Opposés par principe au puçage

Depuis 14 heures ce samedi 21 novembre, des membres de la Confédération Paysanne Drôme, de Pièces et Main d’oeuvre (PMO), et de leurs amis, occupent le Pôle Traçabilité de Valence, centre de référence national pour les puces RFID (Radio-Frequency Identification).

Les organisateurs de cette manifestation expliquent leurs mobiles dans un communiqué:

« Nous voulons alerter tout un chacun sur les dangers de cette technologie et sur ce nouveau progrès vers un monde totalitaire :

– puçage électronique obligatoire pour les animaux d’élevage (ovins et caprins à partir de juillet 2010) ;
–  dissémination généralisée de puces et de capteurs miniaturisés dans l’environnement urbain, rural, domestique, « naturel » ;
–   traçabilité totale de tout et de tous grâce aux mouchards électroniques implantés partout, et gestion des données, y compris personnelles, par un système centralisé et opaque ;
–   puçage des humains déjà à l’oeuvre (en Australie, aux Etats-Unis, en Amérique Latine, en Asie, etc) ;
–   profilage de chacun via ses données personnelles pour mieux cibler le consommateur et l’électeur avec des publicités sur-mesure.

Contre « le nanomonde »

Les manifestant soulignent que « cette occupation a lieu alors que le gouvernement mène une campagne nationale d’acceptabilité des nanotechnologies (dont les puces RFID constituent une des applications), via la Commission nationale du débat public (CNDP) et ses réunions dans toute la France.

Ils font savoir que « des éleveurs refusent le puçage de leurs bêtes, cette nouvelle oppression de l’agriculture industrielle, et en appellent au soutien de la population. Aujourd’hui les moutons, demain les hommes ».

Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page