Archive | 30 mai 2011

CFAL: l’exécutif régional affirme sa position

L’enquête publique
L’enquête publique de la partie nord du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise, de Leyment à Grenay, est ouverte depuis le 26 avril jusqu’au 3 juin 2011, en vue de préparer la Déclaration d’Utilité Publique.
Elle permet d’exprimer un avis sur la nature du projet ou d’apporter sa contribution à l’étude des ses impacts sur l’environnement. Elle est également destinée à aboutir sous dix-huit mois, à une Déclaration d’Utilité Publique rendant possible la réalisation du projet, par la maîtrise foncière des emprises et la conformité aux règles d’urbanisme.

Rappel des objectifs du CFAL, affichés par l’Etat
Le CFAL est un projet de voie ferrée nouvelle qui s’intègre dans une politique de développement de grandes infrastructures de transport à l’échelle nationale et internationale permettant de meilleurs performances pour le fret sur de grands itinéraires.

L’État et RFF lui assignent quatre objectifs principaux :
· améliorer significativement les performances du fret pour le transit nord – sud, en permettant la desserte des sites ferroviaires de l’aire métropolitaine lyonnaise et l’accès a la nouvelle liaison Lyon – Turin, contribuant ainsi aux objectifs de report modal de la route vers le rail pour les marchandises,
· compléter la desserte des zones logistiques et économiques de l’Est Lyonnais,
· libérer des capacités au sein du noeud ferroviaire lyonnais, permettant ainsi le développement des trafics de voyageurs, en particulier régionaux
· renforcer la desserte de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, en permettant le développement de liaisons ferroviaires régionales directes.
Le CFAL figure dans le Schéma national des infrastructures de transport (SNIT), à la fois dans les « principaux projets de développement ferroviaire proposés à l’inscription » et dans les « projets pour le développement du fret ferroviaire proposés à l’inscription ».

Descriptif sommaire

La section nord
La partie nord du CFAL se développe sur près de 48 km de ligne nouvelle sur les départements du Rhône, de l’Ain et de l’Isère. Elle concerne directement, du nord-est au sud, les communes de Leyment, Chazey-sur-Ain, Villieu-Loyes-Mollon, Charnoz-sur-Ain, Meximieux, Pérouges, Béligneux, Bressolles, Balan, Dagneux, Montluel, La Boisse, Beynost, Niévroz, Jons, Villette-d’Anthon, Pusignan, Janneyrias, Colombier-Saugnieu, Saint-Laurent-de-Mure, Saint-Pierre-de-Chandieu, Grenay. Des aménagements en gare d’Ambérieu-en-Bugey permettent d’optimiser la gestion des circulations fret et voyageurs.
Il est à noter que le périmètre de l’enquête publique ne comprend plus le secteur d’Ambérieu et son contournement ferroviaire par l’ouest. Il permettait notamment d’éviter le passage de matières dangereuses en milieu urbain tout en réduisant les nuisances et en accroissant les capacités en faveur des services TER.

La section sud
Les études d’Avant-Projet Sommaire (APS) de la section sud entre Saint-Pierre-de-Chandieu et Solaize sont en cours. Cette section fera l’objet d’une enquête publique ultérieure, l’État annonçant, depuis l’origine du projet, son intention de la mettre en service un an après la section nord.

Les enjeux pour la Région Rhône–Alpes.

Pour Rhône-Alpes, les enjeux sont de quatre ordres. Ils concernent les objectifs nationaux de report modal, la désaturation du noeud ferroviaire lyonnais et du secteur d’Ambérieu, l’impact sur les territoires et l’articulation avec les grands projets.Sur le principe, la Région ne peut que souscrire aux objectifs européens et nationaux d’amélioration de la performance des sillons destinés au fret, et donc l’attractivité du service, incitant ainsi les chargeurs au report modal des marchandises vers le fer. Les contournements des grandes agglomérations de Bourg en Bresse et de Lyon contribueront incontestablement à une meilleure performance de l’offre fret à l’échelle nationale pour des itinéraires grandes distances, favorisant ainsi le report modal.
Le CFAL permettra qu’une partie importante des trains de fret évite les territoires denses du centre de l’agglomération lyonnaise.
Ainsi, concernant le noeud lyonnais saturé aux heures de pointe, le CFAL contribuera à libérer de la capacité sur les axes de l’est et du sud et au coeur de l’agglomération, ce qui donnerait une souplesse utile à la programmation de trains TER et de TGV.
Néanmoins, le projet ne retirera pas toutes les circulations fret du centre de Lyon, il en restera sur la voie PLM. Le CFAL ne dispensera pas d’effectuer de lourds investissements sur le noeud lyonnais, pour donner à celui-ci une capacité digne des objectifs de report modal à court, moyen et long termes. Il faut donc veiller à ce que l’Etat, malgré un contexte difficile pour les finances publiques, reste également fortement impliqué dans le Noeud Ferroviaire Lyonnais.
Concernant la fonctionnalité de circulations voyageurs sur le CFAL, la Région en tant qu’AOT des TER n’a pas formulé de demande.
Quant au projet soumis à l’enquête publique la Région émet néanmoins quelques réserves:
- le fait que le contournement d’Ambérieu n’apparaisse plus dans le dossier d’enquête publique pose la question de la traversée de la gare d’Ambérieu par plus de trains de fret et de la saturation probable de la ligne entre Leyment et Ambérieu et de son impact sur les TER.
- Les entreprises rhônalpines doivent pouvoir bénéficier de facilités accrues pour développer une logistique favorable au mode ferré. Il est indispensable que le projet d’infrastructure du CFAL soit accompagné de propositions de plateformes multimodales de fret. le site de Leyment, bien positionné au regard des infrastructures et des fonctionnalités, doit pouvoir accueillir une plateforme d’intermodalité fret.
- la bonne insertion de l’infrastructure nouvelle est indispensable et exige des mesures d’aménagement afin de limiter les nuisances.
La Région est très impliquée dans certains grands projets ferroviaires, liés pour partie aux fonctionnalités du CFAL telle la liaison Lyon–Turin (tronc commun entre les axes est-ouest – Lisbonne / Budapest, corridor n° V des projet prioritaires européens- et nord-sud -Londres / Rome-).

