Tag Archive | "Europe"

Air plus pur pour l’ Europe


Dès le début du processus de révision de la stratégie européenne, l’agriculture a été désignée comme l’un des secteurs devant être mis plus fortement à contribution.

Or, les efforts volontaires entrepris au niveau de la gestion de l’azote, de l’alimentation des animaux ou encore via la modernisation des bâtiments ont permis une réduction des émissions d’ammoniac de 28% ces dernières années au niveau de l’UE à 27.

La Commission européenne prévoit de revoir sa Directive relative aux plafonds d’émission nationaux (NEC) :

  • En imposant un objectif de réduction des émissions d’ammoniac (NH3), de 27% à l’échelle européenne, à l’horizon 2030.
  • En incluant un plafond pour le méthane et les particules (PM).


Elle envisage également de mettre en place une Directive sur les installations de combustion de taille moyenne (1MW et 50MW) pouvant avoir des conséquences sur le secteur des serres et sur les coopératives.

Pour 2020, la Commission s’est calée sur les objectifs fixés dans le protocole de Göteborg, par contre pour 2030, les objectifs ne nous paraissent pas réalistes et ne manqueront pas d’impacter fortement l’agriculture et en premier chef l’élevage.

Ces propositions seront discutées dans les prochains mois par les législateurs européens.

Les Chambres d’agriculture seront mobilisées au niveau français sur la déclinaison de la Directive NEC avec la mise en place, début 2014, du PREPA (plan de réduction des émissions). Elles veilleront aux impacts économiques et à la cohérence réglementaire.

Les Chambres d’agriculture se mobilisent pour l’amélioration de la qualité de l’air notamment à travers des actions de sensibilisation auprès des agriculteurs et la mise en place d’outils Recherche et Développement.

 » Le développement de l’engagement des exploitants agricoles dans le cadre de mesures volontaires en faveur de la qualité de l’air nous semble important, mais pour cela il faut une réelle prise en compte du rapport coût efficacité des mesures à mettre en place. Nous demandons une reconnaissance des efforts de réduction déjà entrepris au niveau du secteur agricole. » a précisé la chambre nationale d’agriculture.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Le virus de Schmallenberg se propage en Europe


Qu’est-ce que le virus de Schmallenberg ?
Cet orthobunyavirus affecte les ruminants. Il n’a pas de caractère zoonotique et par conséquent n’affecte pas l’homme.

Caractéristiques générales
L’infection aiguë semble se manifester chez les bovins adultes par de l’hyperthermie, une perte d’appétit, une chute de production chez les vaches laitières, de la diarrhée, des avortements. L’infection des femelles de ruminants en gestation peut se traduire par la naissance d’animaux malformés (arthrogrypose, raccourcissement des tendons du jarret, déformation de la mâchoire, hydranencéphalie, …).

Des cas d’infection aiguë ont été rapportés chez des bovins entre août et octobre 2011, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Depuis le mois de décembre 2011, des cas de malformations ont été rapportés chez des ovins et des caprins, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Le Royaume Uni a notifié la présence du virus chez des ovins le 23 janvier 2012.
Les foyers d’infection par le virus Schmallenberg aux Pays-Bas ont fait l’objet d’une notification immédiate à l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE), le 5 janvier 2012. Il n’y a, pour l’heure, aucune restriction aux échanges d’animaux vivants et de leurs produits à partir des zones atteintes, ni aucune mesure de prévention et de contrôle préconisée.

Mise en place d’une surveillance par la DGAL
Les modalités de cette surveillance ont été définies sur proposition de la Plateforme de surveillance épidémiologique en santé animale. Il s’agit d’une surveillance clinique des malformations chez les ruminants visant à déceler la circulation du virus Schmallenberg sur le territoire métropolitain, avec une surveillance renforcée dans les zones les plus à risque d’introduction du virus, à savoir les régions frontalières avec la Belgique et l’Allemagne. La Plateforme suit de près l’évolution sanitaire, notamment pour apporter son appui à l’adaptation du dispositif de surveillance.

