Tag Archive | "Jean Pierre Barbier"

Pressins: la ruralité bien fêtée


Le traditionnel concours départemental de l’élevage, qui se déroule tous les deux ans c’est intitulé cette année: fête de la ruralité. Histoire de démontrer qu’agriculture et ruralité ne peuvent être dissociés. Que sans agriculture que serait le monde rural. Une fête qui s’est déroulée à Pressins, commune d’un peu plus d’un millier d’habitants , située à quelques encablures de Pont de Beauvoisin, commune rurale par excellence.

Une commune, ses habitants, associations, qui se sont totalement mobilisés autour de son maire Jean-Louis Reynaud, pour que la fête soit belle; et elle fût belle, malgré une météo très capricieuse en début de week-end.

Cela n’a pas empêché le bon déroulé de la fête dont le fil conducteur était bien entendu le concours départemental d’élevage. Près de 400 animaux, les plus beaux spécimen du département étant présents. La part belle étant donnée aux bovins bien entendu mais l’ensemble de l’élevage isérois étant présents avec les ovins, caprins, porcins, le cheval du Vercors nouvellement classé race territoriale, les volailles…Ceux ci présentés aux élus et personnalités par David Rivière, président du concours..

Le concours départemental d’élevage est aussi un formidable lieu de rencontre entre agriculteurs et les élus. Ces derniers se déplaçant en nombre à Pressins pour participer à ce rendez vous important pour notre agriculture.

Ceux ci se montrant très  » offensifs  » et prêts à  » monter au créneau » pour redynamiser notre agriculture départementale.

Jean Claude Darlet , président de la chambre d’agriculture de l’Isère demandant tout simplement que l’on ne cesse  » de rajouter des normes aux normes… C’est d’autant plus pervers que si il y a contrôle, les contrôleurs ne se déplacent pas pour rien et trouvent toujours quelque chose à sanctionner… Ca suffit!.. »

Propos repris par Sébastien Poncet, président des JA de l’Isère..

Il y a les normes mais pas que:  » les prix non rémunérateurs, le loup, le foncier… trop de paramètres qui bloquent notre dynamisme.. »

En réponse, Jean Pierre Barbier, président du conseil Départemental a été très clair:  » sans agriculture pas de ruralité, la ruralité se transformerait en cités dortoirs, ce que nous ne voulons pas. L’agriculture a diverses rôles qui vont de la protection de l’environnement au social en passant par l’économie, sans oublier le plus important: nous nourrir.. » Jean Pierre Barbier a rappelé que  » l’agriculture est une filière source d’emplois non délocalisables.  » de fait il espère que le gouvernement n’oubliera pas la ruralité dans les actions qu’il va mener.. »

Il a insisté sur le fait que notre agriculture nous assure une  » indépendance alimentaire.. » et quoi de plus agréable de manger des produits de chez nous plutôt que ceux qui viennent de l’étranger. »

Pour ce, il pense que les solutions doivent se trouver au niveau local et non nationales.  » C’est pourquoi le département de l’Isère traite son agriculture avec beaucoup de conviction et prend les mesures qui lui paraissent  nécessaire pour la dynamiser et assurer un revenu aux agriculteurs. « Et de citer, le lancement de la marque Alp’ Isère, la mise en place de pôles agroalimentaires, l’investissement auprès de l’abattoir de Grenoble, le manger local dans les cantines.. » Nous suivons également de près des dossier comme le loup, l’irrigation, la méthanisation…  » Et de souhaiter  » bon courage aux agriculteurs  » en leur précisant:  » le département est à vos côtés. »

Yannick Neuder, au nom de la région:  » l’agriculture génère 14 % des emplois dans notre région. Nous sommes donc aux côtés des agriculteurs, tant au niveau des aides directes qu’au niveau de la simplification des dossiers, des aides à l’installation/transmissions que des circuits courts.. »

Au niveau des circuits courts on retiendra le partenariat avec le groupe Provencia. Celui ci présent à travers  Sébastien Férand directeur de l’hyper de Voiron offrant des paniers  » bien » garnis aux juges des différents concours et venant de tout le territoire. Initiative très remarquée et appréciée..

Il ne restait plus qu’à assister aux différents concours ..

Ce premier jour a consacré aux  prim’holstein aux montbéliardes ;

Montbeliardes:

- Championne espoir : “Joueuse” du Gaec du Marquet.

