La filière forêt-bois : une filière tournée vers l’avenir

La filière forêt-bois est une source d’emplois importante en France. Elle compte 425 000 personnes, ce qui est supérieur en nombre d’emplois au secteur de l’automobile. Pour autant, cette filière n’en est qu’à ses débuts : elle souhaite se renforcer et se développer.

Le secteur de la construction, une opportunité de développement

La construction de maisons individuelles en bois et l’industrialisation de la maison en ossature bois sont en augmentation constante, même si le marché du bois de construction reste encore faible en comparaison des autres pays européens. Ce secteur est capital pour le développement de la filière, tant en termes économiques, qu’en termes d’emploi. La réhabilitation urbaine avec la réfection des logements et des isolations, en lien avec les lois de transition énergétique, sont un atout de développement, car elles ouvrent de manière large de nouveaux marchés.

La France moteur de l’innovation dans la filière bois

La France reste un grand pays d’innovation dans le secteur du bois, à la fois dans la construction mais également dans la fibre et le papier. Des travaux ont été menés pour évaluer puis améliorer le bois dans ses qualités thermiques, acoustiques, de sécurité, de durabilité et d’environnement. La capacité d’innovation de la filière forêt-bois française est l’un des atouts majeurs de ces acteurs.

Le rôle des interprofessions dans l’essor de la filière

Il semble aujourd’hui nécessaire de nouer un dialogue renforcé entre les secteurs en amont (les producteurs) et en aval (la transformation), avec au centre un élément stratégique : les scieries. Le regroupement des acteurs dans les interprofessions permet de réunir les propriétaires, les gestionnaires, les exploitants, les experts forestiers, les entrepreneurs, les pépiniéristes et les industriels de la transformation. Ensemble, ils échangent leurs besoins, leurs problématiques, développent des innovations, font la promotion de la filière, fournissent des statistiques, intensifient l’exportation des produits transformés.

Une filière en demande d’investissement

La recherche d’investissement est le dernier enjeu du développement de cette industrie lourde qui nécessite beaucoup de capitaux. La filière se cherche des partenaires comme elle l’a fait avec le Crédit agricole qui est la première banque et assurance de la filière. La Banque publique d’investissement (BPI) finance également le développement d’entreprises bois. Il existe par ailleurs des financements participatifs, ou encore des groupements forestiers d’investissement qui font appel à l’épargne des particuliers et des institutionnels. Ces mécanismes de financement s’inscrivent sur le long terme puisqu’il faut 25 années de croissance pour le développement d’un arbre.

L’image positive que véhicule le bois avec sa gestion dynamique et durable, sa capacité d’absorption des gaz à effet de serre, et des projets d’envergure comme la construction d’immeubles en bois de grande hauteur, permettent à la filière forêt-bois d’envisager un avenir favorable.
Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page