Tag Archive | "Jean Pierre Barbier"

LA MARQUE IS(H)ERE EST LANCEE !


Ce mercredi 27 juin les acteurs du pôle agroalimentaire isérois étaient réunis en Préfecture à Grenoble pour lancer la marque Is(h)ere. Cette marque, qui repose sur trois promesses de proximité, qualité et juste rémunération, entend redonner des couleurs à l’agriculture iséroise. La réponse durable des professionnels aux crises agricoles successives, avec le soutien des acteurs institutionnels.

Une journée de lancement réunissant tous les acteurs du monde agroalimentaire
Déclinaison de la marque d’attractivité territoriale Alpishere sur le volet agricole et agroalimentaire, la marque Is(h)ere a été lancée officiellement ce mercredi 27 juin en présence du Préfet de l’Isère, Lionel Beffre, du directeur de l’INAO sud-est, Emmanuel Estour, du Président du Département, Jean-Pierre Barbier, du Président de Grenoble Alpes Métropole, Christophe Ferrari, du Président de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Darlet, du Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Philippe Tiersen, et du Président du comité d’agrément de la marque, Pascal Denolly.
Etaient également représentés la Chambre de commerce et d’industrie de Grenoble (Patrick Mérigot, président de la commission commerce et secrétaire du bureau), la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Isère (Marc Lett, élu, et Christian Bolla, directeur ingénierie et développement) ainsi que Le Grésivaudan (Claudine Chassagne, vice-présidente) et la Communauté de communes du Pays voironnais (Christine Guttin, vice-présidente chargée du tourisme et de l’agriculture)

Suite à la présentation de la marque et de ses intentions, les producteurs ont pu faire découvrir leurs produits agréés aux invités réunissant le grand monde de l’agriculture, métiers de bouche, PME agroalimentaires et distribution en Isère.
Des fruits, charcuteries, yaourts, pains, poissons, légumes, fromages, miel, bières et bien d’autres produits agréés étaient ainsi proposés à la dégustation connaissant un vif succès.
Pour le Président du Département, « c’est une grande fierté, car c’est la première marque en France à garantir à la fois la provenance géographique et la juste rémunération des producteurs. »
Trois promesses pour redonner des couleurs à l’agriculture iséroise
La marque Is(h)ere vient répondre à la demande du consommateur qui veut plus de produits locaux et de qualité dans son assiette, tout en apportant des solutions de long terme aux agriculteurs isérois en recherche d’une meilleure rémunération.

La marque repose ainsi sur une triple promesse :
- PROXIMITE : les produits sont issus d’une ferme iséroise ou élaborés à partir de produits agricoles du territoire
- REMUNERATION : un engagement du distributeur ou du transformateur à proposer aux agriculteurs une juste rémunération fondée sur la prise en compte des coûts de production
- QUALITE : la valorisation des pratiques agricoles mises en oeuvre pour le bien-être animal et la protection de l’environnement.
C’est pourquoi, la marque sera accompagnée de l’accroche « Je soutiens l’agriculture de l’Isère » afin de souligner qu’acheter et consommer des produits « Is(h)ere » sont des actes qui contribuent au maintien d’une agriculture de qualité en Isère et au renforcement de l’économie locale.
Cette démarche exigeante est à ce jour unique en France, aucune collectivité n’étant allé aussi loin que l’Isère dans le règlement d’usage mis en place par la marque.
« Les agriculteurs ne veulent plus avoir à dépendre de subventions agricoles qui les maintiennent sous perfusion. Ce qu’ils veulent c’est vivre correctement de leur travail grâce à un juste paiement de leur production. Avec la marque Is(h)ere, cette promesse sera garantie par un règlement que tous auront à coeur de respecter », insiste Jean-Pierre Barbier.

