Archive | 22 décembre 2007

La dinde aux marrons sera chère…

L’enquête INSEE de novembre, indique que les prix agricoles sont stables depuis deux mois mais restent de 15,1 % supérieurs à leur niveau de novembre 2006. Après les fortes hausses de l’été, les cours des céréales se replient pour le second mois consécutif (-7,6 % sur un mois) ramenant à 47,0 % l’augmentation en glissement annuel. Les cours des oléagineux continuent sur leur lancée, avec une hausse de 5,5 % entre octobre et novembre et de 45,2 % sur un an, surtout le colza dont le marché est porteur aussi bien dans le domaine alimentaire qu’énergétique.

pintades.jpg

Le prix des volailles grimpe par rapport à l’an dernier. Notamment la dinde (+43,6%). Si vous avez choisi de l’accompagner de châtaignes (+43,5%) pour Noël, la note risque d’être salée…

Les prix des vins poursuivent leur augmentation (+2,6 % sur un mois ; +9,0 % en glissement annuel), en particulier ceux des vins de consommation courante qui progressent de 5,4 % par
rapport à octobre et de 17,9 % en glissement annuel.
Les cours de la pomme et de la poire qui subissent des difficultés d’écoulement se replient respectivement de 5,2 % et de 13,6 % en glissement annuel. En revanche, les prix de la
châtaigne et de la noix augmentent fortement (+43,5 % et +22,7 % sur un an) en raison de la faiblesse de l’offre. La hausse des prix des légumes atteint +5,8 % sur un an.
Toutefois, le prix de l’endive recule de 6,0 % en glissement annuel.
Conséquence de la flambée des prix des aliments pour animaux, les prix du veau et des volailles demeurent en nette hausse sur un an (respectivement +18,0 % et +20,3 %).

Après la hausse de juillet, le lait de vache augmente à nouveau en octobre. Il se situe 20,9 % au-dessus de son niveau d’octobre 2006. Après une nouvelle hausse de 9,2 % entre octobre et
novembre, le prix des œufs se rapproche du record de fin 2003, 37,5 % au-dessus du niveau de novembre 2006.
Les prix de gros alimentaires sont supérieurs de 3,9 % à ceux de novembre 2006.

Les prix des fruits progressent à nouveau (+2,6 % sur un an), tandis que ceux des légumes continuent de se replier (-6,1% en glissement annuel). Le prix du veau est en progression forte (+37,3 % sur un an). Il en est de même de celui des volailles, notamment la dinde (+43,6 % sur un an).

Les prix d’achat des moyens de production continuent d’augmenter (+1,2 % en novembre) et s’établissent 9,4 % au-dessus de leur niveau de novembre 2006.
En novembre, les prix de l’énergie renchérissent nettement (+7,1% par rapport à octobre). Les prix des engrais et des amendements poursuivent leur progression, en particulier les engrais phosphatés (+32,9 % sur un an) et les engrais composés (+22,6 %). Il en est de même des prix des aliments du bétail.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Le budget de l’Isère en 2008

C’est un budget global de 4 708 467 € qui a été affecté à l’agriculture par les 58 conseillers généraux de l’Isère réunis en décembre à l’occasion du vote du budget primitif 2008. Le budget de l’agriculture, présenté par Christian Nucci, est en lègère baisse par rapport au précédent. Le soutien à l’installation des jeunes agriculteurs et la transmission des exploitations restent une action transversale de la politique agricole du Département (voir la 3e charte départementale -2007/2012- signée à Beaucroissant). Dans ce domaine, les actions programmées pour 2008 sont axées autour de trois priorités :

- installation des jeunes agriculteurs sur des projets d’exploitations sources de valeur ajoutée et vallorisant le potentiel du territoire

- transmission des exploitations (foncier et/ou bâtiment)

- amélioration des conditions de travail et de vie sur l’exploitation (accès aux services de remplacement)

nucci.jpg

Le rapport de Christian Nucci (ci-dessus) liste quatre nouveaux défis à relever: le défi alimentaire sécurité, traçabilité, qualité), le défi environnemental (systèmes d’exploitation écologiques), le défi énergétique (économie de charge d’exploitation, nouveaux débouchés), le défi de la croissance territoriale à toutes ses échelles et en équilibre avec les dynamiques urbaines.

