Tag Archive | "Isère"

Une pluie de récompenses en Isère !


Le Département de l’Isère a reçu les participants isérois au concours général agricole de Paris 2018, lors du salon de l’agriculture. A cette occasion étaient récompensés les lauréats dans leurs domaines respectifs. Le reflet d’une agriculture de proximité et de qualité qu’il est crucial de promouvoir dans le département et bien au-delà.

Cette année, ils étaient 31 agriculteurs isérois à participer au concours et cette édition s’est soldée par une véritable pluie de récompenses :
- 5 médailles d’or dans les spiritueux, les vins et les bières
- 7 médailles d’argent dans les spiritueux, les bières, les fromages et produits laitiers
- 2 médailles de bronze dans les fromages et produits laitiers
- 4 Premiers prix dans le concours bovins et équins
- 2 Prix d’Excellence pour les pratiques agro-écologiques


Sans titrePour remettre les prix aux lauréats, le Président du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, le Président de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Darlet, et le vice-président du Département chargé de l’agriculture, Robert Duranton, étaient présents.

Sans titre

Les récompenses ont été remises autour d’un buffet qui faisait la part belle aux produits isérois avec en priorité, les productions des agriculteurs de ce concours 2018.
« Je félicite tous les participants au concours général agricole 2018. Ils font rayonner l’Isère. Derrière ces produits, je mesure le travail, l’engagement et la passion qui animent les femmes et les hommes dans nos campagnes. Ces agriculteurs valorisent des produits de qualité faits localement et c’est ce que veulent les consommateurs aujourd’hui. Au Département, nous structurons la filière départementale pour permettre la pleine valorisation de cette agriculture en laquelle je crois » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

LAUREATS

Spiritueux

  • Cherry Rocher à Bourgoin-Jallieu

3 médailles d’or : 2 liqueurs crème de fruit (mûre et fruits rouges)

Boissons spiritueuses anisées/Absinthe verte

2 médailles d’argent : liqueurs aux plantes (Génépi/Génépi Eau de Mont Blanc)

Bières

  • Une Petite Mousse (Brasserie indépendante) à Echirolles

1 médaille d’or : bière brune à dominante houblonnée

1 médaille d’argent : bière blonde à dominante houblonnée

Vins

  • Vignoble Chevalier Bayard (Jean-Michel Reymond et Yves Jean) à Pontcharra

1 médaille d’or : Savoie-Bugey/IGP Isère – Coteaux du Grésivaudan/Blanc millésime 2017

Fromages et produits laitiers

  • GAEC de Plantimay (Pascale Francillon) à Saint-Joseph-de-Rivière

1 médaille d’argent : fromages Saint-Félicien

1 médaille de bronze : autre fromage au lait de vache à pâte pressée non cuite

(Tomme de Chartreuse)

  • GAEC des Essarts (Jean Belissard, Joël et Lionel Mabily, Stéphanie Bernard) à Plan

1 médaille de bronze : fromages frais faisselle nature (Les coteaux de la Bièvre)

  • SARL Fruitière de Domessin à Panissage

1 médaille d’argent : fromage à raclette

  • Fromagerie du Dauphiné à Têche

1 médaille d’argent : fromages Saint-Marcellin IGP (Chartrousin)

  • Etoile du Vercors à Saint-Just-de-Claix

1 médaille d’argent : fromage au lait de vache à pâte molle et à croûte fleurie (Tentation)

- 2 -

Animaux

Bovins

  • GAEC de Sarapin (Eric, Isabelle, et Julien Gentil, Gilles Guttin) à Panissage

1ère écriture – Vache de race Montbéliarde

-       Femelles en 6ème lactation et plus

-       Prix de la meilleure laitière de race

-       Prix de championnat adulte

  • EARL de Ternan (Jean-Michel et Guillaume Noël-Baron) à Gillonnay

Vache de race Montbéliarde

-       Femelles en 4ème et 5ème lactation

-       Femelles en 6ème lactation et plus

  • GAEC Les Trois Sapins (Cédric et Philippe Goy) à Nantoin

Vache de race Prim’Holstein

-       Femelles en 1ère lactation

Equins

  • Philippe Lassalle à Saint-Jean-de-Bournay

Cheval de race comtois : concours modèles et allures – Juments

Pratiques agro-écologiques « Prairies et parcours »

