Le Pôle agro-alimentaire de l’Isère, premier lauréat pour la structuration de filières

L’appel à projets de structuration de filières agricoles
et agroalimentaires du plan France Relance cofinance
des projets collectifs alliant compétitivité, transition
agroécologique et création de valeur et d’emplois. Le Pôle
agro-alimentaire de l’Isère avec son projet de création
d’une plateforme de commercialisation devient le premier
lauréat isérois de cet appel à projet.


Le Pôle agro-alimentaire est une association regroupant des
entreprises iséroises des filières alimentaires (producteurs,
transformateurs, distributeurs), des collectivités
territoriales et les consulaires du Département.
Cette association a pour but de développer les filières
alimentaires de proximité, équitable et de qualité, en
étant en prise directe avec les entreprises et leurs besoins
et en coordonnant les moyens humains et financiers de
développement.


En 2021, l’association a pour projet de créer une plateforme
de commercialisation de produits locaux, équitables et de
qualité (identifiés sous la marque Ishere) pour aller plus
loin dans le développement de la commercialisation de
ces produits en grandes surfaces.


Avec ce projet, le Pôle agro-alimentaire de l’Isère devient le
premier lauréat isérois de l’ appel à projets et va bénéficier
de 200 000 € de subvention dans ce cadre.


Avec 45 millions d’euros consacrés à l’appel à projets, le plan France
Relance accompagne la construction et la réalisation de projets collectifs
de structuration de filières agricoles ou alimentaires impliquant plusieurs
maillons d’une même filière qui apportent des réponses collectives
à des enjeux économiques et environnementaux spécifiques à un
secteur.

Les projets financés allient gain de compétitivité, accompagnement
de la transition agro-écologique et meilleure rémunération de chaque
partie prenante, notamment des agriculteurs.
Cette mesure vient prolonger et amplifier les dispositifs d’appel à
projets de structuration de filières déjà existants, en permettant :
· des investissements immatériels
(études, ingénierie de projet, assistances
techniques, conseils externes, etc.) ;
· des investissements matériels
(fabrication de prototypes,
construction d’atelier, création de ligne
de production et de transformation,
matériel de robotisation, etc.).

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page