-Meilleure mamelle espoir : “Joliment” de l’Earl de Ternan.

– Championne jeune : “Idéale” du Gaec Fly.

- Meilleure mamelle jeune : “Idéale” du Gaec Fly.

– Championne adulte : “Gauffre” de l’Earl de Louisias.

– Meilleure mamelle adulte : “Hirondelle” du Gaec de Ternan.

Prim’Holstein

– Meilleure mamelle jeune : “Leffe” du Gaec des Trois sapins.

– Réserve championne jeune : “Judée” du Gaec du Soleil Levant.

- Meilleure mamelle adulte : “Havane” de l’Earl Ferme Verdel. -

-Championne adulte : “Hinka” de l’Earl Ferme Verdel.

-Réserve championne adulte : “Huji Prim” du Gaec Ferme de Deux étangs.

– Grande championne : “Iranienne” du Gaec de Flevin.

Voici quelques images de la journée de samedi..



Catégorie A la uneCommentaires fermés

Le petit train de La Mure est de retour !


Une nouvelle tant attendue par les Matheysins, le projet de remise en route du petit train de La Mure est officiellement lancé. Ce train existe déjà depuis de nombreuses années, exploité à l’origine pour l’activité minière, mais ce n’est que depuis 1997 qu’il est dédié à l’usage touristique. Il avait malheureusement été stoppé net par un éboulement au niveau du lac de Monteynard, en 2010, entraînant une perte de 80% des revenus touristiques locaux.

Représentant le département, le président Jean-Pierre Barbier était présent ce Jeudi 29 Juin à La Mure pour annoncer la bonne nouvelle. Pour lui, il été essentiel de remettre en route ce fer de lance du tourisme isérois, véritable attraction phare du pays matheysin. Également présente, Chantal Carlioz a tenu à rappeler que l’innovation et le patrimoine étaient de véritables piliers du territoire iserois

Il n’avait pas été possible de concrétiser un projet de relance depuis 2010. Mais cette fois, le projet a été confié à la société EDEIS, spécialiste dans l’ingénierie, les services et la gestion d’infrastructures complexes. Le budget nécessaire a été évalué à 26 Millions d’Euros, et 6 Millions d’euros ont déjà été financés par EDEIS. Le reste proviendra de fonds publics, plus de 4 Millions ont déjà été trouvés. Le département, pour l’instant toujours en recherche de fonds, se voit prêt à combler le budget manquant, et la commune de La Mure a fortement participé en acquérant plus de 8 000 m² de terrain, attribués par la suite au projet.

Le petit train comptais auparavant 70 000 voyageurs par an, l’objectif fixé par le cahier des charges était de faire passer ce chiffre à 100 000 après le redémarrage, et la société en charge s’est engagée à atteindre les 120 000 voyageurs par an après 5 ans de remise en service. Le train sera bien évidemment électrique, et doté d’une locomotive et de wagons flambants neufs, bien qu’il soit prévu d’y atteler également quelques anciens wagons pour garder un aspect historique.

Malheureusement, il ne sera pas possible de déblayer l’éboulement, seuls les 15km les plus hauts sont concernés par le chantier. Par ailleurs, les lignes aériennes de contact ont été pillées pour leur cuivre alors qu’elles avaient été rénovées en 2013.En revanche, les voies ont pu être entretenues, et tout ne sera pas à refaire. De plus, un restaurant de 180 places sera aménagé en bout de ligne sur le belvédère surplombant le lac, permettant aux clients de profiter d’un magnifique panorama.

Jean-Pierre Barbier, profitant de l’occasion pour visiter la mine image et le belvédère au dessus du lac de Monteynard, a certifié que le chantier démarrera dans les plus brefs délais. Le petit train devrait de nouveau parcourir le chemin de faire d’ici Juillet 2020.

Paul Savary

Catégorie A la une, Département de l'IsèreCommentaires fermés

Auvergne Rhône Alpes Entreprises


La Région  a lancé la nouvelle agence économique Auvergne Rhône Alpes Entreprises, opérationnelle dès le 1er septembre.

Sans titre

Au service de l’ambition économique du territoire, elle a pour objectif de développer l’économie de tous les départements et renforcer l’emploi. Agence unique en France, elle sera la seule dans notre pays à regrouper en une seule structure tous ces services : accompagnement sur l’investissement matériel, aide à l’export, recherche de l’innovation, formation, apprentissage.

