Tag Archive | "AOC"

Azur Confort: Sénéquier comme client


senequierComme son nom l’indique, la société Azur Confort a vu le jour sur la côte du même nom, dans les années 60. Spécialisée en fauteuils de metteur en scène, elle fournissait Sénéquier à St Tropez. Depuis, l’entreprise a bien évolué et nous vous proposons de la découvrir.

Les frères Inderchit aujourd’hui associés nous parlent du passé avec beaucoup d’admiration.

« Notre grand père sillonnait les routes du midi pour vendre ses fauteuils. Il avait du succès! Notre père a repris le flambeau en 1960 et l’a faite prospérer. A sa mort, en 1988, nous avons du prendre la suite. On a appris le métier sur le tas et profité du fait que la clientèle de notre père ait été fidèle et nous a fait confiance. On travaillait dans un garage puis, peu à peu, on a réussi à développer notre activité et nos offres.  »

Une gamme qui aujourd’hui est importante. Il y a certes les traditionnels fauteuils de cinéma mais on peut rajouter une série importante et variée de mobilier en bois. « L’avantage est que chaque pièce, fabriquée de façon artisanale peut être azur 5unique, faite sur mesure. »

Azur Confort qui emploie une dizaine de personnes est installée en Chartreuse, à entre- deux-Guiers. Elle sert les particuliers mais surtout les restaurants, l’hôtellerie, les collectivités, les gîtes et surtout les stations de sports d’hiver… balnéaires et toujours Sénéquier!

On comprendra que c’est la qualité qui prime. Voila pourquoi les frères Inderchit sont exigeants en ce qui concerne la matière première : le bois. « Nous voulons du premier choix. Celui-ci vient de Haute-Saône pour les feuillus, et des pays nordiques, Finlande pour les résineux.  Hélas, notre bois local ne correspond pas pour l’instant à notre demande. »

azur 4

De nombreuses pièces sont originales et surtout uniques.

Cependant, ils pensent que la démarche AOC bois de Chartreuse est une bonne initiative. Cette AOC donnera un nouvel élan à la filière bois locale.

Pour plus de renseignements cliquez sur:

Catégorie - filière bois, Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Noix de Grenoble: récolte à partir du 25 septembre


L’arrêté fixant le début de secouage et de récolte de la noix de Grenoble AOC est fixé au vendredi 25 septembre.

Rencontré à la foire de Beaucroissant, au stand de Coopénoix, Pierre Gallin-Martel, président de cette structure est optimiste sur la prochaine campagne.

 » Elle semble correcte, bonne même. Au niveau des aléas climatiques, ceux-ci se limitent à quelques orages de grêle très localisés, dans le secteur de Poliénas, Chantesse par exemple. La sècheresse se ressent sur les plateaux, en zones non irriguées. Une sècheresse qui va influer sur la qualité, des cerneaux en particulier.

Les premières estimations font état, en globalité d’une récolte de qualité à tous les niveaux. »

A propos de la campagne de promotion qui va débuter début novembre, le président de Coopénoix en espère beaucoup « même si les retombées ne seront pas quantifiables. Les choses se mettent en place au niveau du nouveau fonctionnement du CING, cette campagne de promotion entre dans ce cadre. »

Bien entendu, nous avons abordé les suites de l’anniversaire de Coopénoix. » Il est digéré et on s’est vite remis au travail. C’est un évènement qui a marqué l’ensemble de la filière noix, certes, mais qui a dépassé ce cadre. On en tire tous une grande satisfaction. »

On  rappelle que Coopénoix vient de fêter son 80ème anniversaire.

sillon38.com souhaite une bonne récolte à l’ensemble des nuciculteurs de notre région.