La montée en puissance de la marque au fil des mois
A ce jour, près de 120 produits fournis par 20 producteurs sont agréés. Ils sont déjà mis à la vente sur plusieurs lieux de vente en Isère :
- Dans des supermarchés de l’Isère qui font la promotion des produits locaux
- Chez des artisans bouchers, charcutiers, traiteur, boulanger, brasseur
- Directement à la ferme
- Sur les marchés
Dans les mois à venir, la liste de produits agréés et lieux de vente va être amené à grandir. D’ici la fin de l’année 2018, une vingtaine de nouveaux producteurs et artisans devraient rejoindre la marque
Le pôle agroalimentaire, dont les deux CCI, la CMA, et la CDA font partie, réalise en effet un travail important auprès des agriculteurs, artisans et entreprises, pour agréer de nouveaux produits tout comme auprès de la Grande et Moyenne Surface pour mettre en valeur les produits par des animations dégustations et du matériel de communication en place dès cet automne dans les supermarchés isérois.
Pour être agréé, un produit doit ainsi être soumis au comité d’agrément constitué par un comité d’agriculteurs, artisans, commerçants, restaurants et associations de consommateurs, représentant la filière agricole et agro-alimentaire de l’Isère.
Un audit contrôlera la provenance et la juste rémunération pour chaque bénéficiaire de la marque afin de s’assurer du respect du règlement d’usage accepté par les producteurs et distributeurs.

L’utilisation de la marque et son attribution sont encadrées par une Charte des bonnes pratiques qui sera signée avec l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité), instance qui accompagne et valide la reconnaissance des signes officiels de qualité.
« Les premiers retours sont excellents : les agriculteurs veulent faire agréer leurs produits, la GMS est demandeuse et les consommateurs seront certainement au rendez-vous », explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département qui a poursuivi: cette démarche est unique car c’est la seule qui garantit tant la provenance géographique du produit que la juste rémunération des producteurs.

Christophe Ferrari président de la Métropole a précisé qu’il était tout à fait logique que la Métropole s’unisse à cette démarche.. L ‘agglo ne représente t-elle pas à elle seule un tiers des consommateurs de l’Isère..  » Agriculture est un pan entier de l’économie de la Métropole..une alimentation saine c’est la santé..et le bien manger c’est associer la convivialité, le partage, le plaisir.. »

Voici un déroulé de la journée organisée dans les jardins de la préfecture

Catégorie A la une, Département de l'Isère, agro-alimentaireCommentaires fermés

Une pluie de récompenses en Isère !


Le Département de l’Isère a reçu les participants isérois au concours général agricole de Paris 2018, lors du salon de l’agriculture. A cette occasion étaient récompensés les lauréats dans leurs domaines respectifs. Le reflet d’une agriculture de proximité et de qualité qu’il est crucial de promouvoir dans le département et bien au-delà.

Cette année, ils étaient 31 agriculteurs isérois à participer au concours et cette édition s’est soldée par une véritable pluie de récompenses :
- 5 médailles d’or dans les spiritueux, les vins et les bières
- 7 médailles d’argent dans les spiritueux, les bières, les fromages et produits laitiers
- 2 médailles de bronze dans les fromages et produits laitiers
- 4 Premiers prix dans le concours bovins et équins
- 2 Prix d’Excellence pour les pratiques agro-écologiques


Sans titrePour remettre les prix aux lauréats, le Président du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, le Président de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Darlet, et le vice-président du Département chargé de l’agriculture, Robert Duranton, étaient présents.

Sans titre

Les récompenses ont été remises autour d’un buffet qui faisait la part belle aux produits isérois avec en priorité, les productions des agriculteurs de ce concours 2018.
« Je félicite tous les participants au concours général agricole 2018. Ils font rayonner l’Isère. Derrière ces produits, je mesure le travail, l’engagement et la passion qui animent les femmes et les hommes dans nos campagnes. Ces agriculteurs valorisent des produits de qualité faits localement et c’est ce que veulent les consommateurs aujourd’hui. Au Département, nous structurons la filière départementale pour permettre la pleine valorisation de cette agriculture en laquelle je crois » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

LAUREATS

Spiritueux

  • Cherry Rocher à Bourgoin-Jallieu

3 médailles d’or : 2 liqueurs crème de fruit (mûre et fruits rouges)

Boissons spiritueuses anisées/Absinthe verte

2 médailles d’argent : liqueurs aux plantes (Génépi/Génépi Eau de Mont Blanc)

Bières

  • Une Petite Mousse (Brasserie indépendante) à Echirolles

1 médaille d’or : bière brune à dominante houblonnée

1 médaille d’argent : bière blonde à dominante houblonnée

Vins

  • Vignoble Chevalier Bayard (Jean-Michel Reymond et Yves Jean) à Pontcharra

1 médaille d’or : Savoie-Bugey/IGP Isère – Coteaux du Grésivaudan/Blanc millésime 2017

