Tag Archive | "Jean Pierre Barbier"

viticulture isèroise: nouvel élan


Le Président du Département Jean-Pierre Barbier, accompagné par le Vice président en charge de l’agriculture, Robert Duranton, a signé la Charte en faveur de la viticulture iséroise au Domaine viticole Giachino, à Chapareillan, aux côtés du Président du Syndicat des vins de l’Isère, Wilfrid Debroize, et du Président de la Chambre d’agriculture Jean-Claude Darlet.

vigne5

Objectif ? Soutenir une viticulture qui fleurit à nouveau en Isère.

Une viticulture qui renait
Souvent méconnu, le passé viticole de l’Isère remonte à l’époque romaine. Au 19e siècle, il connaît son
âge d’or, avec 33 000 hectares de vigne recensés dans les années 1850, essentiellement plantés en
cépages autochtones (24 cépages cultivés) dont certains existent encore aujourd’hui. Le phylloxéra à la
fin du 19e, puis la première guerre mondiale, entrainent une première vague d’abandon de la vigne.
L’industrialisation, les crises de surproduction, l’effondrement des prix, la concurrence des vins du midi
l’accélèrent ensuite.

vigne 1

le bâtiment du domaine viticole Giachino construit en bois de chartreuse

vigne2

Jean claude Darlet se rappelle que  » chaque agriculteur en Isère avait ses propres vigne pour faire son vin. »

Une production viticole demeure pourtant en Isère. L’installation de nouveaux vignerons, qui ont repris
des domaines familiaux ou ont permis la reconquête de vignobles disparus, a redynamisé la filière sur le
territoire, avec une soixantaine d’exploitations viticoles actuellement. En plus d’améliorer toujours plus la
qualité, ils valorisent le terroir et l’identité iséroise de leurs vins en travaillant notamment des cépages
locaux, et prennent en compte les problématiques environnementales.
Ainsi, ces dix dernières années, plus d’une vingtaine d’entreprises dont l’activité principale est la culture

de la vigne ont vu le jour, avec un âge moyen des viticulteurs à leur création de 36 ans. Avec un travail
spécifique et très qualitatif sur les cépages autochtones et alpins,une approche raisonnée de la
viticulture (la production AB prédomine), l’IGP Isère est portée par les nouvelles tendances sociétales
qui privilégient les circuits courts et l’impact environnemental chez le consommateur.

Même si la vente directe prédomine sur ce type d’exploitations, la grande diversité des cépages et des terroirs, alliée à
une nouvelle notoriété, permet de répondre aussi à des marchés de niches qui vont au-delà des frontières nationales.
En 2018, les vignes s’étendent sur 284 ha, dont 155 ha en AOP (Appellation d’Origine Protégée) et 85
en IGP (Indication Géographique Protégée). L’Isère compte l’IGP « Vins de l’Isère », l’IGP « Collines
rhodaniennes » et l’AOP « Vins de Savoie ».

Deux IGP en sus en Isère

vigne4

• IGP « Isère », créée en 2011, correspond aux vins initialement reconnus par l’appellation « Vin de
pays de l’Isère », qui comprend les secteurs géographiques des « Balmes Dauphinoises » (50 % de la
production) et des « Coteaux du Grésivaudan » (40 % de la production) et qui représente une production
totale d’environ 1 500 hl/an ;
• IGP « Collines rhodaniennes », autour du secteur de Seyssuel, vise une extension de l’AOP
« Côtes du Rhône ».

Une charte pour soutenir ce nouvel élan

Adoptée par l’Assemblée départementale le 21 février 2020, la « Charte en faveur de la viticulture
iséroise » vise à rassembler les acteurs de la viticulture iséroise autour d’objectifs partagés :
- de développement de la filière ;
- de promotion d’un produit local, de qualité contribuant à l’aménagement du territoire et à son
attractivité, notamment en lien avec les acteurs de la restauration et du tourisme.
Elle établit un plan d’actions bénéficiant du soutien du Département :
- avec une aide forfaitaire pour tout viticulteur isérois pour la plantation à hauteur de 6 000 €/ha,
plafonnée à 10 K€ par an ;
- avec une aide à l’acquisition de matériels de culture également plafonnée à 10 K€ par an ;
- avec une aide à l’équipement en outils de détection, de mesure et d’alarme associés à du matériel
de lutte contre la grêle, plafonnée à 30 K€ en individuel et 60 K€ en collectif ;
Le Département verse une aide de 3 000 €/an au syndicat pour mener les actions de développement de
la filière, accompagner les viticulteurs dans l’amélioration des pratiques, améliorer la visibilité des vins
de l’Isère, contribuer à leur notoriété, notamment via l’organisation d’un concours départemental.