Catégorie foire de Beaucroissant, nucicultureCommentaires fermés

Opération séduction pour la noix de Grenoble


La noix de Grenoble a besoin de se faire voir. Sous tous ses profils. Pour être une star, il faut des projecteurs. C’est l’un des enseignements majeurs tirés par l’interprofession d’une enquête IPSOS. Celle-ci a en effet choisi de lancer dès le mois de septembre une  campagne de communication sur la noix de Grenoble, matériel visuel à l’appui, dans l’objectif de différencier ce fruit de sa concurrence,  faire valoir ses atouts propres,  regagner les « abandonnistes » (32% de la population dans les trois dernières années) en  leur remettant à l’esprit et à la bouche ce fruit aux mille vertus.

noix gre aocLa noix de Grenoble ? Bien dans sa coquille, dit le slogan. Et  bonne  à croquer, cela va de soi! Car c’est une véritable « bombe nutritionnelle » . Parée de son sceau rouge, qu’elle porte depuis 70 ans (l’AOC, bien sûr !), elle a tout pour plaire et cela mérite d’être dit et rappelé à ceux qui l’auraient oublié.

Le Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble (CING), par la voix d’Yves Borel, a annoncé il y a quelque temps –c’était fin juin à Izeron – son intention de passer à l’offensive après avoir analysé par le menu les résultats de l’ étude « Usages et attitudes »  commandée en avril dernier à l’institut IPSOS . Cette enquête a été réalisée en avril 2009 à partir d’un échantillon représentatif de 998 personnes .

Sur le fond, pas de quoi s’inquiéter pour les nuciculteurs dauphinois (1). Les résultats sont encourageants :

-      83% des Français aiment les noix. C’est un aliment apprécié. Pour son goût (92%), parce qu’elle agrémente bien les plats (50%), parce qu’elle est bonne pour la santé (45%)

-      Six Français sur dix consomment des noix

-      89% des consommateurs achètent des noix en coques, garantie de qualité (11% achètent exclusivement des cerneaux)

-      La noix de Grenoble bénéficie d’un bon score de notoriété spontanée (18%) alors que la noix du Périgord réalise un score de 7%.

-      Les consommateurs/acheteurs de la Noix de Grenoble représentent plus d’un tiers (37%) des acheteurs de noix

-      La noix de Grenoble est jugée meilleure par l’ensemble de la population, pour sa texture (64%) pour son goût (75%), globalement (76%).

Ce qui peut être sujet à réflexion et amélioration :

-      parmi les 8% de non-consommateurs, soit qu’ils n’aiment pas le goût, ou qu’ils craignent les aphtes, on trouve des personnes qui disent apprécier la noix mais n’en consomment plus car ils n’y pensent pas (1cas sur 2)

-      les trois variétés de la Noix de Grenoble –franquette, mayette, parisienne- sont inconnues

-      l’indice de notoriété de la noix de Grenoble (38% sur l’ensemble de la population) peut être amélioré

-      seulement 46% savent que la noix de Grenoble a une AOC (la plus vieille du monde)

noix de Gre

La noix de Grenoble ne souhaite pas s’endormir sur ses cerneaux. Même les leaders ont besoin, à intervalles réguliers, de garder le contact avec leur clientèle. C’est donc le but de cette opération séduction qui veut toucher tous les publics. Car la noix de Grenoble est un fruit pour les petits et les grands, riche en énergie, bon pour la mémoire et pour la voix, un aliment que l’on peut apprécier aussi bien avec la salade qu’en dessert. Ou avec une simple tranche de pain de campagne.

__________________

(1) Rappelons que la zone géographique AOC Noix de Grenoble concerne trois départements : l’Isère, la Savoie, la Drôme

Catégorie A la une, arboricultureCommentaires fermés

Grêle: Poliénas et ses nuciculteurs touchés


Ce dimanche 9 août, un gros nuage noir situé à l’aplomb Poliénas, commune située sur le canton de Tullins, a déversé, vers 16 heures 30 ses grêlons qui avaient la particularité d’être, en majorité triangulaires. En quelques minutes l’ensemble de la commune était recouverte d’un tapis blanc.

Hélas les dégâts sont importants: quelques toitures endommagées mais surtout des noyeraies totalement sinistrées.

Annette Guichard Mahinc maire de la commune raconte : » en quelques minutes, les grêlons de toutes formes mais en majorité triangulaires ont haché les feuilles de noyers et les fruits sont touchés par plusieurs impacts. »

Les chiffres sont éloquents: la commune est concernée sur 85% de sa superficie. Les dégâts se portent sur les maïs, jardins, toitures, vergers et noyeraies.