Prairies pâturées

  • La Ferme de Savoyères (Marie et Nicolas Champurney) à Claix

1er prix d’Excellence agri-écologie

Prairies de fauche et pâturages

  • La Ferme du Souillet (Eve Palacios) à Noyarey

2ème prix d’Excellence agri-écologie

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Prenez la clé des champs


Les 5 et 6 mai 2018, 114 exploitations isèroises, savoyardes et haut-savoyardes vous invitent à venir découvrir une agriculture de qualité, pleine de saveurs et qui fait l’identité de nos territoires et de nos paysages.

Visites d’exploitations, rencontres et échanges, activités ludiques, dégustation de produits fermiers vous sont proposés gratuitement au cours de ces deux journées.

De circuit en circuit, allez à la rencontre de producteurs passionnés par leur métier. Ils vous expliquent leurs productions et leur travail de transformation. Ils vous proposent une variété de produits fermiers dans un objectif permanent de qualité et d’authenticité.

Les agriculteurs vous font partager leurs passions et leurs recettes. Venez à leur rencontre et profitez pleinement de la richesse de nos terroirs !

Découvrez tous les circuits de la Haute-Savoie. Pour télécharger et imprimer la carte de la Haute-Savoie en pdf : cliquez-ici.

Découvrez tous les circuits de la Savoie. Pour télécharger et imprimer la carte de la Savoie en pdf : cliquez-ici.

Découvrez tous les circuits de l’Isère. Pour télécharger et imprimer la carte de l’Isère en pdf : cliquez-ici.

Renseignements Isère
Tél : 06 98 02 08 75
Chambre d'Agriculture de l'Isère
Savoie / Haute-Savoie
Tél : 06 16 67 58 73
Chambre d'Agriculture Savoie Mont-Blanc

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Département de l’Isère: bilan à mi-mandat


Trois ans après son élection à la tête du Département, le Président Jean-Pierre Barbier, entouré des vice-présidents de la collectivité, a dressé un bilan de mi-mandat.

Sans titre

 » A travers une méthode nouvelle incarnée en 5 piliers, la majorité départementale redresse le Département » précise en préambule Jean Pierre Barbier.


Ces 5 piliers sont..

Le Département a une qualité : il tient ses promesses
Gratuité des transports scolaire, relance de l’économie (75% d’entreprises iséroises bénéficiant du plan de relances), augmentation du budget culture (+55% en 3 ans), contrôle des allocataires du RSA (4 millions d’indus frauduleux), etc. Dans tous ces domaines le Département a tenu sa parole et réalisé les actions annoncées.
Pour tenir toutes ses promesses, le Département va aussi aller jusqu’au bout des projets encore en cours, comme le THD avec 100% des communes reliées d’ici 2024 ou encore le lancement effectif de la marque agricole Alpes Is(h)ere.
2. Le Département a une marque de fabrique : la réactivité
Dans toutes les situations difficiles, le Département a réagi le plus rapidement possible pour trouver des solutions sur le terrain. Crise du Chambon, incendie du collège Lucie Aubrac, tempête Eleanor, crise financière des SAAD, sauvetage de VFD, etc. A chaque fois, le Département a pris ses responsabilités. Il est intervenu et a rétabli la situation. A l’avenir, les élus de la majorité continueront d’agir de la même manière, dès que la situation le nécessitera, prêt à soutenir les acteurs des territoires et tous les Isérois.
3. Le Département a un pouvoir : celui d’améliorer la vie des Isérois
La majorité départementale croit fermement en la capacité d’action des élus locaux pour améliorer la vie des concitoyens. Fort de cette conviction, le Département a mis en place un plan senior de 10 millions d’euros pour rénover et construire de nouvelles maisons de retraite et foyers pour personnes âgées. Objectif : des conditions de vie digne. Autre exemple, le petit train de la Mure, qui semblait voué à disparaitre. Il sera finalement remis en fonctionnement dès 2020 grâce au Département et à ses partenaires institutionnels. Enfin, dans le prochains mois, le programme d’investissement pluriannuel pour la rénovation des collèges va se poursuivre avec déjà 12 projets accomplis et 30 nouveaux projets d’ici 2021.
4. Le Département a aussi une obsession : préparer l’avenir
La majorité départementale fait des choix pour apporter des solutions dès aujourd’hui tout en ayant une vision du long terme. L’illustration parfaite : l’A480 avec le déblocage du dossier et le lancement des travaux, dès 2019. Ils vont permettre pour 2023, de disposer d’infrastructures routières modernes qui datent de plus d’un demi-siècle ! L’avenir s’écrit aussi pour les bénéficiaires du RSA avec lesquels ontété bâties de nouvelles perspectives via les contrats d’engagement réciproques signés par plus de 80% des bénéficiaires. Cette démarche favorise leur réinsertion professionnelle, et a contribué à la sortie de 1 300 personnes du RSA en Isère depuis.
5. Le Département a un style : être proche des Isérois
Dernier pilier de la méthode de la majorité départementale, le Département est proche des Isérois ! Cette proximité compte à l’heure de la multiplication des métropoles et des méga-Régions. Par des permanences directement auprès des habitants dans chaque Maison du Département (1 permanence du Président/mois), par des réunions cantonales avec les élus (1 réunion du Président/mois), par les 13 Maisons de Département dans tous les territoires, par une présence quotidienne sur le terrain, les élus de la majorité comprennent les enjeux des habitants et peuvent y répondre de manière pertinente.