Le budget 2008 est réparti entre les trois programmes d’action suivants:

1/ 1 652 767 € au titre du programme « actions agricoles et rurales » se décomposant ainsi:

* aide aux organismes: 1 350 767 €

* études dans le milieu rural: 74 000 €

* plantations truffières: 8000 €

* aides aux coopératives agricoles: 220 000 €

2/ 2 583 500 € en faveur des « aides aux agriculteurs » se décomposant ainsi:

* bâtiments d’élevage: 720 000 €

* protection des eaux: 28 000 €

*PEZMA: 301 500 €

*Installation: 210 000 €

*calamités agricoles: 540 000 €

*qualité des produits: 60 000 €

*prophylaxie animale: 364 000 €

*amélioration pastorale: 360 000 €

3/ 472 000 € pour « l’aménagement foncier »

La loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux a notamment décentralisé les opérations d’aménagement foncier agricole et forestier aux Départements. Ceux-ci ont également la possibilité de mettre en oeuvre une politique de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains (délimitation du périmètre, droit de préemption, programme d’actions).

Pour rappel, 64% du produit agricole sont réalisés dans des communes sous influence urbaine. La perte de terres agricoles est évaluée à 1184 ha /an soit 22 exploitations dites « professionnelles ».

Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’architecture des filières consolidée

Les représentants des filières fruits et légumes ont été réunis par le Directeur de Cabinet du ministre pour une présentation des conclusions de la mission d’expertise que Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, avait confiée en août dernier au Conseil Général de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Espaces Ruraux sur la gouvernance des filières fruits et légumes.
La grande majorité des familles professionnelles présentes ont salué le travail réalisé par les auditeurs et ont marqué leur accord sur la nécessité d’une réforme de la gouvernance de leurs filières.

La nouvelle Organisation Commune de Marché (OCM) des fruits et légumes, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2008, nécessite d’adapter l’architecture nationale, notamment pour permettre aux organisations de producteurs (OP) et aux associations d’organisations de producteurs (AOP) de valoriser les nouveaux outils mis à leur disposition (par exemple les mesures de prévention et de gestion des crises et la sécurisation vis à vis du droit de la concurrence des actions de programmation de l’offre).

Dans le cadre de la nouvelle OCM, l’adhésion aux OP et aux AOP ne peut être que volontaire ; de plus, seules les OP, AOP et interprofessions peuvent avoir recours à l’extension des règles.
Au-delà, le constat a aussi été partagé d’un nécessaire renforcement du pilotage national par produit ou groupe de produits pour mieux ajuster l’offre à la demande et optimiser la mise en œuvre des actions de prévention et de gestion de crise. Le nouveau schéma devra donc reposer sur des AOP nationales reconnues par produit ou groupe de produits, qui donneront une existence juridique stable aux actuelles « sections nationales ».
L’année 2008 devra permettre d’assurer la transition vers le nouveau schéma. D’ici au mois de mars 2008, le CGAAER conduira avec la profession, la DGPEI et VINIFLHOR, un travail d’analyse approfondie sur la répartition souhaitable des missions entre les différents niveaux d’organisation de la filière. Ce travail permettra notamment d’examiner la question des missions à portée régionale, et d’expertiser les modalités de leur maintien avec un ancrage territorial.
En parallèle, d’une part, la mission d’expertise confiée au CGAAER se poursuivra sur l’articulation des missions de l’interprofession, du Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL) et du réseau des stations expérimentales.
D’autre part, un ingénieur général pilotera, avec la DGPEI et VINIFLHOR, le travail de définition des objectifs et missions des OP, AOP et Interprofession, qui seront fixés dans une charte nationale, en lien étroit avec l’élaboration de la « stratégie nationale pour des programmes opérationnels durables ».

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+