Sa gouvernance se veut fédérative en donnant une place en son sein à l’ensemble des acteurs du développement économique: les réseaux consulaires, les représentants de l’enseignement supérieur et de la recherche et des collectivités locales, les clusters et pôles de compétitivité, les EPCI.

Pour le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, « C’est une excellente nouvelle pour l’Isère, Grenoble et le monde économique ! Dans une économie mondialisée, pour attirer des entreprises et pérenniser les emplois, il faut un seuil critique. Partir seul au combat ne mène pas à grand-chose. Unis, nous serons meilleurs dans la conquête internationale.

C’est pourquoi la création d’Auvergne Rhône Alpes Entreprises, qui sera le fleuron de l’économie de nos départements, est un signal très positif pour l’avenir.
Je suis en particulier optimiste concernant l’impact de l’agence sur l’Isère et Grenoble. L’agglomération grenobloise et son écosystème ne sont en effet pas à l’abri de difficultés économiques comme l’attestent récemment certaines restructurations d’entreprises.

En Isère, l’agence disposera d’une antenne basée à Grenoble prenant le relais de l’AEPI, ce qui permettra de concilier une gestion au plus proche du terrain avec une vision d’ensemble. L’agence régionale ne sera pas pilotée par Lyon mais depuis les territoires eux-mêmes, maillés de 10 antennes au total. Chaque Département sera par ailleurs représenté au sein du collège de surveillance de l’agence.

L’agence Auvergne Rhône Alpes Entreprises aura des effets extrêmement bénéfiques sur la vitalité économique de notre département.
Vouloir conserver des modes de fonctionnement éclatés en protégeant des petits privilèges locaux est dépassé, il faut s’adapter au fonctionnement de l’économie moderne.

Catégorie Auvergne-Rhône-Alpes, Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Beaucroissant: une foire pas si petite que çà!


Comment peut-on dire, ou écrire que la foire de Beaucroissant d’avril est une  » petite foire » et que cette année ce sera une petite petite foire!

Certes, élections présidentielles obligent, la foire de printemps a du être avancée d’une semaine, donc se dérouler lors de ce week-end pascal, certes plusieurs exposants ont décidé de ne pas être présents.. mais cela n’a pas empêché le champ de foire d’être bien rempli et les visiteurs sont venus en masse.

Les visiteurs mais également élus et personnalités présents lors de la traditionnelle visite inaugurale. Parmi ceux ci André Vallini, ministre, Michèle Bonneton députée, Jean Pierre Barbier président du conseil Départemental accompagné par Robert Duranton en charge de l’agriculture, Fabien Mulyk de la forêt, Jean Claude Darlet président de la chambre d’agriculture..Tout ce beau monde étant guidé par Georges Civet maire de Beaucroissant.

Bien entendu, au cours des nombreux arrêts, et lors des discours officiels, il a été beaucoup question d’agriculture, de sècheresse qui se profile et d’élevage, en particulier sur l’espace charollais.

Dès la fin de matinée, les allées étaient bondées, les restaurants pleins à craquer… La météo étant clémente.. Oui il faut faire la Beaucroissant ce dimanche!

Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

’Isère et les Hautes-Alpes vont renforcer leur collaboration afin de gagner en efficacité d’action


En marge d’une rencontre avec le Préfet de massif et Préfet de la Région PACA, les Présidents des Départements de l’Isère et des Hautes-Alpes, respectivement Jean-Pierre Barbier et Jean-Marie Bernard, se sont rencontrés afin de préciser les contours d’une coopération renforcée.

Rapprochés depuis la reconstruction du tunnel du Chambon,  les deux collectivités ont accru leur collaboration et veulent aller plus loin dans leur entente. Routes, tourisme, culture… de nombreux champs de travail communs s’ouvrent pour gagner en efficacité.

Une évidence : travailler ensemble sur les problématiques de transport

L’entretien des routes et le déneigement sont des domaines sur lesquels les Départements ont naturellement des liens réguliers qu’ils peuvent renforcer.

Au premier rang desquels, la RD 1091 reliant Vizille à Briançon qui requiert une modernisation pour fluidifier le trafic et améliorer la sécurité. Une étude a été lancée et les deux Départements ont sollicité du Préfet de Région le soutien de l’Etat une fois les conclusions rendues sur les travaux prioritaires à engager.

