Archive | 26 juin 2014

Une entreprise familiale haute en fruit, l’entreprise Thomas Le Prince

Thomas Le Prince

C’est une PME locale, implantée dans le fruit depuis plus de 25 ans. Il y a eu le grand-père, le père avec la reprise d’une exploitation arboricole en 1987, les deux fils maintenant, Guillaume et Marc.

Dès le départ, l’entreprise devient adhérente de l’IGP pommes & poires de Savoie, synonyme de qualité.

La qualité, un souci permanent dans la famille depuis la cueillette jusqu’à l’expédition. Comme le développement durable, avec une production en agriculture raisonnée, respectueuse de la nature, pour des fruits sains et un environnement préservé. Ce sont les moutons qui désherbent les parcelles dans l’exploitation bio de Menthonnex-Sous-Clermont.

À Vallières, un nouveau bâtiment est en phase d’achèvement pour la transformation des fruits en compotes, jus de fruits, coulis, confitures.

le prince

Initialement sur la pomme/poire de Savoie, l’entreprise ajoute des couleurs à sa palette et se diversifie dans la framboise, la cerise, les jus de fruits aux goûts éclectiques.

Elle cultive le terroir avec la pomme Croison de Boussy issue de pommiers locaux, non traités, non taillés, présents surtout sur les exploitations laitières pour faire de l’ombre aux vaches ; la transformation de poire en pâte caramélisée, rouge, spécifique aux rissoles que la grand-mère confectionnait.

Thomas Le Prince aime les partenariats dans tous les domaines : avec les magasins Gerbe Savoyarde pour la rissole, les Pépinières de l’Albanais pour le partage de personnel (cueillette des fruits en septembre/octobre, sapins de noël en décembre), Savoie Condi Fruits pour l’exportation des pommes (1 pomme sur deux en France est exportée), des producteurs en Serbie sur le long terme pour les fruits surgelés, notamment la myrtille, interdite de cueillette à grande échelle sur le territoire savoyard.

Ouverte sur l’extérieur, l’entreprise Thomas Le Prince innove, se diversifie, avec une large gamme de fruits et produits transformés.

Sa dernière nouveauté ? Le jus de pomme à boire chaud, un pur jus de fruit avec les mêmes épices que ceux du vin chaud !

L’entreprise Thomas Le Prince est adhérente Marque Savoie.

Elle profite ainsi de la communication et du positionnement du réseau pour valoriser les produits de Savoie.

Elle arbore le logo sur tous ses produits sous Marque Savoie et bénéficie de la reconnaissante naissante de ce logo.

Elle regrette juste un peu que la gamme de produits Marque Savoie soit encore limitée d’où son éclatement en GMS et une perte de lisibilité.

Charlotte Reynier-Poête

Catégorie Marque Savoie, Pays de SavoieCommentaires fermés

L’itinérance, pôle d’excellence touristique !

Les grands acteurs de l’itinérance touristique en France se félicitent des annonces faites par Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international, dans son discours de clôture des Assises du tourisme, qui place l’itinérance touristique, en lien avec « l’écotourisme », et « le sport et la montagne », comme 2 des 5 pôles d’excellence pour « accroître la visibilité et la lisibilité de l’offre » et « faire de la France une destination d’avenir ».

Les associations Grande Traversée des Alpes et Sur le Chemin de R. L. Stevenson et la Fédération française de la randonnée soulignent de concert que le tourisme itinérant constitue un levier majeur de croissance et d’emploi. Dans la diversité de ses pratiques, de sa saisonnalité, de ses publics et clientèles, il est une chance pour l’attractivité des territoires,

- Parce qu’il répond aux nouvelles attentes du public en faveur d’un tourisme de patrimoine, de découverte et de rencontre, et d’une mobilité douce et durable ;
- Parce qu’il constitue aujourd’hui, par son maillage de grands et petits itinéraires, une destination à part entière à la fois pour les clientèles de proximité, nationales et internationales ;
- Parce qu’il repose sur des filières structurées autour d’acteurs mobilisés – collectivités, professionnels de l’accueil, opérateurs touristiques, organismes de promotion, fédérations de pratiquants et d’aménageurs, associations locales ;
-Parce qu’il génère, par sa haute valeur ajoutée, des retombées économiques significatives dont les territoires et leurs acteurs touristiques ne pourraient désormais plus se passer ;
- Parce qu’il est vecteur de socialité et de développement dans des zones désertifiées où aucune autre économie n’est possible.