Pour contribuer à la promotion des vins de l’Isère, le Département et Isère attractivité associent
également le syndicat dans les évènements permettant de promouvoir les vins.


vigne 12

« Les viticulteurs isérois sont les gardiens d’une partie de notre histoire, de notre patrimoine et de notre
identité, c’est pourquoi le Département a décidé de les soutenir de manière volontariste. Nous signons
aujourd’hui la charte en faveur de la viticulture iséroise et consacrerons à cette filière 110 000 € par an
du budget agricole. Les vins isérois méritent d’être connus et reconnus », affirme Jean-Pierre Barbier,
Président du Département qui a rajouté: les vins de l’Isère sont de qualité…

Catégorie A la une, viticultureCommentaire (0)

LA PREMIERE LOCOMOTIVE DU PETIT TRAIN DE LA MURE SUR LES RAILS


train

Dix ans après l’éboulement qui a coupé « la plus belle ligne des Alpes », la locomotive du Petit Train, fraichement restaurée, entre ce matin en gare de La Mure. C’est en 2017 que le Département a décidé de remettre en état et en circulation ce patrimoine du passé minier matheysin, qui accueillera ses premiers voyageurs dès le printemps prochain.

Une locomotive, et des wagons qui suivent
La locomotive T8 (8 essieux) a été assemblée ce matin sous les yeux du Président du Département Jean-Pierre Barbier, du Vice-Président délégué Fabien Mulyk, du représentant du Président d’Edeis Gérard Mayer, ainsi que des élus et partenaires locaux sur la zone de déchargement dite Nantizon, située à Susville.
Une fois remise sur essieux, la locomotive historique de la marque SECHERON, entièrement restaurée et rénovée (voir tableau ci-dessous), a été ensuite tractée par le Tm100 (véhicule diesel) de Susville jusqu’en gare de la Mure, en attendant que la ligne aérienne de contact en 2400v continu soit installée et puisse alimenter la locomotive en électricité.

Le retour en gare de la T8 sera suivi le 15 octobre par celui des deux autres locomotives historiques, T7 et T9, elles aussi fraichement restaurées et rénovées. Toutes trois avaient quitté leur lieu de stationnement à Saint Georges de Commiers le 13 novembre 2019 (photo ci-dessous), pour rejoindre les ateliers espagnols de l’entreprise Tradinsa, chargée de leur rénovation.
A partir d’octobre, les six wagons voyageurs rejoindront également la gare de la Mure, cheminant depuis l’atelier ACC de Clermont-Ferrand, au fur et à mesure de leur rénovation.

Une circulation prévue au printemps 2021
Sur les trois locomotives restaurées, deux seront en circulation simultanée dès le printemps 2021 pour accueillir dans leurs wagons 200 voyageurs, et une locomotive servira de réserve. A chaque départ, le train sera constitué de 6 wagons : la locomotive (seul véhicule de traction, alimenté par la ligne aérienne de contact), 1 wagon tampon, 3 wagons voyageurs et
1 baladeuse (wagon voyageurs ouvert).
En exploitation, le Tm100 fera partie des véhicules de réserve et de secours pour dépannage en cas d’absence de tension électrique.
Le budget global consacré à la restauration et rénovation du matériel roulant est estimé à 4,6 M€, sur un budget total de 31,5 M€.


« La locomotive historique du Petit Train entre enfin en gare de La Mure. C’est un long chemin parcouru depuis 2017 et notre décision de remettre sur rail ce pilier touristique isérois et levier pour l’économie locale. Si aujourd’hui, il est encore tracté, il sera bientôt entièrement électrique, tout comme il l’était depuis 1903. Rappelons que ce fleuron du passé minier matheysin a été le premier petit train électrique du monde ! », lance Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.


« Le Groupe EDEIS qui est présent sur ce projet d’importance pour le rayonnement du Territoire est fortement engagé pour relever le défi que lui a confié le Département. C’est dans notre ADN d’être l’allié du Territoire et nous nous mobilisons chaque jour pour que l’histoire écrite il y a plus d’un siècle redevienne une réalité dès l’an prochain et dont nous serons tous fiers », indique Franck Goldnadel, Directeur Général d’Edeis et président de la Société du Petit Train de La Mure (STLM).

Grands axes de la rénovation
- Remise aux normes du circuit électrique
- Remise en état du servomoteur : tambour coupleur / inverseurs, des résistances, des graduateurs de ventilation
- Remise en état des moteurs de traction : contrôle d’isolement, modification de pièces, nettoyage et dégraissage
- Remise en état des organes de roulement : châssis, bogie et essieux ; nettoyage, sablage et peinture
- Remise en état des systèmes mécanique et pneumatique du système de freinage
- Remise en état des pantographes avec commande pneumatique
- Modification de la toiture bois par une toiture métallique
- Mise en conformité des systèmes de sécurité comme la veille automatique
- Remise en état de la cabine conducteur et ses différentes commandes
- Peinture : remise à la couleur d’origine

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

L’ETAPE 100 % ISERE : UNE AFFICHE, UNE MEDAILLE, UNE BELLE COURSE..