Les deux Départements souhaitent également travailler de concert sur les RD1075 et RN85 afin d’améliorer la liaison sud-nord. Les Présidents ont également sollicité l’appui de l’Etat et l’attribution de crédits dédiés.

Des partenariats pourront aussi être amorcés pour la gestion de la viabilité hivernale, les deux départements ayant tous deux un important kilométrage de routes de montagne à déneiger chaque hiver.

En termes de transport ferroviaire, les deux collectivités en appellent à la mobilisation de l’Etat et des Régions pour garantir la modernisation et la pérennité des dessertes ferroviaires du Massif indispensables au désenclavement des territoires de montagne, à leur dynamique de développement économique et touristique, et répondre aux grands enjeux du XXIème siècle.

Aller encore plus loin en matière de tourisme et de culture

Au-delà de l’évidente action routière, existent d’autres terrains de partenariat comme le tourisme ou la culture.

Sur le tourisme,  la coopération déjà existante autour du Parc national des Écrins pourrait être renforcée. Des politiques communes et cohérentes de promotion touristique pourraient être aussi montées pour valoriser de manière globale la destination alpine hors Savoie.

En matière de culture, une réflexion sera engagée sur une convention pluriannuelle de coopération culturelle comme il en existe déjà une entre les Hautes-Alpes  et les Alpes de Haute-Provence. Un portage commun de grands projets culturels ferait aussi sens pour mener des opérations d’envergure sur les deux départements.

De manière globale ces partenariats vont permettre de gagner en capacité d’action et permettre également de réduire les coûts des actions menées.

1

« Le travail réalisé autour de ce terrible épisode qu’a été la crise du Chambon nous a permis de comprendre combien une coopération entre nos deux départements était absolument nécessaire dans un certain nombre de domaines, dont celui des axes de transport. Tant les Haut-Alpins que les Isérois attendent de notre part que nous fassions mieux et plus efficace avec le peu d’argent qu’il nous reste de l’État. D’où l’importance d’unir nos forces et nos moyens pour réaliser des actions très concrètes au service de nos populations et des vacanciers qui séjournent très régulièrement dans nos territoires », explique Jean-Marie Bernard, Président du Département des Hautes-Alpes.

« Nous ne voulons pas nous mettre des œillères car les Hautes-Alpes sont de l’autre côté du Chambon. Administrativement nous sommes coupés, mais nous avons tant à gagner à nous rapprocher qu’il serait aberrant de ne pas le faire. Aujourd’hui les conditions administratives ne sont pas réunies pour parler de fusion, il n’empêche que nous voulons travailler ensemble»,  insiste Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

Catégorie Département de l'Isère, collectivitésCommentaires fermés

Isère THD : premier coup de pioche à Villefontaine


2A Villefontaine ce mardi 21 mars a eu lieu une visite du chantier du premier nœud de raccordement optique (NRO) réalisé dans le cadre du Plan Très Haut Débit en Isère.

Le Président du Département, Jean-Pierre BARBIER, le Président de la CAPI, Jean PAPADOPULO, ainsi que le Vice-Président du Département délégué à l’aménagement numérique, Damien MICHALLET, étaient présents. A cette occasion a été réalisé un point d’étape sur le territoire de la CAPI du déploiement de la fibre, qui commence à être posée un peu partout dans le département.

Les travaux du THD ont bel et bien démarré !

Le chantier du Très Haut Débit en Isère a débuté comme prévu en ce début d’année, avec au premier plan le chantier de Villefontaine. Mis à disposition par la commune, le terrain se situe dans le Parc du Vellein et accueillera prochainement le futur NRO actuellement en phase de ferraillage[1].

En parallèle dans le Nord-Isère, d’autres chantiers fleurissent pour installer la fibre :

·  Châbons, qui progresse à la même cadence que celui de Villefontaine

·  Saint-Quentin-Fallavier et Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs qui ont débuté ce lundi 20 mars

·  Heyrieux qui débutera cette fin de semaine du 20 mars

Côté sud Isère, les chantiers des nœuds de raccordement d’Allevard et de Pontcharra s’engageront début avril.

