Archive | arboriculture

Les arboriculteurs trahis !

Communiqué de la coordination rurale.

L’adhésion de la caisse de solidarité arboricole au FMSE (Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnemental) a été votée hier lors du Conseil d’administration de la caisse de solidarité professionnelle arboricole.

Seule la CR défend les arboriculteurs !

Parmi les cinq représentants des agriculteurs présents, la Coordination Rurale a été le seul syndicat à s’opposer à cette décision, respectant ainsi la volonté de plus de la moitié des arboriculteurs et de certaines AOP (Associations d’Organisations de Producteurs). Jean-Louis Ogier, arboriculteur en Rhône Alpes et représentant de la CR à cette réunion a demandé la prise en compte de ces avis, et la sollicitation des AOP n’ayant pas donné leur position sur ce sujet. Au mépris des futurs cotisants à la caisse, cela a été refusé.

Des conséquences financières importantes

Les conséquences de cette adhésion ne seront pas anodines pour les arboriculteurs : les cotisations, aujourd’hui volontaires, seront demain obligatoires et directement prélevées par la MSA à chaque arboriculteur.

Une mesure contre-productive

La logique qui sous-tend cette décision est d’éradiquer la maladie de la Sharka, ce qui relève plus de la croyance irrationnelle que de la réalité. En effet, la CR rappelle que la maladie est aujourd’hui présente sur les végétaux sauvages, les fruitiers des particuliers ou les ornementaux des collectivités, terrains où la lutte obligatoire ne peut pas intervenir. La dissémination est telle que l’éradication est devenue impossible. Cette croisade anti-Sharka a déjà coûté à la France la moitié de sa production de pêches, et par là même la disparition d’exploitations et d’emplois. Cette gabegie économique doit cesser.

La CR demande à revenir au pragmatisme et au bon sens. Il ne s’agit de rien d’autre que d’un désengagement de l’Etat dans la lutte obligatoire contre des maladies, souvent introduites par les importations subies par les agriculteurs. Les arboriculteurs français croulent déjà sous les charges et ne pourront pas supporter encore longtemps cet amoncellement de cotisations et règlementations.


Coordination Rurale de l’Isère

Fabienne CHARDES – Animatrice
Chemin des Troupières – Route de Cornavent – 69360 COMMUNAY
Tel/Fax : 04 37 65 96 16 – Mob : 06 84 72 71 79
Site: www.coordinationrurale.fr/rhone-alpes

border
border
border
border
border

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Enquête Inventaire national des vergers

L’enquête « Inventaire national des vergers » réalisée par le ministère de l’Agriculture se déroulera à partir du 2 avril 2013.

Le Décret n° 2011-670 du 14 juin 2011 définit les conditions de réalisation de l’inventaire des vergers exploités à titre professionnel.
Cet inventaire permettra de connaître précisément l’état des superficies arboricoles et du potentiel de production et de disposer d’outils de prévision de récolte et de l’offre sur les marchés.

noyer

Sont concernées, les exploitations qui avaient déclaré au recensement agricole 2010, une surface supérieure à 1ha en pêche, abricot, prune, pomme, noix, agrume, kiwi ou à 0,5 ha en cerise, poire et raisin de table.

Pour répondre aux exigences du plan écophyto 2018, une enquête phyto-fruit a été associée pour une partie des vergers. Un tirage aléatoire a été fait par espèce fruitière, et au sein de l’exploitation par parcelle sur l’espèce concernée. En Rhône-Alpes, ce volet phyto concerne environ un quart des exploitations enquêtées pour l’inventaire.

Chaque exploitation concernée par cette enquête sur la région a été avertie par un courrier de la Draaf de Rhône-Alpes.

Un(e) enquêteur-(trice) de la Draaf, muni-e d’une carte professionnelle, prendra rendez vous au préalable.

Un exemplaire du questionnaire est consultable en ligne: cliquer ici , mais l’enquêteur disposera d’une version informatique et renseignera le questionnaire directement sur ordinateur portable.

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Indemnisation pour calamité agricole sur cerises et fraises

Le comité national de l’assurance en agriculture réuni le 10/10/2012 a donné des avis favorables aux dossiers de reconnaissances de calamité agricole pour les pertes :

  • de récolte de cerises dues aux pluies excessives
  • de fonds sur fraises hors sol, plein champ et sous tunnels froids dues au gel

Les agriculteurs présents sur les communes concernées précisées dans les arrêtés de reconnaissance ci dessous peuvent déposer un dossier à la DDT de l’Isère avant le 14/12/2012.