René Ruzzin, agriculteur sur la commune a fait le tour des parcelles touchées.

Sur ces dernières, 30 à 40% des noix vertes sont au sol et sur celles qui sont restées accrochées aux arbres, 80 à 85% sont impactées à plusieurs reprises.
Elles ne seront pas commercialisables en noix de table.
Une quizaine de producteurs sont concernés par cette calamité.

Quant à la suite. » une déclaration, de perte de récolte en particulier, va être faite en préfecture. Le souci est que le risque de grêle est assurable mais l’assurance coute très cher et peu d’agriculteurs le sont… » a souligné madame le maire.

A noter que seule la commune de Poliénas a subi les assauts de la grêle.  » Les communes voisines ont eu de la pluie, forte, ou de la pluie mêlée à de la grêle et n’ont donc pas de sinistres ».

L’orage a duré une demi-heure environ.

Catégorie arboricultureCommentaires fermés

Le vin de Savoie a sa maison


Evénement hier à Apremont où était inaugurée, au son du cor et en présence des élus, des vignerons et des oenophiles,  la Maison de la vigne et du vin de Savoie. Une maison-vitrine qui va permettre à la viticulture savoyarde, au sens large puisque  l’AOC Vin de Savoie concerne 28 communes de la Savoie, 24 de la Haute-Savoie, 2 de l’Ain et une de l’Isère, de confirmer sa notoriété, de valoriser ses productions, d’élargir sa clientèle.

inauguration-apremont2.jpg

De nombreux élus pour cette inauguration: Marc Dupraz, maire de Montmélian, Béatrice Laclais, maire de Chambéry, Eliane Giraud, conseillère régionale et présidente du PNR Chartreuse, Jean-Jack Queyranne, président du Conseil régional Rhône-Alpes, Michel Bouvard, conseiller général de la Savoie, M.Giroud, conseiller général et maire d’Albens, Louis Besson, président de Chambéry Métropole. Ci-dessus, au pupitre, Michel Cartier, président de la Maison de la vigne et du vin de Savoie

Comme l’a souligné Michel Cartier qui préside aux destinées de cette nouvelle « institution », « nous allons affirmer l’image viticole de la Savoie au même titre que d’autres régions viticoles françaises ».
Ce projet de réunir sous un même toit la filière viti-vinicole savoyarde aura pris une dizaine d’années. Mais le résultat est à la hauteur des ambitions des professionnels dont le syndicat a déménagé de son siège chambérien au printemps pour prendre ses quartiers au cœur du vignoble savoyard, à Apremont.
Une commune qui, du même coup, peut prétendre au titre de capitale du vin de Savoie. Pour le plus grand bonheur du maire, Marc Dupraz. La commune s’est beaucoup investie dans cette entreprise avec la volonté de faire de cette réalisation un exemple en termes de développement durable, de la conception à la réalisation.

Pierre, bois et cuivre constituent les matériaux essentiels du bâtiment, lequel est aux normes HQE. Le syndicat des vins, dans la même ligne, s’est occupé de l’aménagement intérieur. Cela donne un espace sobre, chaleureux et lumineux. La vue sur le  vignoble environnant a été privilégiée grâce à de larges baies.
vignoble-apremont.jpg

Une belle vue sur le vignoble depuis la Maison de la vigne et du vin de Savoie

Cet équipement qui s’inscrit dans l’aménagement du centre-bourg d’Apremont a été réalisé sur la base d’un partenariat public-privé. Le Conseil général de Savoie et le Conseil régional Rhône-Alpes ont participé au financement. La Maison de la vigne et du vin de Savoie est à la fois une vitrine, un labo, un lieu de réunion. A l’intérieur, on trouve :
- deux laboratoires, l’un pour la vinification, l’autre pour l’analyse du vin
- une salle de dégustation avec 26 postes
- huit bureaux accueillant le syndicat des vins
- une salle de réunion d’une capacité de 40 personnes
- une vinothèque  de 170m2

A noter qu’un circuit court de vente directe au public touristique et de proximité sera mis en place.

inauguration-apremont.jpg

Au moment de couper le ruban tricolore

Catégorie viticultureCommentaires (2)

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+