Prix de la viande bovine: aucun gagnant

Les Jeunes agriculteurs réagissent, à travers un communiqué, sur l’évolution des prix de la viande bovine. Pour les JA: “il n’y a aucun gagnant….”

” Industriels, producteurs-éleveurs, distributeurs, consommateurs: sur dix années étudiées, il n’y aurait au final AUCUN GAGNANT dans l’évolution des prix de la viande bovine en France. Telle est la conclusion assez surprenante du « rapport préliminaire » de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires sur la filière viande bovine présenté au ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche.

Une chose est sûre : les éleveurs doivent se prendre en main…mais aussi se faire respecter.

Les industriels et la distribution sont-ils totalement transparents sur leurs marges et sincères dans leur volonté de coopérer à un audit de la filière ?  L’Etat doit-il jouer au gendarme ou plutôt aider les producteurs à mieux défendre leur production sur le marché national (notamment sur celui de la restauration hors domicile) et international, à supporter le poids des charges et à dégager de nouvelles sources de revenus, avec la méthanisation par exemple ?

« Beaucoup de questions demeurent suite à la présentation de ce pré-rapport qui semble vouloir placer tous les acteurs sur un pied d’égalité face à la crise, mais qui reconnait toutefois que  les éleveurs sont les seuls à ne pas avoir pu répercuter dans leurs prix de vente l’augmentation de leurs coûts de production. » commente Jean-Michel Schaeffer, président de Jeunes Agriculteurs.

Jeunes Agriculteurs, qui se bat à la fois pour une revalorisation de la production bovine et de ses débouchés mais aussi pour une réorganisation de tous les acteurs de la filière ne peut qu’encourager le monde agricole à s’engager concrètement la contractualisation inter-filières végétales et animales.

« Nous suivrons de très près les prochains résultats de L’observatoire et surtout la concrétisation des promesses d’investissements faites en 2010 par les industriels et la grande distribution. » conclut Jean-Michel Schaeffer.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page