Le formulaire, ses annexes et la notice sont téléchargeables ci dessous et disponibles dans les mairies des communes concernées.

Le Service Agriculture et Développement Rural de la Direction Départementale des Territoires de l’Isère est au service des agriculteurs pour répondre à leurs questions.

CONTACT DDT : Cécile Gallin Martel : 04 56 59 45 31

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Ardèche: pertes de récoltes de cerises reconnues en calamité agricole

Le comité national de garantie des risques en agriculture réuni le 10 octobre 2012 a
donné un avis favorable à la demande de reconnaissance de calamité agricole pour les
pertes de récolte sur cerises pour l’ensemble du département de l’Ardèche.

La campagne de dépôt des demandes d’indemnisation sera ouverte à partir du 25
octobre 2012 et jusqu’au 30 novembre 2012. Les demandes devront être déposées par
télédéclaration via TéléCALAM, accompagnées des pièces justificatives (factures et bons
de livraisons pour 2010, 2011et 2012) et le cas échéant, la notification d’indemnisation
de vos pertes par votre assureur.

La direction départementale des territoires (DDT) rappelle que TéléCALAM est une
téléprocédure sécurisée (accès par identifiant et mot de passe) permettant aux
agriculteurs d’effectuer rapidement leur demande d’indemnisation dans le cadre de la
procédure des calamités agricoles.

L’accès se fait grâce à internet sur le site :
http://www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr rubrique « TéléCALAM ».
TéléCALAM sera ouvert 24H/24
à compter du 25/10/2012 jusqu’au 30/11/2012.

Les modifications sont possibles à tout moment, jusqu’à la clôture de la période de
déclaration, et ce tant que la déclaration n’est pas signée.

Pour débuter dans leur démarche et notamment pour s’inscrire sur TéléCALAM, les
télédéclarants disposent d’une assistance téléphonique nationale au 0800 000 750
(appel gratuit depuis un fixe, du lundi au vendredi, de 9h à 18h).

La DDT a également édité un guide de télédéclaration. Il sera envoyé aux coopératives,
(VIVACOOP à ST SERNIN et RHODACOOP à SARRAS) à la Chambre d’Agriculture ainsi
qu’aux syndicats agricoles. Il sera également consultable sur le site de la DDT :
www.ardeche.equipement.gouv.fr

Le formulaire de demande d’indemnisation est également téléchargeable sur le site
téléCALAM pour les exploitants qui souhaiteraient faire un « dossier papier ». Ces
demandes devront impérativement être retournées à la DDT avant le 30/11/2012,
accompagnés des pièces justificatives.

Pour toute information, vous pouvez contacter la DDT: Eléonore RAKOTONIRINA (04 75
66 70 68), Claudine AUGIER (04 75 66 70 47); Charly CHAPUIS (04 75 66 70 43) ou
Corinne GOMES (04 75 66 70 54).

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Rencontre « bord de champs » pour les arboriculteurs et nuciculteurs du Grésivaudan

Dans le cadre de son action sur l’accompagnement à l’évolution des pratiques en
agriculture, en partenariat avec la chambre d’agriculture de l’Isère, l’Association pour le
développement de l’agriculture biologique (ADABio) et la Région Rhône-Alpes, la
communauté de communes propose une rencontre « bord de champs » pour les
professionnels de l’arboriculture et de la nuciculture (culture de la noix) :
Le jeudi 22 mars 2012 à la Buissière
(parcelles situées à proximité de la RD 1090 – accès fléché)

Sous forme d’échanges techniques entre professionnels, cette rencontre est l’occasion
pour les agriculteurs de découvrir d’autres techniques et types de matériel, par des
démonstrations sur le terrain et des témoignages.

AU PROGRAMME :

A partir de 9h30 :
La matinée sera consacrée à la nuciculture : présentation et démonstration de matériel
d’aération du sol et d’entretien du rang en noyer.

Avec la participation de Ghislain Bouvet, référent technique régional noix bio de la chambre
d’agriculture de l’Isère.

A partir de 14 h :
L’après-midi sera dédiée à l’arboriculture (pomme – poire) : présentation et démonstration
de matériel d’entretien du rang en pommier.

