Les fruits d’été en crise

En raison d’un début d’été plus que maussade, on a assisté à une mévente des fruits d’été tels que la pêche et la nectarine. Pour essayer d’enrayer cette mévente, le gouvernement a autorisé des ventes exceptionnelles pendant les week-end du mois d’août et de porter l’opération de deux à trois jours, à savoir du vendredi au dimanche.

Début août, près de la moitié de la production française de pêches et de nectarines était encore à écouler, soit plus de 150 000 t. De plus la mévente du mois de juillet s’est répercutée sur le prix d’achat aux producteurs : entre 0,70 et 1,40 € kilos seulement. Le ministre de l’agriculture Michel Barnier se dit très préoccupé de la situation, précisant qu’il la suivrait de très près. Selon la FNSEA, c’est à Bercy de mettre en place des solutions rapides pour compenser les pertes de revenu des producteurs.

Elle a également décidé d’organiser une rencontre avec les jeunes agriculteurs, la grande distribution, les coopératives et toutes les structures concernées afin d’étudier toutes les pistes possibles pour venir en aide à la filière fruits. Hélas la grande distribution ne s’est pas déplacée. Il a cependant été décidé que si la situation ne s’améliore pas rapidement la FNSEA demandera l’application du” coefficient multiplicateur”. Rappelons que ce système permet de limiter les marges de la distribution en cas de crise.

Comment également faire comprendre aux consommateurs que dans les hypers les fruits sont vendus à près de 2,70 € le kilo alors qu’ils sont payés moins de 1 € au producteur. La coordination rurale quant à elle demande qu’ une réflexion de fond soit menée.

En ce début août, nous sommes loin de la sortie de crise…

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page