« C’est par cette méthode que nous réussissons depuis 3 ans. Si nous obtenons des résultats, si les projets sortent de terre et avancent, si l’Isère va désormais de l’avant, ce n’est pas un hasard. C’est le fait des élus qui m’entourent aujourd’hui. Ils sont extrêmement engagés et fiers d’agir pour les Isérois et Iséroises » insiste Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.


Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Concours Général Agricole « Produits & Vins »: 9 médailles pour l’Isère


Pendant 4 jours les finales du Concours Général Agricole ont mis fin au suspense et révélé les nouveaux produits et vins médaillés de l’année !

Un palmarès d’or, d’argent et de bronze qui distingue depuis près de 150 ans le savoir-faire et l’excellence des produits et des vins des terroirs français.

Le Concours Général Agricole – copropriété du Ministère de l’Agriculture et de
l’Alimentation et du CENECA (Centre National des Expositions et Concours Agricoles) – qui
regroupe les principales organisations professionnelles du secteur agricole – est sans
équivalent dans le monde tant en nombre qu’en diversité de produits en compétition.
Profondément enraciné dans le patrimoine gastronomique français, le Concours Général
Agricole tient plus que jamais une place de coeur et de choix auprès des consommateurs :
plus de 50% des Français ont acheté au moins un produit médaillé au cours des 12
derniers mois.
1 398 produits médaillés sur 5 782 produits en compétition

Les médailles de l’Isère


112

Catégorie agro-alimentaire, foires/salonsCommentaires fermés

Salon de l’agriculture: l’Isère en première ligne..


Sans titre

Catégorie Département de l'Isère, agriculture, foires/salonsCommentaires fermés

L’ISERE VA SE DOTER D’UNE AGENCE POUR DEVELOPPER SON ATTRACTIVITE


A l’occasion du cinquantenaire de l’aéroport, Grenoble Alpes Isère, à St-Etienne-de-St Geoirs, le Département a annoncé son intention de se doter d’une agence pour renforcer l’attractivité du territoire. L’annonce a été faite pendant la soirée ayant réuni les principales forces vives faisant rayonner le département. 50 ans après les Jeux Olympiques, le Département s’appuie sur cette infrastructure de transport clef pour développer l’attractivité de l’Isère.

