Tag Archive | "Jean Pierre Barbier"

LE DEPARTEMENT LANCE L’AGENCE DE L’ATTRACTIVITE


Ce jeudi 24 octobre, le Président du Département Jean-Pierre Barbier et la Vice-Présidente en charge du tourisme Chantal Carlioz ont présenté ce qui deviendra bientôt l’Agence Isère Attractivité.

Une union des acteurs du territoire

L’agence de l’attractivité verra le jour le 1er janvier 2020 et elle sera dotée par le Département d’un budget annexe dédié.
Si les statuts de cette future agence ne sont pas encore votés, ses objectifs sont clairement établis : faire évoluer Isère Tourisme en une agence disposant de tous les outils pour contribuer au rayonnement de l’Isère tout en fédérant les acteurs du territoire.
Ainsi, l’agence vise à fédérer sous la bannière Alpes Is(H)ere, créée par le Département en 2017, en articulation avec le label agricole Is(H)ere, créé également par le Département en 2018, mais également l’ensemble des marques des territoires qui composent le Département.

L’objectif n’est pas de remplacer le travail effectué par tous ces labels et ces marques mais bien de les faire travailler ensemble pour assurer une meilleure efficacité et de meilleurs résultats qui démultiplieront des retombées économiques pour l’ensemble des territoires.
Le travail effectué par cette agence se fondera sur les 5 piliers de l’attractivité en Isère :
- Le tourisme
- La culture
- Le sport
- L’innovation
- La gastronomie
L’enjeu ici est d’activer de manière efficiente tous les leviers qui attireront les particuliers comme les professionnels dans nos territoires, que ce soit pour des courts, moyens ou longs séjours, voire des installations définitives.

Un premier défi : le Tour de France

La venue du Tour de France sera le premier grand challenge de cette agence.
Avec la venue de centaines de journalistes, les millions de téléspectateurs, les retransmissions internationales, … le Tour de France représente une incroyable opportunité de faire briller nos territoires et, outre les retombées directes au moment du passage du Tour, d’assurer des retombées sur le long terme.
A cette occasion, l’agence Isère Attractivité aura pour mission d’organiser le travail de tous les acteurs, ensemble, pour raconter une histoire collective du territoire isérois et donner envie aux millions de personnes qui suivront cet évènement de venir ou de revenir profiter de tout ce que peut offrir l’Isère.
« Cette agence constituera un véritable atout pour l’ensemble du territoire. Nous en avons posé les jalons depuis 2015 en remettant l’Isère en mouvement. Elle aura pour mission de fédérer et de valoriser, auprès des habitants comme de nos visiteurs, tout ce que l’Isère fait de mieux. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

« Le Tour de France est une formidable occasion de faire rayonner le Département. C’est bien dans le cadre de cet évènement populaire et international que l’agence aura l’une de ses plus grandes opportunités de remplir sa mission : donner envie de venir en Isère. La venue du Tour du France le 14 juillet sera une fête nationale et un tremplin pour l’agence Isère Attractivité. » ajoute Chantal Carlioz, Vice-Présidente chargée du Tourisme et Présidente d’Isère Tourisme.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Congrès des maires: une large place faite aux…maires!


Le 63ème congrès de maires s’est déroulé à l ‘Alpe d’Huez.. Lieu prédestiné car l’un des thèmes majeur était le tourisme. C’est une certitude, l’Isère a des atouts touristiques indéniables » précisera  Chantal Carlioz maire de Villard de Lans et vice présidente du Conseil Départemental en charge du tourisme.

Autre thème majeur: le rôle du maire.

le Président du Département, Jean Pierre Barbier, a tenu à rappeler le rôle essentiel que tiennent les maires dans la Démocratie Française. Les maires, premiers garants de la devise nationale « Liberté, Egalité, Fraternité », ont la difficile charge de transmettre ce flambeau.
Beaucoup assument cette charge dans l’unique but de « rendre service ». Dans un contexte qui n’a cessé d’évoluer voire de se complexifier, la charge de maire effraie de plus en plus et il en résulte qu’un maire sur deux a annoncé ne pas se représenter lors de la prochaine échéance électorale. Cette crise des vocations menace les territoires ruraux, une menace à laquelle la fusion des communes ne sera pas la solution miracle.
Sans titreIl est nécessaire d’encourager la vocation de maire parmi les jeunes afin de continuer à transmettre le flambeau de l’engagement public et citoyen.

