Nord-Isère: limiter l’impact de la ligne de fret

Le Groupe Foncier & Installation (GFI)*, regroupement d’agriculteurs et d’élus du territoire de l’Isère Rhodanienne, nous a fait parvenir un communiqué sur le Contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise. Un projet qui inquiète la population locale et, en premier lieu, les exploitants agricoles dont les terres pourraient être amputées.

“Des remous secouent actuellement le territoire isérois concernant le choix du tracé du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise, reliant le noeud ferroviaire de Grenay à la vallée du Rhône. Sept lignes sont en cours d’étude, dont trois passeraient directement sur le Nord-Isère, dans un large zonage entre Feyzin et Roussillon.

Les réunions d’information se multiplient sur le territoire, la population locale est inquiète, et en premier lieu les agriculteurs, qui seront touchés de manière directe par cette  perte de foncier, qui va amputer leur outil de travail.
Les agriculteurs et les élus membres du GFI sont conscients de l’intérêt d’un projet de ligne de fret, qui rentre dans les objectifs de développement durable en limitant le développement routier.
Néanmoins, pour faire le choix le plus équitable possible, des arguments sont indispensables à prendre en compte :
• limiter la perte du foncier agricole pour les agriculteurs en place et garantir la pérennité de l’agriculture pour les jeunes de demain,
• éviter la déstructuration des entités agricoles cohérentes dues au travail de remembrement,
• limiter au maximum les perturbations dans les milieux écologiques sensibles (corridors écologiques, bassins versants, nappes phréatiques).

Si toutefois un aménagement de ce type s’imposait sur le territoire, il induirait une consommation importante de foncier qui fragiliserait la viabilité des exploitations agricoles.  Dans ce cas, la profession aura une position ferme sur les mesures compensatoires à appliquer  pour les agriculteurs. Le GFI rappelle que ces compensations ne serviraient pas leur intérêt financier, mais bien la défense de l’intérêt général en maintenant le potentiel agricole du territoire.

Aussi, le GFI s’associe à la mobilisation locale afin que la question du CFAL soit traitée de la manière la plus pertinente et la plus cohérente possible, en adéquation avec les critères du développement durable si cher aux politiques de développement territorial”.

* Le GFI vise à agir en faveur de la gouvernance en matière de foncier agricole et à favoriser l’installation agricole. Il fait partie intégrante du Comité de Territoire de l’Isère Rhodanienne (CT IR), association Loi 1901, qui oeuvre pour le développement local agricole et rural sur le territoire, en concertation avec la profession agricole, les élus des Collectivités Territoriales et les autres acteurs locaux. 

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page