Photo 50 ans Aéroport 1

La célébration du cinquantenaire de l’aéroport en présence du monde économique
L’ aéroport de St-Etienne-de-St-Geoirs fête ses 50 ans. Toutes les forces vives iséroises, soit près de 700 personnes, étaient présentes à cette occasion : chefs d’entreprises, cadres de grandes groupes, représentants d’administration, élus locaux, etc.
Créé en 1968, à l’occasion des Jeux Olympiques de Grenoble, l’aéroport s’est développé et modernisé dans le temps pour être aujourd’hui un pilier de l’action touristique et économique en Isère.
Preuve de cette très bonne santé, l’aéroport a enregistré un trafic passager de 346 000 personnes en 2017, en progression de 13% par rapport à 2016. La création d’une ligne Grenoble-Londres en 2017 sur la période estivale, et pérennisée pour 2018, contribue à cette hausse, en créant un nouveau marché estival au départ de l’Isère.
Pour Jean-Claude Peyrin, vice-président du Département en charge des transports « Nous avons développé jusqu’ici un aéroport qui faisait venir essentiellement des touristes en période hivernale. C’était un point d’arrivée. Nous allons maintenant en faire un point de départ pour les Isérois : c’est le cap donné avec la ligne Grenoble-Londres de la compagnie RyanAir reconduite en 2018, qui est le début d’un nouveau développement du terminal »

Une agence autour de l’attractivité pour mieux vendre l’Isère
Partant du constat que l’attractivité est une question à traiter globalement, le Département souhaite qu’une seule agence agisse dans les domaines du développement touristique et de l’attractivité du territoire. Ainsi, le Département a exprimé à Isère Tourisme sa volonté d’agir dans ce sens, qui pourra alors engager un travail de transformation dans ce sens.
Les missions de la nouvelle agence seront de faire rayonner le département à 360°, c’est-à-dire continuer de faire la promotion de la destination Isère tout en faisant connaître ses atouts sur le plan business.


Sans titre

Pour le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, « Les territoires se livrent une bataille féroce. Nous avons d’importants atouts en Isère et nous devons nous structurer pour progresser encore en attractivité. Auprès des touristes, des investisseurs, des étudiants, etc. Avec cette agence au champ élargi, nous aurons plus de capacité d’action, toujours au service de l’Isère.»
Chantal Carlioz, Présidente d’Isère Tourisme, ajoute « Je me réjouis de la volonté du Département d’étendre les missions d’Isère Tourisme à la notion d’attractivité. Avec la marque Alpes Is(h)ere depuis plus d’un an désormais, nous vantons les mérites du territoire nationalement et internationalement. Nous avons déjà senti les premiers effets et ce n’est que le début »

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

REOUVERTURE DEFINITIVE DU CHAMBON


Ce vendredi 15 décembre 2017 à 12h00, a réouvert définitivement le tunnel du Chambon à la circulation.

Après deux années et demie de travaux intenses, le nouveau tunnel est désormais complètement équipé et va permettre une pleine circulation des vacanciers, professionnels et locaux à une semaine du grand démarrage de la saison.

C’était un immense défi désormais réussi, dans le respect du calendrier annoncé par le Département.

Un défi réussi : la réouverture définitive en 32 mois

En avril 2015, le tunnel du Chambon était fermé à la circulation. 2 ans et demi plus tard, il réouvre à la circulation conformément au calendrier prévisionnel, avec une semaine de marge avant les vacances de Noël.
Depuis décembre dernier de nombreux équipements supplémentaires ont été réalisés dans le tunnel :
- étanchéité et revêtements partiels du tunnel de dérivation
- assainissement
- réseaux énergie et fibre optique desservant les équipements
- chaussées et trottoirs
- réseau de défense incendie
- 6 niches de sécurité
- équipements de sécurité et d’exploitation du tunnel et de la galerie de secours (local technique, automates et outil de supervision des équipements, éclairage, réseau d’appel d’urgence, dispositifs de fermeture pilotable à distance à chaque tête par barrières et feux, videosurveillance, radio-transmission du réseau de communication des services de secours dans le tunnel)
Ces travaux ont été menés pendant les périodes de fermeture temporaire du tunnel, en saisons basses (printemps et automne 2017) durant lesquelles la route de secours a pris le relais pour la circulation.
En 2016, le tunnel de dérivation d’une longueur de 500m, venant se connecter à la galerie conservée de 500m de l’ancien tunnel, avait été percé.
Cette opération d’un montant de 24,4 millions d’euros était aussi un défi financier et politique, réussi grâce à la mobilisation des fonds du Département (45%), de l’Etat (25%) et des deux Régions Auvergne Rhône Alpes et PACA (15% chacune), auquel viennent s’ajouter les 8 millions d’euros de la route de secours.