Fromages et produits laitiers

  • GAEC de Plantimay (Pascale Francillon) à Saint-Joseph-de-Rivière

1 médaille d’argent : fromages Saint-Félicien

1 médaille de bronze : autre fromage au lait de vache à pâte pressée non cuite

(Tomme de Chartreuse)

  • GAEC des Essarts (Jean Belissard, Joël et Lionel Mabily, Stéphanie Bernard) à Plan

1 médaille de bronze : fromages frais faisselle nature (Les coteaux de la Bièvre)

  • SARL Fruitière de Domessin à Panissage

1 médaille d’argent : fromage à raclette

  • Fromagerie du Dauphiné à Têche

1 médaille d’argent : fromages Saint-Marcellin IGP (Chartrousin)

  • Etoile du Vercors à Saint-Just-de-Claix

1 médaille d’argent : fromage au lait de vache à pâte molle et à croûte fleurie (Tentation)

- 2 -

Animaux

Bovins

  • GAEC de Sarapin (Eric, Isabelle, et Julien Gentil, Gilles Guttin) à Panissage

1ère écriture – Vache de race Montbéliarde

-       Femelles en 6ème lactation et plus

-       Prix de la meilleure laitière de race

-       Prix de championnat adulte

  • EARL de Ternan (Jean-Michel et Guillaume Noël-Baron) à Gillonnay

Vache de race Montbéliarde

-       Femelles en 4ème et 5ème lactation

-       Femelles en 6ème lactation et plus

  • GAEC Les Trois Sapins (Cédric et Philippe Goy) à Nantoin

Vache de race Prim’Holstein

-       Femelles en 1ère lactation

Equins

  • Philippe Lassalle à Saint-Jean-de-Bournay

Cheval de race comtois : concours modèles et allures – Juments

Pratiques agro-écologiques « Prairies et parcours »

Prairies pâturées

  • La Ferme de Savoyères (Marie et Nicolas Champurney) à Claix

1er prix d’Excellence agri-écologie

Prairies de fauche et pâturages

  • La Ferme du Souillet (Eve Palacios) à Noyarey

2ème prix d’Excellence agri-écologie

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Département de l’Isère: bilan à mi-mandat


Trois ans après son élection à la tête du Département, le Président Jean-Pierre Barbier, entouré des vice-présidents de la collectivité, a dressé un bilan de mi-mandat.

Sans titre

 » A travers une méthode nouvelle incarnée en 5 piliers, la majorité départementale redresse le Département » précise en préambule Jean Pierre Barbier.


Ces 5 piliers sont..

Le Département a une qualité : il tient ses promesses
Gratuité des transports scolaire, relance de l’économie (75% d’entreprises iséroises bénéficiant du plan de relances), augmentation du budget culture (+55% en 3 ans), contrôle des allocataires du RSA (4 millions d’indus frauduleux), etc. Dans tous ces domaines le Département a tenu sa parole et réalisé les actions annoncées.
Pour tenir toutes ses promesses, le Département va aussi aller jusqu’au bout des projets encore en cours, comme le THD avec 100% des communes reliées d’ici 2024 ou encore le lancement effectif de la marque agricole Alpes Is(h)ere.
2. Le Département a une marque de fabrique : la réactivité
Dans toutes les situations difficiles, le Département a réagi le plus rapidement possible pour trouver des solutions sur le terrain. Crise du Chambon, incendie du collège Lucie Aubrac, tempête Eleanor, crise financière des SAAD, sauvetage de VFD, etc. A chaque fois, le Département a pris ses responsabilités. Il est intervenu et a rétabli la situation. A l’avenir, les élus de la majorité continueront d’agir de la même manière, dès que la situation le nécessitera, prêt à soutenir les acteurs des territoires et tous les Isérois.
3. Le Département a un pouvoir : celui d’améliorer la vie des Isérois
La majorité départementale croit fermement en la capacité d’action des élus locaux pour améliorer la vie des concitoyens. Fort de cette conviction, le Département a mis en place un plan senior de 10 millions d’euros pour rénover et construire de nouvelles maisons de retraite et foyers pour personnes âgées. Objectif : des conditions de vie digne. Autre exemple, le petit train de la Mure, qui semblait voué à disparaitre. Il sera finalement remis en fonctionnement dès 2020 grâce au Département et à ses partenaires institutionnels. Enfin, dans le prochains mois, le programme d’investissement pluriannuel pour la rénovation des collèges va se poursuivre avec déjà 12 projets accomplis et 30 nouveaux projets d’ici 2021.
4. Le Département a aussi une obsession : préparer l’avenir
La majorité départementale fait des choix pour apporter des solutions dès aujourd’hui tout en ayant une vision du long terme. L’illustration parfaite : l’A480 avec le déblocage du dossier et le lancement des travaux, dès 2019. Ils vont permettre pour 2023, de disposer d’infrastructures routières modernes qui datent de plus d’un demi-siècle ! L’avenir s’écrit aussi pour les bénéficiaires du RSA avec lesquels ontété bâties de nouvelles perspectives via les contrats d’engagement réciproques signés par plus de 80% des bénéficiaires. Cette démarche favorise leur réinsertion professionnelle, et a contribué à la sortie de 1 300 personnes du RSA en Isère depuis.
5. Le Département a un style : être proche des Isérois
Dernier pilier de la méthode de la majorité départementale, le Département est proche des Isérois ! Cette proximité compte à l’heure de la multiplication des métropoles et des méga-Régions. Par des permanences directement auprès des habitants dans chaque Maison du Département (1 permanence du Président/mois), par des réunions cantonales avec les élus (1 réunion du Président/mois), par les 13 Maisons de Département dans tous les territoires, par une présence quotidienne sur le terrain, les élus de la majorité comprennent les enjeux des habitants et peuvent y répondre de manière pertinente.