Le Département aux côtés des maires pour relever les défis

Afin d’encourager ces vocations, le Président du Département a redit son soutien aux maires et les différentes déclinaisons de ce soutien qu’offre le Département.
C’est d’abord le dialogue qui est au coeur de la réussite collective, un dialogue entre le Département et les collectivités rétabli grâce à différentes instances.
Ainsi le Département a relancé le dialogue avec les maires via les conférences territoriales, présidée par Frédérique Puissat, mais également via les réunions cantonales tenues régulièrement par le Président sur l’ensemble de l’Isère. Ce dialogue s’établit aussi avec les Présidents d’EPCI grâce aux conférences organisées elles aussi régulièrement.
Ce dialogue a permis d’organiser intelligemment la répartition des compétences, à l’instar de la compétence GEMAPI, confiée aux EPCI avec l’accompagnement du Département, ou de la compétence mobilité, sur laquelle un sondage auprès des maires et des isérois a été réalisé par le Département. Le Département qui a longtemps assumé cette compétence entend bien rester un acteur de cette transformation aux côtés notamment de la Région.
La confiance est elle aussi un élément essentiel dans le travail du Département avec les collectivités. Cette confiance s’est exprimé à travers le plan de relance qui a permis aux communes d’initier des projets importants.
La confiance permettra aux communes d’agir ensemble, de concert avec le Département, pour relever les défis de l’époque actuels.
Le défi environnemental d’abord, dans lequel le Département encourage les communes à agir, notamment en prenant part à la Stratégie Air Climat Energie qu’il a initié.
Le défi numérique ensuite, auquel le Département répond en déployant le réseau Isère THD sur 92% du territoire isérois, une première en France.
Le défi du service public de proximité enfin. Ce lien nécessaire entre collectivité et habitants, le Département l’assure grâce au maillage des 13 maisons du Départements et aux services locaux spécialisés à portée des plus fragiles. Dans ce même but, le Président du Département tient chaque mois dans un territoire différent une permanence ouverte à tous.
Pour finir, le Président du Département a rappelé la volonté de l’exécutif départemental de donner toujours plus de lisibilité et donc d’efficacité aux différents dispositifs d’aide du Département aux communes et aux intercommunalités. Ces dispositifs permettent aux différentes collectivités d’engager une dynamique partenariale propice au développement des territoires.
« Je veux dire merci aux maires. Merci pour leur engagement, pour le courage d’assumer cette fonction essentielle à la tenue de notre Démocratie et de notre République. Le Département est un allié des communes, il sera toujours à leurs côtés pour les accompagner dans leurs missions » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

800ème foire de Beaucroissant


On attendait Didier Guillaume ministre de l’agriculture le jour inaugural de la 800ème foire de Beaucroissant..L’agenda du ministère de l’agriculture le confirmait..

On l’attendait et il n’est pas venu au grand dam de l’ensemble des agriculteurs qui avaient de nombreuses questions à lui poser..

Qu’à cela ne tienne.. Laurent Wauquiez Président de Région et Jean Pierre Barbier son homologue du ddépartement étaient bien présents dès 7  heures sur le foirail..

Ils ont passé de longues heures au coeur de l’espace agricole allant à la rencontre des agriculteurs et surtout des éleveurs. Ils ont esquissé aucune question, revendication . On a bien entendu parlé de secheresse, marché local, cours de la viande, CETA, abattoir de Grenoble, marque Alp’Ishere, charte de bon voisinage…sans oublier calamités, loup, méthanisation..

