Attaques de loups : constat d’impuissance…

Communiqué de la Coordination Rurale

Le groupe de travail « moyens de protection » s’est réuni ce mercredi à Lyon dans un contexte particulièrement tendu. Les attaques de loups se sont multipliées depuis le début de l’année et ont fait des ravages au sein des troupeaux. La semaine dernière, malgré la mise en place de mesures de protection importantes et coûteuses, un éleveur du Vercors a même failli perdre la vie lors de la huitième attaque sur son troupeau. La Coordination Rurale tire la sonnette d’alarme !

Une énième réunion, pour quels effets ?

Les éleveurs, épuisés par les gardes de nuit et la crainte de voir leur troupeau dévasté, sont à cran. Au vu de l’importance et des circonstances des attaques, qui s’étendent désormais aux bovins et ne se limitent plus à la nuit, il est évident que le loup contourne les moyens permis par la réglementation pour le contenir. L’administration montre une certaine écoute et propose de financer une expérimentation sur des moyens de protection adaptés au terrain à partir de 2015 : hélas, cela ne résoudra pas le problème de fond. Ni les moyens de protection, ni les tirs de défense, ni même les autorisations de prélèvements (un prélèvement effectif sur les 24, voire 36, possibles), jetées en pâture aux éleveurs pour faire croire à une prise en compte réelle de leur désarroi, ne se montrent efficaces face à une population de loup en très forte augmentation.

Quel avenir pour l’élevage ?

Aujourd’hui la question du maintien de l’élevage se pose réellement, non pas seulement dans les alpages, mais simplement « en extérieur ». Faut-il que les éleveurs se spécialisent en hors-sol, oublient les races rustiques et abandonnent leurs pratiques ancestrales du pâturage par les animaux, y compris en production bio ? Faut-il laisser en friches les parcs nationaux, en excluant les troupeaux comme le réclament les associations environnementales ?

L’incapacité des pouvoirs publics à prendre la mesure des enjeux, a déjà des conséquences lourdes sur les campagnes françaises, tout en creusant un puits sans fond dans le budget de l’Etat alors que les Français doivent se serrer la ceinture.

Le loup doit sortir de la convention de Berne !

Pour la CR, le loup n’est pas compatible avec l’élevage ! Il faut permettre aux éleveurs de défendre leurs troupeaux face à cette espèce qui n’est plus en voie de disparition, en sortant le loup de la convention de Berne et de la directive Habitat. Cette décision est nécessaire et urgente. Toutes les autres propositions ne sont qu’agitation et ne résoudront en rien les difficultés des éleveurs.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page