Archive | élevage

13èmes Ovinpiades des Jeunes Bergers

Les Ovinpiades des Jeunes Bergers, compétition organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière ovine, ont pour objectif de promouvoir le métier d’éleveur ovin et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles.

Recherche des élèves qui sortent du troupeau
Organisée sur la ferme du lycée agricole de la Côte Saint-André, la finale territoriale de Rhône-Alpes a réuni 37 élèves âgés de 16 à 24 ans et issus de 8 établissements d’enseignement agricoles : LEGTA Edouard Herriot à Cibeins à Miserieux (01) ; EPLEFPA Olivier de Serres à Aubenas (07) ; EPLEFPA de la Côte Saint-André (38) ; MFREO de Chatte (38) ; EPLEFPA de Montbrison – Précieux à Montbrison (42) ; Ressins-Sup à Nandax (42) ; EPLEFPA Roanne Chervé à Le Coteau (42) ; MFREO de Saint-Laurent de Chamousset (69).
Ces candidats sélectionnés localement sont venus tenter de se qualifier pour la 13ème finale nationale qui se déroulera le samedi 24 février 2018, au Salon International de l’Agriculture à Paris, sur le Grand Ring dans le Hall1. Suite à cette compétition régionale, les 2 candidats arrivés en tête du classement régional auront ainsi la chance d’espérer conquérir le titre national de Meilleur Jeune Berger 2018, et représenteront avec fierté leur région, face aux 36 autres candidats.
Pour cela, ils ont dû se soumettre à des épreuves alliant théorie et pratique : l’évaluation de l’état d’engraissement et poids d’agneaux de boucherie, le choix d’un bélier, le parage des onglons, le tri de brebis avec lecture de boucles électroniques, la manipulation et l’évaluation de l’état corporel, le quizz et la reconnaissance des races.
A l’issus d’une compétition, très disputée, Benjamin Brelan de l’EPLEFPA de Montbrison (42) et Amélie Veyre de l’EPLEFPA de la Côte Saint-André (38) sont les Meilleurs Jeunes Bergers de Rhône-Alpes.

Les Ovinpiades pour porter haut une filière qui recrute
Depuis quelques années, la filière ovine cherche à susciter des vocations parmi les jeunes. Les Ovinpiades des Jeunes Bergers est l’un des symboles de cette volonté d’installer des nouveaux éleveurs de brebis en France.
Au cours des 15 prochaines années, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes et 39% des éleveurs de brebis laitières partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement de ses générations mais également le maintien de sa production, la filière ovine doit donc installer près de 10 000 éleveurs dans la prochaine décennie. Et les atouts de cette production ne manquent pas : une politique agricole commune favorable, un bon maintien des prix, une adaptabilité remarquable des animaux offrant un large panel de conduites d’élevage possibles, une demande en viande d’agneau supérieure à l’offre,  des débouchés variés, des opportunités dans les démarches qualité… Et argument non négligeable, les investissements nécessaires étant modérés, le retour sur investissement est rapide !

Avec le programme Inn’ovin, la filière se mobilise pour relever les défis de demain : créer plus d’emplois sur l’ensemble du territoire pour satisfaire la demande en agneaux et en lait, et rendre ce métier plus attractif en permettant à l’éleveur de dégager un meilleur revenu tout en travaillant dans de meilleures conditions. Des axes de travail ont été identifiés pour favoriser les installations, accroitre les performances technico-économiques, améliorer les conditions de travail et produire durable

Plus qu’un concours, une découverte
La filière cherche maintenant à rencontrer ses futurs producteurs. Et pour que la rencontre ait lieu, quoi de mieux qu’une immersion dans une ambiance conviviale offrant la possibilité d’échanges privilégiés ?
Les Ovinpiades des Jeunes Bergers sont une invitation à découvrir le métier d’éleveur ovin de l’intérieur, à travers de gestes concrets et d’échanges avec des professionnels. Ces 5 dernières années, le concours a permis à plus de 5000 élèves de manipuler des brebis et de se projeter dans cette production qu’ils ne connaissent peu ou pas du tout, et en même temps d’en avoir une image plus positive.
Outre la technicité et la modernité de cet élevage, ils découvrent aussi son potentiel : organisation du travail, équipement, aide à l’installation, conduite d’élevage…

Les meilleurs jeunes bergers de Rhône-Alpes sont :
Benjamin Brelan ● EPLEFPA de Montbrison (42)
Amélie Veyre ● EPLEFPA de la Côte Saint-André (38)

1

Catégorie élevageCommentaires fermés

Évolution des mesures de prévention de la fièvre catarrhale ovine (FCO) en Isère.

La fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue
(bluetongue), est une maladie virale, transmise uniquement par des insectes piqueurs
(moucherons). 24 virus différents sont répertoriés dans le monde, ils sont appelés
sérotypes et sont numérotés de 1 à 24. Les espèces sensibles à la FCO sont les
ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages.

Cette maladie est strictement animale, elle n’affecte pas l’homme et elle n’a
aucune incidence sur la qualité des viandes et du lait.

L’Isère était jusqu’à présent, comme 98 % des départements métropolitains, en zone
réglementée pour le virus de sérotype 8.
Avec la mise en évidence mercredi dernier d’un cas lié au virus de sérotype 4 en Haute-
Savoie, elle entre dorénavant dans la zone de surveillance pour le virus de sérotype 4.
Conformément à la réglementation européenne, un périmètre de restriction, ainsi qu’une
zone de protection et de surveillance, ont été mises en place respectivement dans des
rayons de 20, 100 et 150 km autour du foyer de Haute-Savoie par arrêté du ministre en
charge de l’agriculture. Les départements de l’Ain, du Doubs, du Jura, de la Savoie et de
la Haute-Savoie sont placés en zone de protection où une vaccination contre le virus de
sérotype 4 est rendue obligatoire en sus des mesures déjà applicables à la zone de
surveillance.
Les départements des Hautes-Alpes, de la Côte-d’Or, de l’Isère, du Rhône, de la Haute-
Saône, de la Saône-et-Loire et du Territoire de Belfort sont placés en zone de
surveillance. Ce zonage qui vise à contenir l’évolution de la maladie entraîne dans la
zone de surveillance, et donc en Isère, la mise en place des mesures suivantes :
• limitation des mouvements des animaux sensibles à la FCO et de leurs
semences, ovules et embryons à la zone de surveillance. Les animaux peuvent
circuler au sein de cette zone, mais ne peuvent pas en sortir sauf pour les
exportations vers l’Italie et l’Espagne ou pour leur abattage
• les ruminants d’Isère peuvent être acheminés à destination d’un abattoir hors
zone de surveillance, à condition que le transport soit direct, sans rupture de
charge, dans un moyen de transport désinsectisé, que l’abattage soit réalisé sous
24 heures et que les bouveries des abattoirs soient désinsectisées. Les
ruminants en provenance de la zone de protection peuvent être abattus en Isère
sous les mêmes conditions ;
• les exportations vers l’Italie sont maintenues vers les zones réglementées d’Italie
où le virus de sérotype 4 est endémique (liste détaillée des territoires consultable
sur le site : https://ec.europa.eu/food/sites/food/files/animals/docs/ad_controlmeasures_
bt_restrictedzones_en.pdf) et à condition que le moyen de transport soit
désinsectisé ;
• Les exportations vers l’Espagne sont maintenues selon les conditions définies
dans l’accord bilatéral franco-espagnol établi pour le virus de sérotype 8 ;
• les véhicules utilisés pour le transport des animaux traversant la zone de
surveillance doivent être désinsectisés ;
• interdiction de présenter des animaux sensibles à la FCO sur les foires et
marchés ;
• surveillance renforcée des élevages de ruminants par les vétérinaires.

Des dérogations sont possibles. Tout renseignement peut être obtenu auprès de :

Catégorie prophylaxie, élevageCommentaires fermés

Concours Annuel Professionnel Tomme de Savoie IGP

Cette année, le Concours Annuel Professionnel de la Tomme de Savoie IGP s’est tenu pendant l’Ancileviennerie à Annecy-le-Vieux, ce dimanche 22 octobre.

Réservé aux professionnels de la filière, il a récompensé les meilleures productions de Tomme de Savoie IGP de l’année, par catégories. Une vingtaine de producteurs fermiers et de fromageries ont comparé le fruit de leur production et connaissent leur position sur le marché de la Tomme de Savoie IGP. Conformité au cahier des charges mis en place dans le cadre de l’IGP (forme, poids et aspect visuel et particularités organoleptiques) ont été étudiées pendant ce concours.

Sans titre


Tomme de Savoie : la doyenne des fromages de Savoie !
Confectionnée jadis par chaque fermier, la Tomme de Savoie est réputée pour être le plus ancien des fromages de Savoie. Menacée de disparaître parce qu’elle ne bénéficiait pas de la notoriété des fromages de garde (tel que l’Emmental de Savoie), la Tomme de Savoie a fini par investir les fruitières.