Avec la participation de Sophie Stévenin et Jean-Michel Navarro, référents techniques
arboriculture bio de la chambre d’agriculture de la Drôme et de l’ADABio.

Contact:

Communauté de communes du Grésivaudan

115 rue Louis Néel – 38926 Crolles Cedex – Tél. 04 76 08 04 57 – Fax. 04 76 08 85 61

Catégorie arboriculture, nucicultureCommentaires fermés

Chanabel en sursis

La coopérative fruitière Chanabel, placée en redressement judiciaire reste en période d’observation jusqu’en février 2012. Dirigeants, salariés de la coopérative du roussillonnais attendaient avec beaucoup d’inquiétude la décision du tribunal de commerce concernant son avenir. On parlait même d’une fermeture définitive suite à une liquidation judiciaire. Ce n’est pas le cas. Le tribunal de commerce a décidé de demander la poursuite de la période d’observation. Une nouvelle audience a été fixée au 14 février 2012 pour faire le point et étudier d’éventuelles offres de reprise.

Catégorie arboriculture, economie/emploiCommentaires fermés

Trophées de l’installation: un drômois récompensé

Afin d’encourager les jeunes à s’installer en agriculture, tout en valorisant les initiatives les plus innovantes, la fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF) et les Jeunes Agriculteurs, organisent  les Trophées de l’installation.

Ce nouveau concours vise à identifier les meilleurs projets au sein de la filière fruits et à mieux connaître les freins à l’installation et les solutions existantes. Au final il s’agit de valoriser les initiatives choisies, et de les promouvoir sous l’angle du développement durable ou de la performance économique.

Un producteur de la Drôme récompensé.

trophées

Mathieu CHALEAT arboriculteur à Albon, Drôme a obtenu le prix de l’innovation agronomique.

Après l’obtention de son bac S, Mathieu part à Angers, à l’INPH (Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage). Il devient, au terme de cinq années d’études, un jeune ingénieur horticole spécialisé en fruits et légumes. Il retourne alors auprès de ses parents, dans la Drôme, et crée avec son père une EARL. « Je trouve ça intéressant d’être associé avec mon père. On pense à deux, ça nous permet de mûrir nos réflexions et de prendre les meilleures décisions », synthétise le jeune homme.

Repères

41 hectares de fraises, cerises, pêches, abricots, poires, pommes, tomates conserve et, accessoirement, quelques céréales en rotation de culture.
Chiffre d’affaires 2010 : 370 000 euros.
Commercialisation : 95 % de la production via Rhoda Coop, 5 % en vente directe via un petit stand au bord de la RN 7.

Son rêve

Mathieu livre la majorité de sa production à la coopérative Rhoda Coop. « Mon père et moi, on se concentre vraiment sur la production, on ne gère pas la partie post‐récolte », explique Mathieu. Une prise de position louable qui ne les a pas empêchés de mettre en place un petit point de vente directe, au bord de la nationale 7. « C’est ma mère qui le tient pour l’instant », explique Mathieu. Son rêve, pourtant, est de développer la vente directe, avec la mise en place de chambres froides et d’un véritable local de vente.

Son projet

Mathieu souhaite avant tout soigner sa production : produire intelligemment de bons fruits, sans se ruiner ! Il a commencé à planter, sur un petit hectare, une variété d’abricotiers résistant à la sharka, cette maladie virale dévastatrice transmise par les pucerons et contre laquelle il n’existe actuellement aucun traitement ! Il veut étendre la démarche à l’avenir… Il a également commencé à mettre des filets de protection contre la grêle sur certaines de ces parcelles. Il veut poursuivre dans cet élan avec l’idée sous‐jacente de compléter un jour le maillage existant sur les côtés pour lutter contre la carpocapse, lépidoptère qui pond dans les pommes : les fameux vers de la pomme !

Ses résultats

En 2009, l’exploitation de Mathieu obtient la qualification Globalgap. Cela signifie que Mathieu réduit au minimum les impacts nocifs des activités agricoles sur l’environnement, en diminuant l’utilisation des intrants chimiques et en garantissant une approche responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés.