« C’est par cette méthode que nous réussissons depuis 3 ans. Si nous obtenons des résultats, si les projets sortent de terre et avancent, si l’Isère va désormais de l’avant, ce n’est pas un hasard. C’est le fait des élus qui m’entourent aujourd’hui. Ils sont extrêmement engagés et fiers d’agir pour les Isérois et Iséroises » insiste Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.


Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Moderniser les routes pour plus de sécurité et de fluidité


Ce mardi 27 mars se tenait le comité de pilotage sur la modernisation de la RD1075 et la RN85 à l’Hôtel du Département de l’Isère en présence de son Président, Jean-Pierre Barbier, du Président des Hautes-Alpes, Jean-Marie Bernard, ainsi que des représentants de l’Etat et des Régions AURA et PACA. L’objectif du COPIL est d’accélérer la rénovation et l’aménagement de ces axes majeurs de connexion afin de sécuriser le trafic et d’améliorer sa fluidité.

La grande modernisation des deux axes reliant Isère et Hautes-Alpes
Faisant suite à une année de travail entre les collectivités et l’Etat, le COPIL du jour à Grenoble a pour objectif d’acter les différents travaux, financements et principes de gouvernance autour de la modernisation de ces deux axes.
Les RD1075 et RN85 sont connues pour leur accidentologie importante ainsi que des problèmes de congestion de trafic à certains secteurs et périodes clefs. Une intervention à l’initiative des collectivités était donc devenue indispensable.
Sur la RD 1075, les projets consistent en :
-La suppression ou réaménagement des points problématiques comme les carrefours, traversées d’agglomérations, passages à niveau
- La création de zones de dépassement et de déviations (Serres et Laragne)
Sur la RN85 :
- La sécurisation des points sensibles de la route, avec en priorité en Isère réduire les risques les accidents autour des Lacs Pétichet et P. Châtel, et dans les Hautes-Alpes réaménager le carrefour de Tallard et requalifier la route des Eyssagnières
- La sécurisation des zones de glissement de terrain pour la sécurisation du parcours
- La valorisation touristique et paysagère de la route
Ces différents travaux permettront à la fois de réduire les accidents sur les routes et de fiabiliser le temps de parcours, sans augmentation globale de la capacité afin de ne pas générer davantage de trafic.
Le début des travaux a priori fin 2018
Après l’accord du COPIL cet après-midi pour lancer cette vaste opération, les premiers chantiers devraient démarrer fin 2018 en Isère, secteur par secteur.
Les travaux consistent en des opérations autonomes les unes des autres et pourront être lancés de manière concomitante tout en veillant à minimiser les gênes occasionnées. L’essentiel des chantiers devrait avoir lieu entre 2018 et 2030.
Le montant total pour les travaux sur les deux axes est 215 millions d’euros, répartis pour 21% sur la RN85 et 79% sur la RD1075. Dans le cadre des CPER (Contrats de Plan Etat-Régions) actuels et à venir, les deux Départements de l’Isère et des Hautes-Alpes fourniront 24 millions d’euros chacun.
La gouvernance de ce vaste projet continuera d’associer les mêmes acteurs en faisant aussi une
place aux EPCI traversées par les axes.
« Cette importante campagne de travaux, qui va s’échelonner sur plusieurs années, est porteuse