Le Laboratoire de santé animale de l’Anses Maisons-Alfort est en capacité de réaliser le diagnostic de l’infection (par Rt-PCR) et le mettra en œuvre sur les suspicions détectées.

Les recherches sont en cours sur l’origine du virus. Il serait très vraisemblablement transmis par voie vectorielle (culicoïdes, moustiques, tiques). Quand les femelles sont infectées pendant la gestation, le fœtus peut être infecté (transmission verticale), conduisant à des avortements et à des malformations fœtales.

La DGAL a saisi l’Anses pour évaluer les impacts directs et indirects de cette nouvelle affection vectorielle sur les élevages de ruminants, ainsi que les risques de diffusion sur notre territoire.

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés

Aide alimentaire européenne: blocage fatal?


Le maintien d’une aide européenne aux banques alimentaires et soupes populaires en Europe est bloqué!

6 Etats: l’Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, le Danemark, la République tchèque et les Pays-Bas ont maintenu leur opposition à ce que les fonds alloués au titre du Programme européen d’aide aux démunis (Pead), tirés du budget agricole, soient utilisés à des fins de politique sociale.

Cette aide de 480 millions d’euros permettait d’aider des centaines d’associations caritatives  à travers l’Europe. On estime que 18 millions d’européens en bénéficiaient. Chiffre en constante augmentation…

L’argument de ceux qui ont voté contre cette aide: celle ci doit se faire au niveau de chaque Etat et non pas au niveau européen.

Les associations françaises comme les « restos du coeur » vont t-ils survivre à cette décision, qui espérons le n’est pas définitive. Voici la réaction des principales associations françaises: Banques alimentaires, Croix rouge, Les restos du coeur, secours populaire français:

Aide alimentaire européenne : le temps presse !
Réunis aujourd’hui à Bruxelles, les ministres européens de l’agriculture n’ont pas
réussi à s’accorder sur l’avenir du Programme européen d’aide aux plus démunis
(PEAD) et ont, une nouvelle fois, différé la décision.
Les Banques Alimentaires, la Croix Rouge française, les Restos du Coeur et le Secours
populaire français déplorent une décision qui hypothèque l’avenir de millions d’Européens
démunis, et constatent que malgré tout le travail d’alerte, d’anticipation et de conviction
effectué ces derniers mois, le Gouvernement français n’est pas parvenu à convaincre
ses collègues de la minorité de blocage.
Que faut-il faire pour être entendu ? Quand la Commission européenne, 85 % des
députés européens et 19 Etats membres sont favorables à l’évolution immédiate du
règlement pour éviter une crise alimentaire majeure dès 2012 ! Est-il supportable que 6 pays
s’opposent au principe de solidarité (Allemagne, Royaume-Uni, République Tchèque, Suède,
Danemark, Pays-Bas)?
Derrière cette décision, se cache la détresse d’enfants et de familles, de personnes âgées, de
chômeurs, de travailleurs pauvres, de jeunes… qui ne parviennent pas à se nourrir.
La prochaine réunion des ministres européens aura lieu fin octobre. D’ici là,
les associations françaises ne baisseront pas les bras pour sauver les 130 millions de repas
distribués en France grâce au PEAD et ainsi éviter une crise alimentaire indigne de l’Europe.
Ce nouveau temps européen doit être mis à profit au plus haut niveau de l’Etat pour effriter
et convaincre la minorité de blocage.
Pour éviter la catastrophe annoncée, nous comptons sur l’implication totale du Gouvernement
français qui a désormais une obligation de résultat.
Quand la crise frappera l’Europe et la France, nul ne pourra dire qu’il ignorait la gravité de la
situation !