Christian Brochier, président de l’Association Sur le chemin de R. L. Stevenson, souligne « le poids économique déterminant pour les Cévennes » de cet itinéraire, avec une dépense moyenne par randonneur de 49 €/nuitée et une durée moyenne de séjour de 9,6 nuitées (résultats d’une étude conduite en 2010). Tous postes de dépenses confondus, cette itinérance « génère près de 2,9 millions d’euros par an sur le territoire ! ».

Dans les Alpes, le développement des grandes traversées, à l’image de la Route des Grandes Alpes, des Routes de la Lavande, du GR®5 et des Chemins du Soleil, favorise un tourisme doux et durable qui repose, à travers une filière structurée, sur la valorisation des équipements et des professionnels en place.

« Véritable vitrine territoriale de l’offre touristique alpine, ces grands itinéraires jouent un rôle majeur dans l’attractivité des territoires », font remarquer d’une même voix la directrice de la Grande Traversée des Alpes, Muriel Faure et son président, Guy Chaumereuil. Et en termes de retombées économiques, les évaluations menées par l’association montrent qu’un « client itinérant dépense en moyenne 20% de plus qu’un client en séjour dans les Alpes ».

Sur le plan national, l’engouement pour la pratique de l’itinérance se confirme. « Avec près de 2 millions de pratiquants sur le territoire français composé de 80 000 km de GR® y compris l’Outre-mer (étude SportLab/FFRandonnée, 2014), nous connaissons un véritable phénomène de masse. Et cette population consomme !

Quand on sait qu’1 euro investi dans l’aménagement des itinéraires génère 10 € de retombées économiques (étude Altermodal- Pyrénées, 2008), nous ne pouvons qu’inciter les acteurs locaux à étoffer leur offre de randonnée à travers des aménagements adéquats » ajoute Claude Hüe, présidente de la FFRandonnée.

Face aux défis auxquels sont confrontés les territoires, notamment en montagne, avec les premiers effets du changement climatique, les mutations démographiques et sociologiques, les mouvements de métropolisation et les contraintes énergétiques, Claude Hüe, Guy Chaumereuil et Christian Brochier l’affirment : « dans une démarche solidaire, innovante et déterminée, les acteurs de l’itinérance touristique, douce et durable, seront au rendez-vous pour contribuer à la mise en oeuvre de cette nouvelle ambition pour la France ».

Ils sollicitent ainsi d’être partie prenante du futur Conseil de la Promotion du tourisme, chargé de définir un Plan tourisme pour 2020, et participeront le mardi 1er juillet à Paris à la 3e Journée parlementaire sur le tourisme consacré au thème Et si le redressement passait par le tourisme ?, « itinérant ? » ont-ils envie d’ajouter.

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Lutte contre les pesticides: trois mesures …

À l’occasion de l’examen du projet de loi biodiversité par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, Ségolène Royal a fait adopter trois mesures visant à lutter contre les pesticides :

1. Généraliser l’action « Terre saine, communes sans pesticide » et anticiper la suppression des pesticide dans les produits d’entretien des espaces publics au 1er mai 2016, au lieu du 1er janvier 2020 ;
2. Faciliter la commercialisation de produits naturels pour le traitement des plantes
3. Interdire définitivement l’épandage aérien de pesticides.

1.Généraliser l’action « Terre saine, communes sans pesticide »

La ministre a ainsi fait adopter un amendement accélérant l’objectif de « zéro pesticide » pour les collectivités dans les produits d’entretien de leurs espaces publics (écoles, jardins publics, espaces verts), à compter du 1er mai 2016, au lieu du 1er janvier 2020 comme le prévoyait la loi Labbé.
Comme elle s’y était engagée à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, le 22 mai, Ségolène Royal généralise les bonnes pratiques déjà à l’œuvre dans les territoires en matière d’élimination de produits phytosanitaires chimiques dans l’entretien des espaces publics. Près de 4 000 communes sont déjà engagées dans cette démarche.
Ségolène Royal sait pouvoir compter sur le dynamisme des nouvelles municipalités récemment élues, qui peuvent bien entendu anticiper cette date. La ministre va demander aux Agences de l’eau d’accompagner les communes dans ce changement de pratique et de trouver des solutions pour celles qui souhaitent se débarrasser de leurs stocks de produits phytosanitaires chimiques. Aujourd’hui, on estime que 800 tonnes de pesticides sont utilisés dans les communes pour l’entretien des espaces publics.
Cet engagement des communes permettra également à tous les jardiniers amateurs d’adopter de bonnes pratiques et aux jardineries d’informer les consommateurs sur l’existence de produits de substitution non polluants et de moyens mécaniques de désherbage. Pour en savoir plus, consulter le « Guide pour jardiner+ nature » édité par le ministère.
Le ministère proposera un partenariat aux régions qui souhaitent aider les communes à anticiper la future obligation.
Un premier bilan sera fait lors de la Fête de la nature en mai 2015.

