Plan de lutte contre le cynips du châtaignier

Le Cynips du châtaignier (Dryocosmus kuriphilus Yasumatsu, 1951 ;Hyménoptère Cynipidé), appelé aussi Chalcide du châtaignier, est considéré au niveau mondial comme le ravageur le plus important de cette essence. Originaire de Chine, il a été introduit au Japon, en Corée, dans le Sud-Est des États-Unis, en Italie en 2002, dans le Piémont puis en Ligurie, en Émilie-Romagne et en Toscane puis en 2005 en Slovénie et en 2007 dans le sud de la France (Saint-Dalmas-le-Selvage et Valdeblore dans les Alpes-Maritimes) où il a été rapidement éradiqué en brûlant les arbres infestés.

chataignerAu printemps 2010, le cynips est repéré pour la première fois en Ardèche, la principale zone de production française.

Les adultes pondent dans les bourgeons pendant la saison de végétation.

Les larves séjournent dans les bourgeons et passent l’hiver sans que le parasite puisse être détecté. Au printemps suivant, les larves se développent et, sous l’effet des toxines qu’elles secrètent, se forme des galles plus ou moins rouges à la place de la pousse normale. Les plants infestés, au lieu de porter des feuilles et des fruits, ne donnent qu’une pousse très courte avec quelques feuilles déformées par les galles. À terme, cela provoque une perte de vigueur et la mortalité de rameaux (chute de la production fruitière pouvant atteindre 60 à 80 %) voire dans le pire des cas des arbres.

Les adultes quittent les galles entre mai et juillet pour aller pondre et recommencer un nouveau cycle (une génération annuelle).

les zones de lutte 2010-2011 et les mesures en cours

La mise en circulation de végétaux ou parties de végétaux de Castanea mill. destinés à la plantation (plants, boutures, greffons) autres que les semences et les fruits en dehors de leurs parcelles de production ou du lieu de commercialisation, est interdite à l’intérieur et à l’extérieur des zones de lutte sur une période de 3 ans. Les grumes destinées aux scieries ne sont pas concernées. Toutefois il est recommandé la destruction sur place par brûlage des branchages (portant des bourgeons ou feuilles) résultant de l’élagage des châtaigniers.


Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page