PAC: constat accablant pour la coordination rurale

Au niveau des réactions, voici celle de la coordination rurale qui se dit attérrée face au bilan de la PAC.

« L’heure est au bilan de santé de la PAC afin de dégager des perspectives pour l’avenir. La Coordination rurale ne partage pas du tout l’optimisme béat de la Commission vis-à-vis de celui-ci et s’inquiète de la volonté manifestée de pousser encore plus loin la logique de la réforme de 2003.

Pourtant, le constat est accablant. Il montre que la PAC a gravement failli à ses missions. Elle qui devait assurer la sécurité alimentaire de l’UE et la stabilité des prix et des productions n’a fait qu’abandonner progressivement ses responsabilités aux mains du libre marché.

Le résultat est que l’ensemble des secteurs sont gravement déstabilisés : viticulture, lait, viandes, betteraves, fruits et légumes, grandes cultures… Au déficit abyssal de l’Europe en protéines végétales, s’ajoute maintenant le manque de lait. C’est la conséquence logique de la politique de la Commission, qui à découragé les producteurs en baissant le prix du lait et en les incitant à abandonner leur production.

Nous sommes donc atterrés, de voir la Commission devant un tel bilan proposer encore plus de découplage, de modulation et de plafonnement des aides, mais moins de régulation : droits de plantation, quotas laitiers ou betteraviers, prix d’intervention…

La Coordination rurale en appelle donc solennellement au Président de la République française et au ministre de l’Agriculture pour que la présidence française de l’Union Européenne au deuxième semestre 2008 permette de sortir enfin d’un dangereux aveuglement.

La PAC doit vite s’extraire de cette ornière, autant pour les consommateurs que pour les agriculteurs. Elle est en dépôt de bilan et a besoin d’un sérieux redressement plutôt que d’une liquidation.

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page