Symbhi: les riverains exposent leurs exigences

L’association des exploitants, des propriétaires et des riverains de l’Isère de la vallée du Grésivaudan (AEPRIG) a fait connaîre son mécontentement, récemment, vis-à-vis du Symbhi. Dans un tract diffusé notamment à l’occasion du comice de Theys, l’association explique qu’elle ne s’oppose en aucun cas au projet hydraulique présenté par le Symbhi mais demande plusieurs modifications sur le projet environnemental lié à celui-ci.

affiche-non-au-symbhi.jpg

Ainsi, l’association déclare s’opposer fermement aux emprises excessives de terres agricoles et des espaces boisés de Pontcharra à Grenoble. Elle accepte une servitude de passage le long des digues pour les interventions d’urgence. Elle demande que le lit de l’Isère soit entretenu:

-confortement de l’intérieur des berges

– enlèvement des alluvionnements

– gestion stricte de la végétation sur la rivière

afin que le volume soit augmenté de 1200m3.

Au-delà de ce débit, l’association aimerait connaître la chronologie de remplissage du CIC:

– pour une crue de 1200m3

– pour une crue de 1500m3

– pour une crue de 1800m3

L’association demande également que les champs d’inondation qui ont des habitations, des corps de ferme, des animaux, des serres, des cultures spécialisées, ne soient utilisées qu’en dernier. Elle ajoute que, dans ces mêmes zones, pour la pérennité du métier, il serait bon de pouvoir délivrer des permis de construire pour ces bâtiments agricoles avec leur logement de fonction.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page