d’avenir pour nos territoires. Nous comptons à la fois sécuriser les déplacements de nos
concitoyens, les rendre plus confortables grâce aux voies de dépassement et autres équipements
de sécurité, fluidifier le trafic et désenclaver nos vallées. Il y a longtemps qu’un programme
d’investissement à hauteur de 200 millions d’euros n’avait pas été engagé dans les Hautes-Alpes
et je suis fier que ce programme puisse être lancé grâce à l’étroite collaboration de nos
Départements de l’Isère et des Hautes-Alpes. » Jean-Marie Bernard, Président du Département
des Hautes-Alpes
« Notre but au Département est d’améliorer chaque jour la vie des Isérois. Avec ces
aménagements sur ces deux axes, nous renforçons la sécurité et la fluidité de la circulation. Le
terrible accident mortel de ce week-end ne fait que nous rappeler de l’urgence de ce travail. Je
suis heureux du travail partenarial que nous réalisons avec les Hautes-Alpes, nous avançons
ensemble en priorisant l’essentiel et sans disperser notre énergie » affirme Jean-Pierre Barbier,
Président du Département de l’Isère.

Sans titre

Catégorie Département de l'Isère, aménagement, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Les rendez-vous de la culture en Isère


Le Département de l’Isère donne la priorité à une culture partagée. Jean-Pierre Barbier, président du Département, à l’initiative de cette démarche, souhaite donner la parole aux Isérois.

Prenez part à la réflexion en vous exprimant sur vos usages, sur vos pratiques artistiques et culturelles, sur vos envies, sur vos réserves.

Téléchargez les images - 1

Des rendez-vous sont organisés sur le territoire isérois, avec des ateliers participatifs autour de 3 enjeux forts :

- Nos lieux culturels de demain

- Nos usages du numérique

- Ce qui favorise les premiers pas dans une pratique

Téléchargez les images - 3

Participez aux ateliers ouverts à tous se déroulant :

> Jeudi 29 mars de 18h00 à 19H30 | Bistrot de la Place

Place de la Mairie – 38930 Clelles

> Mardi 3 avril de 18H30 à 20h00 | Pub Le Camp de Base

621 Avenue Léopold Fabre -  38250 Lans-en-Vercors

> Mercredi 4 avril de 18h00 à 19h30 | Halle Centre d’Arts et Médiathèque

Place de la Halle -  38680 Pont-en-Royans

> Jeudi 5 avril de 18H30 à 20h00 | Les Halles, 2ème étage

Place Antonin Dubost – 38110 La Tour du Pin

> Mercredi 11 avril de 18h à 19h30 | Cinéma Théâtre de La Mure, salle 2

Place du Théâtre – 38350 La Mure

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Alpes is(h)ere à Paris!


Le département très discret jusque là a décidé de frapper un grand coup au salon international de l’agriculture à Paris.

Associé au stand de la région Auvergne Rhône-Alpes et à celui du Vercors, notre département a pu mettre en avant ses atouts que sont son agriculture, son tourisme, son patrimoine, sa gastronomie.

Le Président du Département Jean Pierre Barbier, accompagné de plusieurs conseillers dont Fabien Mukyk, Christian Coigné, Christophe Engrand , de la sénatrice Frédérique Puissat n’a cessé de présenter le label  Alpes is(h)ere.

L’Isère, c’est un terroir généreux : l’agriculture occupe le tiers du territoire avec des cultures très variées. Un atout pour la gastronomie, qui comporte de nombreux produits phares comme la noix de Grenoble, le bleu du Vercors-Sassenage,  le Saint-Marcellin et bien d’autres présents au salon.