Alors que l’Isère accueille la 16e étape de la Grande boucle, le Président du Département Jean-Pierre Barbier, aux côtés de Christian Prudhomme, Directeur du Tour, et de Bernard Thévenet, double vainqueur de la course, a dévoilé l’affiche de la prochaine exposition du Musée dauphinois ce matin au Village départ de La Tour-du-Pin. Il leur a également remis la médaille du Département.

Une exposition vélo


AF TOURCe matin, avant le départ des coureurs, le Président Jean-Pierre Barbier a dévoilé en avant-première, l’affiche de la prochaine exposition 100 % vélo du Musée dauphinois, le jour de l’étape 100 % Isère, en présence de Christian Prudhomme, Directeur du Tour, et de Bernard Thévenet, double vainqueur de la course.
Cette exposition, « Un amour de vélo », sera visible au Musée dauphinois début décembre. Depuis près de deux ans, le Musée, service culturel du Département, s’attelle à la réalisation de cette grande exposition qui a pour ambition d’évoquer notre relation au vélo sous toutes ses formes. Le titre même en dit long sur l’attachement que nous portons à cet objet, à tous les âges de la vie.

Cette exploration entend naturellement revenir sur son histoire et les usages contemporains que nous en faisons, en tenant compte de l’évolution des techniques, des modes de transport et des pratiques touristiques.
Si le vélo n’est pas l’apanage des champions, ceux-ci ont indéniablement contribué à en faire un objet culte. La dimension sportive sera présente dans cette narration pour remémorer les hommes, les femmes et les courses qui en font la notoriété.

Parmi toutes ces compétitions, la Grande Boucle aura grandement contribué, depuis sa création, à faire de l’Isère l’un des territoires emblématiques du vélo, en raison notamment de ses reliefs alpins. Comme un symbole, c’est à Grenoble, en 1919, qu’Eugène Christophe reçoit le premier maillot jaune du Tour de France.
Ce travail est éminemment collectif et a mobilisé de nombreux acteurs du territoire pour requérir leur concours et expertise, parmi lesquels les constructeurs, les marchands de cycles, les ateliers vélos, les clubs sportifs et plus largement le secteur associatif. Un appel à collecte auprès des Isérois a également été lancé et a permis le recueil de nombreuses pièces, parmi lesquelles la photo d’archives qui a servi à l’affiche de l’exposition.
Outre ses ressources propres, le Musée dauphinois pourra s’appuyer sur des prêts exceptionnels de ses deux principaux partenaires, le Musée national du Sport, à Nice, et le Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne avec sa fameuse collection de cycles Manufrance.

Une médaille
TOURLe Président a également remis ce matin la médaille du Département à Christian Prudhomme, Directeur du Tour de France, et à Bernard Thévenet, double vainqueur de la course, des personnalités d’exception qui ont oeuvré pour le rayonnement de l’Isère.

Cette médaille, réalisée avec la complicité de l’artiste isérois Jean-Marc Rochette (dessinateur de BD et peintre), met à l’honneur les patrimoines naturels (Mont Aiguille) et historiques (Temple antique de Vienne) du département.
« L’année 2020 est une année de sport et de culture et nous bouclerons la boucle en décembre prochain avec cette exposition au Musée dauphinois. Dévoiler l’affiche d’une exposition 100 % vélo le jour d’une étape 100 % Isère c’était un rendez-vous à ne pas manquer ! », affirme Jean-Pierre Barbier, président du Département..

A noter que l’étape qui s’est achevée à Villard De Lans a été de toute beauté.. Animée de bout en bout..

Catégorie Département de l'Isère, questions d'actualitéCommentaires fermés

UNE CHARTE POUR PRÉSERVER, MAINTENIR ET VALORISER LES ÉTANGS


Le Président Jean-Pierre Barbier, accompagné par le Vice-président en charge de l’agriculture et de l’environnement, Robert Duranton, et par la Conseillère départementale du canton Claire Debost, a signé  la Charte des étangs à La Côte Saint-André, aux côtés de Patrice Clavel-Morot, Président du Syndicat de Défense et Promotion des Etangs du Dauphiné (SDPED).

Les étangs, un patrimoine isérois historique en péril
Les étangs en Isère sont présents, pour certains, depuis le Moyen Age et ont été créés à l’origine par les moines cisterciens pour l’élevage de carpes afin de nourrir les habitants, notamment dans le massif des Bonnevaux. Ces milieux humides servent de réserves d’eau, d’atténuateurs de crue, de filtration. Ils renferment également une biodiversité exceptionnelle, abritant parfois des espèces rares, voire menacées.

