Plateforme de St-Michel-les-Portes: passer à la vitesse supérieure

Importante pour ne pas dire primordiale après-midi pour l’avenir de la plateforme de St-Michel-les-Portes.

galvin-1.jpg

On reconnaît au premier rang, de gauche à droite: Charles Galvin, Erwann Binet, Patrick Chion et Jean Bernard Bellier

Avec le président de l’AFTBM, Patrick Chion comme guide, Erwann Binet, vice président du conseil Général en charge du développement  économique et son homologue Charles Galvin en charge de la forêt ont tenu à visiter cette fameuse  structure.

Il faut dire que cette plateforme, novatrice sur de nombreux points, est à la croisée des chemins. Elle fonctionne depuis près d’un an et cet outil, s’ il est performant, personne ne le conteste, doit passer à la vitesse supérieure.

galvin-2.jpg

Les deux conseillers généraux ont été impressionnés par la qualité de service rendue par le séchoir

Cela implique des investissements nouveaux, une autre dynamique afin de répondre favorablement aux attentes de l’ensemble de la filière.” On doit s’adapter aux besoins des utilisateurs” résumera le maire de St-Michel, Jean-Bernard Bellier. Ce dernier se dit prêt à se lancer dans la deuxième tranche de travaux, “à condition que tout soit organisé…”

Il a obtenu le soutien inconditionnel des deux conseillers généraux.

galvin-3.jpg

… ou rien n’est laissé au hasard, grâce à des machines de dernière génération

Charles Galvin:”Cette plateforme est un formidable atout pour notre filière locale. Comment accepter que la deuxième transformation ( maisons à ossature bois, menuisiers, menuiseries d’intérieur….)  s’approvisionne en bois en provenance d’Allemagne parce que l’on ne peut lui en fournir.

Si nous savons nous organiser, on peut répondre à leurs attentes et par delà créer des emplois non…délocalisables. Chacun doit garder en mémoire que 300 m3 travaillés correspondent à un emploi.

Je crois en l’avenir de cette plateforme mais il faut que tout le monde se mobilise. Voilà pourquoi je vais, sans tarder organiser une table ronde, avec tous les partenaires de la filière pour que chacun puisse s’exprimer et  que l’on définisse ensemble les objectifs à tenir.”

Charles Galvin croit dur comme…bois en ce concept: “Il devait se développer sur chaque massif de notre département”.

galvin-4.jpg

Erwann Binet, très attentif aux explications fournies par Patrick Chion…

Erwann  Binet, élu citadin découvre ce monde de la forêt.

Il a été impressionné par la structure, son fonctionnement et il est persuadé de sa réussite. “La crise touche tous les secteurs, sauf peut-être celui du tourisme ou de la nanotechnologie. Le Conseil Général s’est donné comme mission d’aider toutes les filières…dont celle du bois.

Cette réalisation entre parfaitement dans le cadre défini lors des dernières assises, à savoir celui de structurer la filière, de travailler l’amont mais également l’aval. Des réalisations comme celle-là apportent une vie dans des zones rurales ou les grosses entreprises ne viendront sans doute jamais. Utiliser le bois local, le valoriser, faire de la plus-value et la redistribuer sur place, voila les clés de la réussite”

gavin-5.jpg

Patrick Chion explique, à l’aide de plans, ce que sera l’extension de la plateforme

Patrick Chion a rappelé que la plateforme travaille en parfaite osmose avec celle de Noirétable.”Nous sommes complémentaires d’autant plus que l’on ne travaille pas les mêmes essences. Dans la Loire, ils travaillent essentiellement le Douglas, ici le mélèze, l’épicéa.”

Le problème de la tempête qui a secoué la forêt landaise a été abordé. Patrick Chion:”Michel Barnier a été clair envers les propriétaires forestiers: retournez vous vers vos compagnies d’assurances. Les propriétaires ont réagi de la façon suivante: on laisse les arbres en l’état et on verra!

Jean Bernard, président de l’UGDFI: “Cette tempête a eu des effets néfastes sur le marché du bois d’emballage qui est sinistré. On doit donc jouer sur la qualité, le marché étant dorénavant mondial, il faut respecter les normes, répondre aux attentes des acteurs de la filière, jouer gagnant-gagnant avec les charpentiers, scieurs…”

Quatre étudiants de L’IUP Pierre Mendès France de Grenoble, se sont penchés sur l’opportunité d’améliorer le service offert par la plateforme.

etudiants.jpg

Trois d’entre eux se sont déplacés pour exposer le fruit de leur travail. Ils ont même proposé un plan d’attaque très apprécié par les personnes présentes.

Celles-ci attendent avec impatience la table ronde que va organiser Charles Galvin.

Gilbert

3 thoughts on “Plateforme de St-Michel-les-Portes: passer à la vitesse supérieure

  1. Cette volonté du Conseil Général 38 – “ce concept devrait se développer sur chaque massif de notre département” – est le message de lucidité qui devra être entendu par les élus locaux et pris en compte pour un développement de la filière locale sinon, nos bois de montagne, reconnus pour leurs qualités continueront à quitter notre région et les utilisateurs locaux s’approvisionneront comme aujourd’hui en bois étrangers.
    Daniel BONNET
    responsable du groupement des sylviculteurs du Vercors 4 montagnes

  2. A tous les Présidents des groupements de Propriétaires Forestiers de l’Isère, cet outil a été dimensionné pour être reproduit sur l’ensemble du territoire de notre département et donner à l’amont de la filière une chance d’évolution et de réussite en produisant des bois de qualité mécanique reconnue et appréciée par la deuxième transformation ainsi que par les bureaux d’études.
    C’est la réponse au questionnement du Président du groupement de Vercors Quatre Montagnes.

  3. Merci Daniel pour votre commentaire et Patrick pour votre réponse.
    Charles Galvin a répondu de façon très claire à ma question:”Oui cet outil doit se pérénniser, se développer à St-Michel et il doit faire école. D’autres plateformes doivent voir le jour sur nos massifs.C’est du moins le fort souhait du Conseil général”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page