Ces plantes qu’on dit envahissantes

Elles portent de jolis noms, pourtant. Comme l’ “impatiente de l’Himalaya”, “la panic capillaire” ou “la sporobole d’Inde”. Mais ce sont des “pestes végétales” qui peuvent porter atteinte à la santé humaine. La société botanique Gentiana, dans un livret édité par le Conseil général de l’Isère, a fait l’inventaire de ces espèces exotiques (il y en a une trentaine en Isère), “introduites volontairement pour l’agriculture ou l’horticulture, ou involontairement”. Ces plantes qui prolifèrent, car arrivées sans leurs prédateurs et concurrents naturels, peuvent venir de loin: de l’Amérique (du Nord, du centre et, dans une moindre mesure du Sud), de l’Asie centrale et du Sud-Est, de l’Afrique du Sud.

p1000160.jpg

On en trouve même dans le centre-ville de Grenoble…

La multiplication des échanges au XXe siècle, l’urbanisation et le développement de grands axes de communication, expliquent, pour Gentiana, l’expansion de ces espèces exotiques pionnières envahissantes et pas tout à fait inoffensives. On apprend en effet, dans ce fascicule, que près de 100 000 rhônalpins souffrent de problèmes liés à l’ambroisie (rhinite, conjonctivite, asthme, urticaire, eczéma), que “la berce du Caucase, cette belle ombellifère, peut quant à elle, provoquer de graves dermatoses après contact et exposition au soleil”.

La lutte contre ces espèces est donc déclarée (en Isère, un arrêté préfectoral a été pris le 7 mars 2000 à propos de l’ambroisie) et Gentiana invite les citoyens et les édiles à contribuer, par certaines initiatives simples, à réduire ou éviter la contamination. Parmi ces gestes citoyens: éviter d’acheter et de planter les espèces reconnues comme envahissantes, veiller -si elles son déjà présentes dans le jardin- à ce qu’elles n’en sortent pas, porter ses déchets verts dans une déchetterie, ne pas vider ses aquariums dans un cours d’eau, un étang, une mare, procéder à l’arrachage lorsqu’on découvre une station d’espèce envahissante, etc.

Quinze espèces sont présentées dans le livret de Gentiana: l’ailante ou faux vernis du Japon, l’ambroisie, les asters américains, la berce du Caucase, le bident à fruits noirs, le buddléia ou arbre aux papillons, l’érable négundo, l’impatiente de Balfour, l’impatiente de l’Himalaya, la jussie à grandes fleurs, le raisin d’Amérique, les renouées, le robinier faux acacia, le séneçon du Cap, le solidage géant. Contacts: service Environnement du CGI au 04.76.00.33.31 ou Gentiana (MNEI) au 04.76.03.37.37

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page