Archive | on en parle

Les sorbets solaires de Sylvain

Envie d’Agir est un dispositif du ministère de la Jeunesse et des Sports qui encourage, valorise l’esprit d’initiative et d’entreprise des jeunes (18-30 ans), leur créativité, leur audace et leurs talents dans tous les domaines.
Sylvain Truffet, 28 ans, bachelier et cuisinier de formation, installé depuis cinq ans à Tréminis, dans le Trièves, s’est dit que c’était peut-être une occasion pour lui de consolider son projet. Il a saisi sa chance et a eu raison. Hier soir, le préfet de l’Isère, Albert Dupuy, lui a en effet remis solennellement le diplôme du premier prix national « Envie d’agir-Défi jeunes », dans la catégorie Développement durable (photo ci-dessous).
Albert Dupuy, qui, en ces temps de crise, voit davantage à la préfecture de délégations de salariés d’entreprises en difficulté que de créateurs d’emplois, n’a pas caché son plaisir d’honorer Sylvain Truffet : « En ces temps très difficiles pour l’emploi où la pérennité des entreprises devient parfois problématique, toute volonté d’entreprendre, de la part notamment de nos jeunes générations, se doit d’être soutenue . Je suis fier de remettre cette distinction à un jeune Isérois qui a manifesté la volonté de valoriser sa formation initiale sans jamais perdre de vue le développement durable».

Un beau jour pour Sylvain Truffet qui, après cette émouvante cérémonie dans les  salons de la préfecture (1), va vite retrouver son camion et sillonner le Trièves avec sa cargaison de sorbets maison. Car, c’est ça, l’entreprise de Sylvain : un atelier itinérant de fabrication de sorbets. « Sorbet vagabond », c’est ainsi qu’il l’a baptisée. Car il a toujours eu l’esprit à battre la campagne, à l’écoute de la nature.
Après avoir été aux fourneaux quatre années dans un restaurant bio du Trièves, Sylvain s’est dit qu’il fallait passer à autre chose, viser l’autonomie :
« Dans une région rurale, il y a très peu d’opportunités d’emploi. Quand on habite ici et que l’on tient comme moi à y rester, on est pratiquement obligé de créer soi-même son activité. J’ai eu l’idée de faire des sorbets. Je trouvais intéressante l’idée d’utiliser le soleil pour produire du froid ».
Ainsi est né l’atelier itinérant de Sylvain à savoir un camion équipé de panneaux photovoltaïques suffisants pour faire fonctionner le laboratoire dans lequel Sylvain fabrique ses sorbets biologiques.
« Pour faire de bons sorbets, explique Sylvain, il faut de bons fruits. Je me déplace chez les producteurs locaux et je fais mon choix ».
Sa première saison s’est révélée satisfaisante . Sylvain vend sa production sur les événements locaux (fêtes et foires, festivals) et travaille avec un réseau de partenaires, restaurateurs et pâtissiers notamment. Une saison qui lui a permis de vérifier que son choix était le bon: c’est un job qui lui convient parfaitement:
« J’ai un grand sentiment de liberté dans mon activité. Et puis, je suis allé dans des petits villages isolés, comme Glandage, où des enfants ont pu déguster une glace pour la première fois. Ils n’en avaient jamais vu auparavant ».

La demande est croissante. L’été arrive, le thermomètre monte. Sylvain Truffet, qui a apprécié à sa juste valeur le prix Envie d’agir, qui a conforté sa volonté d’agir et son entreprise, projette d’élargir sa saison en préparant des bûches glacées pour Noël et en développant des produits à base de transformation de fruits. Les sorbets solaires de Sylvain commencent juste leur vagabondage.

______________________
(1) Quatre autres lauréats régionaux y participaient: Mathieu Audoin, Simon Descamps, Jean-Félix Fayolle et Mathieu Kruker. M.Béthune, représentant de Jeunesse et Sports Isère, Frédéric Aubert, maire de Tréminis, étaient également présents.