D’où l’intérêt d’une marque qui rallie tous les Isérois et les principaux acteurs économiques, touristiques et culturels, véhiculant au sommet les valeurs du territoire. « La marque Alpes is(h)ere renforce le sentiment d’appartenance à l’Isère », a martelé Jean Pierre Barbier.

Il a aussi indiqué que notre agriculture départementale, variée, dynamique, qui produit de la qualité, qui empoche des médailles au concours général agricole souffre d’un revenu trop faible.Prpopos tenu aux côtés d’écriture, montbéliarde triple médaillée..

 » Il faut absolument que nos agriculteurs vivent de leur métier, que des solutions soient trouvés afin que leurs productions soient payées au juste prix. On ne peut pas continuer comme ça… » a t-il  confirmé dans les allées du salon.

Pour en revenir au salon, Jean Pierre Barbier a annoncé que la présence de l’Isère serait davantage visible dans les années à venir…

en attendant il a même joué les chefs cuistots pour mettre en avant notre gastronomie..

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Les villardes et les barraquands sur le ring


Le stand du Vercors au salon international de l’agriculture aurait moins d’attrait sans la présence des villardes, c’est certain.. Une fois de plus elles ont endossé le rôle de vedettes, tant aux abords du stand que lors des présentations sur le ring.

Véritable mémoire du patrimoine biologique, historique et culturel du Vercors, la Villarde a bien failli disparaître après la Seconde Guerre Mondiale. Dans les années 70 ne subsistaient que quelques dizaines d’animaux de « pure race » !

C’est en 1976, à l’initiative de l’administration, que furent entreprises les premières actions de conservation de la race en collaboration avec une poignée d’éleveurs motivés. La race fut ainsi sauvée in extremis. Depuis cette date, de nouveaux éleveurs se sont succédés pour conserver cette race à robe couleur froment qui fournit (avec la Montbéliarde et l’Abondance) le lait pour la fabrication de l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage dont la production est circonscrite au seul périmètre du Parc naturel régional du Vercors.

Les présentations faites ont permis à Daniel Vignon, président du Siver de présenter le bleu du Vercors Sassenage, son histoire, ses procédés de fabrication, des façons de le déguster..

Présent également

La race chevaline montagnarde française le Cheval du Vercors de Barraquand. Elle a été reconnue officiellement le 18 Juillet 2017 par le Ministère de l’Agriculture.

Cette labellisation a été rendue possible grâce à la ténacité de l’Association Nationale du Cheval du Vercors de Barraquand présidée par Sylvain Piltant.

De 1997 à 2004, le Parc naturel régional du Vercors a apporté son aide à la conser­vation des poulains et a soutenu indéfectiblement la reconnaissance de la race dans un objectif de valorisation économique.

Jacques Adenot, président du Parc Naturel Régional du Vercors présentant pour sa part le Vercors  » dans tous ces états, avec ses atouts aux multiples facettes tout en martelant:  » le Vercors sans son agriculture ne serait pas le Vercors.. »


Jean Pierre Barbier, président du conseil Départemental de l’Isère, accompagné de plusieurs conseillers départementaux dont Fabien Mulyk, Christian Coigné, Christophe Engrand; a rappelé combien l’agriculture joue un rôle important au niveau du département. Une agriculture diverse, qu’il faut préserver..

Frédérique Puissat sénatrice a tenu également à être présente pour encourager les éleveurs du Vercors..


On notera que les villardes étaient accompagnées par une vache bleue!




Catégorie A la uneCommentaires fermés

Quelle belle écriture!


Parmi les récompenses les plus méritoires on notera bien entendu les médailles , oui les médailles décrochées par Ecriture. Celle ci appartenant au GAEC de Sarapin à Panissage a obtenu  trois médailles d’or en race montbeliarde:

- Catégorie : Prix de la Meilleure Laitière de Race (46MLR)

- Catégorie : Femelles en 6ème lactation et plus (46F4C)

- Catégorie : Prix de Championnat Adulte (46CHA)

Inutile de décrire la joie des éleveurs qui concourent dans une race ou la concurrence est rude..

