AG de l’AFTBM: l’actualité de la filière bois passée au crible

L’assemblée générale de l’ association Forêts Trièves-Beaumont-Matheysine est un rendez-vous très attendu par l’ensemble des acteurs de la filière bois, locale mais bien au delà.

Voila pourquoi avaient pris place dans la salle, trop petite du centre culturel de Mens de nombreux propriétaires forestiers, élus et responsables de structures.

D’ailleurs en arrivant dans la salle, le ton était donné à travers un panneau très explicite:

une forêt cultivée, c’est du travail pour les exploitants locaux, un revenu pour le propriétaires forestier et….un espace agréable pour tous.

D’entrée de jeu, le président Patrick Chion rappellera l’activité dense de l’AFTBM au cours de l’année 2009, association qui compte 246 adhérents, en mettant l’accent sur la plate forme de St-Michel-Les-Portes: “La réussite du Bois Energie résulte de plusieurs facteurs: la qualité des plaquettes fournies, la confiance des collectivités locales, l’intérêt des particuliers à s’approvisionner en plaquettes issues de la plateforme, la qualité du service fourni grâce à du personnel compétent….”

Une plateforme qui prend peu à peu son envol et qui lui laisse présager d’un avenir serein. Il ne fait en effet aucun doute que la production de plaquette ne va faire qu’augmenter pour atteindre les 10000 MAP  en 2010-2011. Reste à régler l’épineux problème de l’approvisionnement en bois, tant en quantité qu’en qualité avec les certifications PEFC et  CBQ+.

Un point a été fait sur différentes initiatives qui impliquent les propriétaires: dessertes forestières sur les secteurs de Clelles, Tréminis, Gresse-en-Vercors, la restructuration foncière: Chichilianne,Tréminis et Gresse en Vercors. Il a été souligné l’importance de ses restructurations, faites dans le volontariat afin de mieux exploiter la forêt.

Le bois énergie est une alternative à l’énergie fossile. Tout le monde le sait. Reste aux politiques de le mettre en avant. C’est ce qu’a fait la communauté de commune de Mens qui a mis en place une chaufferie bois qui alimentera plusieurs structures. Les plaquettes proviendront de St Michel-Les-Portes. Chaufferie qui n’apportera aucune nuisance à quiconque. Justement quand on parle de nuisance on peut aborder le problème de pollution et chacun sait que la qualité de l’air en Rhône-Alpes est mauvaise. Cela a été confirmé par la représentante de l’ASCOPARG. Elle a même précisé que l’un des facteurs de cette pollution est …le chauffage au bois.

Appel à employeurs

Marie-Blanche Personnaz, directrice de l’ASCOPARG: “Ce n’est pas le bois qui est mis en cause mais les inserts, cheminées qui sont de mauvaise qualité et qui, de fait, rejettent des particules. Un plan particules réglementé et des schémas territoriaux climat- Energie vont être mis en place afin de réduire ce phénomène.”

Elle a également rappelé que l’objectif à atteindre est que le bois énergie atteigne les 18% de la consommation en 2020.

AFTBM

L’activité bois est créatrice d’emplois. La MFR de Vif a décidé de mettre en place des formations concernant les métiers du bois. Reste à trouver des employeurs qui acceptent d’embaucher, de proposer des contrats en alternance, des stages…Véronique Leblay de la MFR est donc intervenue pour sensibiliser d’éventuels employeurs.

Jean Bernard, président de la marque “Bois des Alpes” a présenté cette démarche, basée sur la certification, qui a pour missions premières la valorisation et l’utilisation des bois du massif alpin en proposant une offre de qualité et de services exemplaires en terme de développement durable. “Bois des Alpes  doit répondre aux attentes du marché avec la vente et la promotion des produits issus directement du territoire, valorisés en circuits courts.”

Restait à Charles Galvin, vice président du Conseil général, en charge de la forêt de conclure cette dense AG.

Groupement d’employeurs

“Le conseil général a toujours été proche de la filière bois, souvent précurseur , il continuera à l’être car malgré la crise et le souci de boucler son budget, ce dernier ne sera pas en baisse, il sera sans doute en légère augmentation…. Cela nous permettra de mieux aider la filière. On pourra par exemple soutenir la trufficulture à travers l’embauche d’un technicien, à mi-temps. Nous devons bien entendu pérenniser la plateforme de St Michel-Les-Portes. J’ai demandé à la MFR de Vif de réfléchir à la création d’un groupement d’employeurs filière bois sur le secteur. En effet, cette dernière a un besoin de main d’oeuvre saisonnière. Un groupement d’employeurs peut être une solution pour pouvoir répondre à cette demande”.

Il a bien entendu évoqué Center Parc de Roybon: “Il faut à tout prix que le bois qui servira à la construction des 1000 cottages, des bâtiments administratifs provienne de chez nous. Sinon on va subventionner le bois allemand, autrichien, ce serait un comble” , prévient-il.

Le mot de la fin revenant à Patrick Chion: “L’AG a été à mon sens, de qualité, très constructive.”

A lire également :

Construction bois: que veulent les donneurs d’ordre?


Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page