Les deux présidents ont tenu également, mais séparemment à faire une halte au stand de Provencia.

ils ont tous les deux abordé les problèmes liés à l’élevage du veau et la concurrence étrangère, les normes plus drastiques chez nous qu’ailleurs.. avec les frères Drevon, mais également des habitudes de consommation qui changent  » pas toujours dans le bon sens » de la façon dont la grande distribution s’adapte..etc..

A été également abordé l’opération qu’a lancé le groupe Provencia en direction du bio. Provencia acteur régional de la distribution a décidé, conscient de la difficulté et des coûts qu’exige une conversion en bio pour les producteurs d’en accompagner une vingtaine durant toute la durée de leur projet, à savoir jusqu’à l ‘obtention du label bio. Une opération très appréciée des deux présidents..

Ceci avant de retrouver la totalité du cortège officiel pour les traditionnels discours d’inauguration.

Voici la Beaucroissant, 800ème du nom en quelques images..

Catégorie A la une, Département de l'Isère, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

UNE RENTREE SOUS LE SIGNE DE L’ENVIRONNEMENT


A l’occasion de la rentrée des classes dans les collèges du Département, le Président du Département Jean-Pierre Barbier s’est rendu dans 4 établissements en compagnie de la Vice-Présidente chargée des collèges Cathy Simon.

Ils sont notamment revenus sur les actions en faveur de l’environnement mises en place dans les collèges par le Département et ont présenté une nouvelle initiative départementale suivant cet objectif.

Stop au plastique !

Parmi les thématiques abordées lors de cette journée, celle de la restauration était au coeur des préoccupations. Le Président du Département est notamment revenu sur l’intérêt des cuisines mutualisées et le bilan de la lutte contre le gaspillage. En effet, dans les cantines du Département, un tiers des produits est d’origine locale et 22% sont bio. La lutte contre le gaspillage, a quant à elle, permis de diminuer de moitié la masse du gaspillage alimentaire depuis 2015.
Annonce importante à l’occasion de cette rentrée : celle de la suppression du plastique dans l’ensemble des cantines gérées par le Département de l’Isère.

D’ici un an, le plastique aura totalement disparu des selfs, remplacé par une vaisselle durable et des matériaux écoresponsables, permettant une importante diminution de l’impact environnemental des cuisines.

Une première mesure forte applicable immédiatement à cette rentrée de septembre 2019 consiste à ne plus utiliser de vaisselle plastique jetable (utilisée notamment pour la présentation individuelle de certains hors d’oeuvre, fromages et desserts).
S’en suivront courant 2020 la suppression de l’usage des contenants et de la vaisselle en plastique réutilisables dans tous les collèges ainsi que la suppression de l’usage des barquettes en plastique utilisées par les CMC (cuisines centrales mutualisées) pour la cuisson de certains aliments.
En faisant ce choix, le Département précède de 5 ans la loi du 30 octobre 2018 qui prévoit l’interdiction du plastique d’ici à 2025.
Des mesures ont déjà été prises dans certains collèges, dès cette rentrée, à l’instar du collège Buclos, à Meylan, où le Président, la Vice-Présidente et les journalistes ont pu déjeuner dans une cantine débarrassée de toute vaisselle plastique jetable ou réutilisable.

La restauration scolaire en quelques chiffres

- 8 cuisines mutualisées (dont 2 certifiées Ecocert niveau 2)
- 37 500 repas servis chaque jour
- 32% de produits locaux
- 22% de produits bio
- 38,2 M€ de budget par an
- 50% de gaspillage alimentaire en moins depuis 2015

L’environnement au coeur de la rentrée

Lors de cette journée, le Président a également présenté les autres actions menées par le Département dans les collèges visant la protection de l’environnement.
Dans le cadre du Plan Pluriannuel de Réhabilitation des Collèges, initié en 2015 par le Département et représentant un budget de 221 millions d’euros, la collectivité souhaite notamment porter l’investissement sur la rénovation thermique des bâtiments dont elle a la responsabilité. Cette mesure permettra d’éviter un gaspillage énergétique conséquent et nuisible à l’environnement.