Ils font, qui plus est, partie du patrimoine paysager et culturel du Dauphiné.
Si le nombre d’étangs reste encore très important, ceux-ci pourraient tendre à disparaître. Ce sont en effet les pratiques de gestion traditionnelles fondées sur des vidanges périodiques et des assecs qui ont assuré au fil du temps le maintien de leurs fonctions. Or, l’absence de vidange et le défaut d’entretien conduit, à terme, à la dégradation des installations (vannes de manoeuvre, obturation du canal de vidange, développement de végétation sur la digue) susceptible de rendre la vidange impossible, voire de conduire à la rupture de digue.
L’évolution de la règlementation complexifie également la gestion des étangs, le poids et la technicité des procédures pouvant être un frein pour les propriétaires privés ou publics.
Le Département agit pour préserver et valoriser les étangs

Pour préserver ce patrimoine et enrayer la perte de biodiversité liée aux milieux humides, le Département a oeuvré, main dans la main avec le Syndicat de Défense et Promotion des Etangs du Dauphiné (SDPED), qui regroupe des propriétaires et des exploitants des étangs de l’Isère, pour créer une charte permettant de « préserver, maintenir et valoriser les étangs du Dauphiné ».

Adoptée par l’Assemblée départementale en janvier 2020 pour une durée de 5 ans, sa mise en oeuvre repose sur un soutien financier appuyé du Département, à savoir un budget annuel de 280 000 euros.
Conçue dans l’objectif de délivrer des outils très pratiques pour les propriétaires d’étangs, la Charte scelle un partenariat fort, au moyen duquel le Département prend en charge 80% du poste d’un technicien de l’ADAPRA (Association pour le Développement de l’Aquaculture et de la Pêche Professionnelle en Rhône Alpes) et mis à disposition du SDPED.
Ce technicien a été recruté en juillet dernier et interviendra directement auprès d’une trentaine de propriétaires par an, afin d’évaluer les besoins fonctionnels de chaque site, au regard de la nouvelle réglementation notamment. La réalisation de ce diagnostic permettra ainsi d’établir quels investissements réaliser (réalisation de vidange, préservation de l’environnement…), avec l’appui financier du Département.
A long terme, il s’agit d’inscrire la gestion des étangs dans une démarche de développement durable par la mise en oeuvre des pratiques traditionnelles assurant la production extensive de poissons d’eau douce et contribuant à la biodiversité de ces milieux humides.

Renouer avec la tradition, en structurant une filière de poissons ISHERE
En favorisant le rempoissonnement, la Charte encourage les propriétaires d’étangs à renouer avec la tradition aquacole dauphinoise. Le Département propose un accompagnement technique, afin de structurer la filière et de contribuer à son développement via la marque agro-alimentaire ISHERE.

Enfin, cette démarche de revitalisation se déclinera par des actions de sensibilisation et de valorisation touristique des étangs auprès des publics scolaires et du grand public pour mettre en valeur leurs dimensions environnementale, historique et culturelle, ainsi que leurs fonctions de loisirs.


« La Charte des étangs est primordiale pour assurer la pérennité d’étangs qui peuvent à long terme disparaître en Isère si rien n’est fait. Ces étangs font partie de notre patrimoine historique, culturel et paysager. C’est pourquoi cette charte, qui regroupe déjà 10 étangs pilotes, a vocation, grâce au travail de terrain de la SDPED, à unir toujours plus de propriétaires. Elle offre conseil, accompagnement et formation aux propriétaires.

Elle aide aux vidanges périodiques, aux travaux d’entretien, de rénovation, à la mise en conformité réglementaire. Elle vise aussi à faire émerger une filière iséroise de poissons d’eau douce et à développer la fonction sociale des étangs par une valorisation auprès des différents publics. Pour toutes ces raisons, je suis fier de la signer aujourd’hui », affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

DÉCÈS DE CHRISTIAN RIVAL, LE DEPARTEMENT EN DEUIL


C’est avec une grande tristesse et une profonde émotion que le Département a appris le décès de Christian Rival cette nuit, après un long combat courageux contre la maladie. Elu dans le canton de Morestel depuis 1998, il était depuis 2015 Premier Vice-président du Département en charge de l’équipement, de l’aménagement du territoire et de l’aide aux communes. Son décès endeuille l’ensemble des élus et des services.

rival

Une personnalité importante du Département

Christian Rival était élu depuis 1998 au Conseil départemental. En 2015, il avait été réélu dans le canton de Morestel, une ville dont il a été maire entre 1995 et 2019. Avec le changement de majorité départementale, il prend les fonctions de Premier Vice-Président en charge de l’équipement, de l’aménagement du territoire et de l’aide aux communes. Il occupait depuis cette fonction dans l’exécutif départemental avec sagacité, mettant son esprit, sa plume, sa culture, et sa fine connaissance des collectivités territoriales au service du Département.