L’avis du jury

UNE AGRICULTURE DE PRÉCISION. Malgré la difficulté du parcellaire, Mathieu est la preuve qu’il est possible de réaliser une agriculture de précision et de haute technicité. Toujours à la pointe de la technique, c’est en gérant au maximum ses ressources que Mathieu peut limiter ses coûts de production et tendre vers toujours plus de productivité. Séparer les tâches de production et de commercialisation, c’est se donner l’occasion de maîtriser au maximum l’un des deux postes.

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Biassu croque l’actu fruitière!

La production fruitière est en crise! Même si le ministre de l’agriculture vient de promettre des millions d’euros à la filière, les producteurs de fruits ont le moral dans les chaussettes. Biassu croque cette actu à sa manière…

biassu fruits

Catégorie Biassu, arboricultureCommentaires fermés

La mineuse du marronnier

La mineuse du marronnier est un insecte que nous rencontrons un peu partout depuis ces dernières années. en quelques années elle a infesté des millions de marronniers dans presque toute l’Europe occidentale, provoquant le dessèchement du feuillage prématurément en été. Cet arbre non forestier est une composante importante de notre environnement: allées, parcs,… Tous les départements de la région Rhône-Alpes sont concernés par ce fléau.

Mineuse du marronnier, papillon et larve

Pour en savoir plus, cliquer sur:

MINEUSE du Marronier-Cameraria ohridella pdf

Catégorie arboriculture, forêtCommentaires fermés

Cuisine du soleil : ils régalent votre été

L’été, c’est la saison propice aux barbecues entre amis ou aux piqueniques en famille. Les industriels ont bien compris l’importance de cette saison pour leur chiffre d’affaire. Ils mettent en avant certains produits à l’approche de l’été, misent sur des best-sellers et jouent à fond la carte de la découverte de saveurs étrangères. Grillades, tapas, fruits et légumes… Comment sommesnous poussés à consommer une cuisine typiquement estivale ? Capital a plongé dans les coulisses de tous ceux qui concoctent vos assiettes pour l’été.

Crevettes, gambas : les nouveaux rois de la grillade
Le barbecue… un ingrédient incontournable des soirées estivales. Tout le monde connaît les merguez, brochettes et autres côtelettes à faire griller. Mais on assiste depuis quelques temps à l’apparition sur les étals des gambas. Elles sont même devenues l’ingrédient indispensable d’une grillade réussie. Près de 65 000 tonnes sont consommées par an. Mais dans quelles conditions sont-elles pêchées ? Pourquoi les prix varient-ils autant ? La qualité est-elle au rendez-vous ?

Goût du soleil : les secrets des herbes de Provence –
Pour parfumer sa cuisine, rien de tel que les herbes de Provence ! Et si elles sont autant répandues aujourd’hui, c’est parce qu’elles peuvent aussi bien agrémenter une grillage, une salade qu’un gratin. Les Français en sont très friands, puisqu’il s’en vend près de 1 000 tonnes chaque année. Derrière l’appellation « herbes de Provence » se cachent en réalité quatre plantes : le thym, le romarin, la sarrette et la marjolaine… des herbes typiquement provençales. Pourtant, ces herbes peuvent venir d’horizons plus lointains. Du Lubéron à l’Albanie, Capital vous dévoile la face cachée des herbes de Provences.

Fruits de l’été : quand les pêches et les brugnons débarquent –
La saison estivale est particulièrement propice à la dégustation de fruits. Et pour les pêches et les brugnons, tout se joue entre juin et septembre : 6 à 7 kilos sont consommés par personne pendant l’été. Généralement la pêche est produite dans le sud de la France, mais aujourd’hui la concurrence espagnole se fait de plus en plus forte. Producteurs, grande distribution, qui sont les acteurs de ce marché ? Capital décrypte pour vous le business de cette filière.

Aoste, Serrano, Bayonne : la guerre du jambon sec – Stéphane Haussy
En chiffonnade, en sandwich, avec du melon : le jambon sec est un produit phare de l’été. Bayonne, Parme, Aoste, Serrano, Iberico : les appellations évoquent l’Europe des vacances. Mais il n’est pas toujours facile de se retrouver dans les origines. Du jambon à 8 euros le kilo, à celui à 2 000 euros, quelles sont les différences ? Les fabricants respectent-ils encore terroirs et traditions ?

Capital, M6 dimanche 24 juillet 20H45

Catégorie arboriculture, consommationCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

avril 2014
L Ma Me J V S D
« mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+