Associé à la gratuité des transports scolaires qui encourage le recours à des déplacements plus propres, les collèges voient ainsi leur empreinte environnementale fortement diminuée.
Ont aussi été présentés les projets pédagogiques des établissements sur ces questions environnementales. Le collège Les Pierres Plantes, à Montalieu-Vercieu, a ainsi pu mettre à l’honneur la participation des collégiens aux COP 23 et 24.

Les collèges en Isère, c’est aussi…

- Près de 65 000 collégiens
- 96 collèges publics et 22 collèges privés, tous soutenus par la collectivité
- 60 M€ pour le transport scolaire (gratuit depuis 2015)
- 4,7 M€ dédiés au développement numérique des collèges
- 673 actions éducatives
- Plus de 900 agents
- Près de 30 000 Pack’loisirs commandés, destinés à encourager les activités culturelles et sportives

« Le Département prend toutes ses responsabilités s’agissant de l’environnement dans nos collèges. C’est pourquoi nous agissons partout où nous le pouvons : sur l’isolation des bâtiments, les transports, les menus, et maintenant sur le matériel de cuisine, afin de réduire l’empreinte environnementale des établissements.
L’environnement mérite des actions concrètes, pragmatiques, et non de l’idéologie.» explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Dans les collèges notre action sur l’environnement est à la fois directe et indirecte : directe via les mesures que nous prenons et indirectes via les moyens que nous offrons aux jeunes et aux équipes pédagogiques de s’ouvrir au monde et d’être sensibilisés à ces problématiques » ajoute Cathy Simon, Vice-Présidente du Département chargée des collèges.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

LA MURE : LES TRAVAUX VONT BON TRAIN !


Ce samedi 13 juillet, le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, était à La Mure afin de présenter l’avancée des travaux du Petit Train.

Un grand rendez-vous auquel se sont rendus les habitants nombreux, mais aussi plusieurs personnalités parmi lesquelles Eric Bonnier, maire de La Mure, Joël Pontier, Président de la Communauté de Communes de la Matheysine, Yannick Neuder, Vice-Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, Marie noëlle Battistel députée.

Fabien Mulyk et Frédérique Puissat, conseillers départementaux du canton à l’origine du projet, étaient également présents.

trainDes travaux dans les temps
Suite à un effondrement survenu en 2010, le Petit Train de La Mure ne roulait plus depuis 7 ans. La volonté de le voir redémarrer un jour n’était pas non plus au rendez-vous. En 2017, le Département, convaincu de son intérêt touristique, a relancé le projet. Les travaux de remise en service du Petit Train ont débuté en 2018 comme prévu.
Depuis décembre, les travaux de dépose de la voie ferrée ont démarré sur les derniers 1,6 kilomètres de la ligne ainsi que la rénovation des ouvrages d’art qui la bordent.
Au mois d’avril dernier, ce sont les travaux du restaurant, de la gare et de l’atelier de maintenance qui ont commencé.
A ce jour, les travaux avancent dans les temps annoncés.
Ce projet représente un budget total de 26 M€ financé par le Département à hauteur de 15,7 M€ et par son délégataire de service public, EDEIS, à hauteur de 6,6 M€. Participent également au financement la Communauté de Communes de Matheysine (2 M€), la Région (2 M€) et l’Etat (160 000 €).
Jusqu’à maintenant, les travaux du Petit Train ce sont…
- 620m² de terrassement
- 4000m² de nettoyage des ouvrages d’art
-  170 mètres de garde-corps réparés
-  30% d’avancement sur les ouvrages d’art
-  1000 mètres de réseaux en tranchée pour le restaurant
- 15 km de voie ferrée

Objectif 2020 !
Comme annoncé lors de cette journée, l’avancée des travaux permet de maintenir le cap de juillet 2020 pour la réouverture du Petit Train de La Mure.
Cette réouverture, attendue par les habitants de La Mure, et plus largement de la Matheysine et de l’Isère, permettra de faire revivre cette ligne ferroviaire qui représente à la fois, un héritage du passé minier de ce territoire et un formidable attrait touristique pour le département.
A terme, l’objectif est que le train accueille environ 120 000 visiteurs par an, autant de personnes qui participeront à l’économie locale lors de la période d’ouverture (entre avril et octobre).
Ils suivront un itinéraire précis partant de la nouvelle gare de La Mure, passant par une halte au Musée Mine Image, et terminant au débarcadère de Monteynard. A l’arrivée, ils pourront découvrir le restaurant, le belvédère et une promenade panoramique.

