Archive | 28 janvier 2008

Plan biocarburant: la CR le juge “irréaliste”

A la suite de la publication, le 25 janvier, d’une étude sur le développement des cultures énergétiques par le SCEES (Service Central des Enquêtes et Etudes Statistiques du Ministère de l’Agriculture), le cap d’incorporation des 10% de biocarburants à l’horizon 2015 semble maintenu pour le ministère de l’Agriculture.
La Coordination Rurale regrette que le gouvernement persiste dans cette voie sans tenir compte des nombreuses réserves émises en France et à l’étranger sur les inconvénients économiques et environnementaux des filières industrielles des biocarburants de première génération.
« En plus d’un bilan énergétique confus et assez catastrophique, la filière bioéthanol naissante bute déjà sur l’aspect économique : un coût très important pour l’Etat à travers une défiscalisation indispensable à la rentabilité de la filière et des contrats très défavorables pour les agriculteurs avec un prix dérisoire d’achat des grains », explique la CR.
« L’objectif de 10% de biocarburant en 2015 est donc irréaliste. En effet, la filière agricole arrive tout juste aujourd’hui à fournir les quantités nécessaires à la première phase d’incorporation (7% en 2010), surtout pour le biodiesel qui va occuper pratiquement toute la surface oléagineuse française et absorber toute notre huile riche en Omega 3 aux vertus diététiques reconnues ».
La CR n’a jamais été favorable à la vocation exportatrice de l’agriculture, mais s’inquiète des éventuelles conséquences politiques vis-à-vis des clients habituels (Egypte, Algérie…), lorsque ceux-ci verront la France ne plus satisfaire leurs besoins. Il serait insensé de sacrifier la puissante monnaie d’échange que représente notre blé pour un produit non compétitif comme l’éthanol.
« Il est maintenant temps pour le gouvernement de reconnaître l’erreur de ses prédécesseurs. Il est urgent d’abandonner ces projets ruineux de biocarburants industriels dits de première génération et de travailler sérieusement à la conquête de l’autonomie énergétique de l’agriculture ».

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

grippe aviaire: on repasse au niveau faible

La France a décidé d’abaisser le niveau de risque de la grippe aviaire de « modéré » à « faible » sur la majorité du territoire à l’exception de 6 départements.
Le risque reste modéré sur les 6 départements côtiers les plus proches des cas découverts en Grande-Bretagne : Calvados, Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Manche, Seine-Maritime.

Rappellons que le retour au niveau faible permet à nouveau les rassemblements d’oiseaux sur les foires, marchés. Le confinement des oiseaux et des volailles ou leur mise sous filets n’est donc plus obligatoire. Après la détection de la forme hautement pathogène (H5N1) du virus sur trois cygnes morts dans le sud-ouest de l’Angleterre, le 11 janvier, le ministère de l’agriculture et de la pêche avait décidé de faire passer le niveau de risque d’exposition au virus au niveau modéré.

En Isère, 72 communes étaient concernées par cette mesure qui, rappelons le, est levée.

Catégorie élevageCommentaires fermés

journée lait de chèvre bio

DERNIER RAPPELbanniere-journee-lait-bio.jpg

Catégorie bioCommentaires fermés

Robert Morel: “La base de la réussite: la qualité”

Robert Morel est éleveur à Nivolas, près de Bourgoin, de façon très naturelle : « Chez les Morel, nous sommes éleveurs bouchers de génération en génération, nous en sommes à la cinquième !  » Il élève une cinquantaine de bêtes, des charolaises, dans des conditions optimales; prairies, foin, céréales, font partie intégrante de leur univers.

morel6.jpg

Robert Morel a très vite compris que le travail évolue, les demandes des consommateurs également.  » J’ai dû me lancer dans la cuisine et proposer à mes clients des plats prêts mais élaborés par moi-même. J’ai eu la chance de côtoyer des grands chefs comme Guy Savoy qui m’ont donné d’excellents conseils. »

morel3.jpg

Robert Morel a su également s’entourer d’un personnel compétent. « On gère une exploitation, une boucherie, un laboratoire pour la partie traiteur et plats cuisinés situés à Bourgoin, à deux pas du stade Pierre Rajon. Tout ceci représente une vingtaine de salariés.

morel2.jpg

« A moi de trouver du personnel au top mais surtout complémentaire. En un mot, certains salariés sont plus agriculteurs que charcutiers, d’autres plus bouchers…. »

morel5.jpg

Robert Morel est tout heureux de participer à l’aventure de nouveaux-producteurs.com.
« C’est une excellente initiative qui sera, j’en suis persuadé, couronnée de succès. Elle est très intéressante car elle met en avant les petits producteurs qui travaillent dans le respect de l’environnement.

A mon sens, la base de la réussite sera la qualité. Celle du service rendu mais aussi celle des produits livrés. A ce niveau là, on a pas le droit de gruger le client qui nous fait confiance.

En ce qui me concerne j’essaie de fournir à nouveaux-producteurs.com des produits au top, avec un bon rapport qualité prix pour le client. Pour l’instant, notre collaboration fonctionne à merveille, les clients sont contents, il n’y a pas de raisons pour que cela cesse. »

_nouveauxprod.jpg

Catégorie interviewCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2008
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+