OGM: en progression

Chacun sait que les cultures OGM sont très réglementées. Il est donc étonnant de découvrir de nouvelles surfaces cultivées de la sorte. Ça a été le cas mi-juillet dans le Nord Isère sur le canton de Roussillon . 57,77 ha de plantes transgéniques ont été découverts car inscrits sur le registre national des cultures OGM. Sur le territoire national, on comptabilise 21 000 ha de cultures OGM, en grande partie en sud-ouest, on en recense 270 en Rhône-Alpes dont un tiers en Nord Isère .

L’actualité des cultures transgéniques et le Nord Isère sont très liés. C’est en effet à Saint-Georges d’Espéranche que la France a découvert les premiers faucheurs volontaires. Le 7 juin 1997, 300 militants détruisent un champ de colza cultivé de façon transgénique. C ‘est une première en Europe. Trois militants seront appelés à comparaître.

La quasi totalité des surfaces cultivées en cultures transgéniques le sont en maïs Bt MON 810. L’explication provient du fait de la présence importante de parasites sur cette petite région. Il est avancé également un gain de temps et de productivité : 11,5 q /hectares de plus en moyenne. Pour les opposants aux cultures transgéniques, celles-ci vont tout polluer au moment de la pollinisation. De plus, de nombreuses coopératives ont signé des contrats avec leurs clients pour vendre des produits sans OGM. Le maïs transgénique n’est donc pas accepté. Les débouchés en France étant très limités, le maïs transgénique est commercialisé à l’étranger, en Espagne par exemple.

À noter enfin que quelques parcelles de peupliers sont également cultivées de façon transgénique. Le débat ne fait que commencer….

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page