Un nouveau logo pour le Train
En 2019, Le Petit Train de La Mure se dote d’un logo qui lui sera propre ! Ce logo reprend la couleur historique du Petit Train qui est également celle de La Mure et de la Matheysine.
On y voit en fond l’Obiou et l’Aiguille, 2 sommets emblématiques du plateau matheysin.
trin 2« C’est une fierté pour le Département de relancer ce train emblématique de notre territoire. Les isérois y sont attachés et il attirera de nombreux voyageurs désireux d’en connaitre l’histoire et de découvrir ces paysages magnifiques. Ce projet illustre bien notre volonté non seulement d’entretenir le patrimoine isérois, mais aussi de le développer et de le faire rayonner, pour faire grandir notre attractivité. Nous nous étions engagés à remettre en service le petit train. Nous avons tenu notre promesse. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

« Je suis heureux de constater l’avancée de ce projet que nous avons voulu initier avec Frédérique Puissat afin de rendre aux matheysins ce train qui leur est si cher. C’est notre devoir en tant qu’élus de porter la voix de ceux que nous représentons ; le Train de La Mure est une belle incarnation de ce rôle » ajoute Fabien Mulyk, Conseiller Départemental du canton de Matheysine-Trièves.

Catégorie Département de l'Isère, tourisme, évasionCommentaires fermés

Assemblée Générale de Coopenoix


Ambiance morose lors le l’assemblée générale annuelle de la coopérative Coopenoix. Il faut dire que l’orage ou plutôt la tempête qui a frappé le sud Grésivaudan courant juin ne laisse pas place à l’optimisme.. Pour rappel 25 000 noyers par terre, une récolte future qui s’annonce inférieure de près de 50%… Il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir..

Les nuciculteurs rencontrés au siège de coopenoix ont tous été clairs » il faut être réaliste, notre avenir, celui de la filière noix de Grenoble s’annonce morose mais nous resteront debout et nous allons nous battre pour nous en sortir…. Sauf si un nouvel aléa climatique nous mette sur les rotules » nous a résumé l’un d’eux.

Nous avons également ressenti une certaine dignité et surtout une forte solidarité de l’ensemble des acteurs de la filière et même au delà. C’est par exemple le cas du Département. Jean Pierre Barbier son président indiquant que des fonds seront très vite débloqués afin que les nuciculteurs qui ont des abres couchés puissent les dégager au plus vite..replanter.

Yves Renn Président de coopenoix c’est dit satisfait de cette solidarité et attend aussi des aides promises de la Région, de l’Etat..et de préciser: » la prochaine campagne s’annonce difficile et Coopenoix va perdre environ 3000 tonnes d’apports.. »

Des apports qui étaient de 6800 tonnes lors de la campagne précédente.

Ce manque de marchandise va bien entendu pénaliser coopenoix qui ne pourra satisfaire l’ensemble de ses clients en grande majorité étrangers.

Les noix américaines, chiliennes qui entrent en masse dès le mois de juin sur le marché, à des prix revus à la baisse  a rendu en 2018 le négoce difficile d’autant plus que la qualité des noix n’était pas au rendez vous. Marché d’autant plus difficile que la consommation de noix stagne, voire baisse..

Yves Renn a été clair:  » dans ce contexte difficile, voire très difficile notre leitmotiv doit être le même: la qualité. en effet seule l’appellation AOP et la qualité qu’elle implique pourront permettre à l’ensemble de la filière de valoriser notre production avec un différentiel de prix légèrement supérieur au reste de la production mondiale ».