2. Faciliter la commercialisation de produits naturels pour le traitement des plantes
Pour faciliter l’utilisation de produits naturels pour le traitement des plantes, Ségolène Royal a fait inscrire dans le projet de loi la reconnaissance des produits de traitement des plantes et des engrais d’origine naturelle. Ces substances naturelles pourront être mises sur le marché rapidement.

3. Interdire définitivement l’épandage aérien de pesticides
Ségolène Royal a fait adopter un amendement au projet de loi biodiversité qui viendra interdire définitivement tout épandage aérien de pesticide.
En attendant, un arrêté, actuellement en consultation publique, sera pris d’ici la fin du mois de juillet. Il permettra de suspendre l’épandage aérien de pesticides pour l’ensemble des cultures qui pouvaient jusqu’à présent bénéficier d’une dérogation :
- sans délai pour le maïs doux, maïs pop-corn et bananes ;
- dans 18 mois pour quelques cultures spécifiques de riz et de certains vignobles, pour lesquels il est nécessaire de trouver une alternative garantissant la sécurité des utilisateurs.
La ministre salue l’engagement des agriculteurs depuis plusieurs années pour trouver des techniques alternatives qui rend aujourd’hui possible cette décision.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Fin de l’utilisation des sacs plastiques?

La ministre de l’Écologie a déposé un amendement adopté mercredi 25 juin, dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la biodiversité. Le texte, propose de mettre fin à l’utilisation des sacs plastiques non réutilisables à compter du 1er janvier 2016.

Grâce à cet amendement, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, souhaite continuer dans la logique de réduction des sacs plastiques à usage unique, initiée il y a environ 10 ans.

Une décision pour donner plus de force aux comportements responsables déjà bien ancrés dans les pratiques des Français

Les grandes surfaces ont engagé, depuis des années, un retrait progressif des sacs plastiques à usage unique en caisse. Grâce à cette initiative, qui a poussé les clients à utiliser des sacs réutilisables, leur nombre est passé de 10 milliards à 700 millions, entre 2002 à 2011.

Pour les sacs dits « fruits et légumes », utilisés pour l’emballage des fruits et légumes, des poissons et des viandes, des alternatives seront possibles grâce à des sacs compostables, fabriqués à partir de matière végétale. Cette décision est, de plus, une opportunité de valoriser la production de nouveaux sacs innovants et écologiques en France. En effet, aujourd’hui, 90 % des 12 milliards de sacs dits « fruits et légumes » sont importés depuis l’Asie.

Les sacs plastiques : un réel danger pour la faune et la flore marine

L’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement (ANUE), réunie cette semaine à Nairobi au Kenya, a de nouveau alerté sur l’ampleur des dégâts générés par le rejet de déchets plastiques dans les océans. Cette pollution constitue une grave menace pour la vie marine, et par conséquent pour le tourisme et la pêche. Ces déchets peuvent en effet tuer les animaux marins qui les ingèrent, mais également détériorer leur habitat. Les dégâts sont estimés à au moins 13 milliards de dollars.

En parallèle de cette décision française et de cet avertissement de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement, une directive européenne sur les sacs plastiques est également en cours de préparation.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Adoption par les députés d’un amendement instaurant la compensation des pertes de terres agricoles

Adoption par la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale d’un amendement du Gouvernement instaurant une compensation des pertes de potentiel agricole.

Il s’agit d’apporter des solutions concrètes pour l’économie agricole des territoires impactés par de grands projets et ouvrages consommateurs d’espace agricole.

Les pertes de potentiel agricole seront compensées par le financement de projets permettant de recréer de la valeur ajoutée sur le territoire.