En effet, sa petite taille permettait de fabriquer du fromage lorsqu’il n’y avait pas assez de lait pour un fromage de grande taille. Aujourd’hui, elle est fabriquée en fruitière mais aussi comme jadis à la ferme !

En chiffres : près de 700 producteurs de lait IGP • plus de 30 producteurs fermiers • près de 30 fruitières et caves d’affinage • 6 400 tonnes produites en 2016.

Catégorie agro-alimentaire, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Encore plus de viande en provenance du Brésil, d’Argentine..

Dans le cadre de l’accord de libre-échange négocié actuellement par la Commission européenne avec le bloc de pays sud-américains, INTERBEV, l’Interprofession Elevage et Viande, s’alarme d’un nouveau quota d’importations à taux de douane réduits de 70 000 tonnes, proposé au Brésil et à l’Argentine, principaux exportateurs mondiaux de viandes bovines produites « à bas coûts ».

Malgré les grandes difficultés économiques de la filière viande bovine française et les conclusions très préoccupantes de la Commission d’experts français sur l’accord Canada/UE (CETA), la Commission européenne continue de privilégier sa politique commerciale en voulant conclure rapidement un accord avec le Mercosur. Comme les viandes canadiennes, les viandes bovines sud-américaines ne répondent en aucun point aux attentes des consommateurs, que ce soit en termes de traçabilité, de sécurité sanitaire, d’environnement et de protection animale.

En effet, ces viandes sont produites au sein de systèmes d’élevage pas ou peu règlementés, largement responsables de la déforestation, utilisant farines animales et autres traitements vétérinaires strictement interdits au sein de l’Union européenne.

C’est pour toutes ces raisons qu’INTERBEV dénonce avec force l’irresponsabilité de ces futures négociations commerciales et demande au Gouvernement français de rejeter ce nouvel accord.

Pour Dominique LANGLOIS, Président d’INTERBEV : « Notre demande d’exclusion définitive de la viande bovine de tout accord commercial entre l’UE et le Mercosur est non négociable. Nous refusons que les viandes bovines servent une nouvelle fois de monnaie d’échange. Il en va de l’avenir de la filière bovine française, au service des populations, des territoires et de l’environnement. »

Catégorie Union européenne, consommation, élevageCommentaires fermés

Après les coquilles, les cocos!

Pour sa deuxième édition, la fête du Coco de Paimpol a connu un franc succès qui prouve que le Vercors et la Bretagne sont vraiment des contrées amies..

Cette fête organisée par l’association cuisine et passion fait suite à la fameuse fête de la coquille St Jacques, qui rappelons le en sera à sa dixième édition en 2018…  Si on rajoute que Le bleu qui fêtera son 20ème anniversaire de l’obtention de l’AOC, on peut dire que le Vercors sera à la fête en 2018…

Pour en revenir aux  coco de Paimpol,  un haricot « demi-sec », facilement reconnaissable à la robe jaune paille et les petites marbrures violettes de sa cosse. Les grains sont blancs, d’une forme ovale presque ronde.

Ses qualités culinaires et son originalité (récolte manuelle des gousses) ont justifié l’attribution de la première appellation d’origine contrôlée décernée à un légume frais, en 1998. Tiens il fêtera aussi les 20 ans de l’obtention de ce label en 2018…

La fête a été belle et le coco de Paimpol mis à l’honneur par plusieurs chefs, parmi lesquels Vincent Grèle, chef à l’AFRAT d’Autrans qui ont utilisé tout leur savoir faire et surtout leur imagination pour proposer le coco à toutes les sauces..

La confrérie du bleu du Vercors Sassenage, très présente aux côtés de plusieurs élus dont Chantal Carlioz, maire de Villard de Lans, Jacques Adenot, président du Parc du Vercors ont tenu à être de la fête et à encourager Claude Ruel, président de l’association cuisine et passion ainsi que le bretons qui ont fait le déplacement avec beaucoup de plaisir!

On retiendra que les 4 tonnes de coco ont trouvé preneurs…

Catégorie bleu du Vercors Sassenage, terroirs/gastronomieCommentaires fermés

22 ème Concours Régional Charolais

Depuis 21 ans Charolais Sud Est s’est forgé une identité professionnelle reconnue à Beaucroissant avec un
concours de reproducteur de grande qualité.