Le combat va être difficile, long mais aucun doute la filière noix montrera comme d’habitude son dynamisme, sa solidarité..et ne se couchera pas…

Gilbert PRECZ






Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Le département soutient ses agriculteurs


Les agriculteurs isérois ont connu en 2018 une importante sécheresse ayant gravement impacté leurs cultures et donc leurs revenus.

Pour aider les agriculteurs qui ont enregistré des dépenses supplémentaires ou un manque à gagner, le Département a mis en place des aides d’urgence calculées en fonction des dépenses réalisées.
480 dossiers sont aujourd’hui en cours d’instruction avec un montant moyen d’indemnisation d’environ 1100 €, équivalent à l’aide régionale. Ces aides seront financées par une enveloppe budgétaire supplémentaire de 1 million d’euros.
De plus, le 15 juin dernier, les agriculteurs ont subi de violents orages qui ont occasionné des dégâts considérables sur les exploitations, notamment les noyers du Grésivaudan.
Afin d’accompagner les agriculteurs, le Département prendra à sa charge les frais de drones nécessaires pour établir un état des lieux précis de la situation. Il organisera également l’intervention des professionnels du bois pour faciliter l’enlèvement et la valorisation des arbres arrachés ou irrémédiablement touchés et ainsi permettre aux agriculteurs de prévoir au mieux les actions à mener par la suite.
Un soutien financier sera également voté en octobre prochain une fois les besoins analysés.
« Le Département agit concrètement pour les Isérois et l’Isère. Cette séance où des dossiers importants ont été abordés et votés le démontre une nouvelle fois. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Vercors Lait prend une nouvelle dimension


C’est un grand moment qu’a vécue la coopérative Vercors lait ce vendredi 14 juin avec l’inauguration officielle de l’extension et la modernisation de ses locaux.

Pour ce de nombreux élus, personnalités, responsables de la filière lait et producteurs de lait ont tenu à assister à l’évènement.

Accueillis par Paul Faure président de la coopérative  qui a tenu à remercier l’ensemble des financeurs, des structures qui ont soutenu le projet,  » une extension et une modernisation indispensable pour notre coopérative qui ne cesse de progresser en volumes: cette année 2019 on devrait tutoyer les 400 tonnes de bleu du Vercors Sassenage fabriquées ce qui fait que l’on est plus une petite AOP mais on entre de plain pied dans une grande AOP. »

Il a souligné les difficultés de travailler pendant les travaux .. » Il a fallu s’adapter.. »

Chantal Carlioz maire de Villard de Lans, conseillère départementale en charge du tourisme a dit toute sa fierté d’inaugurer cette extension et modernisation de Vercors Lait,  » la coopérative fabrique plus de 90% du bleu du Vercors Sassenage… Le bleu et la coopérative sont donc très liés.. A travers cette liaison on peut parler d’histoire du patrimoine, du terroir.. » et de rajouter  » Vercors Lait c’est une  » saga » avec le rachat en 2003 de l’entreprise à Lactalis, la création de la coopérative avec l’adhésion des producteurs de lait du plateau… Quand on voit le résultat aujourd’hui on ne peut que féliciter et encourager les acteurs de cette formidable aventure humaine.. »

Franck Girard, Président de la communauté de communes du massif du Vercors a dit  » toute l’émotion qui le gagne à inaugurer cette extension.. » Pour rappel La CCMV est propriétaire des murs .. Il a rappelé que le coût des travaux s’élève à 3,8 millions d’euros. Il a tenu à remercier chaleureusement Pierre buisson alors Président de la CCMV pour avoir cru et lancé le projet en 2015..Et de rappeler la formidable aventure qu’est le bleu du Vercors sassenage:  » obtention de l’AOC en 1998, de l’AOC en 1999, une appellation moribonde jusqu ‘au rachat en 2003 de l’entreprise par les agriculteurs eux mêmes pour créer Vercors Lait..Grace à cette extension et modernisation on a aucun doute sur la poursuite de la réussite de Vercors Lait pour les 30 prochaines années..

