Festival d’Autrans: fait pour durer

A l’approche de la 25e édition (26-30 novembre), les acteurs et partenaires de cet événement cinématographique consacré à la montagne, ont eu l’occasion de dire hier à Grenoble, au cinéma Le Club, que loin de baisser les bras face à l’absence de lieu digne de ce nom pour abriter ce festival,  ou face à la  concurrence de manifestations de même nature, leur volonté était de monter d’un cran pour, au bout de la course, sortir par le haut. La course continue, donc. La cordée est déterminée.

festival-autrans.jpg

Jean Faure, sénateur, ex maire d’Autrans, président du Festival: »Le projet de création d’un  Centre culturel européen de la montagne à Autrans (voir notre article sur ce sujet), nous amène à monter en pression ».

Gabriel Tatin, maire d’Autrans: » Ni les Autranais ni l’association qui l’anime, ni sa directrice ni les partenaires qui la soutiennent ne pourraient imaginer une remise en cause de son existence. D’ailleurs, le festival est très sollicité, titillé de tous bords ».

Mireille Chiocca, directrice du Festival: »Nous avons reçu 150 films documentaires de grande qualité pour une sélection de 40 films seulement. C’est dire… ».

C’est certain que le festival, grâce à un partenariat fidèle et à un bénévolat actif, a acquis en 25 ans ses lettres de noblesse. C’est  une référence pour les réalisateurs. Et en 25 ans,  à raison d’une copie conservée par film inscrit à la sélection, le festival a acquis un fonds cinématographique appréciable qui devrait déboucher sur la création d’une cinémathèque des films de montagne. Une soirée de lancement de ce projet est prévue le 27 novembre, en présence de Thiery Frémaux, directeur de l’Institut Lumière et de Claude Lelouch dont on pourra voir « Treize jours en France » tourné, caméra à l’épaule, à l’occasion des JO de Grenoble en 1968.

Deux rendez-vous à noter en marge du festival:

– une soirée-débat organisée par l’ANCEF (association nationale des centres et foyers de ski de fond et de montagne) vendredi 28 novembre au centre AFRAT, de 18h à 21h30. Un café débat qui fait suite aux premières Assises nationales du nordiques qui ont lieu les 20 et 21 novembre à Chambéry dans le cadre du Festival des métiers de montagne. Au centre du débat, le rôle de la filière nordique dans les territoires ruraux de moyenne montagne.

– samedi 30 novembre, de 14 à 17h, au Village olympique, présentation de la Convention alpine. Mal connue, la Convention alpine a été signée en 1991 par les ministères de l’Environnement des huit pays de l’Arc alpin (France, Italie, Suisse, Allemagne, Liechtenstein, Autriche, Slovénie, Monaco) auxquels s’ajoute l’Union européenne. La France en est présidente jusqu’en mars 2009. La Convention alpine est un cadre juridique et politique en faveur du développement durable dans l’Arc alpin.

programme complet sur  www.festival-autrans.com

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page