christophe Ferrari  a livré quelques chiffres.

Un étudiant sur 4 souhaite créer son entreprise, la métropole compte 32 000 chefs d’entreprise et 180 000 salariés. Parmi les entreprises du département, 61% ont été créées sur le territoire de la métropole, le nombre de création d’entreprises est en hausse de 7,2%, tandis que celui de défaillance est en baisse de 7%.

- Visite de 4 entreprises de l’hôtel d’activité Cemoi -

À la suite de cette conférence, le président de la métropole a visité 4 entreprises parmi les perles de l’hôtel d’activité Cemoi.

  • Talentéo : Cette startup créée il y a 5 ans a développé un blog centré sur l’emploi des personnes handicapées. Pour ce faire, elle organise de nombreux événements autour de cette thématique (Cook&Job, Sport2Job, etc)

  • Skaping : Une entreprise spécialisée dans la pose, l’entretien et le traitement d’images de caméras de très haute qualité, notamment en montagne.

  • Usharesoft : Une startup développant des services permettant de gérer des applications web et mobile. Leur succès leur a valu leur rachat par le géant japonais Fujitsu, Usharesoft est aujourd’hui leur ambassadeur en France.

  • BH technologies : profitants de l’occasion pour inaugurer leurs nouveaux locaux au sein de l’hôtel, ils sont à l’origine de la création de solutions d’optimisations de la gestion des déchets et de l’éclairage publique.

Pour toutes ces entreprises, l’attrait majeur de centrer leur activité sur la Métropole est notamment l’accès aux ingénieurs grenoblois.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, economie/emploiCommentaires fermés

Sechilienne: travaux, réunion publique..

A partir du lundi 29 mai à 9h et jusqu’au 7 juillet 2017, Grenoble-Alpes Métropole va engager des
travaux d’urgence sur un mur de soutenement de la route du Luitel à Séchilienne, à proximité du
parking de l’Eglise. Ces travaux nécessitent, pendant 5 semaines, la fermeture à toute
circulation automobile de la route du Luitel, entre l’intersection avec la rue de l’Eglise et
l’entrée du lotissement du Château.

Placé sous surveillance régulière depuis son transfert au 1er janvier 2015 à Grenoble-Alpes
Métropole, cet ouvrage devait faire l’objet de travaux de confortement à partir du mois de juillet
2017, financés à parité par la commune et la Métropole grenobloise.

Toutefois, cet ouvrage a connu une dégradation brutale ces dernières semaines : apparition de
nouvelles fissures et accroissement conséquent des fissures existantes, importante évolution
du ventre du mur s’apparantant à un gonflement, déformation de la pente de la chausée, etc.
Ainsi, l’instabilité du mur et sa dégradation accélérée, très largement visible, ne permettent
plus d’assurer la sécurité des riverains et de l’ensemble des usagers de la route.

Dès lors, compte tenu du risque d’effondrement du mur, une première mesure d’urgence a été
prise le lundi 12 mai 2017 avec la signature par la Mairie de Sechilienne d’un arrêté d’interdiction
de circulation aux véhicules de plus de 3,5 tonnes sur cet ouvrage.

Par la suite, une entreprise a été missionnée d’urgence par la Métropole pour intervenir.
Plusieurs solutions techniques ont alors été étudiées permettant à la fois d’assurer la sécurité
des ouvriers et de réaliser au plus tôt les travaux. En définitive, la solution retenue et
commandée à l’entreprise le 17 mai, consiste d’abord à purger la zone du mur la plus instable
(environ 40 m²) pour ensuite pouvoir débuter les travaux de confortement, lesquels
permettront d’ancrer le mur dans la roche. La reconstruction d’une partie du mur de
soutènement est également nécessaire, tout comme la réfection de la voirie qu’il supporte.
Consciente des désagréments occasionnés, Grenoble-Alpes Métropole et la commune de
Séchilienne mettent actuellement en place différentes mesures pour réduire au maximum les
nuisances de ce chantier. A cet égard, un cheminement piéton d’un mètre de large sera
conservé sur l’ouvrage tout au long des travaux afin d’assurer les liaisons entre la partie basse
et la partie haute de la route du Luitel et faciliter le covoiturage. Deux navettes seront
également mobilisées pour continuer à assurer au mieux le transport scolaire et la livraison des
repas à domicile notamment. Pour ce faire, des aires de retournement et de stationnement
seront mises en place au niveau du parking de l’Eglise et de l’entrée du lotisssement du
Chateau.