Très impliqué dans toutes les missions qui lui étaient confiées, très engagé dans tous ses dossiers, il avait à coeur de mériter la confiance que lui avaient accordée les Isérois.

La maladie qui le touchait l’avait obligé à s’absenter de ses fonctions. C’est avec un profond chagrin que le Département dit aujourd’hui adieu à cet homme de conviction, à cet élu d’une très grande compétence, doté de qualités humaines remarquables.

Une minute de silence a été observée lors de la Commission permanente ce matin. Un hommage solennel lui sera rendu lors de la prochaine Séance publique.

« Aujourd’hui, le Département perd un homme de grande valeur, investi dans les mandats avec une très grande compétence et le souci constant de répondre au mieux aux attentes des Iséroises et des Isérois. Son engagement était total. Christian Rival était un élu de conviction, entier, passionné, exigeant.

Mais plus qu’un collègue, c’est un ami qui nous quitte, c’est un ami que nous pleurons. Christian Rival savait nous éclairer de sa culture, de sa sympathie et de sa droiture. En mon nom propre et au nom de tout le Département, élus et agents, je présente mes plus sincères condoléances à sa famille et à tous ses proches. J’ai également une pensée pour tous les citoyens et élus de Morestel qui perdent un grand homme ». Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

RENDEZ-VOUS A BORD DU PETIT TRAIN AU PRINTEMPS 2021


Avant que la crise sanitaire n’éclate en mars dernier, les travaux de la « plus belle ligne ferroviaire touristique des Alpes » avançaient à bon rythme. La mise à l’arrêt forcée de travaux structurants impose désormais de repousser la mise en service de cette ligne prévue en juillet 2020. Rendez-vous au printemps 2021 pour monter à bord du Petit Train de La Mure.

Un chantier de grande envergure

Restauration des ouvrages d’art, remise aux normes de la voie ferrée, rénovation du matériel roulant, construction de la nouvelle gare, d’un restaurant et du belvédère, dépollution des sites… La remise sur les rails du petit train de La Mure est un grand projet pour le Département et pour les entreprises en charge, avec son lot d’aléas et d’imprévus inhérents à un tel chantier.

Compte tenu de la découverte de l’état très dégradé de certains ouvrages d’art et du matériel roulant non utilisé depuis 2010, le Département et la société du Train de La Mure (STLM) se sont accordés pour porter les investissements sur le projet à 31,5 M€, une augmentation de près de 5 M€ prise en charge par le Département pour faire face à ces travaux imprévisibles.

Cette décision a été votée lors de la commission permanente du 29 mai dernier. La contribution financière du Département atteint ainsi 21 M€. EDEIS, entreprise actionnaire de la STLM, porte son financement du projet à 6,5 M€, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Communauté de Communes de la Matheysine participant chacune à hauteur de 2M€.

Le Petit Train sur les rails au printemps 2021

A ces imprévus du chantier, s’est ajoutée la crise sanitaire et ses contraintes résultant des mesures de confinement et des consignes sanitaires s’appliquant aux entreprises du BTP. Le calendrier très tendu de ce projet complexe a été perturbé et l’ouverture prévue à l’été 2020 n’est plus possible.
Compte tenu du fonctionnement estival de ce projet (d’avril à octobre chaque année), et en accord avec le délégataire, la mise en service du Petit Train de La Mure est reportée au printemps 2021.

« L’urgence, c’est de surmonter tous les obstacles techniques rencontrés sur ce chantier et par là même de relancer dans la sérénité l’activité des entreprises mobilisées.

Il nous faut aussi, tirer les conséquences de la crise sanitaire. EDEIS et sa filiale la STLM, l’ensemble des entreprises et les services du Département sont pleinement mobilisés pour la réussite de ce projet structurant pour le territoire. Nous nous sommes engagés à remettre sur les rails le Petit Train de La Mure : rendez-vous donc au printemps 2021 ! », lance Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.


« Edeis, sa filiale STLM et toutes les entreprises intervenant sur le site, restent pleinement mobilisées malgré les difficultés pour mener à bien la ré ouverture du train de la mure, afin d’aider au rayonnement touristique du Territoire dès le printemps 2021 », indique Franck Goldnadel, Directeur Général d’EDEIS.