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Défaut de gilet +triangle= 135€ d’amende

M. Roland Courteau (Aude-SOC), dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 20/11/2008 – page 2306, expose à M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire que l’amende qui sanctionne le défaut de gilet fluorescent ainsi que de triangle de présignalisation, dont le conducteur du véhicule doit être en possession, s’élève à 135 euros (90 euros pour l’amende minorée).

Il souhaite lui faire remarquer que cette amende est du même montant que celle infligée à un conducteur qui commettrait une faute grave susceptible de mettre en danger la vie d’autrui comme, par exemple, l’action de « griller » délibérément un feu rouge.

S’il reconnaît que l’obligation d’être en possession d’un gilet fluorescent et d’un triangle de présignalisation est une bonne mesure en matière de sécurité routière, il lui demande cependant s’il ne considère pas que l’amende qui sanctionne leur absence dans un véhicule n’est pas quelque peu disproportionnée par rapport à la sanction infligée à certaines fautes de conduite, autrement plus graves pour la vie d’autrui.

Réponse du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire publiée dans le JO Sénat du 23/04/2009 -

Le montant de l’amende minorée de 90 euros, sanctionnant une contravention de quatrième classe, est proportionné à la protection que le Gouvernement a voulu apporter aux automobilistes qui sortent de leur véhicule en cas de panne ou d’accident et qui sont très exposés, car peu visibles. Ils deviennent des piétons, usagers très vulnérables. C’est la protection de la vie de ces usagers vulnérables qui est en jeu autant que celle d’autrui.

L’absence du gilet de haute visibilité et du triangle de pré-signalisation à bord des véhicules carrossés et, en conséquence, l’impossibilité d’utiliser ces équipements personnels en cas de panne ou d’accident représentent un risque important, qui peut occasionner des conséquences dramatiques et malheureusement très lourdes. En outre, un accident mal signalé peut provoquer d’autres accidents, en chaîne. La nécessité de garantir une visibilité optimale en cas de panne ou d’accident est donc un enjeu majeur.

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Demain, à 2 heures il sera 3 heures

heuredete.jpg

Le coucou de votre pendule n’est peut-être pas au courant. Alors, passez-lui le message: le passage à l’heure d’été se fera demain dimanche 29 mars à 2 heures du matin, en toute discrétion.  Si vous êtes éveillé, lucide et discipliné, vous devrez avancer votre montre d’une heure. Il sera alors 3 heures. Si vous êtes au lit, inutile de vous réveiller pour autant. Vous ne serez passible d’aucune contravention. Sachez tout de même que si vous vous levez à 9h, il sera 10 heures. Mais, bon, restons zen. C’est pas par hasard qu’on a choisi un dimanche pour cette conspiration horlogère.

L’heure d’été a été instituée en France en 1975 après le choc pétrolier de 1974 avec l’ objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage.

Ce changement d’heure n’est pas uniquement valable pour l’Isère (encore un message à faire passer aux coucous non affranchis). Depuis 1998, les dates de changement d’heure ont été harmonisées pour tous les pays de l’Union européenne. Le passage à l’heure d’hiver a lieu le dernier dimanche d’octobre et le passage à l’heure d’été, le dernier dimanche de mars.

Catégorie on en parleCommentaires fermés

2009: prendre de la hauteur

Ci-joint la carte de voeux que nous a envoyée Roberto Neumiller, photographe professionnel grenoblois qui a rejoint la capitale il y a quelques lustres. Comme nous, Roberto aime le plancher des vaches, dans toutes ses dimensions, même les plus surprenantes.

foto-roberto.jpg

Roberto Neumiller, c’est 30 ans de passion photographique. « Une tendresse constante pour les gens que je rencontre et la beauté des lieux que je parcours, m’ont amené à ce regard singulier. Ma démarche est à la fois réaliste et poétique », écrit-il.

Ses oeuvres ont été distinguées. Parmi ses trophées:

Prix des amis du musée des champs pour le livre  » Vaches, je vous aime « .

Prix du club de la presse de Grenoble pour  » Le livre du Vercors « .

Lauréat de la Fondation Nationale de la Photographie pour  » Carnet de Bistrots « .

