Bilan de santé: pour les les JA, “une double peine”

A l’issue de la réunion des ministres de l’agriculture de l’Union européenne (lire nos articles précédents), le constat est désolant pour les jeunes agriculteurs : « Le réaménagement de la PAC validé par les Etats membres s’inscrit dans un processus irrémédiable de démantèlement des outils de gestion de marchés. Au final, les jeunes qui s’installent se trouvent doublement pénalisés.

« Croyant revitaliser le monde rural en procédant au bilan de santé de la PAC, les décideurs européens sont en train de dévitaliser toute une profession encore fragile au risque de décourager les forces vives de s’installer dans ce métier faute de perspectives rassurantes ! » commente William Villeneuve, président de Jeunes Agriculteurs à propos du compromis signé le 19 novembre à Bruxelles.

Double peine pour les jeunes face au marché qui dictera sa loi

Dans un premier temps, le détricotage des outils de régulation du marché (qui étaient autant de garanties sur le long terme) va entraîner encore plus de précarité. Aujourd’hui vidés de leur substance, ces instruments ne joueront plus leur rôle dans le soutien aux projets à l’installation. Ensuite, le système mis en place par le biais de cet accord européen, en faisant dépendre les prix et les revenus du monde agricole de la seule loi de marché, risque d’encourager l’augmentation de la taille des exploitations et leur concentration dans certaines zones.

Construire dés maintenant une alternative

Dans un tel paysage, difficile pour les jeunes déjà fortement touchés par la hausse des charges et les investissements lourds de début d’activité d’envisager sereinement leur futur ! « Il nous faut donc maintenant reconstruire un Projet Agricole Commun avec des solutions et des leviers économiques efficaces pour assurer la diversité de notre agriculture, garantir notre souveraineté alimentaire et assurer de la lisibilité aux agriculteurs. » rappelle William Villeneuve.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page