Le CFAL est en effet indispensable à la performance de cette liaison transalpine qui contribuera à positionner Rhône-Alpes au coeur des échanges européens.
Par ailleurs, la Région réaffirme la nécessité de mesures complémentaires nécessaires au report modal (redevance poids-lourds, harmonisation des conditions de travail..).

En conséquence, il a est proposé à l’Assemblée d’adopter le voeu suivant :

Dans le cadre de l’enquête d’utilité publique sur la section nord du projet de Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise, le Conseil Régional Rhône-Alpes réaffirme sa volonté que :
• l’infrastructure soit réalisée d’un seul tenant, sections nord et sud conjointement, pour assurer à la fois une performance optimale de grands itinéraires fret qui constituent un objectif majeur du projet, et un réel contournement du noeud lyonnais ;
Elle doit permettre d’une part de limiter sur l’agglomération lyonnaise les nuisances pour la population et la saturation d’infrastructures indispensables aux trafics voyageurs, d’autre part de proposer un itinéraire alternatif pour les circulations de marchadises entre le sud et les Alpes. Le CFAL devra s’inscrire dans la réalisation d’une infrastructure ferroviaire dédiée dans la vallée du Rhône permettant d’éviter la saturation des voies actuelles pour le fret et pour les voyageurs ;
• tout soit mis en oeuvre, par l’État et le maître d’ouvrage, RFF, à qui reviennent les choix de tracé, pour assurer à ce projet la meilleure insertion dans les territoires traversés, en engageant les moyens nécessaires pour la protection des populations vis-à-vis des risques et des nuisances, ainsi que la préservation de l’environnement, des différentes activités présentes et des projets d’infrastucture nouvelle, en particulier le CFEL, en concertation avec les collectivités territoriales ;
• compte tenu de la non réalisation concomitante de la branche sud de la LGV Rhin Rhône, l’étude du contournement de l’agglomération de Bourg en Bresse soit lancée et que le contournement par l’Ouest d’Ambérieu soit envisagé au titre du projet de CFAL, afin de ne pas engendrer des conflits entre les circulations TGV, TER et fret sur la section entre Ambérieu et Leyment. Une enquête publique complémentaire devra rapidement être lancée ;
• l’Etat engage rapidement les projets donnant une réelle ambition au fret en Europe et principalement le Lyon – Turin ;
• l’Etat agisse pour la mise en place d’un réseau performant d’autoroutes ferroviaires et de plates formes intermodales, notamment sur le site des Fromentaux à Leyment ;
• l’État mette en oeuvre une politique ambitieuse d’incitation au report modal des marchandises vers les modes alternatifs à la route (par la réglementation sur l’intégration des coûts externes pour le mode routier, la tarification, les relations avec les entreprises ferroviaires,…).


Voeu adopté – détail des votes
Pour : PSEA, EELV, PRG, Fdg, Thierry Kovacs
Contre : FN
NPPPV : UDC

Catégorie territoires, transportCommentaires fermés

LE PRINTEMPS BIO EN PAYS VOIRONNAIS

Le Printemps Bio est de retour : première quinzaine de juin, dans toute la France, les acteurs de l’agriculture biologique invitent tous les publics à s’informer sur ce mode de production et de transformation spécifique et à déguster des produits bio.
Cet événement est l’occasion, pour tous les consommateurs, de (re)découvrir principes, valeurs et pratiques de l’agriculture biologique et pour les professionnels de l’agriculture de s’informer sur les techniques et les perspectives de cette agriculture respectueuse de l’environnement, en plein développement.
Des centaines d’actions Printemps Bio seront menées dans toutes les régions : dégustations, visites de fermes et d’entreprises, expositions, foires, marchés, repas bio, etc. Le site web de Printemps BIO, enrichi quotidiennement, présentera le programme complet des animations : www.printempsbio.com.
Dans le cadre du projet européen Rururbal (pour Rurral Urbain Alimentation), le Pays Voironnais engage en partenariat avec l’ADABio, Association de Développement de l’Agriculture Biologique (Ain, Isère, Savoie et Haute Savoie), une politique de développement de l’agriculture biologique sur son territoire avec un programme spécifique sur son territoire.
Le Printemps Bio, opération nationale, est l’occasion de le faire savoir avec des actions en direction des professionnels et du Grand Public.