La collecte des ordures ménagères sera aussi adaptée et assurée en porte à porte le lundi de
7h30 à 11 heures, tandis que le balisage de la déviation ainsi que l’information aux habitants sont
en cours. A noter qu’une solution de déviation par un sentier à proximité a été étudiée mais
celle-ci s’avère trop dangereuse en raison de la pente importante.

Enfin, avant le 7 juillet, si l’évolution du chantier le permet, une voie de circulation en alternat
sera ouverte sur l’ouvrage, en semaine, de 16h30 à 8h30, ainsi que les week-end.
Afin de répondre au mieux à l’ensemble des questions des riverains et des habitants, une
réunion publique d’information sera organisée par la commune, en présence de la
Métropole, le mardi 30 mai 2017, à 20h, à la salle des fêtes de Séchilienne.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE TERRITOIRE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

En déplacement à Grenoble, Bernard Cazeneuve, premier ministre, accompagné de Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement a signé le pacte métropolitain d’innovation de Grenoble-Alpes Métropole.

Dans la continuité de la politique environnementale menée par la cité iséroise depuis 20 ans, ce dernier vise à développer un nouvel écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique.

A l’occasion de ce déplacement, ont été signés :
•    Des contrats de « Territoire à énergie positive pour la croissance verte ».
•    La convention issue de l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans » dont Grenoble est lauréate. Parmi les actions développées par la ville :
- Mise en œuvre d’une zone à circulation restreinte pour les véhicules de livraison ;
- Déploiement d’un réseau de 200 consignes pour le stationnement sécurisé des vélos sur voirie ;
- Agrandissement et diversification de la flotte Métro vélos avec l’ajout de 150 vélos spéciaux pour le transport d’enfants et de marchandises ;
- Sensibilisation et mobilisation des habitants pour la qualité de l’air ;
- Études en faveur de la préservation de la qualité de l’air.

Par ailleurs, Ségolène Royal a annoncé :

- Le lancement de l’appel d’offres pour 210 MW pour le développement de technologies solaires innovantes, dont la route solaire, projet auquel collabore le CEA. Le volume de l’appel d’offres est réparti sur quatre familles d’innovation :
- Les innovations de composants, en particulier la route solaire, les modules innovants, les onduleurs avec fonctionnalités spécifiques ou les nouvelles technologies de cellules ;
- Les innovations du système électrique (architecture haute tension, système innovant de distribution d’énergie…) ;
- Les innovations liées à l’optimisation et à l’exploitation électrique de la centrale photovoltaïque (logiciel de monitoring couplé à des capteurs, outils de maintenance préventive…) ;
- Les installations permettant de coupler une production photovoltaïque secondaire à une production agricole principale (agrivoltaïsme).

Un choix naturel

Le territoire de la métropole iséroise est composé à 88% d’espaces naturels, agricoles et forestiers. Cette richesse est constitutive de l’identité de Grenoble, et c’est donc naturellement que la métropole a rattaché son  Pacte métropolitain d’innovation (PMI) à la thématique « transition énergétique et environnement », l’un des trois grandes orientations proposées au niveau national dans le cadre des PMI.
Premier pôle urbain alpin, la métropole iséroise a naturellement choisi de développer un écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique, afin de répondre à trois enjeux majeurs :
- maintien du dynamisme économique au service de l’emploi ;
- lutte contre les changements climatiques et engagement dans la transition énergétique ;
- renforcement de la cohésion sociale du territoire.