Catégorie socialCommentaires fermés

Stage agricole à l’étranger


L’association EXPERIENCE INTERNATIONALE propose des stages agricoles rémunérés à l’étranger (Europe, Canada, Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande pour un public de jeunes (18-30 ans) possédant une formation technique et une expérience pratique en agriculture. La durée des stages peut varier entre 3 et 12 mois suivant les pays d’accueil.
Ces stages permettent un enrichissement professionnel, linguistique et culturel et, au retour, constituent un atout supplémentaire pour chercher un emploi. EXPERIENCE INTERNATIONALE procure l’assistance nécessaire pour la recherche du stage, l’obtention des visas (hors Europe) et le suivi sur place en lien avec ses partenaires étrangers. Renseignements Tél. 01 43 15 09 48

Catégorie agriculture, economie/emploiCommentaires fermés

La trufficulture, une chance pour les régions d’Europe


La Fédération Française des Trufficulteurs (FFT) et la Fédération Régionale des Trufficulteurs du Languedoc-Roussillon (FRTLR) ont décidé d’organiser la première Biennale Européenne associant, la truffe et la trufficulture.

Celle ci sera organisée les 14-15- et 16 janvier à Uzès, commune située dans le Gard.

Jean Charles SAVIGNAC, Président de la Fédération Française des Trufficulteurs:

« sans le travail tenace des trufficulteurs, l’Europe ne récolterait pratiquement plus de truffes de qualité, fleurons de la gastronomie. Utile pour l’environnement, la trufficulture a aussi des effets très positifs pour l’économie de nombreuses régions rurales d’Europe. »

L’objectif de cette biennale est donc de mettre en avant le travail patient des trufficulteurs. A côté des truffes prestigieuses reconnues comme un des fleurons de la gastronomie européenne, la trufficulture apparaît comme une activité économique réelle, un facteur de développement local pour les régions traditionnelles de production.
Les truffes et la trufficulture génèrent des activités directes (pépinières, laboratoires d’analyse et de conseil, matériels d’aspersion, de protection etc…, recherche et expérimentation) mais aussi indirectes (fabrications
alimentaires, restauration, marchés et fêtes de la truffe ayant un effet d’appel pour les produits régionaux et
favorisant un tourisme de contre saison).

Ces activités ont un impact notoire pour dynamiser les régions d’Europe traditionnellement productrices de truffes.
Les truffes et la trufficulture sont en outre au coeur d’un écosystème qui concourt au maintien de la diversité
biologique et d’un environnement durable dont il contribue à la protection (entretien de territoires à l’abandon).
La « Biennale Européenne de la Truffe et de la Trufficulture » a vocation à se dérouler tous les 2 ans dans une des
capitales européennes de la truffe.

Agenda / Les réunions et conférences se tiendront en Mairie d’Uzès

Vendredi 14 janvier 2011
Programme SYSTRUF : Réunion du Comité de pilotage
16H30 à 17H30 Conférence par Claude MURAT, chercheur, UMR INRA-UHP Interactions Arbres/Microorganismes, Centre INRA de Nancy.
« La truffe noire, les truffières : les premiers apports du séquençage du génome et résultats de la reproduction sexuée »

Samedi 15 janvier 2011
9H à 10H30 : GETT (Groupement européen truffe et trufficulture), réunion d’automne.
10H45 à 12H45 : CRETT (Consortium européen truffe et trufficulture), assemblée.
14H30 à 18H : Assises « la trufficulture, une chance pour les régions d’Europe »
18H15: Réception du Maire d’Uzès.
19H30 : Nuit de la truffe d’Uzès
Salle de l’ancien Evêché

Dimanche 16 janvier 2011
7H à 17H : Journée de la truffe d’Uzès
Place aux Herbes
15H à 16H30 : Conférence par Marc-André SELOSSE, Professeur, Université Montpellier II, Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive, Coordinateur du programme SYSTRUF : « La truffe et ses multiples relations aux plantes dans les truffières (le programme SYSTRUF) ».

POUR EN SAVOIR PLUS: www.biennale-europeenne-truffes

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

Les voeux de la FNSEA


Voici les voeux du tout nouveau président de la FNSEA Xavier Beulin, pour 2011.