Il se vit une effervescence particulière sur l’espace charolais. Charolais Sud Est met en valeur la génétique de
toute une région montagneuse, bien loin du berceau traditionnel de la Race. Les éleveurs sont fiers de
montrer la passion de leur métier.
Présenter en confrontation les meilleurs spécimens de la région
dans un concours, c’est montrer tout le potentiel de production
et les multiples qualités de cette grande race bouchère.
Ce rassemblement sur 3 jours, favorise aussi les échanges entre
éleveurs et autres professionnels de l’élevage. C’est
l’opportunité de nouer de nouveaux contacts de se faire
connaître auprès des acheteurs de génétique. Le concours met
en avant le savoir faire et le dynamisme des éleveurs. Venant
de l’Ain, des Hautes-Alpes, de l’Isère, de la Loire, la Haute Loire
et du Rhône.

Les stands de professionnels :
Le pôle Charolais Sud Est est enrichi de la présence de l’association AGRIVILLAGE sous le chapiteau des
animaux. Ce concept constitue un espace agricole plus intense. Pas moins de 20 stands d’organisations
professionnelles seront présents sur l’espace réservé à AGRIVILLAGE auxquels il faut rajouter les stands
partenaires supplémentaires du concours charolais.

Si la foire d’automne de Beaucroissant s’inscrit dans la tradition depuis 798 ans, le Concours Régional Charolais
lui donne une nouvelle dimension professionnelle depuis 22 ans. Un événement annuel incontournable pour
tous les éleveurs charolais du Sud Est

Le Programme

Jeudi 14 septembre :

arrivée des animaux, installation des stands partenaires et Agrivillage.

Vendredi 15 septembre :

10h: Concours de pointage bovins par les jeunes des centres de formations agricole de Rhône- Alpes
11h30 visite officielle d’inauguration
12h remise des prix du concours de pointage
14h à 17h30 Concours des reproducteurs mâles
17h 30 Vote du public : prix d’honneur du public des taureaux adultes

samedi 16 septembre :

9h : concours des reproductrices femelles.
12h30 : Vote du public : Prix d’honneur du public des vaches adultes.
15h30 : challenges interdépartementaux

dimanche 17 septembre :

11h : défilé, présentation des lauréats du concours et remises des prix.
20H : départ des animaux

A noter parmi les partenaires, le groupe Provencia qui offrira le gros lot du concours.

Catégorie A la une, foire de Beaucroissant, élevageCommentaires fermés

Hôtel et Marcus à l’honneur

La fête de la ruralité s’est poursuivie ce dimanche à Pressins sous une météo bien plus clémente que la veille.. Cela a permis à de nombreuses familles de venir à la rencontre de l’Isère rurale, agricole..et d’apprécier les plus beaux spécimens de notre élevage départemental.

Le point d’orgue étant le concours d’élevage qui a primé les races charolaise et limousine. On retiendra..

1

Pour la race charolaise, c’est  “Hôtel”, un  magnifique taureau , appartenant à David Rivière, qui pour précision est aussi le président du concours d’élevage, qui s’est imposé en catégorie taureaux adultes . Côté femelles, on retiendra“Lempicka”, de Claude Rey, qui est montée sur la plus haute marche du podium en catégorie femelles espoir

“Marcus”, est le roi des taureaux limousins en section 1A. Il appartient à Laurent Michel. Pour les vaches,  “Margarita”, toujours de l’élevage  Laurent Michel, qui s’impose en catégorie prix d’honneur meilleure reproductrice.

Grâce à ce concours départemental, les éleveurs isérois ont pu montrer au grand jour la qualité de leur travail mais aussi leur quotidien et les problèmes d’actualité qui les  » secouent ».

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés

Pressins accueille la fête de la ruralité…

Défilé de petites génisses par les enfants, présentation de races à petit effectif, traite des vaches,démonstration de parages bovins, participation des chevaux du Vercors, exposition de matériel agricole et exposition IKEBANA (art floral japonais)..et bien entendu le concours départemental d’élevage..

Tout cela se déroulera les 1/2 et 3 septembre à Pressins.

C’est un mini-Salon de l’agriculture qui se tiendra les 1er, 2 et 3 septembre prochains à Pressins, avec vaches, cochons et couvées.

Concours départemental d’élevage

Vendredi 1er septembre, Samedi 2 septembre et Dimanche 3 septembre 2017 :

VENDREDI 1 SEPTEMBRE ( après midi ) : Concours d’élevage avec près de 400 animaux venant de l’ensemble du département.

SAMEDI 2 SEPTEMBRE ( toute la journée ) :
Défilé des laitières. Qui sera la meilleure vache allaitante du département ? Repas dansant le soir.

Visite inaugurale à 11 heures.

