Après Marseille, les brebis iront à Paris

Les éleveurs ovins, qui traversent une crise grave, sont plus que jamais mobilisés et multiplient les manifestations à travers la France pour faire connaître leur situation et sensibiliser le plus grand nombre à leur cause. Ils étaient à Clermont-Ferrand le 1er septembre, à Toulouse le 6 octobre, à Valence le 23 octobre, à Poitiers le 8 novembre. Aujourd’hui, ils étaient à Marseille où un troupeau de 2 500 brebis a investi le vieux port. Pour la fédération nationale ovine, « le but ultime est d’apporter la preuve que le métier est vivant et indispensable dans l’économie ».

logoovin.jpeg

Après Marseille, Paris. Les éleveurs et leurs brebis investiront la capitale jeudi  13 Novembre. Pour les Parisiens, la FNO a concocté une opération de communication sur le thème « Nos brebis font les paysages que vous aimez ». Le maintien des brebis sur tout le territoire constitue en effet un atout majeur pour la valorisation des paysages, le dynamisme économique et social de nos campagnes et pour notre patrimoine culturel et culinaire. Or faute de revenu suffisant, les éleveurs de moutons ne peuvent plus vivre de leur métier.

Si rien n’est fait, les brebis et leurs agneaux vont progressivement disparaître de nos territoires. C’est pour éviter cela que les éleveurs se mobilisent,  demandent le soutien du plus grand nombre. La sauvegarde de l’élevage ovin doit être une cause nationale.

Il y a urgence. Pour la FNO, il faut  « alerter l’opinion publique du sort réservé à notre production. Les éleveurs et leurs brebis iront chercher leur légitime rattrapage de revenu auprès des Pouvoirs Publics. Une mobilisation nationale de masse était pour cela indispensable ».

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page