Jean Pierre Barbier, président du Conseil Départemental de l’Isère, accompagné de plusieurs conseillers du département dont Fabien Mulyk, Christian Coigné, Christophe Engrand ont tenu à féliciter Ecriture et ses éleveurs.  Jean Pierre Barbier rappelant  » que c’est par la qualité » que les agriculteurs s’en sortiront ». Et de rajouter:  » le département sera toujours à vos côtés. Nous voulons une agriculture iséroise dynamique et faire en sorte que les producteurs vivent décemment de leur métier. Le projet de pôle agroalimentaire, le lancement de la marque alpes Isère vont dans ce sens. »

La délégation présente a bien entendu rendu visite à tous les éleveurs présents à Paris pour les encourager dans leur démarche sachant  » qu’être à Paris pendant la durée du salon c’est beaucoup de sacrifices.. »

Une halte a également été faite devant les villardes..


Catégorie A la une, Département de l'Isère, élevageCommentaires fermés

Tempête Eleanor: des moyens exceptionnels


Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, suit de très près, en lien avec Bernard Perazio, vice-président chargé des routes, l’action des agents du Département mobilisés après le passage de la tempête Eleanor. L’ampleur du phénomène météorologique et ses conséquences sur le Département, a justifié la mobilisation de moyens humains et matériels exceptionnels (une centaine d’agents et plus de 70 véhicules) du Département afin de rétablir la sécurité et la circulation routière.
Les conséquences matérielles et humaines du passage de la tempête en Isère
La conjonction exceptionnelle de phénomènes climatiques (passage de la tempête Eleanor, fonte de la neige liée au redoux, pluies torrentielles, vent…) s’est traduit, dans la nuit du 3 au 4 janvier, par coulées de boue, éboulements, avalanches et inondations statiques sur le département de l’Isère. En 12 heures, il est tombé près de 80 à 100 mm (50 cm de neige au-dessus de 2500 m) et, sur les 3 derniers jours, l’équivalent de 1,5 mois de pluie.
Les secteurs les plus touchés sont les suivants :
- Secteurs Allevard / Crêt en Belledonne – coulées de boues,
- Secteurs St Marie du Mont – coulées de boue,
- Secteur de vallée du Grésivaudan (Froges) – inondation statique
- Oisans – coulées de boues et crue torrentielles sur les routes départementales

L’engagement de moyens humains et matériels exceptionnels pour rétablir progressivement la circulation et assurer la sécurité des Isérois
Actuellement, plus d’une centaine d’agents et environ 70 véhicules ont été engagés sur les secteurs touchés afin de rétablir, au plus vite, la circulation non seulement pour les usagers mais aussi pour les services de secours très sollicités. Les équipes du Département se concentrent en priorité sur les villes, les villages isolés et l’accès aux stations de ski.
Le Département travaille conjointement avec les sapeurs-pompiers de l’Isère, les forces de l’ordre et la Préfecture pour parer aux urgences notamment sur les routes actuellement fermées à la circulation en raison des avalanches.
Au-delà des accès à rétablir, les équipes du Département resteront très vigilantes quant à l’évolution de la situation dans les 24 prochaines heures dans la mesure où les rivières vont continuer à grossir et, partant, faire monter en charge le Drac et l’Isère. En outre, le risque d’avalanche demeure très fort.

Le Président du Département Jean-Pierre Barbier déclare : « Devant des événements climatiques d’une ampleur exceptionnelle, je tiens à saluer la réactivité, le professionnalisme et l’engagement de tous les acteurs – ingénieurs, techniciens, géologues, nivologues, hydrauliciens et autres agents des routes du Département, en lien étroit avec les services de secours, agents de la Préfecture – qui se sont mobilisés toute la journée et continueront à se mobiliser dans les prochains jours pour permettre un retour progressif à la normale dans les secteurs touchés par la tempête.

Notre priorité n°1 est de rétablir la circulation sur le réseau départemental dans les plus brefs délais une fois que les conditions de sécurité seront réunies notamment parce que nous aurons aussi à gérer, cette fin de semaine, un trafic routier soutenu lié aux départs dans les stations de ski en cette fin de vacances. J’invite les usagers, avant de prendre la route ou les transports en commun, à consulter le site www.itinisere.fr ».

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

REOUVERTURE DEFINITIVE DU CHAMBON


Ce vendredi 15 décembre 2017 à 12h00, a réouvert définitivement le tunnel du Chambon à la circulation.

Après deux années et demie de travaux intenses, le nouveau tunnel est désormais complètement équipé et va permettre une pleine circulation des vacanciers, professionnels et locaux à une semaine du grand démarrage de la saison.