 » Formons le vœu que notre pays, l’Europe et le monde sortent enfin des périodes de doute et d’incertitude dans lesquelles les ont plongées les dernières crises financières, économiques, sociales… et agricoles, que nous traversons. Pourtant l’espoir est là. L’innovation peut beaucoup. La recherche est source de progrès. Le dynamisme est chevillé au corps de bien des entrepreneurs. La volonté ne fait guère défaut à ceux qui en veulent.

La France est un pays de culture et d’agriculture. Dans le monde entier on salue nos artistes nationaux et nos produits de qualité. Se nourrir de culture et d’agriculture. Voilà un beau projet, une belle idée, à faire vivre. Loin du pessimisme ambiant, il y a les énergies individuelles et collectives. A nous de les stimuler et de les développer. La FNSEA est dans cet esprit, je serai dans cette action. A toutes belle année 2011, pour vous et tous ceux qui vous sont chers. »

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Journées d’études des aéroports francophones à Grenoble-Isère


Après Biarritz en 2009, l’aéroport de Grenoble-Isère accueille la 20ème édition des Journées d’Etudes ALFA-ACI.
Cette manifestation se déroulera au Centre de Congrès du World Trade Center Grenoble et réunira les directeurs et responsables des aéroports francophones : France métropolitaine, Outre-mer, Canada, Afrique et Europe, soit environ 250 participants.
Les Journées d’Etudes permettront aux dirigeants des aéroports d’aborder différentes thématiques telles que la sécurité, la qualité, le développement commercial, les nouvelles tendances… et de présenter les travaux et études réalisés par les différentes commissions à travers des présentations et des ateliers de travail.

L’ALFA-ACI, l’association des aéroports francophones

Depuis sa création, l’ALFA-ACI s’est affirmée comme un carrefour utile et original d’échanges pour tous les aéroports du monde entier attachés à la culture francophone.

Aujourd’hui, l’ALFA-ACI rassemble 80 aéroports membres actifs d’une vingtaine de pays sur les 5 continents.  L’objectif principal de l’association est d’étudier, de partager et de proposer des positions communes sur la gestion, l’exploitation et la promotion des aéroports de la francophonie.
L’association compte également une soixantaine de partenaires industriels et
commerciaux, fournisseurs des aéroports, au titre de membres associés. Cette collaboration a pour but de faciliter le développement des relations professionnelles, en vue d’améliorer l’efficacité des services aux passagers.


St geoirsL’Aéroport de Grenoble-Isère, un aéroport géré par VINCI Airports VINCI Airports, filiale de VINCI Concessions, gère désormais en direct quatre aéroports en France – Grenoble, Chambéry, Clermont-Ferrand et Quimper et en partenariat ceux de Rennes et de Dinard – représentant un trafic total de 1,8 millions de passagers et un chiffre d’affaires total d’environ 45 millions d’euros en 2009.

Catégorie transportCommentaires fermés

Un millier d’agriculteurs dans les rues de Lyon


Dès la fin de matinée, ils ont débarqué, souvent en tracteurs, dans les rues de Lyon et se sont rassemblés place Bellecour. Les agriculteurs en provenance de l’ensemble de la région, environ un millier souhaitent par cette action alerter les pouvoirs publics sur leurs conditions actuelles. Les revenus ont baissé de 20% et les conditions d’exploitation sont trop disparates entre chaque pays de la communauté européenne.
 » Il faut 13 euros, par heure, pour produire un fruit en France contre 7 euros en Espagne », annonce un producteur de fruits.

Une délégation a été reçue en Préfecture de région. Il a été demandé un plan de relance ambitieux, un partage équitable des marges entre producteurs et distributeurs et une harmonisation des législations sociales et environnementales en Europe.

Les agriculteurs seront-ils entendus ? « Si ce n’est pas le cas, on va assister à la faillite de notre agriculture », prévient amer un agriculteur.

En attendant, sous une forte pluie, les manifestants ont allumé des feux, distribué des tracts mais également des fruits et du lait aux passants et ont défilé, en tracteurs, dans les rues du centre de Lyon.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2020
L Ma Me J V S D
« jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+