Parmi ses toutes dernières publications, un reportage de 12 pages  publié dans Géo, réalisé l’été dernier sur les lieux historiques de la Résistance dans le massif du Vercors. Aussi, quelques images prises lors d’un voyage avec Marc Riboud. Un retour sur son passé de résistant au village martyr de Valchevrière. Actuellement en kiosque.

Jetez un coup d’oeil sur son site: www.robertoneumiller.com/ 

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Justice à l’écran: vous êtes prévenus!

Sillon38 tient en effet à vous prévenir que le festival international Justice à l’écran, organisé par le Conseil général de l’Isère et, plus particulièrement par son président, André Vallini,  se déroule du 25 au 30 novembre, avec des projections dans six villes du département: Bourgoin-Jallieu, Echirolles, Grenoble, Pontcharra, Vienne et Voiron. C’est une première édition.

justice-a-lecran.jpg

Trois débats sont organisés dans l’ancien palais de justice de Grenoble, les 26, 27 et 28 novembre à 18h30. Les thèmes retenus, dans l’ordre:  » Filmer la justice », « La détention », « La vérité judiciaire ». On peut y voir également une exposition 

Comme le souligne André Vallini, l’ambition « est de faire de ce festival un événement culturel et populaire, attractif et pédagogique à la fois. Sa programmation, accessible au plus grand nombre, va de la fiction au documentaire, et le spectateur pourra poursuivre sa réflexion autour de débats animés par des professionnels reconnus du cinéma comme de la justice ».

Les débats auront lieu dans les salles de projection et à l’ancien palais de justice de Grenoble, place Saint-André. Trois débats y sont programmés: mercredi 26 « Filmer la justice », jeudi 27 « La détention », vendredi 28 « La vérité judiciaire ».

justice-a-lecran1.jpg

Le programme des projections:

A Bourgoin-Jallieu, au Mégaroyal

- mardi 25 novembre à 20h: Leonera de Pablo Trapero

- mercredi 26 à 17h15 : Without mercy (Sans pitié) d’Elemer Ragalyi et à 20h L’aria salata d’Alessandro Angelini

- jeudi 27 à 20h: I just didn’t do it de Masayuki Suo

- vendredi 28 à 20h: Sur ta joue ennemie de Jean-Xavier de Lestrade à 20h et à 22h La traductrice de Elena Hazanov

- samedi 29 à 14h30 Justice aveugle(ment) de Wieslaw Saniewski et à 18h Il divo de P.Sorrentino

A Vienne, au Multiplex Amphi

- jeudi 27 à 20h , Il divo, de P.Sorrentino

A Voiron, au cinéma Passrl

- mercredi 26 à 18h, L’audience est ouverte de Vincenzo Mara, à 20h30 Leonera de Pablo Trapero

- jeudi 27 à 18h Le juge et l’assassin de Bertrand Tavernier, à 20h30 Themis de Marco Gastine

- vendredi 28 à 19h Sur ta joue ennemie de Jean-Xavier de Lestrade, à 21h30 Section spéciale de Costa-Gavras

A Pontcharra, au cinéma Jean Renoir

- jeudi 27 à 20h30 Sur ta joue ennemie de Jean-Xavier de Lestrade

- vendredi 28 à 20h30 Mi vida dentro de Lucia Gaja

- samedi 29 à 16h Minority report de Steven Spielberg, à 20h30 La traductrice de Elena Hazanov

A Echirolles, au cinéma Pathé

- mercredi 26 à 14h Themis de Marco Gastine, à 16h Mi vida dentro de Lucia Gaja

- jeudi 27 à 14h A côté de Stéphane Mercurio, à 16h Roman Polanski de Marina Zenovich

- vendredi 28 à 14h Les avocats du salopard de Joseph Beauregard, à 16h L’audience est ouverte de Vincenzo Marra

- samedi 29 à 14h Une affaire de nègres de O.Lewat-Hallade, à 16h Délits mineurs de Rémi Lainé

