Tag Archive | "Agrican"

Santé: les agriculteurs moins exposés aux maladies


agricanLancée en 2005 et appelée à se poursuivre jusqu’en 2020, l’enquête AGRICAN (AGRIculture et CANcer) menée sur la santé en milieu agricole et les causes de décès en particulier par cancer, publie ses premiers résultats* qui montrent que la santé des salariés et des exploitants agricoles est meilleure que celle du reste de la population française.

L’enquête AGRICAN suit une cohorte de 180 000 assurés agricoles actifs et retraités sur douze départements représentatifs des activités agricoles de la France métropolitaine : Calvados,Côte d’or, Doubs, Gironde, Isère, Loire-Atlantique, Manche, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Somme, Tarn et Vendée.

Cette enquête est menée par le Groupe Régional d’Etudes sur le cancer (GRECAN) de l’Université de Caen, le Centre de Lutte contre le Cancer François Baclesse, la Mutualité sociale agricole (MSA), l’Institut de santé publique d’épidémiologie et de développement (ISPED) et le réseau des registres des cancers FRANCIM.

* Résultats basés sur la période 2006-2009.

Une plus grande espérance de vie

Quelle que soit la cause du décès (cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires, maladies digestives, accidents …), les résultats de l’enquête AGRICAN montrent une nette sous mortalité pour la population agricole comparativement à la population générale du même âge et du même département.

Par exemple, les hommes et les femmes de la cohorte ont respectivement moins de risque de décéder d’une maladie Alzheimer ou de Parkinson (-31% et -36%), d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral (-29% et -23 %) ou d’une maladie respiratoire (-34% et -36%).

Une sous-mortalité pour la plupart des cancers

L’enquête AGRICAN montre que le risque de décéder d’un cancer est respectivement de -27% et -19% moins élevé chez les hommes et les femmes de la population agricole que pour le reste de la population française.

En particulier, elle montre une sous mortalité nette pour les cancers liés au tabagisme :

  • larynx, trachée, bronches et poumons où la sous mortalité est de -50% et -40% pour les hommes et femmes de la cohorte.
  • vessie : -42% et -40% de risque en moins.

Par ailleurs, les femmes de la cohorte ont également moins de risque de décéder d’un cancer du col de l’utérus (-28%), de l’utérus (-31%), du sein (-25%) et de l’ovaire (-11%).

Cependant, une légère surmortalité est observée pour les mélanomes malins de la peau (+1 % chez les hommes et +6 % chez les femmes). Ce résultat s’explique, en partie, par le travail en plein air des travailleurs agricoles, exploitants et salariés.
Enfin, à noter chez les femmes, une tendance à une surmortalité est aussi observée pour les cancers de l’oesophage (+ 8 %), de l’estomac (+ 5 %) et du sang (+ 2 %).

Les raisons qui peuvent expliquer les résultats de l’enquête

- Hygiène de vie
Les exploitants agricoles fument beaucoup moins que le reste de la population française, 76 % des femmes et 42 % des hommes de la cohorte AGRICAN n’ont jamais fumé. Ce facteur de risque très important dans la population générale (il est bien connu maintenant que 50% des fumeurs réguliers vont mourir à cause de leur tabagisme, par cancers mais aussi par maladies cardiovasculaires ou encore par maladies respiratoires).

- Environnement
A contrario, les facteurs de risque (pesticides, exposition à l’ensoleillement) expliquent très certainement la légère surmortalité par mélanomes malins de la peau.

- Accès aux soins
En règle générale, une prise en charge, précoce des pathologies conditionne favorablement les chances de guérison.

- L’effet du travailleur sain
Cette dernière difficulté est très souvent rencontrée quand on compare la santé d’une population active à celle de la population générale. La population générale est en moins bon état de santé qu’une population active car elle inclue des personnes exclues du travail temporairement ou plus durablement.

Ces premiers résultats seront mis à jour annuellement jusqu’en 2020.

Dès 2012, AGRICAN devrait permettre d’obtenir les premiers résultats concernant le rôle des facteurs professionnels pour certains cancers en analysant les risques par secteur agricole et en prenant en compte certaines expositions spécifiques. Ils permettront d’affiner les raisons qui expliquent les premiers résultats de l’enquête.

La MSA a comme préoccupation majeure la santé des populations agricoles dont elle a la charge. Elle met en place des observatoires sur le terrain et s’implique dans des enquêtes scientifiques comme AGRICAN . Ces travaux lui permettent d’améliorer son action en matière de prévention en santé et de risques professionnels.

Téléchargez tous les résultats de l’ Enquête AGRICAN 2011

Catégorie La Métro, agriculture, msaCommentaires fermés

Pesticides : risque élevé pour les agriculteurs


orateurDans sa question écrite publiée dans le JO sénat du 04/03/2010, Mme Marie-Thérèse Hermange (Paris-UMP) attire l’attention de M. le ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche sur les risques pour la santé des agriculteurs exposés aux pesticides.

Selon les résultats de l’étude Agrican, il existe un lien entre l’exposition des agriculteurs aux pesticides et des anomalies du génome pouvant faire se développer un cancer.

Des chercheurs du centre d’immunologie de Marseille-Luminy ont ainsi présenté des travaux montrant un risque plus élevé de cancers lymphatiques chez les agriculteurs. Leur idée était de trouver des biomarqueurs prédictifs, car tous les individus exposés aux pesticides ne développent pas un lymphome.

Ils ont détecté dans les prélèvements sanguins de plusieurs dizaines de participants des cellules qui en sont normalement absentes et qui représentent les précurseurs des cellules tumorales constituant un lymphome de type folliculaire. Ils ont ainsi mis en évidence des biomarqueurs qui témoignent d’un lien moléculaire entre l’exposition des agriculteurs aux pesticides, l’anomalie génétique et la prolifération de ces cellules qui sont des précurseurs de cancer. Cet effet serait fonction de la dose et du temps d’exposition, même s’il existe d’autres anomalies comme une instabilité générale du génome.

Au regard de ces travaux inquiétants pour les ouvriers agricoles qui sont quotidiennement au contact de pesticides, elle souhaiterait savoir si des mesures sont prises afin de protéger leur santé.

Réponse du ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture publiée dans le JO sénat du 03/06/2010

Les conséquences potentielles pour l’homme et l’environnement de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques utilisés en agriculture ainsi qu’en zones non agricoles représentent aujourd’hui un enjeu important de société.

Le Gouvernement a engagé un plan massif de réduction de 50 % de l’usage des pesticides, si possible, dans un délai de dix ans au travers du plan Ecophyto 2018.

Ce plan prévoit le renforcement de la qualification des professionnels utilisant des produits phytopharmaceutiques, mais aussi des distributeurs et des organismes de conseil, dans le but de sécuriser l’usage de ces produits, notamment pour protéger la santé des applicateurs.

Ce dispositif, appelé Certiphyto, est en cours de mise en place dès cette année, en liaison étroite avec les établissements en charge de la formation professionnelle agricole et les services de prévention de la mutualité sociale agricole.

Catégorie agriculture, recherche scientifiqueCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2020
L Ma Me J V S D
« nov    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+