Fruits et légumes: un premier pas

Face à la crise qui secoue les producteurs de fruits et légumes, le ministre de l’agriculture a annoncé qu’une première aide d’un montant de 15 millions d’euros allait ête débloquée. Un premier pas pour la FNSEA, les JA et les producteurs de fruits et légumes.

Des milliers de producteurs de fruits et légumes connaissent depuis le début de la campagne 2009, une situation particulièrement préoccupante.

Alerté par le réseau de la FNSEA, Jeunes Agriculteurs, la FNPF et les Producteurs de Légumes de France sur l’état de crise de 13 fruits et légumes et conscient de la situation, Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, vient d’arrêter des mesures ciblées, pour aider les exploitants concernés à passer ce cap difficile.

Il s’agit d’apporter immédiatement une bouffée d’oxygène, d’un montant initial de 15 millions d’euros, au travers d’allégements de charges financières et de mesures sur les cotisations
sociales des agriculteurs et de leurs familles, auxquelles s’ajouteront des moyens de la MSA pour la mise en place d’échéanciers.
Par ailleurs, le Gouvernement entend apporter des solutions aux conséquences économiques indirectes liées à la crise financière internationale. Il répondra aux difficultés que rencontrent les exportateurs pour obtenir les garanties assurantielles nécessaires à l’exercice de leur activité.
Bruno Le Maire a compris la gravité de la crise vécue par le secteur des fruits et légumes. Même si cette première enveloppe financière est loin d’être suffisante pour faire face à la sévérité de la crise, la FNSEA, les JA, la FNPF et les Producteurs de Légumes de France, en prennent acte.
Nous tenons aussi à rappeler que ces mesures conjoncturelles ne sauraient exonérer le Gouvernement de trouver les moyens de restaurer au plus vite la compétitivité de la production française. Nous attendons dans les plus brefs délais, des solutions quant aux problèmes des distorsions de concurrences relatives aux moyens de production, notamment l’énergie et aux
conditions sociales.
La FNSEA, les JA, la FNPF et les Producteurs de Légumes de France attendent également de la filière et plus particulièrement de son interprofession et de la distribution, que tout soit mis en oeuvre pour garantir le bon fonctionnement des marchés et la juste rémunération du travail des producteurs de France.
Les producteurs français de fruits et de légumes doivent pouvoir vivre de leur métier !

par Gilbert l

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page