Le Petit Train de la Mure, c’est :
- Un parcours de 15 km allant de La Mure au Grand Balcon de Monteynard.
- Une rotation de 8 allers/retours par jour.
- 2 trains de 200 places environ.
- Un objectif de fréquentation de 120 000 visiteurs par an.
- Un petit train 100% électrique.
- Un restaurant et un belvédère offrant une vue magistrale sur les paysages de la Matheysine et du Trièves
- Une nouvelle gare à La Mure valorisant l’histoire du train.
- Un arrêt touristique à la Mine Image à La Motte-d’Aveillans pour valoriser l’histoire du territoire

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

1000 PANIERS GARNIS ISHERE POUR LE PERSONNEL DES MAISONS DE RETRAITE ISEROISES


1000 paniers pour les employés des maisons de retraite

Comme les agents hospitaliers, les employés des Ehpad et des résidences autonomie sont en toute première ligne face à l’épidémie de Coronavirus qui frappe nos aînés le plus durement.

Pour les remercier, pour saluer leurs missions si difficiles et éprouvantes en cette période, le Département de l’Isère a confectionné 1000 paniers gourmands, remplis chacun d’une dizaine de denrées alimentaires agréés IsHere et AOC/IGP achetées chez les producteurs, les artisans et les transformateurs locaux (de la farine, des fromages de chèvre, des yaourts nature, du Saint-Marcellin, des fraises et de la quiche au bleu du Vercors-Sassenage).

Ces colis ont été préparés et conditionnés par des agents de la mission volontariat du Département et seront distribués entre aujourd’hui et demain aux 160 structures iséroises pour personnes âgées.

« L’engagement et le professionnalisme des personnels des maisons de retraite au chevet de nos parents, de nos grands-parents sont déjà admirables en temps « normal ». Mais en cette période, le courage, le dévouement et l’abnégation dont font preuve ces professionnels sont exceptionnels. C’est pour les remercier que j’ai modestement souhaité leur offrir ce panier garni de produits IsHere et AOC/IGP.

Un panier qui est aussi un soutien apporté à notre agriculture locale fortement impactée par la crise et pourtant garante de notre indépendance alimentaire. Un panier qui fait finalement le lien entre des forces vives qui permettront à notre département de résister à cette crise et de la surmonter », explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

ehpa

1000 paniers pour soutenir l’agriculture locale

La marque IsHere, à laquelle plus d’une centaine d’agriculteurs, d’artisans et de transformateurs locaux adhèrent avec plus de 800 produits agréés, garantit la qualité des produits agricoles, leur origine iséroise et la juste rémunération de l’agriculteur. Cette marque est soutenue par le Département, la Métropole et les grandes intercommunalités iséroises*, ainsi que les 2 CCI, la Chambre des métiers et la Chambre d’agriculture, rassemblés au sein du Pôle agroalimentaire.

La totalité de l’opération, soit près de 14 000 €, est en totalité reversée aux agriculteurs et aux artisans qui ont vendu leurs produits au Département.

* Pays Voironnais, le Grésivaudan, Entre Bièvre et Rhône notamment..

Catégorie Département de l'Isère, questions d'actualitéCommentaires fermés

CORONAVIRUS : LE DEPARTEMENT AMPLIFIE SA MOBILISATION


Le Département, mobilisé dans la lutte contre le Covid-19 auprès des publics les plus fragiles, commence à distribuer, à partir d’aujourd’hui, 42 000 masques aux personnels des Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) et aux résidences autonomie isérois, en coordination avec l’Agence régionale de santé (ARS) et la Préfecture. Il met en place des numéros d’appel spécifiques et des solutions pratiques pour faire face à la crise.

42 000 masques distribués

Le Département participe à l’effort collectif de distribution de masques aux personnels soignants et aux personnels exposés en Isère.
Ainsi, il assure déjà la protection de ses agents et des patients et usagers en contact avec ses agents, en dotant de masques ses 221 professionnels de santé (puéricultrices, médecins, infirmières et sages-femmes) et ses travailleurs sociaux qui font des visites à domicile chez des personnes à risque.
A partir d’aujourd’hui, les services départementaux distribueront 42 000 masques aux personnels des maisons de retraite (résidences autonomie) et des Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) isérois, en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS) et la Préfecture, afin de compléter l’effort de l’Etat qui priorise les Ehpad et les personnels soignants des hôpitaux, de la médecine de ville et de campagne.
Sous la coordination de l’ARS, le Département va également s’associer au CHU Grenoble Alpes pour acheter 312 000 masques afin d’anticiper les besoins à venir. De même, l’ARS va réserver une dotation de masques pour les établissements et services (aide à domicile) sous compétence du Département qui sera chargé des modalités de répartition.

Les bus Transisère gratuits, près de 200 agents volontaires

Les lignes régulières du réseau Transisère restent actives et seront à partir d’aujourd’hui entièrement gratuites, avec toutefois une fréquence adaptée au regard de la réduction drastique des déplacements de nos concitoyens.
Les collèges restent ouverts en fonction des besoins de garde d’enfants des professionnels de santé. Bien que les transports scolaires aient été suspendus, des taxis sont mis à disposition pour les déplacements des enfants de soignants, qui le nécessitent, pour se rendre dans leur établissement, ou pour les personnes isolées qui se trouveraient sans solution pour pouvoir faire leurs courses, notamment (toute personne le nécessitant doit se manifester auprès du Département).