Pour Bernard Cazeneuve: »Grenoble s’affirme depuis près de quarante ans comme une des capitales françaises de l’innovation. (…) En signant aujourd’hui un pacte métropolitain, mon ambition est que l’État accompagne Grenoble-Alpes Métropole dans sa stratégie d’innovation et favorise son rayonnement international. »

La signature du pacte métropolitain a été signz dans les locaux de Grenoble alpes Métropole ou Christophe Ferrari, président a accueilli les deux ministres ainsi que de nombreuses personnalités.

Il a indiqué:

 » Nous voici donc à l’heure de franchir une nouvelle étape dans la construction métropolitaine, une de plus après deux années qui auront été extraordinairement riches. C’est  de notre responsabilité, celle
de préserver la santé de nos concitoyennes et concitoyens, notre santé, sans jamais oublier que l’inaction représente un coût, sanitaire bien sûr mais aussi économique, évalué à plus de 100 milliards d’euros par
an par une commission d’enquête sénatoriale en 2015. La transition énergétique, c’est un défi que nous ne saurons relever qu’ensemble..

C’est cette dynamique que nous souhaitons consolider en scellant un pacte entre l’Etat et la
Métropole grenobloise dont le volet innovation nous place au service de l’émergence d’un écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique.

Et je dois dire que nous disposons en la matière de magnifiques atouts.
L’appui de l’Etat nous permettra d’aller plus vite et d’aller plus loin.
Ce Pacte, c’est un partenariat en devenir qui a vocation, dans son volet coopération, à associer également, demain, les territoires voisins de la Métropole, dans leur diversité, au service d’une dynamique territoriale qui s’affranchit des frontières institutionnelles. Et ils sont d’ores et déjà mobilisés.
Construction d’un réseau de chaleur biomasse sur la commune de Gières, récupération de la chaleur fatale produite par la plateforme chimique de Pont de Claix, développement des parcs photovoltaïques
en zone urbaine au travers de sociétés de participation citoyenne, construction du service public métropolitain de la donnée énergétique, renouvellement du parc de véhicules publics ou encore développement d’un poste de commande centralisé au service d’une mobilité
multimodale. C’est toutes ces actions, on ne peut plus concrètes, que va permettre d’engager sans tarder le Pacte Métropolitain d’Innovation.

fer c

C’est une excellente nouvelle pour notre territoire … »



Catégorie A la une, La Métro, La Métro, environnementCommentaires fermés

TECHNICENTRE MÉTROVÉLO SASSENAGE

Lancé en 2004, à l’époque du développement médiatisé des premiers services de vélo en libre-service (Vélib à Paris, Vélov à Lyon), exploité depuis 2015 par la société Vélogik pour le compte de la Métropole, Métrovélo propose aux usagers un parc de vélo en constante augmentation.

Précisément, 7 000 vélos jaunes circulent aujourd’hui sur la Métropole grenobloise avec un objectif de 9 000 vélos pour 2020. Métrovélo demeure ainsi le premier service de location de vélo de province en nombre de vélos.

Métrovélo renforce régulièrement son offre de service en proposant des
tandems, des porteurs vélo, des cycles enfants, ainsi que des vélos pliables
et compacts.
La fréquentation du service ne cesse d’augmenter depuis sa création, comme
l’atteste le nombre de journées de location en agence.

Ce succès, accompagné d’une sympathie largement développée autour du
vélo jaune grenoblois, peut être considéré comme un des fers de lance de
l’augmentation très rapide de l’usage du cycle dans le Métropole Grenobloise.