PROGRAMME

Porte-ouverte professionnelle dans une ferme laitière en conversion
Lundi 6 juin de 10h à 13h
Lieu : GAEC des Grands Prés – La Mérie à Massieu
Public : les éleveurs laitiers du territoire
Programme :
Témoignage des éleveurs sur leurs motivations et les changements de pratiques
Conjoncture : marché national et local
Intervention de Biolait : collecteur
Réglementation, démarches et accompagnement
Retours sur les résultats du diagnostic
Contacts :

ADABio : 04.76.20.67.54
GAEC des Grands Prés : 09.61.69.73.93

Petit déjeuner à la ferme La poule aux fruits d’Or
Dimanche 5 juin de 9h à 11h
La Poule aux fruits d’or – 1800 Route de Saint Nicolas – St Etienne de Crossey
Public : Grand public sur réservation
Petit déjeuner à la ferme, visite. Possibilité de pique-niquer sur place.
Réservation obligatoire avant le mercredi 1er juin auprès de Sophie Guillon:
sophie-guillon@club-internet.fr ou 04.76.06.33.18

Barbecue, marché bio et concert du Panier dans la cité
Vendredi 10 juin à partir de 19h
Parc de la mairie à Coublevie
Organisateurs : Un panier dans la cité
Informations et réservation : laferme.lemontcharvet@orange.fr ou 06.84.18.99.58

Ballade musicale poétique et bucolique, exposition et grignotis bio dans le cadre des jeudis de la Luciole
Jeudi 9 juin
à 20h. Organisateurs : GAEC La Ferme le Mont Charvet
La Ferme le Mont Charvet,- hameau La Sauge à Velanne
Contact : laferme.lemontcharvet@orange.fr ou 06.84.18.99.58
.Plus d’infos sur http://lesjeudisdelaluciole.over-blog.com=

Catégorie bioCommentaires fermés

PNR de Chartreuse: un territoire de moyenne montagne volontaire et innovant

chartreuse 1Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, et Eliane GIRAUD, Conseillère déléguée à l’administration générale et aux Parcs Naturels Régionaux (PNR), Présidente du Syndicat mixte du PNR de Chartreuse, ont signé aujourd’hui à Saint-Pierre-de-Chartreuse (Isère) la convention de station durable du massif de Chartreuse, en présence de Claude COMET, Conseillère déléguée au tourisme et à la montagne.


Bénéficiant chaque année de 1,4 M€ de subventions régionales, le PNR de Chartreuse va recevoir 508 000 € supplémentaires sur 3 ans (2010 – 2013) dans le cadre de cette convention. Validée par la Région le 26 février 2011, celle-ci a pour objectif de:
· définir et mettre en oeuvre une stratégie marketing de la destination « Chartreuse »,
· renouveler la gouvernance touristique,
· développer un tourisme de valorisation et de protection des ressources et des patrimoines accessibles à tous,
· accompagner la modernisation et le développement d’une offre touristique adaptée aux évolutions climatiques et aux attentes des clients.
Au-delà de ces 4 axes stratégiques, cette convention se décline à travers un programme de 15 actions et de 40 opérations. On peut notamment citer la création de la 1ère station de trail française à Saint-Pierre de-Chartreuse en partenariat avec l’entreprise Raidlight, ou encore la construction d’Habitations Légères de Loisirs (HLL) en bois de Chartreuse.
Comme l’a souligné Jean-Jack QUEYRANNE, « l’originalité du projet de massif, porté par le PNR de Chartreuse, réside dans la mise en oeuvre d’un tourisme des 4 saisons, un travail important réalisé sur la gouvernance à l’échelle du massif, la recherche de transversalité dans l’économie touristique ainsi qu’une réelle volonté d’expérimentation des partenariats publics / privés ».
En Rhône-Alpes, 14 conventions de station durable ont déjà été signées par la Région, pour un montant total de 11,2 M€. Il s’agit de soutenir les stations de moyenne montagne dans leur stratégie de diversification et/ou de reconversion touristique et de les accompagner progressivement vers un nouveau modèle économique, social et culturel respectueux des principes de développement durable et moins dépendant du produit neige et de l’offre ski.

Dates et chiffres clés sur le PNR de Chartreuse
76 700 hectares
46 300 habitants
60 communes (41 en Isère et 19 en Savoie) et 7 communautés de communes fédérées
1er label PNR accordé par la Région en 1995 et renouvelé en 2008 (jusqu’en 2019)


Catégorie parcsCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mai 2011
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+