Des moyens logistiques sont mobilisés et également humains. Ainsi, à la suite d’un appel à volontariat en interne, près de 200 agents du Département, jusqu’ici non mobilisés sur une mission prioritaire, se sont portés volontaires pour aller renforcer les effectifs des maisons de retraite, des Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) auprès des personnes âgées ou handicapées, des Maisons d’enfants à caractère social (MECS). Ils pourront aussi venir en soutien des assistants familiaux ou aider à la logistique d’associations caritatives (Secours populaire, Restos du coeur…) qui ont fait appel au Département.
Ces agents seront affectés dans les structures manquant de salariés ou de bénévoles, en fonction de leur zone géographique d’habitat. Seuls les agents ne présentant pas de symptôme du Covid-19, n’ayant pas été en contact étroit avec un cas avéré, ne présentant aucun risque de développer une forme grave de l’infection et ne bénéficiant pas d’une autorisation exceptionnelle d’absence pour garde d’enfants, pouvaient postuler.

« Les défis sont multiples et immenses. Notre devoir, en tant que Département de l’Isère, est à la fois de protéger les publics les plus fragiles de l’épidémie (personnes âgées, personnes handicapés, enfance), et de participer à l’effort collectif qui consiste à ralentir la propagation du Covid-19 pour éviter, le plus possible, la saturation de notre système de soins. Je tiens aussi à saluer l’engagement des agents départementaux qui se sont portés volontaires. Ils s’inscrivent dans cette immense chaine de solidarité nécessaire pour vaincre ensemble cette pandémie », indique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Les numéros à connaître
Pour les personnes en situation de handicap
Un numéro spécial a été mis en place pour que la Maison de l’Autonomie puisse répondre à toutes vos questions au 04 38 12 48 88 (24h/24). Ce numéro vise également à repérer et à soutenir les personnes handicapées vivant seules ou isolées sans solution adaptée à domicile.
Pour signaler des violences contre un enfant
Le confinement peut aggraver les tensions familiales. Pour signaler toute situation familiale préoccupante, appelez le Département au 04 76 00 32 63 (de 9h00 à 17h30) ou le numéro national 119 : Allô Enfance en danger (24h/24, 7j/7 – numéro vert gratuit). Ce dernier numéro est relayé sur le département.
Pour toute autre question
Tous les accueils du Département étant fermés, privilégiez le téléphone (04 76 00 38 38 de 8h30 à 18h00) ou le formulaire de contact (www.isere.fr/contact). Le site du Département est également régulièrement mis à jour (isere.fr) et dispose maintenant d’une Foire Aux Questions (FAQ) spéciale Covid-19.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

CORONAVIRUS : LE DEPARTEMENT MOBILISÉ


Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, les élus, comme tous les agents du Département de l’Isère, sont mobilisés face à la crise sanitaire et épidémique inédite qui touche notre pays.

Suite à l’allocution hier au soir du Président de la République, le Président du Département, en lien avec les services, met en place des premières actions sur le terrain garantissant la continuité des services départementaux et privilégiant la protection des publics fragiles.

Le Président et les services du Département mobilisés
Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, a annulé tous ses déplacements et réunions non essentiels pour les prochains jours afin de se consacrer pleinement à la gestion de la crise, en lien avec les services départementaux et ceux de l’Etat. Ainsi, au Département, une cellule de crise a été réunie dès ce matin pour traduire sur le terrain les directives gouvernementales. Elle fera le point au quotidien sur l’évolution de la situation.
« En tant que professionnel de santé, je mesure la gravité de cette épidémie. Il ne s’agit pas d’une grippe. Il s’agit d’un virus contagieux et potentiellement mortel, qui va mettre à dure épreuve notre système de santé. Il ne s’agit pas de paniquer, mais de prendre les décisions qui nous paraissent les plus adaptées en fonction des informations dont nous disposons. Je sais que je peux compter sur les agents du Département pour contribuer, à leur niveau, à la continuité du service public. Je les remercie pour leur engagement dans ce contexte exceptionnel », souligne Jean-Pierre Barbier.

Priorité aux personnes les plus fragiles et aux missions de solidarité
Les publics fragiles (personnes âgées et personnes handicapées principalement) sont les plus menacés par le Coronavirus (COVID-19), qui frappe actuellement notre pays.

C’est pourquoi le Département va réunir dès lundi l’ensemble des Services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) pour s’assurer qu’aucune personne vulnérable ne soit livrée à elle-même.
Les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), qui suivent 6500 mineurs, conserveront les moyens suffisants pour assurer leurs missions.
S’agissant du versement des prestations (allocations personnalisée d’autonomie, prestations de compensation du handicap), les moyens internes en ressources humaines au Département seront priorisés pour assurer leur paiement. S’agissant ensuite des aides individuelles et l’instruction des dossiers de secours d’urgence aux familles, tout est mis en oeuvre pour garantir leur continuité.