Conditions de circulation dans le tunnel
>Vitesse de circulation limitée à 70km/h.
>Circulation autorisée pour les voitures, campings car, cars et PL de moins de 26t (réglementation de la RD1091)
>Circulation possible pour les cycles dans le tunnel
>Circulation interdite aux transports de matières dangereuses sauf desserte locale
>Circulation interdite aux PL de plus de 26t ne transportant pas de matière dangereuse sauf desserte locale
Tous les panneaux de circulation routiers et autoroutiers indiquent explicitement la réouverture du tunnel


L’économie locale sauvée par l’intervention du Département

Les saisons touristiques ont pu être sauvées grâce à la construction de la route de secours, qui avec le passage de 900 000 véhicules depuis sa création a permis de restaurer la liaison.

La réouverture temporaire du tunnel en décembre dernier puis durant l’été ont permis de relancer pleinement l’activité touristique, ce qui a été salué par les acteurs professionnels des Hautes-Alpes et de l’Isère. Sur ces deux périodes, ce sont 360 000 véhicules qui ont transité par le tunnel.
La réouverture définitive du tunnel redonne désormais des perspectives de développement durable aux territoires.
« Nous sortons la tête haute d’une période longue de deux ans durant laquelle nous avons traversé des épreuves et réussi. Nous nous y étions engagés, nous l’avons fait. Le tunnel du Chambon, c’est l’illustration d’une méthode propre à notre majorité au Département : nous savons agir vite, avec pragmatisme et sans précipitation, pour faire face à l’urgence » affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

« C’est un exploit technique d’être arrivé à percer ce type de tunnel dans ce délai contraint et avec un degré de technicité aussi fort. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons réalisé, c’était un grand chantier pour un très grand ouvrage. Bravo à tous les ouvriers et tous les agents qui y ont travaillé ». assure Bernard Perazio, vice-président du Département en charge de la voirie.

Que va devenir la route de secours ?
La route de secours, d’une longueur de 5 kms pourrait devenir en saison, entre mai et septembre, une voie dédiée aux cyclistes qui souhaiteraient utiliser un parcours panoramique.
Cette route pourrait aussi servir d’itinéraire de délestage de la RD1091 en cas d’événement ou de chantiers.
Un travail partenarial est à mener avec les acteurs locaux, l’Etat et les propriétaires pour en finaliser l’usage futur, le Département ayant la volonté de valoriser cette route.

Catégorie A la une, Département de l'Isère, transportCommentaires fermés

Évolution des mesures de prévention de la fièvre catarrhale ovine (FCO) en Isère.


La fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue
(bluetongue), est une maladie virale, transmise uniquement par des insectes piqueurs
(moucherons). 24 virus différents sont répertoriés dans le monde, ils sont appelés
sérotypes et sont numérotés de 1 à 24. Les espèces sensibles à la FCO sont les
ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages.

Cette maladie est strictement animale, elle n’affecte pas l’homme et elle n’a
aucune incidence sur la qualité des viandes et du lait.