Jean Pierre Taîte vice président d u conseil Régional en charge de l’agriculture s’est félicité que  » la région a participé financièrement aux travaux..  » Et de préciser:  » notre région est celle qui a le budget le plus élevé de l’ensemble des régions pour l’agriculture ». Et de féliciter chaleureusement » les confréries dont les membres, bénévoles oeuvrent pour mettre en avant nos bons produits. Celles ci seront remerciées lors d’une grande réception à Lyon le 18 octobre. »

Jean Pierre Barbier, président du département a bien entendu apprécié la qualité des travaux mais a tenu à pousser un coup de gueule en direction de celles et ceux qui, en Drôme, créent des zones d’ensauvagement. « On est  entrain de créer des réserves  à loup non contrôlées . Ce sont bien sûr les éleveurs qui en pâtiront.  » Et de rappeler la mise en place d’un pôle agro alimentaire, de la marque Alp ishere qui a pour but d’aider les agriculteurs qui produisent sur notre département des produits de qualité de dégager un revenu. »

Précisons enfin que les entreprises locales ont été sollicitées, en particulier la scierie de John Sauvajon qui a fourni 200 m3 de bois du Vercors.

Suite à cette inauguration, la confrérie du bleu est entrée dans la danse en intronisant le directeur de Vercors Lait: Philippe Guilloud qui a reçu un hommage appuyé pour le travail accompli..

Voici le déroulé de la cérémonie en images..


Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, Département de l'Isère, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Intempéries du 15 juin 2019: mobilisation du Crédit Agricole


Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, le Crédit Agricole Centre-Est et Crédit Agricole Assurance adressent leur soutien aux personnes concernées par l’épisode de grêle qui a touché les départements de la région Rhône-Alpes ce samedi 15 juin.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour les accompagner à la suite de ces intempéries d’une rare intensité qui ont frappé plusieurs secteurs de la Drôme, de l’Isère et de l’Ardèche.

Les conseillers contactent leurs clients agriculteurs pour mesurer l’ampleur des dégâts subis et proposer un accompagnement bancaire et humain. Un dispositif spécifique et exceptionnel est mis en place pour soutenir les exploitants touchés.
La première mesure consiste à donner du temps aux clients en suspendant les échéances de prêt si nécessaire :
- pour attendre les mesures gouvernementales et les indemnisations d’assurances,
- pour étudier les solutions financières pérennes à moyen terme.
La deuxième mesure consistera en un accompagnement financier intégrant des solutions de financement court terme et moyen terme avec des conditions spécifiques.
Pacifica, la filiale assurances du Crédit Agricole, a mis en place un dispositif renforcé pour répondre aux sollicitations de toutes les personnes concernées par ces intempéries.

Pour tous dommages importants liés aux intempéries du week-end, que ce soit sur un véhicule auto ou 2 roues ou que cela concerne l’habitation, le matériel ou un local professionnel, les particuliers, chefs d’entreprise et agriculteurs peuvent contacter dès que possible le 0800 810 812 pour une première déclaration.
Pour les particuliers, la déclaration peut aussi se faire depuis l’application Pacifica.
Les clients agriculteurs ayant souscrit une assurance Grêle ou assurance Récoltes, sont invités à contacter le numéro spécifique 0800 810 816.
Dans un délai de 5 jours ouvrés après les intempéries, il sera demandé aux assurés d’adresser un courrier en récapitulant précisément les faits et en listant les biens détériorés ou hors d’usage, en y joignant tous les documents de nature à prouver les dommages (photos, vidéos…). L’état de catastrophe naturelle prolongerait ce délai à 10 jours.

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Duillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour apoorter sonsoutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Guillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour constater l'ampleur des dégâts et apporter son soutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère.