Un technicentre Métrovélo pour plus d’efficacité encore

Ainsi, afin d’améliorer encore la qualité et l’efficacité du service rendu
par Métrovélo, les élus du Conseil métropolitain ont décidé de construire
un centre technique Métrovélo à Sassenage regroupant les deux sites
aujourd’hui essaimés à la gare de Grenoble et à Seyssinet-Pariset. Ce
centre permettra d’accueillir l’ensemble des équipes de Métrovélo, tout en
conservant les deux agences commerciales de la gare de Grenoble et du
Campus de Saint-Martin-d’Hères afin de garder la proximité de relation avec
les usagers.
Lancés en décembre 2016, les travaux s’achèveront en juillet prochain pour
une mise en service dès la rentrée 2017. Le centre technique sera composé
d’un atelier de 275 m2 dédié à la réparation et à l’entretien des cycles, de
locaux administratifs de 120 m2 et d’un espace de stockage de 830 m2, soit en
définitive un bâtiment de 1 400 m2 environ.

Un investissement exemplaire et économe

- Un retour sur investissement à court terme
Le montant global de l’opération représente 1 million d’euros financé pour
moitié par la Région Auvergne Rhône-Alpes et pour moitié par la Métropole. Un
coût à mettre en lien avec les 125 000 euros de frais de location et de charges
du site de Seyssinet qui accueille actuellement l’atelier central ainsi qu’un
espace de stockage de Métrovélo.

-  Une seconde vie pour un site désormais inexploité
Le Technicentre Métrovélo est construit sur une parcelle mise à disposition
par le SMTC moyennant une redevance annuelle d’un euro symbolique.
Le terrain concerné dispose notamment d’une grande halle qui servait
d’extension pour le remisage des bus et qui n’est plus exploitée avec la mise
en service de la ligne de tramway E et l’optimisation du réseau de bus. Le
technicentre Métrovélo est construit sous cette toiture existante.

- Un bâtiment écologique
Le réemploi de cette toiture permet de réduire les coûts de construction,
d’économiser la matière première de couverture et de doter le futur bâtiment
d’un éclairage naturel. Conception bioclimatique, bâtiment à ossature bois,
sobriété dans le dimensionnement de l’équipement, barrière brise-vent
végétale pour protéger les vélos dans la zone de stockage, ce bâtiment fait
figure d’exemple en terme de qualités environnementales.

S’inspirant de la circularité d’une roue de vélo, le bâtiment sera compact et
fonctionnel et réalisé avec un souci d’économie d’espace, minimisant ainsi les frais
de fonctionnement.

Un projet témoin d’un engagement fort de la collectivité
en faveur du vélo et des modes doux

Le Technicentre Métrovélo s’inscrit dans une politique cyclable ambitieuse
délibérée en 2014 par la Métropole. Cette politique, qui ambitionne notamment de
tripler la part du vélo d’ici 2020, s’intéresse à l’ensemble des dimensions de l’usage
du cycle. Le plan d’actions 2015-2020 se décline effectivement en quatre volets :
aménagements de voiries, stationnement des cycles, services vélos et incitation
aux changements de comportements.
Aussi, la collectivité consacre chaque année un budget annuel de près
de 6 millions d’euros en faveur de la politique cyclable.
Plusieurs projets préfigurent la réussite et l’efficacité de cette politique cyclable
sur le long terme.
Les premiers tronçons du réseau cyclable structurant métropolitain ont
notamment vu le jour en 2016 comme sur les rues Camille Desmoulins et Lanoyerie
à Grenoble. Une expérimentation a été lancée sur la signalisation de ce réseau
également.
La réalisation du projet Coeurs de Ville/Coeurs de Métropole Grenoble est aussi un
élément essentiel pour l’avenir de la pratique du vélo, tout comme la démarche
de Métropole apaisée dans laquelle 43 communes de la Métropole sont engagées
aujourd’hui.
Compétente désormais en matière de voirie et d’espaces publics, la collectivité
renforce également son action en faveur du développement des stationnements
cycles sur l’ensemble de la Métropole, en complément des consignes collectives
déployées sur les principaux pôles d’échanges et, dès 2018, sur la Presqu’ile
scientifique.
Enfin, les initiatives menées dans le cadre du Plan de Déplacements Urbains
horizon 2030 du SMTC, ainsi que le futur schéma de mobilité grand sud sont
autant de compléments apportés à une politique de déplacement encourageant
au maximum les déplacements non polluants.