L’Isère était jusqu’à présent, comme 98 % des départements métropolitains, en zone
réglementée pour le virus de sérotype 8.
Avec la mise en évidence mercredi dernier d’un cas lié au virus de sérotype 4 en Haute-
Savoie, elle entre dorénavant dans la zone de surveillance pour le virus de sérotype 4.
Conformément à la réglementation européenne, un périmètre de restriction, ainsi qu’une
zone de protection et de surveillance, ont été mises en place respectivement dans des
rayons de 20, 100 et 150 km autour du foyer de Haute-Savoie par arrêté du ministre en
charge de l’agriculture. Les départements de l’Ain, du Doubs, du Jura, de la Savoie et de
la Haute-Savoie sont placés en zone de protection où une vaccination contre le virus de
sérotype 4 est rendue obligatoire en sus des mesures déjà applicables à la zone de
surveillance.
Les départements des Hautes-Alpes, de la Côte-d’Or, de l’Isère, du Rhône, de la Haute-
Saône, de la Saône-et-Loire et du Territoire de Belfort sont placés en zone de
surveillance. Ce zonage qui vise à contenir l’évolution de la maladie entraîne dans la
zone de surveillance, et donc en Isère, la mise en place des mesures suivantes :
• limitation des mouvements des animaux sensibles à la FCO et de leurs
semences, ovules et embryons à la zone de surveillance. Les animaux peuvent
circuler au sein de cette zone, mais ne peuvent pas en sortir sauf pour les
exportations vers l’Italie et l’Espagne ou pour leur abattage
• les ruminants d’Isère peuvent être acheminés à destination d’un abattoir hors
zone de surveillance, à condition que le transport soit direct, sans rupture de
charge, dans un moyen de transport désinsectisé, que l’abattage soit réalisé sous
24 heures et que les bouveries des abattoirs soient désinsectisées. Les
ruminants en provenance de la zone de protection peuvent être abattus en Isère
sous les mêmes conditions ;
• les exportations vers l’Italie sont maintenues vers les zones réglementées d’Italie
où le virus de sérotype 4 est endémique (liste détaillée des territoires consultable
sur le site : https://ec.europa.eu/food/sites/food/files/animals/docs/ad_controlmeasures_
bt_restrictedzones_en.pdf) et à condition que le moyen de transport soit
désinsectisé ;
• Les exportations vers l’Espagne sont maintenues selon les conditions définies
dans l’accord bilatéral franco-espagnol établi pour le virus de sérotype 8 ;
• les véhicules utilisés pour le transport des animaux traversant la zone de
surveillance doivent être désinsectisés ;
• interdiction de présenter des animaux sensibles à la FCO sur les foires et
marchés ;
• surveillance renforcée des élevages de ruminants par les vétérinaires.

Des dérogations sont possibles. Tout renseignement peut être obtenu auprès de :

Catégorie prophylaxie, élevageCommentaires fermés

Secheresse sur l’Isère


Placement département Isère en alerte sécheresse pour les eaux superficielles et souterraines
Le Préfet de l’Isère a décidé de placer en alerte tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :
Lire la suite …

Le Comité Départemental de l’Eau (CDE) rassemblant les services de l’Etat, Météo-France, les collectivités territoriales ainsi que les représentants des usagers de l’eau, s’est réuni de nouveau le 18 juillet 2017 sous la présidence de M. le préfet.

Du fait des faibles précipitations cet hiver qui n’ont pas permis leur recharge, les nappes phréatiques du département présentent des niveaux très bas pour la saison avec une tendance encore à la baisse. Aucune amélioration n’est constatée depuis ce printemps.

Les cours d’eau présentent également des niveaux très bas, certains sont à sec et mettent à mal la vie aquatique, et tous sont en dessous des moyennes saisonnières.

La situation s’est maintenue depuis ce printemps grâce à plusieurs épisodes pluvieux, d’intensité parfois forte, qui ont permis d’améliorer temporairement la situation des cours d’eau.

Du fait des températures supérieures à la normale, l’humidité des sols présente une évolution à la baisse, malgré ces épisodes pluvieux.

Les prévisions météorologiques annoncent le maintien de fortes températures et peu de pluviométrie (orages localisés) pour la semaine à venir.

Le Préfet de l’Isère a décidé de placer en alerte tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :

  • baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation
  • déclenchement du niveau 1 du plan d’économie d’eau des industriels (installations classées pour la protection de l’environnement)
  • renforcement du suivi des niveaux des captages et des forages d’eau potable, transmission des données à l’administration,
  • interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles,
  • interdiction du remplissage des piscines de plus de 5 m³ à usage privé,
  • interdiction de fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert,
  • interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs de 6h à 20h.

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable peuvent être limités par arrêté municipal.

Afin de soulager la ressource et de retarder un éventuel renforcement des restrictions, chacun est appelé à une gestion économe de l’eau que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau, les nappes ou les réseaux de distribution d’eau publics, et cela sur l’ensemble du département.

D’autre part, il est rappelé à toutes les personnes les risques accrus d’incendie dans cette période sèche. La vigilance de tous est nécessaire.

Chaque citoyen et chaque usager se doit d’être vigilant et faire preuve de civisme dans sa consommation quotidienne d’eau pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau et aux milieux aquatiques, biens précieux pour tous les usagers.