Catégorie agriculture, questions d'actualitéCommentaires fermés

La filière noix de Grenoble à l’agonie …mais elle se relèvera


Ce samedi 15 juin a été apocalyptique dans la vallée du Gésivaudan..De Romans sur Isère à Tullins un orage de grêle d’ une rare violence accompagné de  rafales de vents atteignant parfois les 150 km/h a fait d’énormes dégâts.  L’agriculture a beaucoup souffert de cette météo hors norme, en particulier la noyeraie.

Selon une première estimation ce sont entre 15 000 et et 20 000 arbres sui sont couchés, impactés .. Certains nuciculteurs ont perdu la totalité de leur production en quelques minutes..

Suite à cette calamité la mobilisation est générale..

wauquiezCrédit photos © Guillaume Atger/Région Auvergne-Rhône-Alpes

Dès ce lundi matin Laurent Wauquiez Président de la région Auvergne Rhône-Alpes  s’est rendu sur le terrain afin de constater les dégâts et d’annoncer un déblocage de fonds  d’urgence à hauteur de 5 millions d’euros  pour aider les agriculteurs et éleveurs touchés dans la région.

Didier Guillaume ministre de l’agriculture a quant à lui visité l’exploitation de Christian Bofelli nuciculteur à  Montagne. De nombreux élus ont assisté à cette visite dont Jean Pierre Barbier Président du Conseil Départemental accompagné de Robert Duranton vice Président en charge de l’agriculture. Bien entendu l’ensemble des structures de la filière noix étaient représentées ainsi que de nombreux nuciculteurs.

Christian Bofelli a fait part de son désarroi avec plus de 1000 arbres mis à terre et d’autres qui ne produiront pas cette année  » et sans doute les années suivantes »..  » C’est d’autant plus préjudiciable que j’ai investi ces dernières années 250 000 euros pour moderniser mon exploitation.. »

Yves Borel président du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble a été on ne peut plus clair  » la filière noix de Grenoble est à l’agonie.. Les pertes de récoltes vont être très importantes.. D’autres dont nos concurrents directs vont en profiter bien sûr.. Il faut aussi traiter l’urgence: redresser les arbres qui peuvent l’être, débarrasser les autres, supprimer les souches.. Un travail de titans.. »

Propos repris par Yves Renn  président de coopenoix qui a rajouté: » il est certain que c’est l’ensemble de la filière qui est impacté..nous espérons que les apports seront inférieurs que de 50% …sinon..!! Il y a bien sûr la coopérative à faire tourner avec du personnel, les investissements à amortir et penser à replanter en noix de Grenoble .. Bien entendu Coopenoix se mobilisera auprès des coopérateurs pour les aider à sortir de l’impasse.. »

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture, très ému car nuciculteur lui même a bien entendu confirmé ces constats tout en s’adressant directement au ministre de l’agriculture: Il faut traiter le dossier de l’assurance en urgence. Trop d’agriculteurs ne sont pas assurés car les échéances sont trop lourdes. Et de faire un aveu:  » moi même je ne suis pas assuré car j’ai choisi de garder mon personnel plutôt que de d’assurer mon exploitation: Oui il faut rendre l »assurance obligatoire mais à des tarifs raisonnables.. »

Didier Guillaume a donné entièrement raison à Jean Claude Darlet promettant de réunir au plus vite les instances concernées pour sortir de cette impasse.

Il a confirmé que tout sera fait pour qu’aucun agriculteur victime de cette tempête « mette la clé sous la porte »  tout en saluant leur dignité et leur courage face à ce sinistre.

Le Département sera également aux côtés des agriculteurs sinistrés. Ceci dès qu’un bilan précis sera fait..

Jean Claude Darlet précisant enfin « qu’il ne faut pas oublier les éleveurs qui n’auront pas de fourrage cet hiver pour nourrir leur bétail, les maraichers qui ont tout perdu..les céréaliers qui auront des pertes de récoltes considérables.. »

Certes l’ambiance était morose mais nous avons entendu des  » on est à l’agonie mais on se relèvera.. » nous n’en doutons pas!

Gilbert PRECZ

Voici un diaporama de la visite de Didier Guillaume à Montagne..




Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+