Crise agricole : « Il faut une mobilisation de tous.. »

Manuel Valls a reçu à Matignon, lundi 8 février, les dirigeants du secteur de la grande distribution pour faire un point sur la crise agricole.
Entouré de Stéphane Le Foll et d’Emmanuel Macron, il a appelé chacun à faire preuve de responsabilité pour trouver des solutions nationales, mais également européennes, à cette crise qui frappe durement, et depuis plusieurs mois, les éleveurs français.

La grande distribution représente « des débouchés essentiels pour les produits agricoles et agroalimentaires, et donc pour les éleveurs français qui traversent une crise grave exceptionnelle, notamment par sa durée », a expliqué le Premier ministre à l’issue de la réunion.

Une réunion qui avait pour but de mobiliser les dirigeants du secteur de la grande distribution, de leur demander de prendre leurs responsabilités, « même s’ils ne sont pas responsables de cette crise agricole. Il est hors de question pour nous de désigner je ne sais quel bouc émissaire », a précisé Manuel Valls.

Le Premier ministre leur a ainsi demandé « de ne pas anticiper une baisse des coûts agricoles dans les négociations commerciales en cours avec leurs fournisseurs », qui doivent se conclure le 1er mars 2016.

Il leur a également demandé de « poursuivre leurs actions de valorisation des produits locaux et de soutenir les initiatives des éleveurs ; de s’inscrire dans des démarches partenariales avec les éleveurs et leurs fournisseurs, en particulier les éleveurs. » « Le Gouvernement s’impliquera pour favoriser la contractualisation », a précisé le Premier ministre, saluant les initiatives permettant de trouver des solutions de court terme à cette crise.

Manuel Valls a rappelé que le Gouvernement prenait ses responsabilités, en renforçant le plan de soutien déployé depuis l’été dernier et en mobilisant les acteurs des filières concernées : producteurs, industriels, abatteurs, transformateurs. « La filière porcine bretonne est au travail, sous l’égide du conseil régional et du préfet », a-t-il cité en exemple.

« La commission européenne a fait trop peu et trop tard »

« Mais la crise est aussi européenne. La Commission doit activer les pouvoirs dont elle dispose en cas de crise. Jusqu’à présent, elle a fait trop peu et trop tard. » Stéphane Le Foll a adressé plusieurs propositions à la Commission européenne, en vue de la réunion des ministres européens de l’Agriculture, le 15 février prochain.
Manuel Valls a précisé qu’il rencontrera lui-même le commissaire en charge de l’Agriculture, et qu’il rencontrera samedi prochain le Premier ministre russe. « J’évoquerai avec lui la levée de l’embargo sanitaire sur la viande porcine », a-t-il affirmé.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page