1

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Grenoble-Alpes Métropole: Logistique urbaine

Afin de favoriser l’efficacité du système transport logistique et d’améliorer la qualité de l’air, Grenoble-Alpes Métropole propose un plan d’actions ambitieux en faveur d’une logistique urbaine durable dans la métropole grenobloise.

Pour en savoir plus:

http://www.lametro.fr/934-logistique-urbaine.htm

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Signature des conventions PIA -Ville de Demain de l’Ecocité Grenoble-Alpes Métropole

Lionel BEFFRE, Préfet de l’Isère, Gil VAUQUELIN, Directeur régional Auvergne-Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts, Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole et l’ensemble des porteurs privés du territoire ont signé, lundi 9 octobre, la convention du Programme d’Investissement d’Avenir « Ville de Demain » Tranche 2 (2016 -2020) relative à l’EcoCité de Grenoble-Alpes Métropole.

Par cette nouvelle convention, le Programme d’investissements d’avenir a accordé au territoire
une enveloppe de 10 441 750€ pour soutenir les 10 actions suivantes:
➢ Démonstrateur ABC Grenoble: la construction d’un Démonstrateur ABC (Autonomous
Building for Citizens), un projet de logements collectifs particulièrement ambitieux en termes
de technologies et de changements d’usages porté par Bouygues Construction et Grenoble
Habitat
➢ Bâtiment à énergie positive de l’école de l’énergie : un projet de sur-instrumentation de
l’Ecole de l’Energie visant à en faire un bâtiment producteur d’énergie renouvelable et à
énergie positive, porté par Grenoble INP, l’Université Grenoble Alpes et le CNRS
➢ Hyway – production d’hydrogène : l’émergence d’un démonstrateur de l’usage de
l’hydrogène au service de la mobilité urbaine (couplage production d’électricité vertestockage-
distribution), porté par le Pôle Utilités Services
➢ Démarche énergie-santé-environnement : un programme d’ingénierie « Energie-Santé-
Environnement » intégrant les enjeux de la transition énergétique couplés avec les
questions d’usages, de bien-être et de santé en ville, porté par la SPL SAGES
➢ Atelier Flaubert, la fabrique de l’habitat participatif : un « Fab Lab » dédié à la
production de l’habitat de demain qui expérimentera les modes d’habiter et les modes
constructifs, porté par la SPL SAGES
➢ Réseau de chauffage basse pression innovant Flaubert Est :un réseau urbain de
chaleur nouvelle génération à haute performance, intégré à la ZAC Flaubert, porté par la
CCIAG
➢ Solutions combinées pour maintien à domicile : un appartement témoin scénarisé et
des outils de visites virtuelles destinés au maintien à domicile des personnes en perte
d’autonomie, porté par TASDA
➢ Plateforme Mur-Mur 2 – Rénovation haute performance / Monitoring des
consommations / Développement d’un bouquet de travaux « régulation active »:un
ensemble de dispositifs visant à promouvoir la rénovation énergétique exemplaire de
copropriétés anciennes, porté par Grenoble-Alpes Métropole dans le cadre de sa
campagne MurMur 2
➢ La Nouvelle Unité de production (NUP) : La construction d’un complexe énergétique
innovant de 30 MW thermique biomasse et de 5 MW électrique de cogénération sur la
Presqu’île, porté par Grenoble-Alpes Métropole
➢ Prospective et conception d’aménagement des « villages métropolitains : lancement
d’une démarche prospective sur l’aménagement durable exemplaire, performant et
innovant des villages métropolitains, portée par Grenoble-Alpes Métropole.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

La Métro: lancement du C2D et de la CCSPL..

