Viande bovine:” il faut que ça change!”

Un Conseil d’administration extraordinaire a été réuni aujourd’hui à PARIS par la Fédération Nationale Bovine, pour définir les modalités de poursuite des actions syndicales.
Depuis plus de deux mois, les éleveurs ont multiplié les actions pour exprimer leur détresse et demander une augmentation des prix.

Leur seul objectif est de retrouver une rentabilité au regard d’une hausse des coûts de production qui étrangle les exploitations.

Ils ont porté cette demande à tous les niveaux, « sur le terrain » dans les départements comme au plan national, auprès de chaque acteur de la filière comme du Ministre de l’agriculture et des Pouvoirs publics.
Mais force est de constater que rien ne se passe. Pire, alors que les indicateurs de marché sont objectivement positifs (ainsi que le confirme Agreste : consommation en hausse de 3% depuis le début de l’année progression des exportations en bovins vivants et en viandes), des opérateurs continuent de faire pression à la baisse sur les prix payés aux producteurs.
Le niveau de rémunération des éleveurs est « verrouillé » par l’aval de la filière.
Pour la FNSEA, JA et la FNB “il faut que ça change “!

Ils ont décidé en conséquence une nouvelle montée en puissance de leur plan d’action syndicale, suite aux opérations déjà menées de contrôle de l’origine des viandes, de « stickage » en GMS et de dénonciation de la formation abusive des marges dans la filière.
“Nous en appelons aux principaux dirigeants industriels qui doivent prendre leurs responsabilités.
Les éleveurs sont déterminés, et prêts à aller jusqu’au bout pour sauvegarder leur revenu et leur activité, mais également pour préserver l’emploi et les territoires liés au maintien de leur production.

Une «nouvelle donne » doit impérativement s’installer dans la filière fondée sur des relations équitables et pérennes, dans la transparence, le réel partenariat et le respect mutuel.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page