Parcelle privée en friche: le maire peut-il faire la police?

M. Jean-Louis Masson (Moselle-NI) dont sillon38 relaye décidément très souvent les questions écrites, attire l’attention dans le JO Sénat du 05/02/2009 de M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire sur le cas du propriétaire d’une parcelle qui la laisse en friche et qui cause de ce fait un préjudice aux propriétaires des parcelles voisines.
Il souhaiterait qu’il lui indique selon quelles modalités il peut être envisagé de mettre en œuvre une servitude de débroussaillage ou d’entretien minimum dans ce type de situation.

Réponse du Ministère de l’agriculture et de la pêche publiée dans le JO Sénat du 14/05/2009

L’article L. 322-3 du code forestier précise les modalités du débroussaillement obligatoire dans les zones situées à moins de 200 mètres des terrains en nature de bois, forêts, landes, maquis, garrigue, plantations ou reboisements. Cette servitude de débroussaillement concerne les abords des constructions et installations de toute nature sur une profondeur minimum de 50 mètres.
Pour les terrains qui ne relèvent pas du code forestier, il existe d’autres mesures qui visent à assurer la sécurité et la salubrité publiques, notamment dans le cadre du code général des collectivités territoriales (CGCT). L’article L. 2112-2 (5° ) autorise le maire à prendre les mesures de police nécessaires et lui confie le soin de prévenir, « par des précautions convenables, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature ».
L’article 2212-4 précise qu’en cas de danger grave ou imminent le maire prescrit l’exécution des mesures de sûreté exigées par les circonstances. L’article L. 2213-25 permet d’atteindre les mêmes objectifs pour des motifs environnementaux. À ce titre, le maire peut exiger des travaux de remise en état de terrains non entretenus qui incluent le débroussaillement pour des terrains non bâtis.
Par ailleurs le maire peut intervenir sur un terrain privé non entretenu en vertu des dispositions de l’article L. 2243-2 du CGCT, dans le cadre de la procédure de déclaration de parcelle en état d’abandon. Il doit constater par procès-verbal provisoire l’abandon manifeste du terrain et ordonner les travaux indispensables pour faire cesser l’état d’abandon.

Ainsi, les pouvoirs de police qu’il détient en vertu du CGCT donnent au maire la possibilité d’agir afin de préserver les propriétaires des parcelles voisines des préjudices qui pourraient résulter du défaut d’entretien d’une parcelle, sans qu’il soit nécessaire de mettre en oeuvre une servitude de débroussaillement.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page