L’agriculture engagée dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre

L’agriculture française et l’agriculture allemande ont déjà obtenu un grand succès dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Entre 1990 et 2011, l’agriculture a diminué ses émissions de gaz à effet de serre de 23 %, quand tous secteurs confondus, les émissions de l’UE ont baissé de 17% seulement.

C’est ce qu’ont affirmé le Président de la FNSEA, Xavier Beulin, et le Président du DBV, Joachim Rukwied, dans un courrier commun adressé à la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne, Angela Merkel, et au Président de la République française, François Hollande ; et ce en vue du Conseil Européen qui se déroulera à Bruxelles les 20 et 21 mars 2014, insistant pour que la spécificité du secteur agricole soit reconnue dans le cadre des objectifs d’émissions de l’UE.

Le courrier commun de la FNSEA et du DBV fait écho à la communication de la Commission européenne sur un cadre d’action en matière de climat et d’énergie pour la période comprise entre 2020 et 2030.
La Commission européenne propose un objectif européen de réduction des gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030. Pour la FNSEA et le DBV, il est clair que cet objectif est très ambitieux et qu’il ne prend pas suffisamment en compte les résultats jusqu’ici obtenus.

La diminution des émissions agricoles s’explique notamment par les gains d’efficacité de production et l’adaptation des pratiques culturales. L’agriculture va continuer à poursuivre ses efforts en termes de réduction d’émissions de GES d’ici à 2030.

Pour autant, même si cette progression a été considérable entre 1990 et 2011, les marges de manœuvre sont à présent réduites. La FNSEA et le DBV s’opposent au projet de la Commission européenne de créer un pilier indépendant dans la politique climatique pour comptabiliser les émissions issues de l’agriculture et du changement d’affectation des sols.

Aussi, les présidents Beulin et Rukwied demandent la prolongation de la décision sur le partage de l’effort de réduction qui couvre l’agriculture aujourd’hui.
Rappelons qu’en 2012, au sein de l’UE, les différentes énergies renouvelables ont participé à hauteur de 14% de la consommation brute d’énergie finale contre 12.9% l’année précédente.
La progression est significative et l’UE ne serait plus qu’à 6 points de l’objectif qu’elle s’est fixée pour 2020. La FNSEA et le DBV demandent donc à la Commission européenne de faire preuve de plus d’ambition en ce qui concerne l’objectif de développement les énergies renouvelables pour la période de 2020 à 2030.

Le secteur agricole offre des solutions à la fois permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de répondre aux nouveaux défis environnementaux, notamment par le développement des énergies renouvelables.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page