François Fillion:”sécuriser l’avenir des agriculteurs”

“Notre agriculture peut jouer un très grand rôle dans un marché mondial où la demande ne va pas cesser d’augmenter” a indiqué François Fillion lors d’une visite dans le département de l’Orne.

Le Premier ministre François Fillon s’est rendu, vendredi 2 septembre, à Mortagne-au-Perche (Orne) sur le thème de la situation de l’agriculture française. Accompagné de Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, le Premier ministre a visité un groupement agricole d’exploitation en commun et rencontré des représentants du monde agricole.

“De cette visite, je tire un message de confiance, en particulier pour l’avenir de notre agriculture”, malgré un environnement économique extrêmement difficile, a déclaré d’emblée François Fillon, qui a ensuite rappelé les trois grands axes de la politique de la France vis-à-vis des agriculteurs.

Réagir sans délai aux difficultés conjoncturelles

2011 est “une année contrastée”, marquée par des coups durs pour certains, comme la sécheresse qui a touché les éleveurs. “Nous avons pris nos responsabilités […] en mobilisant le Fonds national de garantie des risques en agriculture”, a indiqué le Premier ministre, rappelant que 65 départements ont été reconnus à ce jour en état de calamité agricole et que les premières indemnisations interviendraient à partir du 15 septembre.

Autre secteur affecté par la sécheresse mais aussi par les problèmes sanitaires apparus en Allemagne au printemps : les fruits et légumes. “Le Gouvernement a réagi en prenant des mesures pour soutenir la commercialisation des produits et en obtenant des aides européennes exceptionnelles”, a précisé François Fillon. Pour aller plus loin, 3 groupes de travail ont été mis en place pour étudier”les relations commerciales au sein des filières de fruits et légumes, la compétitivité économique de ces filières, la régulation des marchés et la gestions des crise” et ils rendront “leurs conclusions la semaine prochaine”.

Réformer les structures

“Nous avons décidé […] que la contractualisation devrait être désormais la règle pour sécuriser les prix et les volumes des productions et donner les revenus des agriculteurs. Nous avons accru le rôle de l’observatoire des prix et des marges pour améliorer la transparence dans les circuits commerciaux”, a rappelé le Premier ministre.. Autres mesures engagées : le poids des organisation professionnelles a été renforcé, des mesures de simplification des procédures et de relèvement des seuils pour les installations classées pour la protection de l’environnement ont été prises.

Promouvoir la vision française de l’agriculture sur la scène internationale

“Notre agriculture a des atouts […] Elle peut jouer un très grand rôle dans un marché mondial où la demande ne va pas cesser d’augmenter dans les décennies à venir”, a souligné François Fillon. “A condition d’être une agriculture moderne, une agriculture qui soit consciente des réalités de son environnement, qui soit décidée à s’y confronter avec efficacité, note-t-il. “Dans tous les pays du monde, la volatilité des prix agricoles a des conséquences dramatiques […] On voit aujourd’hui la situation dramatique qui frappe les pays de la corne de l’Afrique”, a rappelé le Premier ministre. “Eh bien face à cette crise la France n’est pas restée sans agir.”

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page