A Grenoble, salle Juliet Berto

- mercredi 26 à 20h Le juge Fayard d’Yves Boisset

- jeudi 27 à 20h30, Douze hommes en colère de Sydney Lumet

- vendredi 28 à 20h30, Justice pour tous de Norman Jewison

A Grenoble, au Méliès

- mardi 25 à 15h30 Verdict de Sydney Lumet

- jeudi 27 à 15h15 Le juge et l’assassin de Bertrand Tavernier

- vendredi 27 à 20h30 Justice pour tous de Norman Jewison

- samedi 29 à 14h Le dernier voyage du juge Feng de Liu Jie

A Grenoble, au Pathé Chavant

- mardi 25 à 20h, soirée d’ouverture avec Il divo de P.Sorrentino

- mercredi 26 à 18h La traductrice de Elena Hazarov, à 20h30 Sur ta joue ennemie de Jean-Xavier de Lestrade

- jeudi 27 à 18h Without mercy de Elemer Ragalyi , à 20h30 L’aria salata d’Alessandro Angelini

- vendredi 28 à 18h Justice aveugle(ment) de Wieslaw Saniewski , à 20h30 Leonera de Pablo Trapero

- samedi 29 à 14h I just didn’t do it de  Masayuki Suo, à 20h30 soirée depalmarès suivie de Ténors de S.Briclot

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Tout sur l’heure d’été

Attention, c’est cette nuit de samedi à dimanche que l’on passe à l’heure d’hiver. Cela signifie qu’il faut retarder sa montre d’une heure: A trois heures du matin, il ne sera que deux heures!

pendule.jpg

cliche-2008-10-25-13-24-18.jpg

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Ce soir sur FR3, Pouvoir d’achat: les profiteurs de la crise

 

 
Pour ce premier numéro de la rentrée, Pièces à conviction, désormais à 20h50, a mené l’enquête afin de comprendre pourquoi le pouvoir d’achat baisse régulièrement en France, pourquoi le prix du pétrole est répercuté à la hausse mais jamais à la baisse, pourquoi les fins de mois sont de plus en plus difficiles pour la majorité d’entre nous, alors qu’une minorité « profite » régulièrement !
Désormais sur le terrain, sur les lieux mêmes des investigations, Elise Lucet et les reporters du magazine ont enquêté au cœur d’un système opaque, où les fortunes se font au détriment des consommateurs.
Explications avec Lionel de Coninck, rédacteur en chef :

Chambre d’agriculture: la directrice licenciée

Nous le savions depuis ce vendredi mais la nouvelle a fait effet de boule de neige, au stand Agrivillage, ce matin à la foire de Beaucroissant: la directrice de la Chambre  d’agriculture de l’Isère vient d’être démise de ses fonctions.

Monique Chauveau, première femme à occuper ce poste dans notre département, depuis la refondation des Chambres d’agriculture, c’est à dire depuis plus d’un demi-siècle,  avait pris ses fonctions début juillet. Son passage aura été bref. Selon nos informations, elle n’aurait pas rempli, depuis, les objectifs fixés! Comprenne qui pourra…

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Le tégu capturé!

Le tégu qui a été aperçu autour de St-Baudille-de-la-Tour, en nord Isère, vient d’être capturé, ce matin, par les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). L’animal a été transporté au parc animalier de Peaugres, en Ardèche.

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Pas de nouvelles du tégu

Comme annoncé lors de nos précédents articles, un tégu, espèce de gros lézard, pouvant mesurer 1,40 mètre se promenait, en liberté, dans la région de St Baudille-de-la-Tour, en nord Isère.

Ce lundi, nous venons de contacter la mairie de cette commune. Notre interlocuteur nous a précisé qu’il n’y avait rien de nouveau. Selon lui deux hypothèses: « Soit il a péri suite à ses blessures, un automobiliste lui ayant roulé dessus, soit il a été retrouvé et embarqué par des spécialistes. Ce genre d’animal se monnayant à prix fort, il y avait un nombre important de personnes qui le recherchait…et qui l’ont sans doute trouvé et emporté! »

De fait, la sérénité est revenue en nord Isère même si la prudence doit être de mise, l’animal pouvant être dangereux.

Les Alpes ont leur dahu. Le Nord Isère a désormais son tégu.

Catégorie on en parleCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+