Pratiquement les mesures de compensation seront déterminées suite à la conduite d’une étude préalable à la charge du maître d’ouvrage.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Grenoble: inauguration du tram E

Dans le cadre de l’inauguration de la nouvelle ligne de tram E, un concert est organisé à l’Esplanade de Grenoble, le samedi 28 juin 2014, de 19h30 à minuit.

Pour des raisons de sécurité, des restrictions de circulation seront mises en place sur l’A48, ainsi que sur certaines routes départementales situées en agglomération dans le secteur de l’Esplanade et de la Porte de France, du samedi 28 juin 2014 à 18h au dimanche 29 juin à 2h00 environ. Sur l’A48  Sens Lyon-Grenoble:

Fermeture entre l’échangeur n°16 Grenoble Gares-Europole et la Porte de France.

Fermeture de la bretelle d’entrée de l’échangeur n°17 St Martin-Le-Vinoux en direction de la Porte de France.

Ainsi, il est conseillé aux usagers en provenance de Lyon, qui souhaitent se rendre à Grenoble,  d’emprunter l’A480 en direction de Chambéry et de prendre la sortie 3b de l’échangeur Catane pour rejoindre Grenoble centre.

Il est très fortement déconseillé d’emprunter l’A48 en direction de Grenoble-Bastille.

Sur l’A48  Sens Grenoble-Lyon :

Fermeture de l’accès de l’A48 au niveau des feux de la Porte de France (Place Aristide BRIAND à grenoble).

Ouverture sur l’A48 de la bretelle d’entrée située au nord de l’esplanade et en direction de Lyon

Sur la RD 590  – (Quai de France en rive droite de l’Isère) :

La RD 590 sera fermée entre le pont Marius Gontard et la Porte de France, dans les 2 sens de circulation.

Sur la RD 1075 à Grenoble :

La RD 1075 sera fermée dans les 2 sens de circulation entre le carrefour giratoire RD 1075 / bretelle d’accès à l’A48 direction Lyon / Boulevard de l’Esplanade et la Place Hubert Dubedout (via la Porte de France et le Pont sur l’Isère).

Il est très fortement déconseillé d’utiliser sa voiture pour accéder à cette manifestation festive, où de très importantes perturbations du trafic routier sont attendues sur tous les axes aux abords de l’événement.

Catégorie transportCommentaires fermés

Loi d’avenir : une approche globale et rénovée de l’utilisation des produits phytosanitaires

Pour Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Porte-parole du Gouvernement, il faut concilier utilisation des produits phytosanitaires nécessaires à la conduite des cultures et protection des personnes vulnérables. Deux axes sont déterminants pour le faire : développer les méthodes alternatives comme le biocontrôle et renforcer l’encadrement des traitements.

Pour les méthodes alternatives et le biocontrôle, la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a adopté un amendement proposé par le député Germinal PEIRO permettant de faciliter le dispositif de mise sur le marché des préparations naturelles peu préoccupantes. Cette disposition, fruit d’un travail approfondi avec les professionnels, vient compléter les nouveautés déjà introduites en première lecture dans cette loi pour développer le biocontrôle.

Pour renforcer l’encadrement des traitements, le Gouvernement a proposé au vote des membres de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale un amendement afin de préciser les règles d’utilisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des lieux accueillant des personnes les plus sensibles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, malades…). Stéphane LE FOLL salue l’adoption de cet amendement par les députés.

Celui-ci réaffirme l’interdiction d’utilisation des produits phytosanitaires dans l’enceinte des écoles, des crèches, des haltes garderies, des centres de loisirs, des aires de jeux destinées aux enfants, ainsi qu’au sein des centres de soins, des hôpitaux ou des maisons de retraite en sécurisant le dispositif actuel.

L’amendement adopté hier, dispose que l’usage des produits phytosanitaires à proximité des établissements en question devra faire l’objet de mesures empêchant la dérive des produits phytopharmaceutiques (buses anti-dérives, haies) ou prévoir des dates et horaires de traitement adaptés afin d’éviter la présence de personnes sensibles lors de l’application des produits.