Le calendrier de déploiement de la fibre est à ce jour respecté. Fin 2017, 4 800 raccordements auront été faits, soit un potentiel 12 700 abonnés.

« L’installation de ce NRO, qui préfigure de lourds investissements en faveur du numérique, contribuera à renforcer le dynamisme économique de notre territoire tout en offrant des solutions aux habitants de certains quartiers ou du monde rural jusqu’alors particulièrement enclavés. » assure Jean Papadopulo, président de la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère.

Le Très Haut Débit pour près de 100% des isérois à horizon 2024

Le Conseil départemental de l’Isère a engagé un vaste plan de déploiement du très haut débit dans le département afin que tous les Isérois puissent avoir accès à une connexion de haute qualité sur l’ensemble du territoire. Au total, ce seront plus de 450 000 prises qui seront déployées dans toute l’Isère (486 communes) au plus tard d’ici 2024 pour placer le Département à l’avant-garde du numérique.

Plus de 280 millions d’euros d’aides publiques ont été mobilisées pour ce vaste plan au titre des investissements de premier établissement.

1 « Le chantier a démarré, nous sommes dans le concret, le très haut débit va arriver. Les premières connexions seront disponibles dès la fin d’année 2017 et ne vont pas cesser d’ici 2024. Aucune commune, aucun public ne sera mis à l’écart ! », affirme Damien MICHALLET, Vice-Président délégué à l’aménagement numérique.


Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Assemblée générale de l’Association pour le développement forestier des Bonnevaux-Chambarrans


L’assemblée générale de l’Association pour le développement forestier des Bonnevaux-Chambarrans s’est déroulée à Villeneuve de Marc en présence de nombreux adhérents, propriétaires forestiers et d’élus dont Jean Pierre Barbier, député et Président du conseil départemental de l’Isère.

Le Président Paul Rostaing à travers un rapport moral très complet  » planté le décor. » Nous avons décidé de le mettre en ligne dans son intégralité.

« Lors de l’assemblée générale précédente nous avons passé en revue les réalisations marquantes qui ont jalonné le cours de 30 années d’existence de notre association .

De l’effort accompli pour sensibiliser les propriétaires forestiers et les élus sur l’importance de notre patrimoine forestier qui était sous-estimé et de la nécessité de mieux la gérer ont découlé des actions ciblées : opération pilote de restructuration foncière, mise en place de la première A.S.L.G.F. de l’Isère , première convention nationale de compensation carbone, implication dans la mise en place et le fonctionnement des 2 chartes forestières de territoires.

Toutes ces avancées n’ont pu être réalisées que parce que se sont succédés sur le territoire des techniciens du CRPF dynamiques et compétents, avec des personnalités très différentes mais tous ouverts au dialogue. Ces dernières années la diminution des moyens financiers du CRPF a freiné les initiatives ; notre chance est d’avoir l’appui de l’animatrice et l’animateur des 2 chartes qui nous permettent de continuer à agir, en symbiose avec le technicien CRPF.

Plus que jamais nous devons travailler collectivement, en cohésion avec le développement de la filière bois , sur le plan technique et administratif. Nous avons suivi le mieux possible les évolutions qu’entraine la loi NOTRe sur le partage des compétences entre Région, Métropoles, Départements, Communautés de Communes ou d’Agglomérations. Nous nous félicitons des excellentes relations que nous entretenons avec les députés, élus départementaux, inter-communaux , communaux, sensibilisés aux problèmes forestiers, qui appuient nos actions avec constance et pourront continuer, nous l’espérons, à le faire dans le nouveau paysage, avec la montée en puissance des Régions.

Nous avons apprécié d’être invités, en tant qu’Association du développement forestier, aux Assises Régionales de la Filière Forêt-Bois, organisées le 24/11/2016 par la REGION AUVERGNE-RHONE-ALPES .

2Les exposés et les débats nous ont rassurés sur l’intérêt que portait la REGION aux sujets qui nous préoccupent, en particulier la reconnaissance : de l’importance des activités sur le terrain des associations telles que la nôtre, des A.S.L.G.F., des Chartes de territoires et de la nécessité de la présence d’animateurs et de techniciens CRPF afin d’accompagner les propriétaires forestiers et les collectivités dans la conduite d’une gestion forestière durable (enjeux d’ordre économique, sociaux et environnementaux ).
Nous attendons de voir ce qui va en découler avec un certain optimisme.
A l’initiative de l’Association de la Drôme des Collines Forestières (ADCF) , de l’ASLGF du Bas Dauphiné et de la Charte des Chambaran, nous avons participé à l’organisation de la fête de la forêt et du bois qui s’est déroulée les 3 et 4 septembre 2016 à Le Grand Serre, bénéficiant de l’expérience acquise lors des éditions précédentes, par nos collègues Drômois et à l’implication de nombreux bénévoles que nous remercions encore vivement .

