Les semences de ferme, un enjeu majeur pour les élections Chambres d’Agriculture

Communiqué de la Coordination Nationale pour la Défense des Semences de Ferme.

Les élections aux Chambres d’Agriculture auront lieu d’ici la fin janvier. La Coordination Nationale pour la Défense des Semences de Ferme (CNDSF), rappelle aux agriculteurs que depuis 1989 elle se bat sans complaisance et sans démagogie pour que les agriculteurs gardent le droit de ressemer leur récolte.

Elle a d’abord empêché l’application d’un accord qui interdisait le triage à façon en 1989.

Elle a obtenu depuis la mise à disposition des trieurs et des agriculteurs des produits de traitement qui étaient réservés aux entreprises semencières.

Elle s’oppose aux lois et règlements fixés sans concertation et toujours plus contraignants pour la semence de ferme. Un déséquilibre des droits et des pouvoirs s’est installé dans ce domaine en défaveur des agriculteurs.

Malgré l’application en 2001 de la taxe CVO blé tendre sur la semence de ferme, taxe qui devait apaiser les relations agriculteurs/semenciers, les contrôles se multiplient sur les chantiers de préparation des semences de ferme pour rechercher des preuves d’échange de semence.

Ne soyons pas dupe, le but est d’intimider pour dissuader l’agriculteur de faire ses semences.

A l’occasion des élections, la CNDSF invite les agriculteurs à prendre le maximum d’information sur les actions et les positions des syndicats agricoles concernant ce droit fondamental qu’est la semence de ferme. Il s’agit d’un enjeu essentiel pour l’avenir de l’agriculture française.

La CNDSF rappelle d’ailleurs que les organisations qui la composent : Coordination Rurale, Confédération Paysanne, MODEF, STAFF ont toujours eu une position claire et indépendante en faveur du droit de ressemer des agriculteurs.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page