DIMANCHE 3 SEPTEMBRE ( toute la journée ) :
Défilé des taureaux. Messe le matin et défilé de chars dont celui de la reine et de ses dauphines l’après midi.

Durant les 3 jours : exposants, animation autour de la traite et de l’alimentation des animaux, buvette et petite restauration…

Accès libre.

Billetterie du repas dansant du samedi 02 septembre au soir disponible dans vos offices de tourisme des Vals du Dauphiné( Pont de Beauvoisin, Les Abrets, la Tour du Pin)
Tarifs: 18 € adultes et 7€ enfants

En savoir + : 04 76 32 11 20

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés

La campagne s’est invitée en ville!

Rendez vous compte cela faisait exactement 23 ans que Sassenage n’avait pas vu de vaches…. Et oui, les anciens se rappellent, la dernière fois que le comice agricole de canton de Villard de Lans est descendu à Sassenage c’était en 1994…

Le comice, le 127ème du nom est donc revenu à Sassenage, dans le majestueux parc de l’ovalie, quel cadre, pour fêter la 30ème fête du fromage et des produits du terroir organisée par la Confrérie du Bleu du Vercors Sassenage.

Pour l’occasion, la manifestation s’est appelée  » quand la campagne s’invite en ville ».

Cette fête a permis à des milliers de visiteurs de découvrir ce que l’agriculture fait de mieux dans notre proche territoire.

Montbeliardes, limousines et bien entendu villardes mais aussi  herens au niveau de bovins, la toute nouvelle race territoriale cheval du Vercors, chèvres et moutons…ont côtoyé les produits du terroir proposés par les producteurs eux mêmes…

Promouvoir notre agriculture, les produits du terroir, c’est ce que diront ou penseront les élus présents autour de Christian Coigné maire de Sassenage. Nous avons reconnu Thomas Guillet maire de Corrençon, Pierre Buisson maire de Méaudre, Jacques Adenot président du Parc Régional du Vercors, Christophe Engrand Conseiller départemental, Denis Roux maire de Noyarey, de nombreux représentants partenaires de la fête dont ceux du Crédit Agricole sur Rhône-Alpes, sans oublier Miss Isère 2017 Noémie Bonato.

On retiendra également l’omniprésence de la confrérie du bleu du Vercors Sassenage qui a eu le soutien de la confrérie du Murçon matheysin..

Parmi les temps forts de la fête, outre le concours qui a attiré une centaine de bêtes, avec la présence très dynamique des  jeunes agriculteurs du plateau, celle des futurs, du moins nous l’espérons, éleveurs réunis au sein de graines d’éleveurs, la remise des prix du concours des prairies fleuries , la cérémonie des intronisations, les différentes tombolas dont ceux organisés par Intermarché de Villard de Lans et le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes qui a offert en premier lot un week-end en gîtes de France..

Un Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes qui, à travers sa caisse locale des deux rives, avait une vache  » hors concours » prénommée Elodie !!!! Vous la retrouverez souvent dans le diaporama ci dessous

Voici le déroulé de ce week-end en image…



Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, Département de l'Isère, comicesCommentaires fermés

Gagnez un séjour en gîte de France

Partenaire de la fête  » la campagne s’invite en ville » qui se déroulera à Sassenage, le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes vous permet de gagner un séjour en famille en gîte de France.

La fête  » la campagne s’invite en ville » va associer à Sassenage la 30ème fête du fromage et des produits du terroir, organisée par la confrérie du bleu du Vercors Sassenage et le 127ème comice du canton de Villard de Lans.

Promotion et animations autour de l’agriculture et des produits du terroir, présence de 150 animaux: veaux, vaches, chevaux, chèvres, moutons…voilà les deux fers de lance de cette fête qui se déroulera les 26 et 27 août au parc de l’Ovalie à Sassenage.

Le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes très présent

Le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes sera très présent à cette fête en tant que partenaire..

Un stand spécifique et très animé sera bien entendu une attractivité de la fête. Vous êtes attendus nombreux et de nombreux lots seront à gagner dont un week-end en gîte de France.

Pour gagner ce week-end en famille, il s’agit de déposer au stand du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes, les jours de la fête le bulletin de participation qui se trouve dans le journal édité à l’occasion de la fête et distribué à Sassenage et aux alentours ou d ‘imprimer celui ci dessous..

Ce magnifique séjour sera offert par le Crédit Agricole sud Rhône-Alpes en partenariat avec l’antenne Gîtes de France Isère.

A noter que le tirage au sort sera effectué le dimanche 27 août à 16 heures.

Sans titre



Catégorie bleu du Vercors Sassenage, comices, foires et fêtesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+