Par l’aide financière conséquente apportée en particulier par le Conseil Régional, les 2 Conseils Départementaux concernés par le massif forestier des Chambaran, l’UGDFI et les nombreux sponsors, nous avons équilibré le budget engagé, non sans des périodes d’incertitudes. Un grand merci à Madame Agnès Genthon Maire de Le Grand Serre qui s’est beaucoup impliquée pour la réussite de cette fête qui a reçu la visite, sous un fort soleil, d’environ 16000 personnes dont de nombreux élus , satisfaits de découvrir les diverses facettes des activités forestières amont et aval .

Conscients que la filière bois est un peu trop dispersée nous soutenons nos efforts de rassemblement , nous avons porté une attention particulière au fonctionnement de l’UGDFI afin de maintenir voire de restaurer l’unité des groupements et dégager des objectifs communs. Dans le même ordre d’idée nous avons continué à militer pour que l’UFP38 ( Union des Forestiers Privés …ex SFP) devienne une vraie union et se rapproche de l’UGDFI pour ne faire entendre qu’une seule voix, chacun continuant à tenir ses rôles qui sont parfaitement complémentaires ( nous avons trouvé un exemple de ce type d’union en Lorraine ).
En conclusion nous sommes prêts à nous adapter aux évolutions en cours. Le Conseil Régional va plus faire partie de notre horizon, nous nous en réjouissons, si les élus de proximité gardent toutefois voix au chapitre ,ce qui doit être le cas, semble-t-il.

Nous sommes conscients que nous n’aurons des aides que si nos projets rentrent dans le cadre du Programme National de la Forêt et du Bois (PNFB ) approuvé par décret le 10.02.2017 , le contrat d’Objectifs et de Performance (COP ) du CNPF et le contrat que va définir le Conseil Régional ….
Un beau challenge à relever !!

1

Jean Pierre Barbier a fait un tour d’horizon très complet de l’actualité forestière. » Je regrette que les compétences nationales s’exerçant par le volet forestier de la loi d’avenir  soient toujours en attente de décret d’application.. » la loi NOTRe  est une « catastrophe »pour l’économie et l’agriculture,  car  les compétences ont été transférées à la Région sans les moyens !!! …..qui sont restés affectés au conseil départemental auquel on a enlevé les compétences !!!

Il a rappelé que le conseil Départemental consacre 780 000 euros/an a sa filière bois.

Au niveau des Bonnevaux-Chambaran , il a souligné l’importance du massif forestier qui échappe à une politique de gestion raisonnée, victime d’une ‘autre’ politique de subvention publique aux bois-énergie aux dépends du bois d’œuvre et piquets … En conséquence de quoi une grande prudence s’impose en matière d’orientation des subventions au risque de déséquilibre des gestions .

Concernant les conflits d’usage ,une charte d’utilisation des routes forestières par les engins de débardages et grumiers sera  étudiée et les associations forestières seront consultées .

Catégorie forêtCommentaires fermés

TOUT POUR L’ISERE


Jean-Pierre BARBIER, député de l’Isère et président du Département, décide de ne pas se représenter candidat à la députation dans la 7ème circonscription de l’Isère. Il argumente cette décision pleine de bon sens.

« Les 11 et 18 juin prochains, de nouvelles élections législatives auront lieu en France. Elles se dérouleront dans un contexte nouveau puisque la loi sur le non-cumul des mandats s’appliquera pour la première fois dans notre histoire institutionnelle. Ce cadre inédit m’oblige à choisir entre la députation ou la présidence du Département de l’Isère.

J’ai fait un choix mûrement réfléchi : je ne me représenterai pas pour un nouveau mandat législatif.

Le sens des responsabilités commande d’aller au bout de mon engagement pour le Département : tout pour l’Isère.

