La ferme Cochet: la preuve par le bio

Si Jean-Jack Queyranne s’est rendu dernièrement -c’était le 19 juin- à Herbeys (Isère), à la ferme Cochet, pour faire un bilan d’étape de la politique régionale en faveur de l’agriculture (voir notre article précédent), ce n’est pas un hasard. C’est sans doute que cette exploitation, respectueuse de l’environnement et créatrice d’emplois (le GAEC du Thicaut se compose de 8 associés), est un bon exemple dans ce domaine. Il a pu le constater de visu et féliciter les exploitants:”Vous apportez la preuve que le bio crée des emplois”, a t-il dit notamment. Françoise Reiller qui exploite cette ferme avec son frère et six associés (Philippe, Marylène, Vincent, Bernadette, Rémi, Christian), a eu l’occasion de la faire visiter à une trentaine de personnes, élus régionaux et départementaux, responsables de chambres d’Agriculture et d ‘associations, journalistes. Un rôle de guide qui élargit sa palette de compétences.

Comment ça marche une ferme bio?

ferme-cochet1.jpg

L’exploitation en polyculture élevage est certifiée AB. Surface: 117ha de terre agricole dont 12ha de céréales, 2ha de blé panifiable, 15ha de prairies temporaires. Troupeau: 46 vaches laitières de race Montbéliarde nourries à l’herbe et au foin. Conduite extensive: 0,7UGB/ha. Autonomie fourragère en herbe et céréales (en année normale). Autonomie de fumure.

Elevage porcin: 32 porcs à l’engrais en semi plein-air. Nourris avec le petit lait (serum) issu de la fromagerie.

La production: produits laitiers et charcuterie fermière

ferme-cochet2.jpg

Françoise Reiller présente la gamme des produits fermiers vendus sur l’exploitation

La production totale – 237 000l de lait/an- est transformée à la ferme dans une fromagerie aux normes CE. 202 200l sont transformés en fromages frais et secs vendus à la ferme: fromages blanc, yaourts vanille, yaourts nature, pot de crème, tomme de Belledonne, raclette, pâte cuite (type gruyère), St Barnard, cendré (type morbier).

lait cru: 35 000l

En charcuterie fermière : abattage à l’abattoir de Grenoble. Découpe et transformation au GAEC. Vente au détail à la ferme: côtelettes, rouelle, rôti, saucisson, pâté, boudin, etc. Grosse demande. Gros travail mais bonne valorisation.

ferme-cochet4.jpg

Elevage porcin en semi plein-air. La demande en charcuterie fermière est soutenue

La commercialisation

48% par livraison deux fois/semaine sur Grenoble: environ 25 clients (magasins bio, épiceries, fromageries spécialisées, grossistes bio, restaurants, traiteurs et cantines).

45% en vente directe à la ferme et sur 3 marchés hebdomadaires

5 à 10% restauration

Organisation du travail

Les 8 associés du GAEC ont travaillé 15 500h en 2007. Chaque associé est responsable d’un secteur et chaque activité peut être assurée par au moins deux personnes. Les décisions sont prises en réunions bimensuelles et le quotidien géré à l’occasion de deux repas hebdomadaires pris en commun.

Trois gros postes de travail:

– traite et soins du troupeau: 3400h

– transformation: 5350h

– commercialisation: 1900h

A ces trois postes principaux s’ajoutent la charcuterie (680h), des travaux de construction de bâtiments, des travaux mécaniques de la CUMA locale et des travaux liés au bois (bûches et granulés). Le GAEC développe en effet une activité bois-énergie. Sa production -400 à 500m3 de bois déchiqueté, assure son autosuffisance et lui permet de vendre à quatre clients dont la commune d’Eybens. Un poste de travail devenu important: 815h en 2005.

ferme-cochet3.jpg

Jean-Jack Queyranne sait tout désormais du fonctionnement de la ferme Cochet

Un rapide bilan établi par le GAEC du Thicaut souligne que les atouts de l’exploitation (bâtiments fonctionnels, force du groupe, CUMA locale, charges sociales limitées, économies d’énergie) arrivent à compenser les contraintes (terrain accidenté et séchant, matériel de fenaison ancien, temps et contraintes de travail importants, prix foncier élevé). Mais c’est un défi quotidien que relève le GAEC du Thicaud. Ses objectifs affichés attestent son dynamisme:  progresser sur l’autonomie protéique, diminuer le temps de travail pour tous, poursuivre la production d’énergie renouvelable, mettre en place un petit élevage de chèvres.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page