Catégorie Département de l'Isère, environnement, questions d'actualitéCommentaires fermés

Prévenir les feux de forêt en Isère


Le préfet de l’Isère rappelle quelques obligations en matière d’entretien des espaces forestiers et les
conseils de prévention pour éviter les feux de forêts.

Que sont les feux de forêts et espaces boisés?
Un incendie de forêt ou d’espace boisé c’est :
• soit un incendie qui démarre et se propage au moins partiellement dans la forêt ou dans
d’autres terres boisées,
• soit un incendie qui démarre sur d’autres terres mais qui se propage à la forêt et à d’autres
terres boisées.
Généralement, la période de l’année la plus propice aux feux de forêt est l’été, car aux effets
conjugués de la sécheresse et d’une faible teneur en eau des sols, viennent s’ajouter les travaux en
forêt et la fréquentation du public.
Comment surviennent-t-ils ?
Pour se déclencher et progresser, le feu a besoin des trois conditions suivantes :
• une source de chaleur (flamme, étincelle). Très souvent l’homme est à l’origine des feux de
forêts par imprudence, accident ou malveillance (travaux agricoles et forestiers, cigarettes et
artifices, barbecue, dépôts d’ordures…) ;
• un apport d’oxygène (le vent active la combustion) ;
• un combustible (la végétation). Le risque de feu est lié à l’état de la forêt (sécheresse,
disposition des différentes strates, état d’entretien, densité, relief, teneur en eau…) ainsi qu’à
l’essence forestière elle-même (chênes, conifères…).
Quels sont les risques dans le département ?
L’Isère n’est pas un département à risque élevé en matière de feux de forêts, par rapport au sud de
la France. Cependant le risque est réel : avec plus de 290 0000 hectares de forêts, il est un
département très boisé. De plus, certaines forêts ont une fonction de protection contre les risques
naturels et doivent être préservées de la menace incendie.
Le Schéma Départemental d’Analyse et de Couverture des Risques (SDACR) et le Dossier
Départemental sur les Risques Majeurs (DDRM) ont permis d’établir un tableau des aléas feux de
forêt. Ce risque théorique s’appuie sur l’importance des surfaces boisées par commune et la nature
des essences forestières dominantes.
Quelles sont les mesures prises dans le département ?
En matière de prévention, l’arrêté préfectoral du 28 avril 2017 impose des prescriptions émanant du
code forestier, notamment :
• les contraintes d’incinération à proximité des bois et forêts ;
• les périodes d’interdiction d’usage du feu à l’intérieur et à moins de 200 mètres des bois et
forêts ;
• les dispositifs de sécurité imposés aux véhicules circulant en forêt ainsi qu’aux matériels
thermiques utilisés.
À partir du 15 juin et jusqu’au 15 septembre, il est interdit de porter et d’allumer du feu, de
fumer, de jeter des mégots et tous objets en combustion à l’intérieur et à moins de 200
mètres des bois et forêts.
Pour plus d’informations, l’arrêté préfectoral du 28 avril 2017 est disponible sur le site des services
de l’État en Isère : www.isere.gouv.fr
Que doit faire la population ?
En anticipation :
• Connaître les chemins et les accès de fuite ;
• Aménager sommairement les points d’eau naturels permanents pour permettre le
ravitaillement des engins d’incendie (après concertation avec le Service Départemental
d’Incendie et de Secours) ;
• Débroussailler les abords des maisons plus particulièrement dans les communes classées à
risque d’incendie

– télécharger la plaquette sur le débroussaillement
http://www.isere.gouv.fr/Politiques-publiques/Agriculture-foret-et-developpementrural/
Foret/Prevention-contre-les-incendies-de-forets


Pendant un sinistre :
Tout témoin d’un début d’incendie doit :
• Appeler les sapeurs-pompiers au 18 ou 112 ;
• se positionner en dehors du panache de fumée ;
• Attendre et guider les secours vers le sinistre ;
• Assurer la protection de ses bâtiments avec ses propres moyens (arroser les avanttoits,
les portes et les volets ). Dans les endroits les plus sensibles, des points d’eau
ont été installés.
• Ouvrir les portails et accès fermés à clef ;
• Fermer les bouteilles de gaz ;
• Ne jamais chercher à fuir à travers les bois.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juin 2018
L Ma Me J V S D
« mai    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+