La Métropole relance ses deux instances consultatives :
Le Conseil de développement (C2D) et la Commission
consultative des services publics locaux (CCSPL)

Marie-José SALAT, vice-présidente déléguée à la Participation citoyenne, à
l’Éducation et à la Lutte contre les discriminations a accueilli, ce lundi 25 avril
2016 de 18h à 20h30 au siège de la Métropole, les nouveaux membres du Conseil
de développement Métropolitain (C2D) et de la Commission Consultative des
Services Publics Locaux (CCSPL). Au total, plus de 100 personnes se sont
mobilisées pour ce rendez-vous inaugural dont une majorité d’acteurs de la
société civile, habitants et élus métropolitains.

Panorama de la politique participative de la Métropole

Dans son discours introductif, Marie-José SALAT s’est félicité du lancement du C2D et de
la CCSPL, rappelant que cette étape importante est l’un des marqueurs d’une longue
démarche de co-construction de la politique participative de la Métropole. En effet, les
élus métropolitains ont adopté le 6 novembre 2015 trois délibérations relatives à ce
sujet indiquant le cap des nouvelles ambitions des élus.

Pour construire cette politique, la Métropole citoyenne dispose maintenant de plusieurs
outils :
• Les instances consultatives : le C2D et la CCSPL qui sont les interlocuteurs
privilégiés des élus dans l’élaboration du projet de territoire et dans
l’amélioration des services publics
• Les comités d’usagers de l’eau, de l’énergie, des déplacements et des déchets qui
apportent le regard et l’expertise des usagers sur la gestion des services publics
locaux
• Les panels citoyens qui rassemblent des habitants tirés au sort travaillant à
formuler un avis citoyen sur une politique publique
• Sans oublier les instances consultatives des communes qui pourront être
également mobilisées pour ancrer les politiques métropolitaines dans la
diversité de ses communes.

C2D et CCSPL, quoi de neuf ? Une composition élargie aux habitants,
de nouvelles missions

Pour la première fois depuis leur création respective (2001 et 2003), ces deux instances
bénéficient d’une composition élargie, telle qu’adoptée par les élus lors du dernier
Conseil Métropolitain du 1er avril.

Le C2D demeure un espace d’expression et de controverses sur les politiques
métropolitaines (aménagements, habitat, déplacements, environnement,…). Il est
aujourd’hui composé de 120 membres, répartis en 6 collèges dont deux nouveaux
collèges « Habitants » et « Jeunes ».
Ses travaux s’organiseront autour de ses trois nouvelles missions :
• Etre le porteur de paroles et d’expertise citoyenne
• Etre animateur du débat public
• Etre porteur de dialogue avec les territoires voisins et les instances
participatives des communes.

La CCSPL reste quant à elle l’interface entre les élus et les usagers. Son objectif est
l’amélioration des services publics métropolitains (assainissement, traitement des
déchets,…). Composée de 60 membres, elle compte 12 élus métropolitains, 20
représentants d’associations ainsi que – et c’est une nouveauté – 20 habitants-usagers e,
à terme, 8 représentants des comités d’usagers.

Les futurs travaux des instances

Les modalités de travail du Conseil de développement et de la CCSPL s’inscrivent dans le
cadre de saisines des élus ou d’auto-saisines relevant des propres initiatives des
membres.
Cette réunion de lancement fut l’occasion de présenter le programme de travail à venir
et les thématiques sur lesquelles les élus métropolitains souhaitent avoir le point de vue
de la société civile organisée.

3 saisines sont d’ores et déjà prévues au calendrier du C2D :
• Le programme Local de l’Habitat et la question de la mixité sociale et du « bien
vivre ensemble »
• Le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) dans l’objectif de contribuer à
la définition des futures grandes orientations d’aménagement de notre territoire
• Le débat portant sur l’intérêt métropolitain en matière de sport et de culture qui
permettra notamment de définir quelle pourrait être la plus-value de la Métropole dans
ces domaines.
La CCSPL travaillera dès mi-mai sur la question du mode de gestion du service extérieur
des pompes funèbres, et plus tard, sur les déchets et les régies de réseaux de chaleur.

Catégorie La Mondée, La MétroCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+