Enfin, le Département va assouplir les règles concernant l’agrément des assistantes maternelles (ASSMAT), afin qu’elles puissent, dans la mesure de leurs moyens, étendre leur capacité d’accueil, suite à la fermeture des crèches. Les Maison d’assistantes maternelles (MAM) seront cependant fermées.

Fermeture des collèges et des musées départementaux
Comme l’a annoncé hier soir le Président de la République, tous les collèges seront fermés aux élèves dès lundi. Néanmoins, le personnel des 96 collèges publics restera, pour le moment, en poste (personnel de restauration, d’entretien et de maintenance). Le Département reste à disposition des services de l’Etat pour utiliser ces équipements en cas de nécessité. Les plateaux repas et stocks de nourriture des cantines scolaires, qui ne seront pas utilisés, seront mis à disposition d’associations caritatives iséroises.
Afin d’éviter la propagation du virus, les 10 musées départementaux, ainsi que les Archives départementales seront dès demain, fermés au public. Toutes les manifestations culturelles portées par le Département sont annulées ou reportées.
En revanche, les Espaces naturels sensibles (ENS), ainsi que le Parc de Vizille, restent pour le moment ouverts au grand public.

Continuité des services publics
Les bus Transisère continueront de fonctionner, ainsi que les agences itinisère (elles n’accepteront néanmoins plus de monnaie, les paiements pouvant se faire uniquement par carte bancaire). Quant aux transports scolaires, ils sont bien évidemment suspendus.
L’ensemble des Etablissements publics d’accueil (EDP) dépendant du Département (centres médico-sociaux, Maisons du Département, Maison de l’Autonomie…) restent ouverts au public. A noter qu’une distance de 1 mètre sera préconisée à l’accueil de ces EPD.

RECOMMANDATIONS AUX USAGERS
De manière générale, plutôt que de se déplacer, il est vivement recommandé de privilégier des échanges par courriel (https://www.isere.fr/contact) ou par téléphone via la plateforme téléphonique (04 76 00 38 38).
Le site internet du Département sera également régulièrement mis à jour afin de garantir une information suivie et actualisée aux Iséroises et Isérois. L’accueil de l’Hôtel du Département, siège du Département, sera cependant fermé. Les agents viendront renforcer la plateforme téléphonique et internet, pour répondre au mieux à toutes les questions.

Catégorie Département de l'Isère, questions d'actualitéCommentaires fermés

PARIS-NICE : arrivée à La Côte partiellement à huit clos


La « course au soleil » est jusqu’ici maintenue par la société organisatrice Amaury Sport Organisation (ASO). Son arrivée à La Côte Saint-André se déroulera ce jeudi 12 mars partiellement à « huis-clos ».

La course cycliste internationale Paris – Nice s’est élancée ce dimanche. Le contexte sanitaire lié à l’évolution du Coronavirus dans notre pays impose néanmoins une adaptation des organisations et des comportements.
Aussi, le Département et la commune de La Côte Saint-André, en lien avec ASO, informent que les 300 derniers mètres de l’arrivée dans la cité côtoise, comme dans l’ensemble des sites arrivées de l’épreuve, auront lieu partiellement à « huis-clos ». Ainsi, les 300 derniers mètres de l’arrivée, avenue Hector Berlioz, seront fermés au public.
Les spectateurs peuvent néanmoins suivre la course et encourager les cyclistes le long des routes et applaudir les sportifs durant les 46 kilomètres que la course parcourt en Isère.

« Nous ne pouvons pas faire fi du contexte sanitaire qui évolue jour après jour et les restrictions vis-à-vis du public sont prises à regret tant nous savons l’attente grande et l’enthousiasme important autour de cette course qui revient en Isère. Nous sommes en lien continue avec ASO. Nous avions imaginé que la fête soit un peu plus large que le seul cadre sportif. Ce ne sera pas le cas mais en responsabilité, nous devons nous limiter au cadre strictement sportif », indique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Il faut s’adapter. C’est ce que la commune fait en lien avec l’ensemble des parties prenantes (associations…) qui oeuvrent depuis plusieurs semaines à la réussite de cet événement. Des animations étaient prévues sur la ligne d’arrivée. Elles n’auront pas lieu. Je ne doute pas que tout le monde comprend que nous sommes dans une situation très particulière qui impose d’être très pragmatique. Il en va de l’intérêt général », précise pour sa part Joël Gullon, Maire de La Côte Saint-André.

Catégorie Département de l'Isère, sportCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2020
L Ma Me J V S D
« sept    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+