C’était un immense défi désormais réussi, dans le respect du calendrier annoncé par le Département.

Un défi réussi : la réouverture définitive en 32 mois

En avril 2015, le tunnel du Chambon était fermé à la circulation. 2 ans et demi plus tard, il réouvre à la circulation conformément au calendrier prévisionnel, avec une semaine de marge avant les vacances de Noël.
Depuis décembre dernier de nombreux équipements supplémentaires ont été réalisés dans le tunnel :
- étanchéité et revêtements partiels du tunnel de dérivation
- assainissement
- réseaux énergie et fibre optique desservant les équipements
- chaussées et trottoirs
- réseau de défense incendie
- 6 niches de sécurité
- équipements de sécurité et d’exploitation du tunnel et de la galerie de secours (local technique, automates et outil de supervision des équipements, éclairage, réseau d’appel d’urgence, dispositifs de fermeture pilotable à distance à chaque tête par barrières et feux, videosurveillance, radio-transmission du réseau de communication des services de secours dans le tunnel)
Ces travaux ont été menés pendant les périodes de fermeture temporaire du tunnel, en saisons basses (printemps et automne 2017) durant lesquelles la route de secours a pris le relais pour la circulation.
En 2016, le tunnel de dérivation d’une longueur de 500m, venant se connecter à la galerie conservée de 500m de l’ancien tunnel, avait été percé.
Cette opération d’un montant de 24,4 millions d’euros était aussi un défi financier et politique, réussi grâce à la mobilisation des fonds du Département (45%), de l’Etat (25%) et des deux Régions Auvergne Rhône Alpes et PACA (15% chacune), auquel viennent s’ajouter les 8 millions d’euros de la route de secours.

Conditions de circulation dans le tunnel
>Vitesse de circulation limitée à 70km/h.
>Circulation autorisée pour les voitures, campings car, cars et PL de moins de 26t (réglementation de la RD1091)
>Circulation possible pour les cycles dans le tunnel
>Circulation interdite aux transports de matières dangereuses sauf desserte locale
>Circulation interdite aux PL de plus de 26t ne transportant pas de matière dangereuse sauf desserte locale
Tous les panneaux de circulation routiers et autoroutiers indiquent explicitement la réouverture du tunnel


L’économie locale sauvée par l’intervention du Département

Les saisons touristiques ont pu être sauvées grâce à la construction de la route de secours, qui avec le passage de 900 000 véhicules depuis sa création a permis de restaurer la liaison.

La réouverture temporaire du tunnel en décembre dernier puis durant l’été ont permis de relancer pleinement l’activité touristique, ce qui a été salué par les acteurs professionnels des Hautes-Alpes et de l’Isère. Sur ces deux périodes, ce sont 360 000 véhicules qui ont transité par le tunnel.
La réouverture définitive du tunnel redonne désormais des perspectives de développement durable aux territoires.
« Nous sortons la tête haute d’une période longue de deux ans durant laquelle nous avons traversé des épreuves et réussi. Nous nous y étions engagés, nous l’avons fait. Le tunnel du Chambon, c’est l’illustration d’une méthode propre à notre majorité au Département : nous savons agir vite, avec pragmatisme et sans précipitation, pour faire face à l’urgence » affirme Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

« C’est un exploit technique d’être arrivé à percer ce type de tunnel dans ce délai contraint et avec un degré de technicité aussi fort. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons réalisé, c’était un grand chantier pour un très grand ouvrage. Bravo à tous les ouvriers et tous les agents qui y ont travaillé ». assure Bernard Perazio, vice-président du Département en charge de la voirie.

Que va devenir la route de secours ?
La route de secours, d’une longueur de 5 kms pourrait devenir en saison, entre mai et septembre, une voie dédiée aux cyclistes qui souhaiteraient utiliser un parcours panoramique.
Cette route pourrait aussi servir d’itinéraire de délestage de la RD1091 en cas d’événement ou de chantiers.
Un travail partenarial est à mener avec les acteurs locaux, l’Etat et les propriétaires pour en finaliser l’usage futur, le Département ayant la volonté de valoriser cette route.

Catégorie A la une, Département de l'Isère, transportCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2018
L Ma Me J V S D
« juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+