Je vais poursuivre ma mission de président du Département et continuer à mettre mon énergie, mon expérience et ma passion au service de tous les Isérois et de toutes les Iséroises.

Depuis 2015, beaucoup a déjà été fait par la nouvelle majorité départementale. Beaucoup reste à faire.

De très nombreux chantiers ont été amorcés et je veux les réaliser entièrement : poursuivre le plan de relance, rénover nos collèges, installer le THD sur tout le territoire, continuer de réformer la politique sociale, engager le plan sénior, concrétiser le pôle agroalimentaire, diffuser toujours plus largement la culture, accroître l’attraction touristique de l’Isère, et bien d’autres défis.

Jean Pierre Barbier, homme de terrain, de contact, ici à la foire de Beaucroissant..

Jean Pierre Barbier, homme de terrain, de contact, ici à la foire de Beaucroissant..

C’est pourquoi, j’ai voulu ne pas trahir le vote des Isérois en abandonnant cette fonction. Je vais poursuivre ce beau mandat dans un si grand Département.

J’aurai exercé le mandat de député avec détermination, conviction et une exigence d’honnêteté et de droiture. Car être député est une immense responsabilité et un grand honneur.  En cette fin de mandat, j’ai une pensée particulière pour la 7ème circonscription, ses habitants et tous ceux qui m’accompagnent dans mon engagement public. J’ai noué avec eux, un lien que rien n’altérera. »

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

ALPES IS HERE: valoriser notre territoire


C’est Jean Pierre Barbier en personne, président du conseil départemental, qui a tenu à officialiser la marque Alpes is(h)ere…

Sans titre » Cette volonté de créer une marque spécifique Isère n’est pas le voeu d’un seul homme mais bien le souhait de nombreux acteurs de notre département..C’est une volonté de valoriser notre territoire à travers un signe fort. Sous cette marque seront valorisés tous nos atouts: montagne bien entendu mais aussi tourisme, nature, économie, culture, patrimoine, agriculture.. en un mot tous nos produits locaux.. »

Et Jean Pierre Barbier de citer un exemple: « Quand vous arrivez dans un hôtel en station en Isère et que dans votre chambre vous trouvez comme cadeaux des échantillons de produits savoyards, il y a de quoi enrager se poser des questions…

Jean Pierre Barbier croit beaucoup au succès de cette initiative  » quand on voit Savoie Mont blanc, OnlyLyon..on ne peut que se féliciter de notre démarche.  »

Et de poursuivre: » cette démarche voulue en est à ses débuts, il faut que tous les acteurs de notre territoire se l’accaparent..elle n’est ps un aboutissement mais un point de départ..Le département quant à lui donnera l’impulsion nécessaire à sa dynamique. »

Le président du conseil Départemental croit beaucoup en sa réussite et à son côté pédagogique:  » il est anormal que les étrangers, anglais par exemple placent l’Alpe d’Huez ou les deux Alpes en Savoie..Dorénavant ils diront que l’Alpe is here!…

Et de conclure  » nous devons être fiers de notre département et porter son attractivité via la marque Alpes is(h)ere.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Alpes is (h)here


C’est à l’occasion des traditionnels voeux communs organisés par la préfecture et le département de l’Isère que Jean Pierre Barbier, président du conseil départemental a lancé la marque territoriale Alpes is(h)ere.

Sans titreCette appellation est désormais la marque officielle de notre département. elle mettra en avant les atouts , nombreux, de notre département, à tous les niveaux: économie, tourisme, agriculture, montagne, patrimoine, culture…Elle sera aussi présente sur les évènements culturels, sportifs…

 » L’image de notre département va ainsi être renforcée  » a précisé Jean Pierre Barbier qui a rajouté » alors que tout bouge autour de nous, nous ne pouvions pas rester immobiles.. Nous avons de nombreux atouts, il était primordial de les mettre en valeur, de renforcer notre attractivité  sous une même bannière: Alpes is(h)ere. »

Jean Pierre Barbier a rajouté que cette marque sera un argument de promotion et de vente pour nos produits régionaux.

Chacun aura compris que (h)ere est un clin d’oeil anglisciste associant les Alpes à  » ici « .

Nous avions depuis 2015 la marque Stations Alpes Isère nous avons désormais Alpes is(h)ere

Un clip a été présenté à la salle .. Pour le visionner cliquer sur le visuel:

1

Cette

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+