Transition énergétique : quels scénarios pour l’agglomération du futur ?

la métro... energie

Transition énergétique : quels scénarios pour l’agglomération du futur ?

Quelle sera notre agglomération dans 30 ans sur le plan énergétique ? La facture d’électricité
sera-t-elle moins lourde pour les usagers ? Produiront-ils leur propre énergie ? Les toits
végétalisés sont-ils aussi efficaces qu’on le prétend ? Dois-je inciter mes enfants à s’engager
dans les filières de l’énergie ? Qu’est-ce que la Réglementation Thermique 2012 ?

Experts et citoyens

Longtemps confinées au sein de cabinets spécialisés, à des institutions, des universitaires ou
à des experts, les questions sur la transition énergétique concernent aussi et surtout le
quotidien des habitants de l’agglomération. Les associer à la construction de ce vaste
chantier, telle est l’ambition de ce rendez-vous de la Fabrique de 2013. Organisé par la Métro
le mercredi 17 avril à Gières, il fait écho aux Assises Nationales de l’Energie. Certes il y aura des
experts – peut-on réellement se passer d’eux ?-mais ils seront là pour écouter, échanger des
idées, dialoguer dans le cadre de 4 ateliers (voir programme joint).

Réduire la consommation d’énergie, lutter contre le réchauffement climatique, utiliser de
nouvelles sources d’énergie nécessite de lourds travaux, une main-d’oeuvre formée à de
nouveaux métiers, à de nouvelles compétences. Ce bouleversement est déjà bien avancé sur
l’agglomération. Néanmoins beaucoup reste à faire, de nombreuses pistes restent à explorer,
de nombreuses questions en suspens pour imaginer et fabriquer l’agglomération du futur.
Former pour des objectifs de plus en plus élevés

630000 emplois créés en 2030, c’est le chiffre avancé par Philippe Quirion, économiste de
l’environnement, auteur d’une étude sur l’impact de la transition énergétique dans l’économie
française. C’est dire l’importance des enjeux et des changements dans de nombreux
secteurs, y compris pour ceux de l’agglomération grenobloise. C’est le cas de la formation
professionnelle qui cherche à répondre aux besoins des entreprises du bâtiment.

L’IMT à Echirolles (Institut des Métiers et des Techniques) a ainsi créé un département
environnement proposant de nombreuses formations. Le Greta de l’Isère de son côté insiste
sur les formations à l’isolation thermique, la formation de techniciens en énergies
renouvelables, à l’installation de panneaux solaires.

Les grandes entreprises développent des formations en interne : un fabricant de verre forme
les poseurs à des techniques spécifiques.

Des agriculteurs se regroupent pour limiter et optimiser leurs déplacements, développer une
offre de proximité tout en réduisant le nombre d’intermédiaires.

Le bâtiment est le secteur en première ligne dans la construction comme dans la rénovation.
Ici aussi le changement est important : formation des maîtres d’oeuvre, obligation pour tous
les corps de métiers (couvreurs, électriciens, menuisiers, plombiers,etc) de travailler en
transversalité et non plus chacun de son côté. Sous l’impulsion de l’Europe, le BTP développe
la formation des salariés et des artisans dans le cadre du programme FEEBAT (formation aux
économies d’énergie dans le bâtiment). Destiné à une mise à niveau des professionnels aux
techniques propres aux énergies renouvelables, les entreprises pourront répondre à la
demande croissante du public.

Et la Métro ?

Passer de la consommation d’énergies fossiles à une consommation plus sobre, plus
écologique, c’est l’objectif inscrit dans le Plan Air Climat Energie de la Métro. Parmi ses
actions, citons l’isolation des logements des copropriétés privées (campagne « Mur Mur »), le
biogaz grâce à la méthanisation de la station de dépollution « Aquapole », les circuits courts
(la future légumerie avec la communauté d’agglomération du Pays Voironnais), le
développement d’une agriculture de proximité (la nouvelle ferme du Murier). Le plus
emblématique reste les déplacements : la ligne E , le projet d’extension du tram jusqu’à Pontde-
Claix, le projet de transport par câble, l’autopartage, les voitures électriques, les pistes
cyclables. Moins visible et pourtant indispensable : le soutien aux universités et à
l’innovation, aux familles et aux écoles (concours familles à énergies positives ou le défi des
écoles à énergies positives, l’appel à projet « climat+ » pour les structures scolaires et
périscolaires).


Les 4 ateliers au choix

1) Isoler nos logements : par quelles
entreprises, comment et à quel
prix ?

2) Produire localement de l’énergie .

3) De nouvelles formations, de
nouveaux métiers pour mettre en
oeuvre la transition énergétique.
4) Produire et consommer à
proximité.

Inscription souhaitée aux ateliers à l’adresse
lafabrique@lametro.fr en précisant le numéro
de l’atelier qui vous intéresse.

La Fabrique Métropolitaine
Salle du Laussy, Gières, de 15h à 20h.
Bus 21 et 41, navette entre le terminus du
tram et la salle du Laussy.

LA metro jaune

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page