C’est dans le seul cas où ces mesures ne seraient pas mises en œuvre que l’Etat pourra définir une distance minimale à respecter pour le traitement des cultures à proximité des lieux concernés.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Campagne TelePAC 2014

©Xavier Remongin/Min.Agri.Fr

En 2014, le cap des 300.000 dossiers PAC télédéclarés sur TelePAC a été dépassé. Ainsi, 86 % des dossiers ont été déposés par téléprocédure (290 000 en 2013). L’objectif ambitieux d’une progression de 10 points par rapport à la campagne 2013 a donc été atteint (de 76% en 2013 à 86% en 2014). Ce taux de télédéclaration reflète une fois encore la mobilisation commune des agriculteurs, des organisations professionnelles, des organismes de services et de l’administration.

Ces bons résultats confortent le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt dans sa stratégie de développement des solutions numériques. En 2014, de nombreuses innovations répondant aux attentes des exploitants ont été déployées, comme la dématérialisation des justificatifs, la télédéclaration de toutes les mesures agro-environnementales ou la mise à disposition d’un registre parcellaire graphique plus précis et en couleur.

TelePAC s’inscrit pleinement dans la double dynamique de modernisation de l’Etat et de simplification administrative portée par le Gouvernement, le tout dans une logique de compétitivité des entreprises et d’amélioration du service rendu aux usagers.

Taux de télédéclaration

Catégorie PAC, agricultureCommentaires fermés

Conseil Montagne 2040 Rhône-Alpes

Le Président de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack QUEYRANNE, accompagné de Claude COMET,
Conseillère régionale déléguée au tourisme et à la montagne, et Eliane GIRAUD, Vice-présidente
déléguée aux transports, déplacements et infrastructures, a installé, mercredi 25 juin, le Conseil
Montagne Rhône-Alpes 2040 dont la première réunion s’est tenue dans le Parc Naturel Régional
de la Chartreuse à Saint-Pierre d’Entremont (Savoie).

La création de ce Conseil est une nouvelle étape dans la démarche Montagne 2040 lancée en
janvier 2012 et qui s’est traduite, en décembre 2013, dans une délibération intitulée
« Montagne 2040, nouveaux temps, nouveaux défis » qui implique
l’ensemble des politiques de la Région : aménagement du territoire, foncier, environnement,
énergie, emploi, tourisme, économie, transports, numérique, services à la population, culture.

Les objectifs de ce Conseil, instance unique qui associe l’ensemble des acteurs de la montagne (institutionnels, socioprofessionnels et associatifs) sont de trois ordres :
· poursuivre la démarche prospective de Montagne 2040
· promouvoir les actions exemplaires qui permettent de mener un projet de vie complet en montagne
· porter des réflexions sur des sujets majeurs pour les territoires de montagne.

A cette occasion, les 29 premiers projets labellisés Montagne 2040 ont été dévoilés. Ce label a
pour objectif de distinguer une action exemplaire et de valoriser les bonnes pratiques, afin de
favoriser leur diffusion dans les territoires

consulter la liste des projets labellisés : montagne2040.rhonealpes.fr.

« Avec le Conseil Montagne 2040 Rhône-Alpes, notre ambition est d’être force de proposition, de
faire émerger des solutions, des idées nouvelles qui pourront être utilisées par les acteurs quels
qu’ils soient » a expliqué Jean-Jack QUEYRANNE.

Le refuge du Col de la Vanoise labellisé

Perché à 2517 mètres d’altitude au pied de la Grande Casse, aux côté du refuge historique « Félix Faure », se dresse un tout nouveau refuge. Ce bâtiment flambant neuf a fière allure, tout de bois et revêtu de panneaux solaires et photovoltaïques ! Mis aux normes environnementales et de sécurité, il a ouvert le 14 mars dernier pour la saison du ski de randonnée.

Avec ses 600 m2, ses 100 places, il a été mis aux normes environnementales et de sécurité et a reçu le label « Montagne 2040″ qui distingue les projets exemplaires car respectueux des zones de montagne. L’ancien refuge de pierre construit en 1902, sera rénové pour l’hébergement du gardien, des guides et des gardes du Parc National et la création d’une salle d’exposition. Il ne faut que trois petites heures de marche à la belle saison depuis Pralognan pour s’y rendre.

L’accès est possible en joëlette pour les personnes à mobilité réduite. A l’arrivée, selon les goûts : sieste en compagnie des marmottes, dégustation d’une tarte aux myrtilles, contemplation des glaciers et des lacs, observation des bouquetins, lagopèdes et autres hermines qui investissent le terrain en fin de journée…

Catégorie Pays de Savoie, montagneCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2014
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+